CAWHFI NEWS N°004

 

 

Édito

 

La phase actuelle du projet CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) mise en œuvre par l’UNESCO, grâce au soutien financier de l’Union européenne s’achèvera en mars en 2020. Un des résultats majeurs attendus à son terme est le lancement du processus d’inscription de nouveaux sites de la sous-région sur la Liste du patrimoine mondial.

 



Sur les 1121 Biens inscrits sur cette Liste, l’Afrique Subsaharienne ne compte que 96, soit environ 8,5%. L’Afrique Centrale pourtant réputée pour sa mosaïque forestière, sa biodiversité exceptionnelle qu’abrite ses forêts mais aussi sa riche diversité culturelle qui caractérise ses populations, ne compte que 13 sites dont 6 sont inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Quant aux autres sites, ils font face à de nombreuses pressions telles que la recrudescence du braconnage, l’avancée des fronts agro-industriel, minier et infrastructurel et surtout l’insuffisance des budgets alloués à leur fonctionnement. Ces situations peuvent affecter leur état de conservation. Grace à l’engagement des États parties et au projet CAWHFI, deux sites ont été identifiés à savoir le Parc national d’Odzala Kokoa au Congo et le Parc national d’Ivindo au Gabon, pour figurer sur la Liste du patrimoine mondial. Des études y ont été menées, dans la perspective de mettre en exergue leur valeur universelle exceptionnelle (VUE). Il en ressort que les trois piliers sur lesquels repose la VUE à savoir : les critères, l’intégrité\authenticité et la protection\gestion sont rassemblés dans ces deux sites et que le processus d’élaboration d’une proposition d’inscription peut être amorcé.

 



C’est l’occasion pour moi, de rappeler que le label du patrimoine mondial donne aux États parties d’acquérir une reconnaissance internationale de leurs biens comme étant les plus précieux de la planète. En outre il suscite l’intérêt de la communauté internationale et les efforts conjoints en faveur de la protection de ces biens et aide à mobiliser les financements et les appuis en cas de besoin.

 



Au terme de mon propos, j’émets le vœu que les États parties jouent pleinement leur rôle pour que le processus d’inscription des sites identifiés se fasse dans des délais appréciables, sous une approche participative, multisectorielle et inclusive.

 

Leila MAZIZ
Responsable du projet CAWHFI
Unité de la nature, du tourisme durable
et de la mobilisation (CLT/WHC/NTO)

 

Lire le journal...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les pays de l’Afrique centrale unissent leur voix pour le Sommet de l’action sur le Climat de New York.

Les ministres de l’Environnement et des Affaires étrangères composant la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) ont adopté samedi 7 septembre à Brazzaville une position commune en vue de parler d’une même voix à l’occasion du sommet de l’action sur le climat du 23 septembre en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Bien vouloir télécharger la position commune et le communiqué final de la rencontre…

En savoir plus...

Les Partenaires du PFBC préparent la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena

Yaoundé, 6 septembre 2019 -­ S’est tenue dans la salle de réunion du Programme Gestion durable des Forêts dans le Bassin du Congo de la GIZ, une réunion préparatoire de la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena des Ministres en charge de la défense, de la sécurité́ et des aires protégées sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir plus...

environews-rdc-Climat : New York accueillera le 23 septembre prochain, un sommet de l’action sur le climat

En prélude au Sommet de l’action sur le climat prévu le 23 septembre 2019 à New York, plusieurs experts de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont pris part le 07 septembre à Brazzaville, à une réunion extraordinaire des ministres d’Afrique centrale sur la position commune à défendre lors de la prochaine rencontre.

En savoir plus...

Communiqué Final : Atelier de renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA.

Les 27 et 28 Août 2019, s’est tenu à l'hôtel Bélavie Bonabéri - Douala, en République du Cameroun, l’Atelier de renforcement des capacités des organisations de la société civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation).

En savoir plus...

La chine se remet au vert !

Pékin joue un rôle incontournable dans le commerce florissant du bois. Après avoir sacrifié toutes ses forêts à la construction pendant la période maoïste, la Chine replante ses arbres pour rendre le pays à nouveau respirable. Comment concilier exigence environnementale et importations massives ?

En savoir plus...

JM-Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

En 1994, l'Assemblée générale de l'ONU a proclamé le 16 septembre, date anniversaire de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, Journée internationale de la protection de la couche d'ozone (résolution 49/114 du 19 décembre).

En savoir plus...

Journées du Réseau de Recherche sur les Forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), 27-28 septembre Douala Cameroun

Quatorze institutions de la sous-région et internationales en sont les membres fondateurs, mais il vise à fédérer le plus grand nombre de chercheurs, comme l'indique la Charte: "Ce réseau a vocation à rassembler les différentes institutions signataires afin de conduire en partenariat des activités de recherche et de développement relatives aux objectifs généraux du Réseau et mettre à disposition des informations de qualité en vue de contribuer à l’amélioration de la gestion des forêts d’Afrique centrale. Le Réseau est également ouvert à des chercheurs individuels qui ne relèvent pas d’institutions de recherche mais qui ont démontré leurs capacités en matière de production scientifique.

En savoir plus...

Vers plus de Co-Management, Partenariat Public et Privé en Afrique centrale

Deux articles scientifiques recommandent des partenariats Public et Privé pour améliorer la conservation de la biodiversité des forêts du Bassin du Congo; la gestion des aires protégées et faciliter un soutien financier et technique à long terme…

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019