Madagate : Abidjan. Déclaration commune sur l'accaparement des terres en Afrique francophone

 

 

Déclaration de la Conférence Régionale Afrique Francophone sur le thème: «Accaparement des terres en Afrique francophone: identifier et promouvoir les solutions endogènes pour s’en sortir » du 21 au 23 Novembre 2017 à Abidjan.

 

« Dieu créa les cieux et la terre. Le Seigneur Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et le garder » (Gn1,1 ;2,15)

 

En créant le ciel et la terre Dieu a voulu que l’homme puisse travailler la terre pour le bien de tous. Mais poussé par l’égoïsme, il tomba dans le péché de l’accaparement et toutes les conséquences qui s’en suivent.

 

En nous appuyant sur la parole de Dieu et l’enseignement du Pape François sur l’Environnement dans la Lettre Encyclique Laudato si (LS), et faisant suite à la conférence continentale sur l'accaparement des terres qui s'est tenue à Limuru, au Kenya, en novembre 2015,

 

Nous Archevêques, Évêques, Prêtres, Religieux et Religieuses, Imams, Chefs coutumiers, Chefs de village, Agents pastoraux et Acteurs de la Société civile, Organisations partenaires réunis en conférence régionale Afrique francophone sur le thème «Accaparement des terres en Afrique francophone : identifier et promouvoir les solutions endogènes pour s’en sortir», déclarons ce qui suit :

 

La Terre c’est la vie. L’Accaparement des Terres est un phénomène grave qui interpelle toute conscience.

 

Les crises alimentaire, énergétique et financière des années 2000 ont accéléré l'afflux massif des investissements de capitaux dans les biens fonciers, considéré comme actif financier et marchandise, provoquant une grande vague sans précédent d'accaparement des terres en Afrique.

 

Cet accaparement est dissimulé sous le couvert des expressions de «croissance économique», «développement», «sécurité alimentaire» pour l'Afrique. En réalité c’est une voie ouverte aux compagnies ou institutions locales, nationales, internationales qui se servent des autorités coutumières, religieuses, militaires, politiques et les élites politico-administratives des nations africaines pour perpétuer les modèles économiques orientés vers l'accaparement des terres, des eaux et des ressources naturelles africaines.

 

L'accaparement des terres aggrave le fossé entre les pauvres et les riches en Afrique où des millions de personnes dont l’existence est liée aux ressources naturelles y compris la terre et l’eau ne disposent pas du minimum pour mener une vie décente. Les guerres et les conflits fréquents en Afrique, le terrorisme, l’exode rural, les déplacements forcés, les migrations internes et internationales ainsi que les espaces de plus en plus restreints pour la société civile sont des effets pervers de ce système. Malheureusement, cet état de fait devient une donne récurrente qui engendre le péché de l’indifférence (Cf.LS,14) alors que les victimes sont des êtres humains comme chacun de nous et non de simples données statistiques.

 

Nous constatons que toutes ces menaces à la vie sont persistantes et vont à l’encontre des besoins fondamentaux de l’humanité, des droits humains internationalement reconnus et des valeurs religieuses, évangéliques, sociales et culturelles africaines.

 

Au vu de tout ce qui précède nous déclarons:

 

  1. L’eau, les semences et notamment la terre ne sont pas et ne devraient pas être une marchandise. La terre est notre mère (Cf. LS,1).

 

  1. La notion de « mise en valeur de la terre » doit être fondamentalement revue pour intégrer les dimensions environnementales, traditionnelles, spirituelles et sociales africaines. L’existence humaine va au delà des chiffres ou de la finance!

 

  1. Il est urgent d'arrêter l'accaparement des terres sous toutes ses formes en Afrique;

 

  1. Nous sommes solidaires des familles et des communautés touchées par cette menace et qui luttent contre la prise de contrôle de leurs terres et de leurs ressources, en particulier celles qui ont perdu des proches, et les militants des droits fonciers qui sont constamment persécutés ;

 

  1. Nous condamnons la criminalisation, les arrestations, les emprisonnements, la persécution et les assassinats des victimes d’accaprement des terres, des militants et des défenseurs des droits fonciers. Nous rassurons les victimes qu’elles ne sont pas seules dans leur lutte et nous nous engageons à nous servir de toutes les procédures légales disponibles pour les encourager et les soutenir dans leur noble lutte ;

 

En savoir plus....

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

RDP18: Déclaration de Bruxelles - Nouvelle version consolidée

La Facilitation belge du PFBC a reçu une série d’amendements sur la première mouture du projet de Déclaration de Bruxelles.  Elle les a intégré et vous prie de bien vouloir trouver ci-jointe la nouvelle version du projet de « Déclaration de Bruxelles ».

En savoir plus...

Cidt- 1,4 million de livres sterling pour renforcer le projet CV4C

Un financement de 1,4 million de livres sterling a été accordé à un projet innovant qui vise à transformer la vie des populations dans la forêt tropicale du Congo. L’Université de Wolverhampton travaillera dans les cinq pays du Bassin du Congo avec l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol), dans le cadre du projet.

En savoir plus...

FGF Brazzaville 2018

Le 11ème Forum sur la gouvernance forestière aura lieu du 30 au 31 octobre 2018 à Brazzaville. C’est le premier forum organisé dans le cadre du projet CV4C financé par l’UE. Calqué sur le modèle des réunions semestrielles de mise à jour sur l’exploitation illégale à Chatham House, le FGF vise à contribuer aux buts plus étendus du projet CV4C à travers le partage d’expériences et la sensibilisation, et en promouvant le profil des processus APV-FLEGT et REDD +.

En savoir plus...

Transformation agricole, le défi africain, 10, 11 Décembre 2018. Radisson Blu Okoumé Palace Hotel, Libreville, Gabon

Cette édition est marquée par la programmation de conférences dédiées à la promotion de l’investissement, à l’innovation et la modernisation du secteur agricole en Afrique francophone. AAF 2018 exposera les potentialités d’investissement dans un secteur hautement stratégique dans les pays de la sous-région, devant un parterre de plus de 400 participants de près de 30 pays, représentant : délégations ministérielles, agroindustriels, fonds d’investissement, organisations internationales...

En savoir plus...

FVC : le Fonds Vert pour le Climat annonce des plans ambitieux pour la prochaine réunion du Conseil : 1,1 milliard USD de propositions de projet, dont le premier financement climatique du FVC pour la Chine.

New York, 28 septembre 2018 Le Fonds Vert pour le Climat a annoncé aujourd’hui que son Conseil examinera des projets d’une valeur de 1,148 million USD en vue d’approbation lors de sa réunion le mois prochain. S’exprimant en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New York, Javier Mazanares, Directeur Exécutif Adjoint du FVC, a déclaré, « Aujourd’hui nous présentons au Conseil 20 projets à examiner lors de sa réunion le mois prochain.

En savoir plus...

ScienceDirect : Une allométrie régionale pour les forêts du Bassin du Congo basée sur le plus grand échantillonnage destructif de tous les temps

L’estimation et le suivi d’un volume important de carbone contenu dans les forêts tropicales, notamment dans la biomasse aérienne des arbres, sont importants pour la mise en œuvre efficace des stratégies d’atténuation des changements climatiques. Son exactitude est tributaire de la disponibilité d’équations allométriques fiables permettant de convertir les données d’inventaire forestier en estimations BA.

En savoir plus...

Bref rapport de la première conférence des sciences sociales de l’IUFRO sur « les stratégies et politiques africaines en matière de forêts » (Conférence AFORPOLIS 2018)

Du 24 au 27 septembre 2018, environ 150 participants venus de 27 pays, dont les pays africains (Bénin, Ethiopie, République Démocratique du Congo, Cote d’Ivoire, République du Congo, Kenya, Mozambique, Madagascar, Nigeria, Tunisie), le Japon, l’Indonésie, les Etats-Unis, la Chine, le Canada et des pays européens (Finlande, France, Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni) se sont retrouvés à Yaoundé, au Cameroun, pour prendre part à la première conférence des sciences sociales de l’IUFRO sur les Stratégies et politiques africaines en matière de forêts (Conférence AFORPOLIS 2018)

En savoir plus...

Declaration: London Conference on the Illegal Wildlife Trade 2018

Nous, les représentants des Gouvernements, réunis à Londres les 11 et 12 octobre 2018, reconnaissant l’ampleur des effets néfastes sur l’économie, l’environnement, la sécurité et la société du commerce illicite d’espèces sauvages, prenons l’engagement politique suivant et appelons la communauté internationale à se mobiliser pour soutenir et mettre en place des mesures collectives urgentes pour combattre le commerce illicite d’espèces sauvages comme un crime grave commis par des criminels organisés, et fermer les marchés des espèces de faune et de flore victimes de ce commerce illicite....

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018

FGF Brazzaville 2018