Madagate : Abidjan. Déclaration commune sur l'accaparement des terres en Afrique francophone

 

 

Déclaration de la Conférence Régionale Afrique Francophone sur le thème: «Accaparement des terres en Afrique francophone: identifier et promouvoir les solutions endogènes pour s’en sortir » du 21 au 23 Novembre 2017 à Abidjan.

 

« Dieu créa les cieux et la terre. Le Seigneur Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et le garder » (Gn1,1 ;2,15)

 

En créant le ciel et la terre Dieu a voulu que l’homme puisse travailler la terre pour le bien de tous. Mais poussé par l’égoïsme, il tomba dans le péché de l’accaparement et toutes les conséquences qui s’en suivent.

 

En nous appuyant sur la parole de Dieu et l’enseignement du Pape François sur l’Environnement dans la Lettre Encyclique Laudato si (LS), et faisant suite à la conférence continentale sur l'accaparement des terres qui s'est tenue à Limuru, au Kenya, en novembre 2015,

 

Nous Archevêques, Évêques, Prêtres, Religieux et Religieuses, Imams, Chefs coutumiers, Chefs de village, Agents pastoraux et Acteurs de la Société civile, Organisations partenaires réunis en conférence régionale Afrique francophone sur le thème «Accaparement des terres en Afrique francophone : identifier et promouvoir les solutions endogènes pour s’en sortir», déclarons ce qui suit :

 

La Terre c’est la vie. L’Accaparement des Terres est un phénomène grave qui interpelle toute conscience.

 

Les crises alimentaire, énergétique et financière des années 2000 ont accéléré l'afflux massif des investissements de capitaux dans les biens fonciers, considéré comme actif financier et marchandise, provoquant une grande vague sans précédent d'accaparement des terres en Afrique.

 

Cet accaparement est dissimulé sous le couvert des expressions de «croissance économique», «développement», «sécurité alimentaire» pour l'Afrique. En réalité c’est une voie ouverte aux compagnies ou institutions locales, nationales, internationales qui se servent des autorités coutumières, religieuses, militaires, politiques et les élites politico-administratives des nations africaines pour perpétuer les modèles économiques orientés vers l'accaparement des terres, des eaux et des ressources naturelles africaines.

 

L'accaparement des terres aggrave le fossé entre les pauvres et les riches en Afrique où des millions de personnes dont l’existence est liée aux ressources naturelles y compris la terre et l’eau ne disposent pas du minimum pour mener une vie décente. Les guerres et les conflits fréquents en Afrique, le terrorisme, l’exode rural, les déplacements forcés, les migrations internes et internationales ainsi que les espaces de plus en plus restreints pour la société civile sont des effets pervers de ce système. Malheureusement, cet état de fait devient une donne récurrente qui engendre le péché de l’indifférence (Cf.LS,14) alors que les victimes sont des êtres humains comme chacun de nous et non de simples données statistiques.

 

Nous constatons que toutes ces menaces à la vie sont persistantes et vont à l’encontre des besoins fondamentaux de l’humanité, des droits humains internationalement reconnus et des valeurs religieuses, évangéliques, sociales et culturelles africaines.

 

Au vu de tout ce qui précède nous déclarons:

 

  1. L’eau, les semences et notamment la terre ne sont pas et ne devraient pas être une marchandise. La terre est notre mère (Cf. LS,1).

 

  1. La notion de « mise en valeur de la terre » doit être fondamentalement revue pour intégrer les dimensions environnementales, traditionnelles, spirituelles et sociales africaines. L’existence humaine va au delà des chiffres ou de la finance!

 

  1. Il est urgent d'arrêter l'accaparement des terres sous toutes ses formes en Afrique;

 

  1. Nous sommes solidaires des familles et des communautés touchées par cette menace et qui luttent contre la prise de contrôle de leurs terres et de leurs ressources, en particulier celles qui ont perdu des proches, et les militants des droits fonciers qui sont constamment persécutés ;

 

  1. Nous condamnons la criminalisation, les arrestations, les emprisonnements, la persécution et les assassinats des victimes d’accaprement des terres, des militants et des défenseurs des droits fonciers. Nous rassurons les victimes qu’elles ne sont pas seules dans leur lutte et nous nous engageons à nous servir de toutes les procédures légales disponibles pour les encourager et les soutenir dans leur noble lutte ;

 

En savoir plus....

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Rapport annuel 2017 de la Fondation pour le Trinational de la Sangha-FTNS

Du 1er janvier au 31 décembre 2017, le bilan risque d’être long à dresser, tellement les actions menées sont nombreuses et variées ! Que retenir donc parmi la multitude de projets mis en œuvre dans le complexe transfrontalier du TNS ?

En savoir plus...

Radiookapi-Haut-Uele : la délégation chargée d’identification des Mbororo est dépourvue des moyens à Dungu

La délégation déployée lundi 23 juillet dans le territoire de Dungu pour le lancement de l’opération d’identification des Mbororo est dépourvue des moyens et éprouve d’énormes difficultés pour remplir sa mission.

En savoir plus...

Gembloux Agro-Bio Tech de l'Université de Liège – Gembloux, Belgique devient le 108e membre du PFBC

C’est avec beaucoup de plaisir que la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC et l'ensemble des partenaires du PFBC accueillent chaleureusement l’adhésion de Gembloux Agro-Bio Tech de l'Université de Liège – Gembloux qui s’engage à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC.

En savoir plus...

REDD+ au Cameroun : 850 millions de Fcfa pour cinq projets développés au sein des Communes/Groupements de communes par Le PNDP

Dans le cadre de l’implémentation du processus REDD+ et de la lutte contre les changements climatiques au Cameroun, le Programme National de Développement Participatif (PNDP) participe comme acteur majeur, au niveau national avec la mise en œuvre des projets pilotes REDD+ et accompagne le gouvernement à travers le Secrétariat Technique REDD+ à la réalisation des études et réflexions, à l’élaboration des outils et documents de stratégie pour l’implémentation du processus REDD+ au Cameroun.

En savoir plus...

Communiqué Final : Atelier national de lancement de la Composante CAMEROUN du projet régional CBSP-Partenariats pour la conservation de la biodiversité : financement durable des systèmes d’aires protégées dans le Bassin du Congo-PIMS 3447

L’atelier national de lancement de la composante Cameroun du Projet Régional s’est tenu le 5 juillet 2018 à l’Hôtel Djeuga Palace à Yaoundé. Au terme des présentations et des échanges, les participants ont formulé les recommandations suivantes :A l’endroit du PNUD: Prendre le « lead » en vue de coordonner le plaidoyer en vue de la signature et la mise en place de l’agence de gestion des aires protégées...A l’endroit du MINFOF: Relancer le projet de création de l’agence de gestion des aires protégées...

En savoir plus...

18ème Réunion des Parties du PFBC : Note d’information et Projet de programme officiel

La 18ème Réunion des Parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) aura lieu les 27 et 28 novembre 2018 à Bruxelles en Belgique. Le programme de la réunion s’articule autour de : La réunion des collèges du PFBC – 27 novembre de 9h00 à 12h00 ; Un segment technique de la RdP 18 du PFBC ; une cérémonie de bienvenue des participants…

En savoir plus...

Fern-Des forêts à l'UE : Vlog tournée européenne des représentants de la société civile de pays tropicaux forestiers en Europe

Des représentants de la société civile du Ghana, Libéria, Cameroun, Congo et Vietnam ont fait le voyage jusqu'en Europe pour relater leurs expériences, succès, défis et leçons tirées de FLEGT et des Accords de Partenariat Volontaire (APV) afin de lutter contre le commerce de bois illégal.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel JUIN 2018

Je suis heureux de vous annoncer le lancement officiel de la phase de démarrage du Programme de Gestion de la Faune Sauvage (Sustainable Wildlife Management ou SWiM) en République du Congo, lequel est financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par un consortium incluant la FAO, le CIRAD, le CIFOR et la WCS. Ce projet prévoit de développer un modèle reproductible de gestion communautaire durable de la chasse dans des concessions forestières.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018