Les femmes du REFADD renforcent leurs capacités sur l’accès et le partage des avantages (APA)

 

Les femmes du Réseau des Femmes Africaines sur le Développement Durable (REFADD) renforcent leurs capacités sur l’APA

 

Brazzaville (République du Congo), 21 au 22 février 2013– S’est tenu un atelier de renforcement de capacités des membres du Réseau des Femmes Africaines sur le Développement Durable (REFADD) sur le thème : « Femmes et processus APA en Afrique centrale : comment influencer la mise en œuvre au niveau national ? ». Cet atelier, présidé par Madame Eulalie BASHIGE, Présidente Régionale du REFADD et modéré par le formateur M. Chouaibou NCHOUTPOUEN, Expert Biodiversité et Désertification de la COMIFAC, a réuni outre les membres du Bureau régional du REFADD, les représentantes de huit pays: Burundi, Cameroun, Congo, Gabon, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Rwanda et Tchad,  et les personnes ressources.

Organisé grâce à l’appui financier et technique de l’UICN et de la GIZ, cet atelier avait pour objectif global de sensibiliser et de renforcer les capacités des membres du REFADD sur l’APA et de leur permettre ainsi de pouvoir s’engager dans les processus y relatifs  au niveau national.

En effet, 193 pays y compris les pays de l’espace COMIFAC ont ratifié la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) qui est un instrument juridique international contraignant adoptée en juin 1992 pour mettre un terme à l’érosion de la biodiversité. Les Parties à cette Convention s’engagent à atteindre trois objectifs : la conservation de la diversité biologique ; l’utilisation durable de ses éléments ; et le partage juste et équitable des avantages découlant de l’exploitation des ressources génétiques, notamment grâce à un accès satisfaisant aux ressources génétiques et un transfert approprié des techniques pertinentes, compte tenu de tous les droits sur ces ressources et aux techniques, et grâce à un financement adéquat ».

Ce troisième objectif, sur l’accès et le partage des avantages (APA) revêt une importance particulière pour les pays en développement, qui sont dépositaires de la plus grande diversité biologique au monde, et souhaitent qu’un système de compensation pour l’accès à leurs ressources génétiques et connaissances traditionnelles associées soit établit.

Parmi les acteurs susceptibles d’influencer la mise en œuvre du processus APA dans les pays de l’espace COMIFAC, figurent en bonne place les réseaux spécialisés de la CEFDHAC parmi lesquels le REFADD dont les capacités en matière d’APA nécessitent d’être renforcées afin qu’il fasse un plaidoyer en vue de la ratification du Protocole de Nagoya et de la mise en œuvre effective de l’APA dans les pays de l’espace COMIFAC.

A l’issue de la formation, les Rôles des femmes en matière d’APA, les stratégies à mettre en place pour qu’elles jouent pleinement leurs rôles, ainsi que les besoins en renforcement des capacités sur la base des enjeux et les défis liés à la mise en œuvre du Processus APA dans les pays de l’espace COMIFAC, ont été identifiés. Les bases d’une stratégie de communication, éducation et sensibilisation des femmes en matière d’APA ont été lancées, des plans d’action ont été élaborés par chaque point focal et le bureau régional.

Plusieurs recommandations ont été faites par les participants entre autres :

a)     A la COMIFAC

De sensibiliser les Points Focaux CDB/APA à travers le GTBAC de la nécessité d’impliquer les femmes dans la mise en œuvre du processus APA au niveau national ;

b)     Au Bureau Régional du REFADD

De faire le suivi de la mise en œuvre des activités que les Points Focaux se sont engagés à mener cette année afin de contribuer à la mise en œuvre du processus APA dans leurs pays respectifs ;

c)     Aux Points Focaux REFADD

D’initier une rencontre avec le Point Focal CDB et ou APA selon le cas afin de définir les axes de collaboration pour la mise en œuvre du processus APA.

d)     Aux partenaires au développement (UICN, GIZ)

 

D’explorer la possibilité d’appuyer l’organisation d’un atelier de renforcement des capacités des membres du REFADD sur les techniques de mobilisation des ressources financières pour la conservation, la gestion et l’utilisation durable de la biodiversité.

 

Bien vouloir télécharger:

 

Rapport final de l'atelier 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CIFOR : Rejoignez des experts à Nairobi pour promouvoir la restauration des paysages en Afrique

NAIROBI (1er août 2018) - Trouver des solutions pour relever le défi de la restauration des paysages en Afrique, où près de 50 millions d’hectares de terres sont dégradés chaque année, est un défi complexe nécessitant une réponse internationale innovante et coordonnée, déclare un expert en foresterie qui interviendra lors d’une prochaine conférence à Nairobi.

En savoir plus...

IIED long read: Trouver une approche verte pour la Chine et l’Afrique ?

Les entreprises chinoises se répandent sur le sol africain. Les bûcherons, les mineurs, les agriculteurs et les commerçants chinois, ainsi que les investissements d’infrastructure de plusieurs millions de dollars, sont en train de devenir courants à travers le continent. Certains d'entre eux engloutissent des forêts et des bois. Certains apportent d’énormes avantages aux économies africaines. D’autres font les deux. Tous changent l’Afrique.

En savoir plus...

Politique climatique : Quels sont les moteurs du changement de politique pour la REDD + ? Analyse comparative qualitative de l'interaction entre les facteurs institutionnels et politiques

La réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts (REDD+) est devenue un mécanisme prometteur d’atténuation des changements climatiques dans les pays en développement. Afin d’identifier les conditions propices à la réalisation de progrès dans la mise en œuvre d’une REDD+ efficace, efficiente et équitable, le présent document examine les paramètres politiques nationaux dans une analyse comparative dans 13 pays, en mettant l’accent sur le contexte institutionnel et le cadre réel de la scène politique.

En savoir plus...

ScienceDirect : Une allométrie régionale pour les forêts du Bassin du Congo basée sur le plus grand échantillonnage destructif de tous les temps

L’estimation et la surveillance de l’énorme quantité de carbone contenu dans les forêts tropicales, et plus particulièrement dans la biomasse aérienne (BA) des arbres, sont nécessaires pour la mise en œuvre réussie des stratégies d'atténuation des changements climatiques. Sa précision dépend de la disponibilité d’équations allométriques fiables pour convertir les données d’inventaire forestier en estimations de BA. Dans cette étude, nous avons testé si les forêts d’Afrique centrale sont vraiment différentes des autres forêts tropicales en ce qui concerne l’allométrie de la biomasse et nous avons examiné les variations régionales de l’allométrie des arbres tropicaux dans les forêts du Bassin du Congo.

En savoir plus...

CIFOR : Remodeler la restauration des forêts et des paysages sur le terrain au Cameroun

Les efforts de reboisement du Cameroun sont divers en ce qui concerne les acteurs, la géographie et la période pendant laquelle ils ont été réalisés. Les premiers efforts ont eu lieu avant 1990, date à laquelle plus de 11 000 hectares ont été plantés dans la zone forestière dense, selon les chiffres de l'ANAFOR. Entre 1990 et 2000, 2 300 hectares supplémentaires ont été créés avec différents types d’espèces : Eucalyptus, Pinus, Teck, Gmélina, Cyprès, Sapin, Filao, Pygeum, Tetrapleura T, Leuceana dans la savane humide, Neem, Acacia, Leuceana, Gome arabica, Anacardier, Acacia Sénégal, Faidherbia Albida, Citrus spp dans la savane sèche et Terminalia Spp, Voacanga, Wengue, Moabi, Kossipo, Safoutier, Fromager, Acajou, Acajou, Ndjanssang, mangues sauvages dans la zone forestière dense.

 

En savoir plus...

FEM : Construire un monde où les éléphants ne sont pas les prochains dinosaures

Le 12 août, nous célèbrerons la Journée mondiale des éléphants afin de sensibiliser l’opinion publique à la situation critique de la population mondiale d’éléphants. Cette journée est importante pour moi, en tant que gestionnaire de programme du Programme mondial pour la vie sauvage (ou GWP selon son acronyme anglais), lancé il y a deux ans afin de combattre le commerce illégal d'espèces sauvages dans 19 pays d'Asie et d'Afrique.

En savoir plus...

RdP 18 du PFBC - Journée scientifique et académique du PFBC - 27 novembre 2018

L’organisation de la journée scientifique s’inscrit pleinement dans la feuille de route de la Facilitation belge du PFBC. La recherche sur les forêts du bassin du Congo doit servir à définir les priorités d'action et de tirer quand il le faut les sonnettes d'alarme pour que les décideurs politiques prennent conscience de la situation et agissent en conséquence. En outre la recherche doit pouvoir orienter ; de façon responsables et durables, les investissements liés au secteur forêts /biodiversité et aux autres secteurs économiques dont les impacts non contrôlés peuvent affecter considérablement les ressources naturelles dans le Bassin du Congo.

En savoir plus...

Rdp 18 du PFBC – Une journée pour le secteur privé : Les investissements du secteur privé : atout ou menace pour la gestion durable des forêts du Bassin du Congo ?

Bruxelles, 27 novembre 2018 se tiendra une journée entière pour le secteur privé au cours duquel entre autres thématiques suivantes seront discutées : (1) Engagements de gestion responsable et contribution du secteur privé au développement (2) L’urgence d’un plan d’affection des terres dans les pays du Bassin du Congo... Bien vouloir télécharger la concept note de la journée secteur privé...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018