AfriquEnvironement-plus édition avril-mai 2018 : La Commission Climat et le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo devenus opérationnels

 

bien vouloir  télécharger  AfriquEnvironement-plus édition avril-mai 2018 ci-dessous:

34afrique_envplus-2018-41.pdf (2.4 Mo)

 

 

Edito : Une part importante de l ’avenir du Globe s’est jouée au Sommet de Brazzaville

 

 

L’Afrique centrale, avec son Bassin du Congo, deuxième poumon écologique mondiale met en place un instrument financier, le Fonds bleu pour le Bassin du Congo qui devrait financer des projets intégrateurs.

 

 

Après la mise en place de la COMIFAC en mars 1999 à Yaoundé au Cameroun par les chefs d’ état d’Afrique centrale, le Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo qui s’est tenu à Brazzaville en fin avril 2018 ,et au sortir duquel, il a été ratifié l’accord d’institutionnalisation des deux instruments, représente une véritable victoire, mais aussi, un grand défi au regard de l’existence d’autres institutions sous régionales qui, malheureusement  peinent à fonctionner comme voulu.

 

 

En institutionnalisant le Fonds Bleu, les chefs d’état donnent l’opportunité aux partenaires financiers qui, désormais, peuvent et devraient s’appuyer sur ces instruments pour financer les différents projets dans le Bassin du Congo. Le sommet de Brazzaville a été une véritable réussite au regard des conclusions et décisions prises, aussi par la prise de consciences des Etats aussi bien membres de la Commission Climat du Bassin du Congo, y compris le Maroc qui est un acteur majeur pour la mise en œuvre de ces instruments, qui ont vu le jour lors de la COP22 tenue à Marrakech en novembre 2016.

 

 

Tous unanimes et conscients que les questions climatiques et l’environnement impliquent un effort concerté et conjugué des Etats membres du Bassin du Congo et le reste de la planète.  Les chefs d’état du Bassin du Congo ont saisi cette occasion pour rappeler l’urgence de sauvegarder durablement les écosystèmes forestiers et aquatiques de cette sous-région. Avec une population estimée à 152 millions d’habitants en 2015, selon les Nations-Unies, et environ 10.000 espèces de plantes tropicales, dont le tiers n’existe uniquement que dans la région, plus de 400 espèces de mammifères, 1000 sortes d’oiseaux et 700 types de poissons, le Bassin du Congo comprend 220 millions d’hectares de forêts.

 

 

Ainsi, ce massif constitue le repaire, notamment, des éléphants de forêts, des bonobos et des gorilles de plaine et de montagne. Face à cette réalité, la gestion de cet espace spécifique impose, aux pays du Bassin du Congo, une attitude de responsabilités, conforme à l’engagement dans l’application de l’Accord de Paris sur le Climat. Une part importante de l’avenir du globe, en termes d’évolution climatique et de préservation de l’environnement, s’est jouée à Brazzaville, au cœur de l’Afrique.En somme, le Bassin du Congo confirme, une fois de plus, sa vocation à être au service du monde.

 

Raoul SIEMENI

 

Pour d’amples informations bien vouloir  télécharger  AfriquEnvironement-plus édition avril-mai 2018 ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI NEWS N° 002

Le projet CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) est mis en œuvre dans les pays d’Afrique Centrale dans un contexte dominé par un braconnage transfrontalier intensif, notamment celui des éléphants.Les activités du projet se concentrent sur la protection de la biodiversité et contribuent à réduire l’impact du braconnage dans les sites de mise en œuvre. A travers la lutte anti-braconnage qui suit une approche concertée et efficace, impliquant le renforcement des capacités matérielles et humaines, la multiplication des patrouilles, l’utilisation des outils innovants dans la collecte des données et le renforcement du volet judiciaire, la gestion du Dja et du TNS, deux sites fortement soumis aux pressions des braconniers s’améliore.

En savoir plus...

Le PFBC mobilisé à N’Djamena pour préparer la conférence internationale ministérielle sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières

Signature du protocole d’entente concernant l’organisation de la Conférence et ses termes de référence… le Facilitateur du PFBC est reçu par son Excellence Monsieur Idriss Deby, président de la République du Tchad… le Facilitateur du PFBC remet aux diplomates de la sous-région les termes de références de la Conférence… Définition des thèmes de la session des experts des 23/24 janvier 2019 et désignation des chefs de file des 4 thématiques retenues…

En savoir plus...

Sciencesetavenir : Le changement climatique pose un risque "extrême" pour deux tiers des villes africaines

Un rapport émanant d'un cabinet de conseil met en garde sur la vulnérabilité économique au changement climatique, qui concerne tout particulièrement les grandes villes africaines...Bangui, capitale et plus grande ville de la République centrafricaine, est l'une des villes les plus vulnérables au changement climatique selon ce rapport.

En savoir plus...

Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC reçu en audience par le Président Idriss Deby ITNO

N’Djamena, le 23 octobre 2018Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC), le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC M. Ndomba Ngoye Raymond et le Co-Facilitateur Maxime Nzita ont été reçus par son Excellence Monsieur Idriss Deby ITNO, Président de la République du Tchad.  

En savoir plus...

UEREDD Facility-Insights sur les chaînes d'approvisionnement en produits présentant des risques pour la forêt

Le mécanisme UEREDD a le plaisir de partager avec vous quelques mises à jour sur l’initiative Transparence pour des économies durables (Trase), qui vise à améliorer la transparence, la clarté et l’accessibilité de l’information sur les chaînes d’approvisionnement en produits de base qui sont à l’origine du déboisement tropical.

 

En savoir plus...

Oecdobserver : Données vs déforestation : Une percée dans la transparence de la chaîne d’approvisionnement

Nous nous frayons un chemin à travers les forêts tropicales. Qu’il s’agisse d’un cappuccino pour le petit-déjeuner, d’un hamburger pour le déjeuner ou d’une tablette de chocolat en fin de repas, ce que nous consommons dans les pays de l’OCDE est souvent lié à la déforestation sous les tropiques, où les arbres tombent à une vitesse alarmante.

En savoir plus...

rainforestfoundationuk-En désaccord : le moratoire sur l’exploitation forestière, la programmation géographique et la cartographie communautaire en RDC

Sur les trois conditions à respecter pour lever le moratoire de la RDC sur les nouvelles concessions d’exploitations forestières, seulement la troisième, sur « la programmation géographique de futures allocations » pour une période de trois ans « définie par un processus consultatif », doit encore être remplie. En théorie, cette condition relativement vague pourrait facilement être remplie ce qui rendrait dix millions d’hectares de forêt accessibles aux entrepreneurs forestiers. Cependant, ce briefing montre, grâce à des données collectées par MappingForRights et d’autres sources, que tout processus qui ne prend pas assez en compte les communautés et les autres usagers des forêts aurait inévitablement des conséquences négatives.

En savoir plus...

Communiqué final du Forum sur la Gouvernance Forestière

Du 30-31 Octobre 2018, s’est tenu dans la salle Mbé de l’hôtel Ledger à Brazzaville, République du Congo, le Forum régional sur la Gouvernance Forestière (FGF) sous le haut parrainage du Premier Ministre, Chef de Gouvernement de la République du Congo. Cet événement est le 1er du genre pour le projet CV4C, mais le 11ème d’une série de conférences internationales similaires organisées sous les auspices du précédent projet SAFG et le projet EU-CFPR du Centre International pour le Développement et la Formation (CIDT).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018

CAWHFI NEWS N° 002
FGF Brazzaville 2018