Initiative pour la forêt de l'Afrique centrale (CAFI) : Déclaration conjointe

 

 

Bien vouloir télécharger la Déclaration conjointe

 

 

 

Initiative pour la forêt de l'Afrique centrale (CAFI)

Déclaration conjointe

 29 septembre 2015

 

PREAMBULE

 

Reconnaissant les multiples biens et services écosystémiques fournis par la forêt d'Afrique centrale - la deuxième plus grande forêt tropicale du monde - en particulier sa contribution à l'atténuation des changements climatiques, à la préservation de la biodiversité et au développement durable, et le rôle essentiel que ces forêts jouent pour les moyens d'existence des populations et communautés qui dépendent de la forêt;

 

Reconnaissant que la pression sur la forêt augmente, que les réformes en vue d’orienter les économies de l'Afrique centrale dans une voie de développement durable sobre en carbone doivent être renforcées, et que les efforts pour sauver cette forêt sont souvent dispersés, non-coordonnés et sous-financés;

 

Soulignant que les moteurs de la déforestation dans la région sont multiples, à la fois directs et indirects, et souvent liés à la faiblesse de gouvernance et d'application de la loi, à un manque d'aménagement du territoire, une absence de sécurisation foncière pour les populations et les communautés locales, une pauvreté et pression démographique importantes, ainsi qu'à une insécurité alimentaire et un manque de revenus, et que les mesures visant à lutter contre la déforestation auront à répondre à ces causes sous-jacentes afin de permettre aux pays de la région de se développer et de prospérer, tout en gérant durablement leurs ressources naturelles;

 

Reconnaissant les progrès accomplis par les pays d'Afrique centrale dans la mise en place de conditions favorables, de politiques ambitieuses et de nouveaux mécanismes institutionnels pour lutter contre l'exploitation illégale de la forêt, réduire la déforestation et la dégradation forestière et mettre en œuvre des stratégies de développement sobres en carbone - ainsi qu'une tendance croissante au niveau mondial d'engagements par le secteur privé en faveur de filières agricoles sans impact sur la forêt;

 

Rappelant que, selon les Accords de Cancun, un financement accru, nouveau et additionnel, adéquat et prévisible est accordé aux pays en développement;

Reconnaissant les limites des moyens propres des pays d’Afrique centrale ainsi que les limites des initiatives multilatérales existantes pour canaliser les investissements préalables nécessaires à la mise en œuvre de réformes essentielles et répondre aux moteurs de la déforestation en Afrique centrale.

 

OBJECTIFS

Sur cette base, les pays d'Afrique centrale au couvert forestier humide élevé (au-delà de 20 000 km2) et une coalition de bailleurs engagés ont décidé de conclure un partenariat et d'établir l'Initiative forêt de l'Afrique centrale (dont le sigle en anglais est CAFI). L'objectif de cette initiative est de reconnaître et de préserver la valeur de la forêt dans la région dans l’optique d’atténuer les changements climatiques, de réduire la pauvreté et de contribuer au développement durable. Cet objectif sera réalisé à travers la mise en œuvre par les pays de cadres d'investissement de développement sobre en carbone holistiques qui incluent des réformes politiques et des mesures nationales portant sur les facteurs de déforestation et la dégradation des forêts. La gamme des activités devant être soutenues dépendra du contexte spécifique du pays et de la dynamique des moteurs. L'Initiative sera un forum de partenariat et de partage des expériences entre pays.

 

ENGAGEMENTS DES PAYS BAILLEURS

Grâce à l'initiative Forêt de l'Afrique Centrale, les bailleurs s’engagent à assurer une meilleure coordination et harmonisation entre eux et à mobiliser des ressources pour la mise en œuvre des cadres nationaux d'investissement développés par les pays d'Afrique centrale. Une partie de l'appui des bailleurs de fonds sera canalisée à travers un mécanisme de financement distinct géré par le Bureau des Fonds Fiduciaires Multipartenaires des Nations Unies. Des contributions complémentaires  au travers d'autres canaux seront aussi encouragées. L'Initiative sera ouverte aux bailleurs de fonds publics et privés.

 

ENGAGEMENTS DES PAYS PARTENAIRES

Les pays partenaires d’Afrique centrale à haut couvert forestier qui choisissent d'adhérer à l'Initiative s’engageront à élaborer et à mettre en œuvre des cadres d'investissement pour conduire les réformes nationales et soutenir divers programmes multisectoriels visant des changements transformationnels réduisant les émissions issues de la déforestation et de la dégradation forestière. Ces cadres nationaux d'investissement seront élaborés d'une manière transparente et participative, respecteront les sauvegardes environnementales et sociales établies, et seront liés aux cycles de planification généraux du pays, ainsi qu’à sa vision globale de développement.

 

COOPERATION SUD-SUD

CAFI encourage et est disposée à soutenir des programmes de coopération triangulaire et Sud-Sud. Les pays tiers et des organisations internationales intéressés sont invités à participer au CAFI par des programmes qui visent, en particulier, le renforcement des capacités, l'échange d'expériences et la mise à disposition d'expertise pour la mise en œuvre de politiques qui contribueront à l'atteinte des résultats  fixés par CAFI, et à répondre aux moteurs de la déforestation et de la dégradation forestière.

 

MISE EN ŒUVRE

L'initiative a un objectif de capitalisation initiale d’un minimum de 500 millions de dollars américains pour la période 2015-2025. La possibilité de solliciter un cofinancement d'autres sources, y compris le Fonds Vert pour le Climat en faveur des programmes nationaux à travers des entités accréditées appropriées sera explorée.

L'initiative permettra de financer un cadre national d'investissement par pays éligible à la demande du gouvernement national au plus haut niveau sur la base d’un engagement fort à mener des réformes qui répondent aux moteurs de la déforestation et de la dégradation forestière. L'Initiative aura une approche basée sur la performance avec des décaissements basés sur des objectifs convenus.

 

Lors de l’approbation d’une allocation financière à un tel cadre national d'investissement, une lettre d'intention convenue entre le pays partenaires et les bailleurs de l'Initiative précisera les engagements mutuels relatifs aux investissements. En raison du caractère transversal de ces investissements, la mise en œuvre des programmes devra être pilotée par un groupe de travail de haut niveau interministériel sous la supervision d’un ministère ou d'une entité gouvernementale transversal en charge de la coordination des financements et des réformes.

 

PAYS ET ORGANISATIONS SOUTENANT LA CREATION DE CAFI

Pays partenaires d’Afrique centrale : République du Cameroun, République de la Guinée équatoriale, République gabonaise, République centrafricaine, République démocratique du Congo et République du Congo.

 

Pays et organisations bailleurs : République fédérale d'Allemagne, République française, Royaume de Norvège, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord et Union européenne.

 

Partenaires Sud-Sud: Brésil

 

Bien vouloir télécharger la Déclaration conjointe ci-dessous :

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019