Des avancées significatives au sein du CCNUCC

 

 

La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) s’est tenue à Bonn, en Allemagne, du 1er au 11 juin 2015 et a compris les 42e sessions de l’Organe subsidiaire de mise en œuvre (SBI) et de l’Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique (SBSTA). La neuvième partie de la deuxième session du Groupe de travail spécial de la plate-forme de Durban pour une action renforcée (ADP 2-9) a également eu lieu. La réunion a rassemblé près de 4 000 participants représentant les États étant Parties et les États admis en qualité d’observateurs, des organisations internationales, des organisations non gouvernementales (ONG) et des médias.

 

Dans une ambiance estivale, les Parties à la CCNUCC se sont réunies dans le Centre de conférence international de Bonn récemment inauguré, à mi-chemin de la Conférence de Paris sur les changements climatiques qui se tiendra en décembre 2015 et où elles devraient adopter un nouvel accord juridiquement contraignant. Les délégués à la conférence de Bonn se sont trouvés face à une tâche titanesque. Les négociateurs de l’ADP devaient élaborer un texte de négociation rationalisé et concis pour l’accord de 2015, envisager les éléments à inclure dans l’accord et les éléments à laisser aux décisions de la CdP, et entamer des négociations de fond. Ils devaient aussi poursuivre leurs efforts visant à renforcer l’action climatique d’ici 2020. L’ordre du jour chargé de l’ADP s’est trouvé sous les feux de la rampe, bien que le SBSTA et le SBI aient eu une longue liste de questions en suspens à examiner. Alors que des progrès ont été accomplis sur certains points du SBI et du SBSTA, les négociations menées dans le cadre de l’ADP ont principalement porté sur les modifications rédactionnelles mineures à apporter au texte de Genève et aux modalités de travail.

 

Malgré les progrès limités réalisés dans le cadre de l’ADP, les progrès accomplis sur des questions telles que le programme REDD+ semblent suggérer que la coopération intergouvernementale pourrait constituer un fondement important pour les réalisations hors de la CCNUCC. Le programme REDD+ constitue une approche fondamentalement ascendante, volontaire et sectorielle de l’adaptation aux changements climatiques, dont la mise en œuvre a jusqu’à présent reposé sur l’initiative de pays volontaires avec l’appui de dispositions internationales et bilatérales dépassant le cadre de la CCNUCC.

 

Certains délégués de Bonn se sont demandés si cette approche hybride, à la fois ascendante et descendante, pourrait être le signe de la gouvernance climatique à venir. Les démarches reposant sur une « coalition des volontaires » ne sont pas nouvelles dans les négociations climatiques. Lors de la malheureuse Conférence de Copenhague sur les changements climatiques en 2009, une approche ascendante de la gouvernance climatique a été initiée.

 

Depuis lors, le régime climatique a accompli des progrès notables dans la création d’un processus intergouvernemental qui combine et examine les efforts ascendants déployés, grâce à l’évaluation et l’examen au niveau international et aux consultations et analyses internationales. Il est surtout attendu de la Conférence de Paris sur les changements climatiques qu’elle mène ce processus à terme en créant une structure hybride qui réunisse les contributions des Parties déterminées au niveau national dans un cadre convenu au niveau international. À cet égard, un signal positif a été émis par les dirigeants du G7 qui se sont réunis dans le sud de l’Allemagne parallèlement à la conférence de Bonn.

 

Les dirigeants se sont engagés à jouer leur rôle dans la création d’une économie mondiale à faible émission de carbone à long terme. Comme les Parties à la CCNUCC, ils ont reconnu que cette transformation radicale ne peut être uniquement réalisée par les États. Dans cet esprit, le G7 a appelé les banques multilatérales de développement à exploiter leur capacité à mobiliser d’autres partenaires pour aider les pays dans leur transition vers une économie à faible émission de carbone. Leur appel a été repris par le Fonds pour l’environnement mondial avec l’adoption d’un nouveau programme de travail visant à renforcer la collaboration avec les initiatives du secteur privé qui tentent de générer des avantages pour l’environnement mondial. La brève analyse qui suit s’intéresse à la Conférence sur les changements climatiques de Bonn, examine les résultats de la réunion, et analyse la dynamique de négociation en cours ainsi que ses implications pour les réunions à venir en vue de Paris.

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le document ci-dessous :

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC