Le Facilitateur du PFBC en route pour l’Afrique Centrale « Bassin du Congo »

 

 

Le Facilitateur du PFBC accompagnée du Facilitateur Délégué visiteront 5 pays du Bassin du Congo afin d’expliquer la vision et les objectifs des deux années de Facilitation américaine du PFBC.

 

docs/news/Juin-Aout-2013/Photo1-Facilitateurcbfp-026.jpg

 

Du 27 juin au 19 juillet 2013 - Le Facilitateur du PFBC et son délégué se rendront dans 5 pays d’Afrique centrale : Tchad, République Démocratique du Congo, Congo Brazzaville et Cameroun. Ils rencontrent les partenaires du PFBC présents dans la capitale de chacun de ces pays. Cette visite leur permettra de rencontrer des acteurs de la société civile, notamment les réseaux de femmes, de jeunes et de peuples autochtones, de même que des réseaux de formation et de parlementaires.

 

 

 

docs/news/Juin-Aout-2013/Photo-Facilitateur-Delegue-DSC03891.jpgL’objectif de cette première visite du Facilitateur des États-Unis et son Délégué dans la région est d’engager les partenaires locaux en leur expliquant les objectifs et la vision des deux années de Facilitation américaine (consulter la feuille de route). « Nous comptons échanger avec aux sur les messages clés, notamment les efforts de renforcement des capacités par les États-Unis dans les institutions régionales, la mobilisation d’action en faveur de la gestion durable des forêts de la biodiversité, l’appui aux efforts d’adaptation et de lutte contre les changements climatiques, la promotion d’une participation accrue des parties prenantes clés et futurs leaders et le partage de ressources d’information de pointe pour la planification et une prise de décision éclairée. ».

 

Nature des rencontres : L’équipe américaine entend engager les autorités des états partenaires et des groupes de la société civile de la région, en mettant un accent particulier sur les réseaux de femmes, de jeunes et sur les populations autochtones (groupes ruraux).

 

Interview du Facilitateur du PFBC à VOA Africa 54

 

Bien vouloir visionner la vidéo : Interview du Facilitateur du PFBC à VOA Africa 54

 

Les forêts du Bassin du Congo s’étendent sur la majeure partie de l’Afrique centrale et constituent le deuxième massif forestier tropical du monde. Le Partenariat pour les Forêts du Basin du Congo (PFBC) est une initiative dirigée par les États-Unis dans le but de promouvoir la conservation et la gestion durable des forêts tropicale du bassin du Congo. Dans les jours à venir, le Facilitateur américain du partenariat conduira une délégation dans le cadre d’une importante visite dans la région d’Afrique centrale.

 

Monsieur Mathew Casseta est le nouveau Facilitateur du PFBC. Il nous rejoint sur ce plateau pour parler du PFBC.

M. Casseta, bienvenue à Africa 54

- Merci

docs/news/Juin-Aout-2013/Photo-Facilitateur-cbfp-028.jpgPeut-on savoir pourquoi les États-Unis se montrent intéressés par cette initiative ?

- Les États-Unis font partie des membres fondateurs. En 2002, M. Powell a conduit une délégation au Sommet de la terre qui s’est tenu à Johannesbourg et avec les gouvernements partenaires dans la région, nous avons compris qu’il fallait une plateforme pour coordonner et promouvoir la collaboration dans la région. Comme vous le savez, il s’agit d’une région qui regorge de biodiversité, mais qui fait aussi face à d’énormes difficultés.

- Concernant justement les difficultés, nous parlons d’une région où prévalent la mauvaise gouvernance et l’instabilité. Comment les États-Unis entendent-ils mettre en œuvre ces grandes idées dans un tel environnement ?

- En effet, le Partenariat ne se limite pas aux États-Unis. Il comprend aussi des organisations et des institutions partenaires, notamment des gouvernements, mais aussi des universités, des entités du secteur privé et certaines ONG d'envergure qui interviennent dans le cadre de projets de développement. Les États-Unis pensent qu’il s’agit d’une opportunité d’améliorer la gouvernance à travers une variété de différents programmes comprenant la formation et la fourniture d’amples opportunités de participation et de collaboration.

à qui vous adressez-vous dans cette région où des gouvernements ont du mal à contrôler la totalité de leur territoire

- Absolument, nous travaillons avec des partenaires à tous les niveaux, notamment des institutions d'ordre national dans de nombreux pays, par exemple des ministères des forêts, des responsables de parcs nationaux, et également des ministères de la santé, de l’éducation, ainsi que les communautés locales, des gouverneurs de province, des acteurs à divers niveaux, qui sont tous des parties prenantes qui soutiennent la gestion durable des forêts pour les générations futures.

 

- Beaucoup d’entités sont intéressées, y compris des puissances telles que la Chine, elles s’imposent dans la région et exploitent les ressources du bassin du Congo

- Effectivement. Tout d’abord, parlant des parties prenantes locales. Nous devons comprendre que les forêts et la biodiversité sont un réservoir de ressources, de moyens de subsistance, de plantes médicinales qui sont utilisées par les communautés locales pour qui ils sont très importants. Le bois par exemple, reste la seule importante source d’énergie dans la majeure partie de la région du Bassin du Congo. D’autres pays plus grands tels que la Chine et d’autres, sont également de plus en plus intéressés par ces ressources et s’engagent dans l’exportation de ces matières premières et d’autres ressources.

- Mais en réalité, en ce qui concerne la sécurité dans cette région, comment les États-Unis peuvent-ils contribuer à la stabiliser afin d’assurer l’efficacité des programmes? Vous savez que la présence de rebelles ne peut que compromettre les efforts consentis ?

- C’est vrai qu’il existe des problèmes de sécurité à plusieurs endroits dans le Bassin, mais Vincent, ne perdons pas de vue qu'il s’agit d’une vaste région qui couvre dix pays, pour plus de deux cents millions d’hectares de terres. Elles couvrent des États aussi divers que le Gabon dont le niveau de vie est l’un des plus élevé d’Afrique subsaharienne; la République centrafricaine qui depuis quelques temps fait face à des difficultés. Il faut aussi considérer la diversité des interventions des partenaires varie des formations villageoises aux techniques agricoles et piscicoles et au renforcement des capacités des autorités.

 

Merci Monsieur Casseta. J’espère que vous reviendrai nous voir pour nous parler de votre voyage.

- Tout à fait. Avec plaisir.

- Merci beaucoup. Monsieur Mathew Casseta est le nouveau facilitateur américain du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo. Merci beaucoup d’avoir été des nôtres.

 

Bien vouloir visionner la vidéo : Interview du Facilitateur du PFBC à VOA Africa 54

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Collège de la Société Civile se prépare à relever les grands défis liés à la préservation de la biodiversité et à l’action climatique

KIGALI du 10 au 11 Septembre 2019, le Collège de la Société Civile du PFBC, avec l’appui dudit partenariat et celui de la Coopération Allemande GIZ Projet d’appui à la COMIFAC, a organisé la première réunion de la task force chargée de préparer le processus devant conduire à la journée spéciale Société Civile prévue le 18 Décembre 2019. Bien vouloir télécharger le Communiqué Fanal de la réunion…

En savoir plus...

Les pays de l’Afrique centrale unissent leur voix pour le Sommet de l’action sur le Climat de New York.

Les ministres de l’Environnement et des Affaires étrangères composant la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) ont adopté samedi 7 septembre à Brazzaville une position commune en vue de parler d’une même voix à l’occasion du sommet de l’action sur le climat du 23 septembre en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Bien vouloir télécharger la position commune et le communiqué final de la rencontre…

En savoir plus...

Les Partenaires du PFBC préparent la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena

Yaoundé, 6 septembre 2019 -­ S’est tenue dans la salle de réunion du Programme Gestion durable des Forêts dans le Bassin du Congo de la GIZ, une réunion préparatoire de la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena des Ministres en charge de la défense, de la sécurité́ et des aires protégées sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir plus...

environews-rdc-Climat : New York accueillera le 23 septembre prochain, un sommet de l’action sur le climat

En prélude au Sommet de l’action sur le climat prévu le 23 septembre 2019 à New York, plusieurs experts de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont pris part le 07 septembre à Brazzaville, à une réunion extraordinaire des ministres d’Afrique centrale sur la position commune à défendre lors de la prochaine rencontre.

En savoir plus...

Communiqué Final : Atelier de renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA.

Les 27 et 28 Août 2019, s’est tenu à l'hôtel Bélavie Bonabéri - Douala, en République du Cameroun, l’Atelier de renforcement des capacités des organisations de la société civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation).

En savoir plus...

La chine se remet au vert !

Pékin joue un rôle incontournable dans le commerce florissant du bois. Après avoir sacrifié toutes ses forêts à la construction pendant la période maoïste, la Chine replante ses arbres pour rendre le pays à nouveau respirable. Comment concilier exigence environnementale et importations massives ?

En savoir plus...

JM-Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

En 1994, l'Assemblée générale de l'ONU a proclamé le 16 septembre, date anniversaire de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, Journée internationale de la protection de la couche d'ozone (résolution 49/114 du 19 décembre).

En savoir plus...

Journées du Réseau de Recherche sur les Forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), 27-28 septembre Douala Cameroun

Quatorze institutions de la sous-région et internationales en sont les membres fondateurs, mais il vise à fédérer le plus grand nombre de chercheurs, comme l'indique la Charte: "Ce réseau a vocation à rassembler les différentes institutions signataires afin de conduire en partenariat des activités de recherche et de développement relatives aux objectifs généraux du Réseau et mettre à disposition des informations de qualité en vue de contribuer à l’amélioration de la gestion des forêts d’Afrique centrale. Le Réseau est également ouvert à des chercheurs individuels qui ne relèvent pas d’institutions de recherche mais qui ont démontré leurs capacités en matière de production scientifique.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019