AfriquEnvironement-plus édition avril-mai 2018 : La Commission Climat et le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo devenus opérationnels

 

bien vouloir  télécharger  AfriquEnvironement-plus édition avril-mai 2018 ci-dessous:

34afrique_envplus-2018-41.pdf (2.4 Mo)

 

 

Edito : Une part importante de l ’avenir du Globe s’est jouée au Sommet de Brazzaville

 

 

L’Afrique centrale, avec son Bassin du Congo, deuxième poumon écologique mondiale met en place un instrument financier, le Fonds bleu pour le Bassin du Congo qui devrait financer des projets intégrateurs.

 

 

Après la mise en place de la COMIFAC en mars 1999 à Yaoundé au Cameroun par les chefs d’ état d’Afrique centrale, le Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo qui s’est tenu à Brazzaville en fin avril 2018 ,et au sortir duquel, il a été ratifié l’accord d’institutionnalisation des deux instruments, représente une véritable victoire, mais aussi, un grand défi au regard de l’existence d’autres institutions sous régionales qui, malheureusement  peinent à fonctionner comme voulu.

 

 

En institutionnalisant le Fonds Bleu, les chefs d’état donnent l’opportunité aux partenaires financiers qui, désormais, peuvent et devraient s’appuyer sur ces instruments pour financer les différents projets dans le Bassin du Congo. Le sommet de Brazzaville a été une véritable réussite au regard des conclusions et décisions prises, aussi par la prise de consciences des Etats aussi bien membres de la Commission Climat du Bassin du Congo, y compris le Maroc qui est un acteur majeur pour la mise en œuvre de ces instruments, qui ont vu le jour lors de la COP22 tenue à Marrakech en novembre 2016.

 

 

Tous unanimes et conscients que les questions climatiques et l’environnement impliquent un effort concerté et conjugué des Etats membres du Bassin du Congo et le reste de la planète.  Les chefs d’état du Bassin du Congo ont saisi cette occasion pour rappeler l’urgence de sauvegarder durablement les écosystèmes forestiers et aquatiques de cette sous-région. Avec une population estimée à 152 millions d’habitants en 2015, selon les Nations-Unies, et environ 10.000 espèces de plantes tropicales, dont le tiers n’existe uniquement que dans la région, plus de 400 espèces de mammifères, 1000 sortes d’oiseaux et 700 types de poissons, le Bassin du Congo comprend 220 millions d’hectares de forêts.

 

 

Ainsi, ce massif constitue le repaire, notamment, des éléphants de forêts, des bonobos et des gorilles de plaine et de montagne. Face à cette réalité, la gestion de cet espace spécifique impose, aux pays du Bassin du Congo, une attitude de responsabilités, conforme à l’engagement dans l’application de l’Accord de Paris sur le Climat. Une part importante de l’avenir du globe, en termes d’évolution climatique et de préservation de l’environnement, s’est jouée à Brazzaville, au cœur de l’Afrique.En somme, le Bassin du Congo confirme, une fois de plus, sa vocation à être au service du monde.

 

Raoul SIEMENI

 

Pour d’amples informations bien vouloir  télécharger  AfriquEnvironement-plus édition avril-mai 2018 ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Note Conceptuelle – Forum sur la Gouvernance forestière en République Du Congo

Cette note conceptuelle présente le but et les objectifs, ainsi qu’un aperçu des thèmes indicatifs du Forum régional sur la Gouvernance Forestière (FGF) en République du Congo, le 30-31 Octobre 2018 à Brazzaville.

En savoir plus...

SNOIE : Synthèses des rapports d’observation indépendante externe -CAMEROUN

De Décembre 2017 à Mai 2018, les organisations de la société civile Camerounaise membres de la Coordination du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), ont réalisés un total de cinq missions d’Observation Indépendante Externe en vue dénoncer les cas d’exploitation forestières présumés illégales perpétrés dans les forêts du domaine nationale et dans les titres légalement attribués.

En savoir plus...

CIFOR FORESTS NEWS: Et si les consommateurs camerounais voulaient aussi du bois légal?

Cameroun - Les Camerounais sont encore peu intéressés par l’origine du bois qu’ils achètent, mais un nombre croissant de consommateurs est prêt à changer ses habitudes de consommation pour favoriser des produits légaux et durables. Telle est la conclusion principale d’une étude récente que j’ai menée avec d’autres scientifiques du Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR) et des partenaires, qui explore le marché domestique du bois au Cameroun.

En savoir plus...

Ofac-Brief: Faire du bois légal une obligation dans les marchés publics en Afrique Centrale

Des études, menées depuis une dizaine d’années dans plusieurs pays d’Afrique centrale, notamment au Cameroun, Gabon, Congo et en RDC, montrent que les marchés nationaux de bois d’œuvre croissent rapidement et sont devenus plus importants en termes de volumes consommés que les marchés d’exportation vers l’Europe ou l’Asie.

En savoir plus...

PARC NATIONAL DE NOUABALE-NDOKI Bulletin mensuel mai 2018

Le mois de Mai a été intense pour l'Unité de Gestion du Parc! Nous avons reçu la visite de nombreux collaborateurs qui ont intervenu sur des aspects divers de nos opérations tels que la formation des écogardes du Parc, l'amélioration de nos systèmes de communication, nos projets en matière de développement de l'écotourisme, un audit financier de nos activités ou encore la livraison de nouveaux générateurs pour nos installations de Bomassa et de Makao.

En savoir plus...

loggingoff.info : Déclaration des organisations de la société civile oeuvrant dans le domaine de la gouvernance forestière et climatique – Brazzaville, République du Congo, juin 2018

En dépit des acquis relatifs aux réformes législatives et de gouvernance qui ont permis la mise en place d’institutions de suivi des activités forestières notamment une transparence accrue des recettes générées par l’industrie du bois ainsi qu’une plus grande participation de la société civile aux processus de décisions, de nombreux défis persistent. La faible cohérence des lois et des politiques ayant un impact sur les forêts y compris une coordination intersectorielle insuffisante, l’ampleur de la corruption et de l’impunité et l’absence de reconnaissance effective des droits des communautés locales et populations autochtones, accentuent les problèmes de gouvernance.

En savoir plus...

Fern : le nouveau partenaire du PFBC. Bienvenue à notre nouveau membre !

Bruxelles, le 08 mai 2018. Fern a officiellement rejoint les membres du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Pour ce faire, Fern a soumis les documents requis et a accepté de respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour promouvoir la gestion durable des écosystèmes forestiers en Afrique Centrale.

En savoir plus...

La Réunion du Conseil du PFBC mobilise à Brazzaville (Congo) le 1er juin 2018

La feuille de route de la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC adoptée, la gouvernance du PFBC axée sur les résultats du PFBC en marche avec le rapport soutenu des leaders des collèges du PFBC, la 4e Réunion du Conseil du PFBC consolide les acquis, crédibilise la réforme de la gouvernance et prépare activement la 18e Réunion des Parties du PFBC qui aura lieu à Bruxelles les 27 et 28 novembre 2018.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018