6 ième Assemblée Générale du FEM au Vietnam : La COMIFAC pour le Bassin du Congo mobilise avec succès, rehausse son importance et sa visibilité au niveau international

 

 

Bien vouloir télécharger les photos de la session

 

 

Bien vouloir télécharger les documents ci-dessous :

 

Agenda en anglais et en français de l’événement parallèle de Haut niveau ;

 

Les termes de référence de la participation de la COMIFAC à l’AG du FEM ;

 

 

Da Nang, Vietnam, 27 et 28 juin 2018 – La Commission des Forêts d’Afrique centrale a organisé en étroite collaboration avec le Facilitation du Royaume de la Belgique du PFBC, au « Gallery Room » du Furama Resort du Centre de Conférences Da Nang, un événement parallèle de haut niveau en marge de la 6 ième  Assemblée Générale du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) sous le thème central : « Les écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale : Poumon méconnu de la planète, enjeux nouveaux, défis et perspectives ».  L’événement de haut niveau a été présidé par la République du Rwanda, qui assure la Présidence en Exercice de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale et modéré par le Ministre Dr Juliette Biaro, Directrice Afrique de l’Organisation des Nations Unies pour l’Environnement.

 

 

Cette session parallèle de haut niveau visait à présenter les efforts déployés par les pays membres de la COMIFAC en faveur de la conservation, la gestion et le développement durable des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale en vue de donner de la visibilité aux résultats novateurs de l’Afrique centrale dans le cadre de la mise en œuvre des conventions des Nations Unies sur l’environnement.

 

 

Cette session de haut niveau a été rehaussée par la participation des Ministres de l’environnement des pays de l’espace COMIFAC à savoir :

 

  • Son Excellence Jacques Denis TSANGA Ministre des Eaux et Forêts, de l’Environnement et du Développement Rural du Gabon,

 

  • Son Excellence Hélé Pierre, Ministre de l'Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement durable du Cameroun

 

  • Son Excellence Madame Paula Cristina DOMINGOS FRANCISCO COELHO, Ministre de l’Agriculture, forêts, environnement de l’Angola.

 

  • Ministre Dr Biaro Juliette, Directrice Afrique de L’Organisation des Nations Unies pour l’Environnement

 

  • Ministre Pa Ousman Jarju, Directeur, Division de la programmation pays au Fonds Vert pour le Climat

 

  • Mme Cyrie Sendesgona… Directrice Général Adjoint de l’UICN en charge des politiques

 

  • Son excellence Monsieur Ndomba Ngoye Raymond, Secrétaire Exécutif de la COMIFAC

 

  • Monsieur Jean Marc Sinnassamy, Senior GEF Secretariat Advisor, Washington, D.C., USA

 

 

Y ont également pris part: les Points Focaux FEM des pays membres de la COMIFAC; les partenaires techniques et financiers; les représentants de la société civile; la Facilitation du Royaume de la Belgique du PFBC et le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC. L’événement de haut niveau était structuré autour de trois segments : une introduction, suivi des exposés liminaires et des échanges :

 

 

Une session introductive marquée par le discours d’ouverture de la Présidente en exercice de la COMIFAC, Son Excellence Francine Tumushime, Ministre des Terres et des Forêts du Rwanda, Représentée par Madame Collette Ruhamya, Directrice Générale de l’autorité de l’environnement de la République du Rwanda, « REMA (Rwanda Environment Management Authority) »

 

 

Un segment dédié aux communications, articulé autour de six exposés :

 

  • Contribution sur la complémentarité entre FVC et FEM 7: opportunités pour l'Afrique centrale - Ministre Pa Ousman Jarju, Directeur, Division de la programmation pays

 

 

·         Exposé 1 : La COMIFAC, un instrument politique au service de la coopération sous régionale dans le secteur forêts et environnement (Plan de Convergence 1 : réalisations et PC 2), M. Raymond Ndomba Ngoye, Secrétaire Exécutif de la COMIFAC, Yaoundé, Cameroun

 

·         Exposé 2 : Financement durable pour la Conservation de la biodiversité en Afrique centrale, Dr Jimmiel Mandima, DIRECTEUR CONCEPTION DES PROGRAMMES DESIGN  & DES RELATIONS AVEC LES PARTENAIRESER RELATIONS, WASHINGTON, D.C., ETATS-UNIS

 

·         Exposé 3 : Participation de l’Afrique centrale au Fonds pour l’Environnement Mondial : Enjeux et Perspectives, M. Yannick Ongonwou Sonnet, Représentant Afrique centrale au Conseil du FEM, Directeur Général de l'Environnement et de la Protection de la Nature

 

·         Exposé 4 : Comment accroitre l’accès du bassin du Congo aux financements du FEM -  FEM 7 ? M. Jean Marc Sinnassamy, Senior GEF Secretariat Advisor, Washington, D.C., USA

 

·         Exposé 5 : Le futur des écosystèmes du Bassin du Congo : Les enjeux financiers (Investment programs), M. Gervais Itsoua Madzous, Secrétaire Exécutif Adjoint de la COMIFAC, Yaoundé, Cameroun

 

 

 

Les explications ont été données par le Secrétariat du FEM sur l’ensemble des mécanismes financiers sous le FEM notamment le Fonds pour les pays les moins avancés (FPMA), l’Initiative de renforcement des capacités pour la transparence (IRCP) et le Fonds fiduciaire (FEM), en sus de l’ensemble des domaines d’intervention du FEM 7 en termes de programmes notamment sur les domaines focaux de la biodiversité, du climat, de la dégradation des terres, des produits chimiques et des déchets, des eaux internationales, des instruments autres que les subventions, des programmes pilotes d’entreprise, des programmes d’impact avec un spécifique pour le Bassin du Congo.

 

 

De même, les participants ont bénéficié d’une explication directe du Directeur du Programme Pays du Fonds Vert Climat et l’appel a été lancé pour que les pays se dépêchent pour collaborer étroitement avec le Secrétariat du Fonds Vert afin d’être accompagnés dans leur processus de mobilisation notamment  les fonds de préparation, les fonds d’adaptation, les programmes pays et le processus simplifié d’allocation (Simplify Access), ainsi que sur les complémentarités entre les ressources du Fonds Vert Climat et celles du FEM.    La présentation de l’AWF sur les « mécanismes de financement innovants pour les aires protégées » permet de relancer la nécessité d’assurer le bien-être de la faune et des espaces sauvages en Afrique moderne et  l'urgence d’avoir une approche holistique étendue des paysages, constituée de 5 points : Espèces et science, Terres et habitat Entreprise, Classroom Africa, politique et plaidoyer. Il a été souligné que pour préserver ces services écosystémiques essentiels, les aires protégées doivent être préservées et gérées de façon appropriée, ce qui nécessite des fonds adéquats.

 

 

Il est estimé que le besoin annuel en financement est de 1,7 milliard USD. Par ailleurs, une augmentation du Budget de gestion (USD par an et par km2) des aires protégées entrainerait une augmentation de la faune sauvage. Actuellement, seulement 54 USD/Km2 par an sont dédié à la gestion des Aires Protégées en Afrique Centrale, contre un besoin de réel de 160 UDS/km2. Le Programme AWF de financement des aires protégées est axé sur trois interventions : Génération de revenue - Allocation des revenus et performance de la gestion. Il s’est avéré urgent de développer un cadre juridique permettant à l’Autorité PA de signer des accords de cogestion, également appelés partenariats public-privé (PPP).  Enfin, il a été souligné qu’il faut « Booster le tourisme en investissant dans la gestion des aires protégées pour en faire des entités commerciales viables.

 

 

Par ailleurs, ce cadre a servi à briefer les Ministres sur la COMIFAC comme instrument politique au service de la coopération sous régionale dans le secteur forêts et environnement. L’exposé a été structuré autour des points suivants : Engagement politique des Chefs Etats d’Afrique Centrale - La COMIFAC et son Plan de convergence - Paysage institutionnel & Partenariat pour la mise en œuvre du Plan de convergence - Avancées en matière de gestion durable des forêts - Défis et Perspectives. De même le Point Focal Opérationnel du Gabon, M. Yannick ONGONWOU SONNET, Représentant Afrique centrale au Conseil du FEM, Directeur Général de l'Environnement et de la Protection de la Nature a plaidé en faveur d’une meilleure collaboration entre les pays d’Afrique centrale notamment les points focaux FEM qui sont appelé à travailler étroitement afin d’améliorer l’impact de leur participation au FEM et dans ces organes. Il a annoncé que la première réunion des constituants d’Afrique centrale du FEM aura lieu en fin novembre et ceci en préparation à la réunion du Conseil du FEM qui aura lieu le 18 décembre à Washington.

 

 

La dernière des présentations faite par le Secrétaire Exécutif Adjoint de la COMIFAC est venue éclairer les participants sur le manque d’attention et soutien réel de la Communauté internationale (problème du flux financier dans la sous-région). Avec des exemples précis, il a montré l’inadéquation et le déséquilibre géographique dans la distribution des ressources par les mécanismes financiers qui confirme que le Bassin du Congo est le parent pauvre de ce système et ceci tant sur le financement bilatéral que multilatéral. Il a enfin présenté les cinq grands programmes d’investissement du Bassin qui se veut révolutionnaire pour inverser la tendance et le ton a été ainsi donné pour la conquête des fonds sur la base des besoins clairs et traçable, qui contribuent à l’atteinte des Objectifs du Développement Durable. C’est dire que « bien que la nuit est parfois longue, le jour finit par se lever ». Cette présentation axé le plaidoyer de l’Afrique centrale pour l’accroissement de son niveau de mobilisation est venu mettre un terme à la série de communications.

 

 

Ces communications ont suscité des échanges fructueux et ont permis aux participants d’apprécier le dynamisme de la COMIFAC tant au sein du FEM, du Fonds Vert Climat, de l’ONU Environnement que des partenaires du PFBC et des pays de l’espace COMIFAC, ainsi que ses nombreux efforts et acquis souvent peu connus à l’échelle internationale.

 

 

Les questions qui ont guidé les discussions portaient sur les points suivants :

 

  • Les besoins en financement des pays d’Afrique Centrale en matière de gestion des forêts, de conservation de la biodiversité, de développement communautaire, d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques

 

  • L’appréhension par les Ministres Partenaires financiers accrédités auprès du Fonds pour l’Environnement Mondial et les efforts déployés par cet instrument sous régional

 

  • Actions possibles par les partenaires pour accroitre l’attention des partenaires internationaux à l’endroit du Bassin du Congo et de la COMIFAC.

 

 

La session s’est clôturée par un plaidoyer vibrant en faveur de l’instauration du principe d’équité dans la répartition des flux de financements internationaux. Concernant les pays d’Afrique centrale, ils se sont engagés à renforcer davantage la coopération, partenariat entre les États d’Afrique centrale dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de convergence de la COMIFAC.  De même, la session a appelé à une meilleure articulation et un alignement des interventions des partenaires au Plan de convergence de la COMIFAC.

 

 

Bien vouloir télécharger les photos de la session

Bien vouloir télécharger :

 

 

 

Biens vouloir télécharger les présentations lors du Side event de haut niveau:

 

SE- COMIFAC.pdf (1.3 Mo)

 

SEA_Financement_COMIFAC_GEF7.pdf (1.2 Mo)

 

AWF-Innovative Financing Options for Protected Areas in Africa_COMIFAC Side event_June27_2018.pdf (3.8 Mo)

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger les documents ci-dessous :

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Etude sur la valorisation durable de la faune dans le bassin du Congo occidental : avant qu’il ne soit trop tard !

Le bassin du Congo occidental se vide rapidement de sa faune. Le bassin du Congo occidental (défini ici comme regroupant le Cameroun, le Gabon, la République centrafricaine, et la République du Congo) perd rapidement une grande partie de ses animaux sauvages à cause du braconnage et de la chasse non durable. Cette tendance touche de nombreuses espèces qui subissent la pression de la chasse pour la viande de brousse et pour l’exportation commerciale, pour des produits animaliers de haute valeur, ainsi que la dégradation de l’habitat.

En savoir plus...

Enregistrer la date : 18ème Réunion des Parties du PFBC - Bruxelles, Royaume de Belgique, 27 au 28 novembre 2018

La 18ème Réunion des Parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) aura lieu les 27 et 28 novembre 2018 à Bruxelles en Belgique. Thème central : « Vers un avenir durable pour les forêts du bassin du Congo, leurs habitants, leur flore et leur faune »

En savoir plus...

ATIBT-Aux arbres : l’ATIBT intervient au 1er événement de sensibilisation grand public aux forêts

15.06.2018 C’est une première ! Vendredi et samedi derniers était organisé par la Fondation Maisons du Monde un événement grand public autour de la préservation des forêts, du climat et de la biodiversité, à Nantes.

En savoir plus...

ATIBT : Nouvelle édition du Racewood au sein du Gabon WoodShow

Les 21 et 22 juin, l’ATIBT a organisé le Racewood à Libreville, dans le cadre plus large du Gabon WoodShow, premier salon du bois dans le bassin du Congo. L’ATIBT a décidé de profiter du lancement du premier salon du bois et de la technologie au Gabon cette année, le Gabon WoodShow, pour s’associer à l’événement et y tenir une nouvelle édition du Racewood.

En savoir plus...

L’ATIBT et la COMIFAC signent une convention de collaboration lors du Racewood

 L’ATIBT et la COMIFAC ont signé une convention de collaboration lors du Racewood le 21 juin, à Libreville (Gabon). Le Racewood de l’ATIBT demeure l’un des évènements essentiels de la filière bois tropicaux. Il représente une occasion majeure sur le continent africain de mise en relation multi-partenaire. Pendant deux jours, les acteurs clefs de la filière se rencontrent et échangent : bailleurs, agences de développement, décideurs politiques, ONG, société civile, représentants des pays, chercheurs, scientifiques, organismes de formation, syndicats, producteurs, aménagistes, importateurs et industriels.

En savoir plus...

UICN: La France accueillera le Congrès mondial de la nature de l'UICN 2020

Marseille, France - Le ministère français de la Transition écologique et solidaire et l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) ont signé aujourd’hui un accord afin d’organiser conjointement le prochain Congrès mondial de la nature de l’UICN, qui se tiendra en 2020 à Marseille.

En savoir plus...

UICN : Dire « non » à l’huile de palme ne ferait que déplacer la perte des espèces, sans y mettre un terme - le rapport de l’UICN

Paris, 26 juin 2018 (UICN) - Interdire l’huile de palme augmenterait très certainement la production d’autres cultures oléagineuses pour répondre à la demande d’huile, et ne ferait ainsi que déplacer, sans arrêter, l’appauvrissement significatif de la biodiversité à l’échelle mondiale causé par l’huile de palme, met en garde un rapport de l’UICN publié aujourd’hui.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo au cœur de l'Assemblée générale du FEM - Secrétariat du FEM: Table-Ronde de Haut Niveau sur les Paysages du Bassin du Congo, 28 Juin 2018, Assemblée du FEM, Da Nang, Viet Nam

GEF - Secrétariat : Résumé de la Table ronde de haut niveau sur les Paysages du Bassin du Congo du 28 juin 2018, Salle de bal Ariyana, Assemblée GEF, Da Nang, Viet Nam - Environ 70 personnes ont participé à cette table ronde de haut niveau modérée par Mme Cyriaque Sendashonga, Directrice Globale des Programmes et Politiques à l’UICN. Les discussions ont porté sur la protection de la biodiversité mondiale importante dans les aires protégées, la gestion de la biodiversité hors des aires protégées à travers des approches paysages à grande échelle, l'importance des communautés dépendantes des forêts et des connaissances traditionnelles ...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018