« Comment obtenir et maintenir le contrôle communautaire des terres forestières ? » Mobilise le Réseau Africain des droits des communautés à Douala (Cameroun)

 

La «Déclaration du Réseau africain des droits des communautés aux communautés et aux ONG de la Société civile» et les «Recommandations au gouvernement afin de créer les conditions propices…" Sont disponibles en téléchargement

 

docs/news/Fevrier-Avril 2011/peuple autochtones.jpgDouala (Cameroun), 13 – 16 septembre 2011 : S’est tenue une conférence sur le thème « Comment obtenir et maintenir le contrôle communautaire des terres forestières ? ». Organisée par le Centre pour l’Environnement et le Développement (CED)  avec l’appui technique et financier d’ACRN, FERN, FPP et ClientEarth, l’atelier de Douala a rassemblé un minimum de deux représentants de la société civile et/ou des communautés du Liberia, du Ghana, du Cameroun, du Congo Brazzaville, de la République centrafricaine, de la République démocratique du Congo et du Gabon. Des représentants d’organisations de soutien international, dont FERN, FPP, ClientEarth, RRI, et l’experte en droit foncier, Liz Alden Wily y ont participé et, enfin, uniquement pendant la 4e journée, des représentants du gouvernement du Cameroun, de la COMIFAC et de la Banque mondiale.

 

La conférence visait les objectifs principaux suivants:

♦ Mieux comprendre la réalité de la gestion communautaire durable des terres forestières ainsi que les avantages en termes d’environnement et de développement pouvant résulter de la reconnaissance de droits fonciers coutumiers dans le droit national et la pratique institutionnelle.

♦ Mieux comprendre les obstacles juridiques et institutionnels nationaux au contrôle communautaire des terres forestières et mieux comprendre les possibilités de réforme juridique.

♦ Clarifier le concept du droit coutumier et du droit écrit et comment ces deux régimes de droit peuvent se renforcer l’un l’autre pour favoriser la reconnaissance des droits de tenure.

♦ Clarifier le concept du droit procédural (droit d'accès à la justice, droit d'accès à l'information, droit à la consultation etc.) dans le cadre de l’application de droits, y compris les droits de tenure.

♦ Examiner les processus FLEGT et REDD au niveau national et identifier où et comment ils fournissent des opportunités et/ou des menaces en matière d’obtention et de défense du contrôle communautaire des terres forestières, notamment en étudiant des exemples de meilleures pratiques.

♦ Élaborer un document/une déclaration commune pouvant ensuite être utilisée par des groupes de la société civile dans le cadre de leurs missions de plaidoyer, par exemple en la présentant aux gouvernements locaux et/ou par le biais d'autres tribunes nationales ou régionales pertinentes. Cette déclaration allait être également présentée à des représentants du gouvernement camerounais, de la COMIFAC et de la Banque mondiale lors d’une réunion le vendredi 16 septembre 2011.

 

Suite à  la cérémonie d’ouverture, les participants après adoption de l’agenda des travaux ont suivi plusieurs présentations en plénière. Les questions nécessitant une réflexion approfondie ont été analysées dans les groupes de travail -  Entre autre présentations : (1) « Présentation du contexte », une présentation par Liz Alden Wily sur la situation concernant les droits coutumiers/autochtones sur les terres forestières en Afrique et ses implications/menaces, plus un forum aux questions/débats. (2)  « Propriété et utilisation communautaire des terres, opportunités et menaces », (3) « Défis à relever pour que les communautés puissent obtenir et maintenir leurs droits sur leurs terres » (4) « Présentation du processus FLEGT » (5) « Présentation du processus REDD » (6) « Enseignements tirés du processus FLEGT pour la REDD » (7) Séance de groupe : Identifier quels outils sont requis au niveau national/communautaire pour renforcer le contrôle communautaire des forêts.

 

A l’issue de quatre jours de travaux intenses et riches, les participants ont formulé : «La Déclaration du Réseau africain des droits des communautés aux communautés et aux ONG de la Société civile » et une série de recommandations fortes aux gouvernements afin de créer les conditions propices pour  entre autres :  (1)  s’assurer que les droit fonciers coutumiers soient reconnus en tant que droits de propriété dans la loi nationale ; (2) s’assurer de la reconnaissance juridique de la gouvernance communautaire, et soutenir une gouvernance communautaire, transparente, démocratique et inclusive ; (3) S’assurer que la reforme légale est basée sur la participation publique, en particulier celle des peuples autochtones ; (4) S’assurer que les procédures et processus par lesquelles les lois sont mises en œuvre soient mis en place dans un délai raisonnable.

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir télécharger :

 

Agenda définitif de la Conférence de Douala

♦ Note d’information

♦ Déclaration du Réseau africain des droits des communautés aux communautés et aux ONG de la Société civile à l’occasion de la Conférence de Douala sur les droits des communautés Cameroun, 13‐16 septembre 2011

♦ Recommandations au gouvernement, Déclaration de la Conférence de Douala sur les droits des communautés, Réseau Africain des droits des communautés Cameroun, 13-16 septembre 2011

♦ (Disponible qu’en anglais) : Address to the African Community Rights Network conference on community rights, by Silas Siakor : Final day meeting of civil society and communities from the Congo basin, Ghana and Liberia, and Cameroon government representatives, 16 September 2011

 

Photo: Prestation culturelle du peuple autochtone @ FIPACII

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SWM Programme - Bulletin d'information numéro 3 - juillet - octobre 2019

Le troisième bulletin d’information du Programme de gestion durable de la faune sauvage (de l’anglais Sustainable Wildlife Management «SWM» Programme) vient tout juste de paraître. Ce troisième numéro présente les dernières avancées de la mise en œuvre du programme entre juillet et octobre 2019, à travers treize pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Il est disponible....

En savoir plus...

Trentième réunion du Groupe de Travail Biodiversité d’Afrique Centrale (GTBAC) : Une position commune adoptée.

Cette réunion a été organisée du 11 au 13 novembre 2019, à Kigali (Rwanda), dans la salle de réunion de l’hôtel CHEZ LANDO, en prélude de la onzième réunion du Groupe de Travail sur l’Article 8 (j) et les dispositions connexes (WG8J 11) et à la 23ème réunion de l’Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (OSASTT-23) qui se tiendront du 20 au 22 et du 25 au 29 novembre 2019 à Montréal au Canada. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Adaptation aux changements climatiques : le Fonds d’Adaptation octroi le Congo une enveloppe de 5 milliards francs CFA

La République du Congo bénéficie du Fonds d’adaptation une enveloppe de 5 milliards de FCFA pour matérialiser le projet de renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique des communautés vulnérables du Bassin du fleuve Congo, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

En savoir plus...

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 octobre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019