AfriquEnvironement-plus édition avril-mai 2018 : La Commission Climat et le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo devenus opérationnels

 

bien vouloir  télécharger  AfriquEnvironement-plus édition avril-mai 2018 ci-dessous:

34afrique_envplus-2018-41.pdf (2.4 Mo)

 

 

Edito : Une part importante de l ’avenir du Globe s’est jouée au Sommet de Brazzaville

 

 

L’Afrique centrale, avec son Bassin du Congo, deuxième poumon écologique mondiale met en place un instrument financier, le Fonds bleu pour le Bassin du Congo qui devrait financer des projets intégrateurs.

 

 

Après la mise en place de la COMIFAC en mars 1999 à Yaoundé au Cameroun par les chefs d’ état d’Afrique centrale, le Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo qui s’est tenu à Brazzaville en fin avril 2018 ,et au sortir duquel, il a été ratifié l’accord d’institutionnalisation des deux instruments, représente une véritable victoire, mais aussi, un grand défi au regard de l’existence d’autres institutions sous régionales qui, malheureusement  peinent à fonctionner comme voulu.

 

 

En institutionnalisant le Fonds Bleu, les chefs d’état donnent l’opportunité aux partenaires financiers qui, désormais, peuvent et devraient s’appuyer sur ces instruments pour financer les différents projets dans le Bassin du Congo. Le sommet de Brazzaville a été une véritable réussite au regard des conclusions et décisions prises, aussi par la prise de consciences des Etats aussi bien membres de la Commission Climat du Bassin du Congo, y compris le Maroc qui est un acteur majeur pour la mise en œuvre de ces instruments, qui ont vu le jour lors de la COP22 tenue à Marrakech en novembre 2016.

 

 

Tous unanimes et conscients que les questions climatiques et l’environnement impliquent un effort concerté et conjugué des Etats membres du Bassin du Congo et le reste de la planète.  Les chefs d’état du Bassin du Congo ont saisi cette occasion pour rappeler l’urgence de sauvegarder durablement les écosystèmes forestiers et aquatiques de cette sous-région. Avec une population estimée à 152 millions d’habitants en 2015, selon les Nations-Unies, et environ 10.000 espèces de plantes tropicales, dont le tiers n’existe uniquement que dans la région, plus de 400 espèces de mammifères, 1000 sortes d’oiseaux et 700 types de poissons, le Bassin du Congo comprend 220 millions d’hectares de forêts.

 

 

Ainsi, ce massif constitue le repaire, notamment, des éléphants de forêts, des bonobos et des gorilles de plaine et de montagne. Face à cette réalité, la gestion de cet espace spécifique impose, aux pays du Bassin du Congo, une attitude de responsabilités, conforme à l’engagement dans l’application de l’Accord de Paris sur le Climat. Une part importante de l’avenir du globe, en termes d’évolution climatique et de préservation de l’environnement, s’est jouée à Brazzaville, au cœur de l’Afrique.En somme, le Bassin du Congo confirme, une fois de plus, sa vocation à être au service du monde.

 

Raoul SIEMENI

 

Pour d’amples informations bien vouloir  télécharger  AfriquEnvironement-plus édition avril-mai 2018 ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

USFWS - MENTOR-POP (Progress on Pangolins) : Bonne journée mondiale du Pangolin ! Conservation des pangolins en Afrique Centrale

Bonne journée mondiale du Pangolin ! Conservation des pangolins en Afrique Centrale - Les pangolins constituent les mammifères les plus traqués au monde. En 2016, le U.S. Fish and Wildlife Service (Organisme fédéral américain chargé de la préservation de la Faune) a lancé MENTOR-POP (Progress on Pangolins) en collaboration avec la Zoological Society of London pour donner une voix aux pangolins d'Afrique centrale.

En savoir plus...

Les PSE dans les pays en développement : compenser ou récompenser ?

Dans de nombreux pays en développement, le caractère domanial des espaces naturels peut poser des problèmes pour la mise en place des PSE : il faut reconnaître aux usagers des écosystèmes dépourvus de titres fonciers la disposition de tels droits, ce qui se traduira assez inévitablement par un raffermissement du sentiment d’appropriation et pourra déboucher, plus tard, sur des revendications politiques concernant les droits fonciers.

En savoir plus...

Rencontre entre le Sahel et le Nord de l'Afrique Équatoriale : Plein succès de la conférence internationale des Ministres en charge de la Défense, de la sécurité et des aires protégées sur la lutte contre le Braconnage de N’Djamena

Environ 350 participants mobilisés  autour du thème central: « Menaces des groupes armés circulant entre le Sahel, le Soudan et le Nord de l’Afrique Équatoriale pour ses aires naturelles protégées et leurs populations riveraines : Analyse et plan d’actions». Une douzaine de Ministres et une cinquantaine de Hauts- Responsables des Institutions régionales, des partenaires techniques et financiers adoptent une déclaration dite de « Déclaration de N’Djamena »... Aussi disponible en téléchargement le communiqué final du huis des Ministres et chefs de délégation aussi bien que le rapport du segment des experts adoptés par les Ministres. 

En savoir plus...

Les partenaires techniques et financiers se concertent avec les Chefs de Délégation des Pays concernés par la conférence de N’Djamena

Les partenaires techniques et financiers se concertent en marge de la conférence internationale des Ministres en charge de la Défense, de la sécurité et des aires protégées sur la lutte contre le Braconnage de N’Djamena- 24 janvier 2019. Bien vouloir télécharger le compte rendu de la réunion des Partenaires techniques et financiers du PFBC:  Réunion des Partenaires techniques et financiers du PFBC.pdf

En savoir plus...

CNULD : Ibrahim Thiaw annoncé comme le nouveau Secrétaire exécutif de la CNULD

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, à l'issue de consultations avec le Bureau de la Conférence des Parties à la Convention, a annoncé la nomination d'Ibrahim Thiaw (Mauritanie) comme prochain Secrétaire exécutif de la Convention.

En savoir plus...

CNULD : L’Inde accueillera la CdP14 de la CNULD

Bonn, Allemagne - L’Inde accueillera la prochaine Conférence mondiale sur la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse du 7 au 18 octobre 2019 au centre de conférences Vigyan Bhavan à New Delhi. Les participants de 197 Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULD) auront accès, pour la première fois, à une multitude de nouvelles données scientifiques vitales.

En savoir plus...

CNULD : CRIC17 | 28-30 Janvier 2019 | Georgetown, Guyane

Le CRIC17 examinera la première évaluation mondiale de la dégradation des terres sur la base des données d’observation de la Terre communiquées par les gouvernements. L'évaluation, qui a été réalisée par les pays ayant soumis un rapport selon une approche harmonisée, montre les tendances de la dégradation des terres entre 2000 et 2015 sur la base des données fournies par 145 des 197 pays qui sont parties à la Convention.

En savoir plus...

COMIFAC : les membres du Comité de Décision du Projet régional GIZ d’appui à la COMIFAC se concertent à Douala

Douala- Cameroun, 04 Février 2019- La 5ième    et dernière session  du Comité de Décision du Projet régional GIZ d’appui à la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) financé par le Ministère Allemand de la Coopération (BMZ) et mis en œuvre par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019