Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

 

 

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

 

 

Cette journée instituée par les Nations Unies en 1989, a pour thème cette année « Réduire les dommages causés par les catastrophes aux infrastructures et services de base ». L’objectif poursuivi dans le cadre de cette célébration annuelle est de sensibiliser toute les parties prenantes aussi bien les Gouvernants que les populations à la problématique de la réduction des risques de catastrophes.

 

 

Une façon pour la communauté internationale, par les gouvernements du monde, y compris du Congo, à travers cette sensibilisation, « de renforcer la résilience des communautés à travers une compréhension accrue des phénomènes en présence et la préparation de réponses adaptées aux différents types de situation ». a déclaré Mme Arlette Soudan-Nonault, ministre du Tourisme et de l’Environnement.

 

 

Pour la ministre du tourisme et de l’environnement, « le thème de cette année nous interpelle à plus d’un titre à l’heure où la récurrence des catastrophes naturelles causées par les tsunamis, les cyclones, les ouragans, les pluies diluviennes se trouve exacerbée par le phénomène du changement climatique ».  Elle aussi démontré les conséquences néfastes que ces catastrophes causent au sein des populations : « Les différentes catastrophes naturelles, auxquelles la planète a fait face, en 2018, ont engendré des pertes économiques évaluées à environ 155 milliards de dollars et des pertes humaines évaluées à environ 11 000 morts ».

 

 

La santé des populations en danger permanent

 

 

Les catastrophes naturelles causent, non seulement les pertes en vie humaines et destructions des infrastructures, aussi la santé devient précaire. « La destruction des infrastructures essentielles, lors de la survenue d’une catastrophe, rend difficile l’accès aux soins de santé pour les personnes affectées, mais aussi le relèvement des populations qui se retrouvent complètement démuni et durablement affectées ». a déclaré Mme Arlette Soudan-Nonault.

 

 

A titre d’exemple, le cyclone Idai qui s’est abattu sur le Mozambique et le Zimbabwe en début d’année a détruit près de 90% des infrastructures de la ville Beira au Mozambique et occasionné de milliers de morts, renseigne la déclaration.

 

 

Il est également indispensable, face à de tels phénomènes dévastateurs, de renforcer la résilience non seulement des populations, mais également des infrastructures, afin de minimiser les impacts des éventuelles catastrophes sur celles-ci, dans une perspective de développement durable de nos sociétés.

 

 

Le Congo n’est pas à l’abri…

 

Consciente de la vulnérabilité de la plupart des pays de l’Afrique centrale, y compris la République du Congo, le gouvernement par la voix de la ministre du tourisme et de l’environnement, reconnait que les dommages causés par les pluies diluviennes dans plusieurs départements du Congo ces dernières années ont engendré des érosions dans les grandes agglomérations, des inondations, des glissements de terrain, l’ensablement de certains quartiers.

 

 

La problématique de la réduction des risques de catastrophes nous concerne tous, à tous les échelons et tous les acteurs de la sphère nationale y sont impliqués.

 

 

Renforcer la synergie

 

La 8ème Plateforme Régionale Afrique Centrale pour la Réduction des Risques de Catastrophes, organisée, du 30 Septembre au 4 Octobre 2019, à Kinshasa (RDC), plateforme à laquelle le Congo a été représenté par sa Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a permis aux pays membres de faire le point sur la mise en œuvre du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe et de renforcer notre vision et nos synergies dans ce domaine.

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Afriquenvironnementplus- Adaptation aux changements climatiques : le Fonds d’Adaptation octroi le Congo une enveloppe de 5 milliards francs CFA

La République du Congo bénéficie du Fonds d’adaptation une enveloppe de 5 milliards de FCFA pour matérialiser le projet de renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique des communautés vulnérables du Bassin du fleuve Congo, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

En savoir plus...

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 octobre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Woodbois : 115ième membre du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo !

Bruxelles, Belgique, le 30 septembre 2019 : Woodbois Ltd. rejoint officiellement le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Dans le cadre du processus d'adhésion, Woodbois a présenté les documents requis et s'est engagée à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour la promotion de la gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale.

En savoir plus...

Communique final des travaux de la dixième réunion du SGTAPFS

Le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui technique et financier de la Coopération allemande à travers le projet GIZ d’appui régional à la COMIFAC, a organisé du 05 au 09 Novembre 2019 à Kigali au Rwanda, la dixième réunion du Sous- Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage (SGTAPFS). Bien vouloir télécharger le communiqué final de la réunion…

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019