« Comment obtenir et maintenir le contrôle communautaire des terres forestières ? » Mobilise le Réseau Africain des droits des communautés à Douala (Cameroun)

 

La «Déclaration du Réseau africain des droits des communautés aux communautés et aux ONG de la Société civile» et les «Recommandations au gouvernement afin de créer les conditions propices…" Sont disponibles en téléchargement

 

docs/news/Fevrier-Avril 2011/peuple autochtones.jpgDouala (Cameroun), 13 – 16 septembre 2011 : S’est tenue une conférence sur le thème « Comment obtenir et maintenir le contrôle communautaire des terres forestières ? ». Organisée par le Centre pour l’Environnement et le Développement (CED)  avec l’appui technique et financier d’ACRN, FERN, FPP et ClientEarth, l’atelier de Douala a rassemblé un minimum de deux représentants de la société civile et/ou des communautés du Liberia, du Ghana, du Cameroun, du Congo Brazzaville, de la République centrafricaine, de la République démocratique du Congo et du Gabon. Des représentants d’organisations de soutien international, dont FERN, FPP, ClientEarth, RRI, et l’experte en droit foncier, Liz Alden Wily y ont participé et, enfin, uniquement pendant la 4e journée, des représentants du gouvernement du Cameroun, de la COMIFAC et de la Banque mondiale.

 

La conférence visait les objectifs principaux suivants:

♦ Mieux comprendre la réalité de la gestion communautaire durable des terres forestières ainsi que les avantages en termes d’environnement et de développement pouvant résulter de la reconnaissance de droits fonciers coutumiers dans le droit national et la pratique institutionnelle.

♦ Mieux comprendre les obstacles juridiques et institutionnels nationaux au contrôle communautaire des terres forestières et mieux comprendre les possibilités de réforme juridique.

♦ Clarifier le concept du droit coutumier et du droit écrit et comment ces deux régimes de droit peuvent se renforcer l’un l’autre pour favoriser la reconnaissance des droits de tenure.

♦ Clarifier le concept du droit procédural (droit d'accès à la justice, droit d'accès à l'information, droit à la consultation etc.) dans le cadre de l’application de droits, y compris les droits de tenure.

♦ Examiner les processus FLEGT et REDD au niveau national et identifier où et comment ils fournissent des opportunités et/ou des menaces en matière d’obtention et de défense du contrôle communautaire des terres forestières, notamment en étudiant des exemples de meilleures pratiques.

♦ Élaborer un document/une déclaration commune pouvant ensuite être utilisée par des groupes de la société civile dans le cadre de leurs missions de plaidoyer, par exemple en la présentant aux gouvernements locaux et/ou par le biais d'autres tribunes nationales ou régionales pertinentes. Cette déclaration allait être également présentée à des représentants du gouvernement camerounais, de la COMIFAC et de la Banque mondiale lors d’une réunion le vendredi 16 septembre 2011.

 

Suite à  la cérémonie d’ouverture, les participants après adoption de l’agenda des travaux ont suivi plusieurs présentations en plénière. Les questions nécessitant une réflexion approfondie ont été analysées dans les groupes de travail -  Entre autre présentations : (1) « Présentation du contexte », une présentation par Liz Alden Wily sur la situation concernant les droits coutumiers/autochtones sur les terres forestières en Afrique et ses implications/menaces, plus un forum aux questions/débats. (2)  « Propriété et utilisation communautaire des terres, opportunités et menaces », (3) « Défis à relever pour que les communautés puissent obtenir et maintenir leurs droits sur leurs terres » (4) « Présentation du processus FLEGT » (5) « Présentation du processus REDD » (6) « Enseignements tirés du processus FLEGT pour la REDD » (7) Séance de groupe : Identifier quels outils sont requis au niveau national/communautaire pour renforcer le contrôle communautaire des forêts.

 

A l’issue de quatre jours de travaux intenses et riches, les participants ont formulé : «La Déclaration du Réseau africain des droits des communautés aux communautés et aux ONG de la Société civile » et une série de recommandations fortes aux gouvernements afin de créer les conditions propices pour  entre autres :  (1)  s’assurer que les droit fonciers coutumiers soient reconnus en tant que droits de propriété dans la loi nationale ; (2) s’assurer de la reconnaissance juridique de la gouvernance communautaire, et soutenir une gouvernance communautaire, transparente, démocratique et inclusive ; (3) S’assurer que la reforme légale est basée sur la participation publique, en particulier celle des peuples autochtones ; (4) S’assurer que les procédures et processus par lesquelles les lois sont mises en œuvre soient mis en place dans un délai raisonnable.

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir télécharger :

 

Agenda définitif de la Conférence de Douala

♦ Note d’information

♦ Déclaration du Réseau africain des droits des communautés aux communautés et aux ONG de la Société civile à l’occasion de la Conférence de Douala sur les droits des communautés Cameroun, 13‐16 septembre 2011

♦ Recommandations au gouvernement, Déclaration de la Conférence de Douala sur les droits des communautés, Réseau Africain des droits des communautés Cameroun, 13-16 septembre 2011

♦ (Disponible qu’en anglais) : Address to the African Community Rights Network conference on community rights, by Silas Siakor : Final day meeting of civil society and communities from the Congo basin, Ghana and Liberia, and Cameroon government representatives, 16 September 2011

 

Photo: Prestation culturelle du peuple autochtone @ FIPACII

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

ATIBT -PFBC: Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC

L’ATIBT a co-facilité la mobilisation du secteur privé de la filière bois pour participer à la première réunion du collège du secteur privé du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo avec le nouveau facilitateur Dr Christian Ruck et son équipe de la Facilitation allemande.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020