CEEAC-COMIFAC: les ministres donnent un signal fort à Kinshasa

Kinshasa, 15 septembre 2009 - Les ministres en charge des forêts, de l'environnement et du plan de la CEEAC et de l'espace COMIFAC harmonisent leurs points de vue sur les questions relatives à la REED (plus) et  aux modes de financement sécurisé de la COMIFAC et des institutions partenaires. Ils adoptent  le plan de travail annuel (PTA) ainsi que le budget 2010 de la COMIFAC.  


Du 14 au 15 septembre 2009 s'est tenue la conférence extraordinaire des ministres de la CEEAC-COMIFAC à Kinshasa (RDC). Cette session a été précédée du 09 au 12 septembre 2009 par la Commission consultative des experts. Les travaux ont été ouverts par son Excellence le professeur Emile Bongeli Yeikelo Ya Ato, Vice-Premier Ministre, chargé de la reconstruction de la RDC. Ont pris part aux travaux les pays suivant: Cameroun,  Congo, Gabon, République Centrafricaine, la République Démocratique du Congo (RDC), de Sao Tomé et Principe et du Tchad. Les représentants de quelques institutions sous-régionales et organisations internationales étaient également présents à savoir: CEEAC, COMIFAC, RAPAC, CEFDHAC, ADIE, OAB, OCFSA,  REPAR, Banque mondiale, Union européenne, BAD, CIFOR, UICN, GTZ, CARPE/USAID, UNESCO.

Le Secrétaire général de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC), M. Louis SYLVAIN-GOMA, a remercié dans son allocution les hautes autorités Congolaises pour les dispositions prises en vue du bon déroulement des travaux. Il a souligné l'intérêt pour l'Afrique Centrale de donner son point de vue sur les changements climatiques. Dans la même lancée, son Excellence Emmanuel BIZOT, Président en exercice de la Commission des forêts d'Afrique Centrale (COMIFAC), a rappelé et reprécisé l'objectif principal visé par cette session - harmonisé les points de vue sur les questions de Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation (REDD plus) avant de relever l'importance de plancher  aussi sur la question du mode de financement de la COMIFAC et des institutions partenaires.


A l'issue de travaux intenses, neuf résolutions ont été prises et structurées autour de deux points:


(1) Les négociations internationales sur les changements climatiques. En vue d'éviter d'arriver en rang dispersé à Copenhague, l'accord lance un signal fort par la note explicative sur la position commune des pays de la CEEAC-COMIFAC dans les négociations sur le nouveau régime climat. Cette position repose sur les 5 piliers du plan d'action de Bali, à savoir: l'adaptation, l'atténuation, les transferts de technologies, les financements et le renforcement des capacités. La session a entre autre réaffirmé à travers la déclaration de Kinshasa, la position commune des ministres CEEAC-COMIFAC, « la prise en compte de la séquestration du carbone dans les sols comme une composante à traiter spécifiquement dans le cadre du développement d'une agriculture durable en Afrique ». Cet accord consolide la liaison COMIFAC / CEEAC, passant  ainsi de « pays du bassin du Congo » à « pays de la COMIFAC / CEEAC ». En outre, les ministres appellent à une « incorporation du mécanisme REDD plus dans l'accord à négocier à Copenhague», ce qui est différent de la position des experts souhaitant des règles précises / ambitieuses sur la  REDD plus au-delà des blocages pouvant subsister dans les autres volets de la négociation. En ce qui concerne la structuration du groupe de travail climat, une lettre de mission a été adoptée. Ils souhaitent le recrutement par le SE-COMIFAC d'un expert climat responsable de l'URC (Unité régionale climat) au sein du Secrétariat exécutif COMIFAC pour le suivi des activités du groupe de travail entre autre.


(2) La sécurisation des activités de la COMIFAC. Les ministres ont réitéré la mise en place du mécanisme de financement  autonome de la COMIFAC débuté en 2000 et fondé sur  le principe d'une augmentation du taux de prélèvement du mécanisme CCI de 0,4 à 0,5%. Ceci signifie que 0,1% des taxes à l'importation provenant des pays tiers sera donc rétrocédé automatiquement à la COMIFAC pour assurer son fonctionnement et lui permettre d'accomplir pleinement ses missions. Cette résolution a été approuvée officiellement par le Conseil des Ministres COMIFAC depuis 2007 et est maintenant appliqué (depuis 2008) par un Etat membre (RCA). Par ailleurs, les ministres se sont accordés sur le plan de travail annuel (PTA) 2010 ainsi que  le budget de la COMIFAC. Ils ont réitéré d'une part leur invitation aux pays membres à honorer leurs engagements dans l'apurement des arriérés de cotisations: Seuls 42% des contributions affectées ayant effectivement été collectées et d'autre part le paiement  de leurs cotisations égalitaires, dont le montant s'élèverait á 50.000 € par membre et par an, de l'exercice en cours pour contribuer á assurer l'autonomie et la crédibilité politiques et financiéres necessaires á la COMIFAC,  longtemps voulu par le partenariat pour les forêts du Bassin du COngo.


Ces résultats évidement encourageants nous inclinent du reste à espérer qu'elles seront bien accueillies lors du sommet des Chefs d'Etats en octobre prochain.


Télécharger

Le communiqué officiel

La note explicative sur la position commune des pays de la CEEAC-COMIFAC

La déclaration de Kinshasa sur la position commune des Ministres CEEAC-COMIFAC

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter la revue de presse:

http://www.lepharerdc.com/www/index_view.php?storyID=10367&rubriqueID=10

http://www.senego.com/rd_congo/les-ministres-de-la-ceeac-et-de-la-comifac-harmonisent-les-vues-sur-le-processus-reed/

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Communiqué final : Réunion sous-régionale préparatoire à la treizième session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF)

La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 13ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à Douala (Cameroun) à l’Hôtel Prince des Galles, les 9 et 10 Avril 2018, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 7 au 11 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York. Cette réunion rentrait dans le cadre du Groupe de Travail Gouvernance Forestière de la COMIFAC.

En savoir plus...

Déclaration des représentants de la société civile des pays sur le rôle de l’union européenne dans la protection des forêts

Des acteurs de la société civile oeuvrant pour mettre fin au commerce illégal de bois se sont rendus en Europe du 5 au 14 mars 2018 pour rencontrer des représentants de la Commission européenne, du Parlement européen, du Service européen pour l’action extérieure et des gouvernements allemand, belge, français et néerlandais.

En savoir plus...

QIAO 2018—2023. La date limite de candidature pour cette première phase est fixée au 20 mai 2018

Le programme QIAO, premier engagement majeur non-étatique faisant suite à l’entrée en force de l’accord de Paris, mobilisera un fonds de 85 millions de RMB (près de 10,9 millions d’euros) entre 2018 et 2023 afin de soutenir des projets portant sur les changements climatiques et la préservation de l’environnement.

En savoir plus...

12 Mai journée Mondiale des oiseaux migrateurs : « Unifier nos voix pour la conservation des oiseaux »

Avec pour thème « Unifier nos voix pour la conservation des oiseaux » en 2018, « Année de l’oiseau », la JMOM cible clairement et distinctement le développement de sa nouvelle identité et la nécessité que les personnes du monde entier célèbre la JMOM afin de communiquer d’apprendre les uns des autres, à travers les frontières et entre les différentes voies de migration. Grâce aux activités organisées sur ces trois voies de migration et à l’échange d’informations qui s’ensuit, la JMOM espère augmenter le niveau de sensibilisation sur les menaces générales et spécifiques auxquelles les oiseaux sont confrontés.

 

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki Bulletin mensuel | Mars 2018

En célébration de la Journée Internationale de la Femme, l'Association des Femmes Unies pour la Biodiversité de Bomassa (AFUBB) a organisé, le 8 mars dernier, une marche dans le village de Bomassa suivi d'un tournoi de volleyball à la base-vie du Parc National Nouabalé-Ndoki et d'une table ronde à propos des droits des femmes. Cette dernière a été co-organisée avec le point focal genre du parc.

En savoir plus...

Volume 10 de la Revue Scientifique et Technique Forêt et Environnement du Bassin du Congo

C’est une publication semestrielle (Avril et Octobre) éditée et publiée par le RIFFEAC (Réseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale d'Afrique Centrale). Cet outil de communication unique et rassembleur des intervenants du secteur forestier du grand Bassin du Congo permet, tant aux chercheurs qu'aux professionnels du monde forestier de présenter les résultats de leurs travaux et expertises dans tous les aspects et phénomènes que recèle la forêt et les enjeux de son utilisation.

En savoir plus...

Gabonreview-Biodiversité : Risque d’extinction de près de 50% de la population animale en Afrique

En Afrique, «plus de la moitié des espèces d’oiseaux et de mammifères seront perdues d’ici 2100», a averti la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), dans une étude rendu publique le 23 mars à Medellin, en Colombie.

En savoir plus...

UN Water : Les solutions fondées sur la nature pour la gestion de l’eau

Les solutions fondées sur la nature (SfN) pour la gestion de l’eau sont inspirées par et s’appuient sur la nature et utilisent, ou imitent, des processus naturels pour améliorer la gestion de l’eau. Une SfN pourrait par exemple viser la conservation ou la remise en état des écosystèmes naturels et/ou l’amélioration ou la réalisation de processus naturels dans les écosystèmes modifiés ou artificiels. Elles peuvent être appliquées à l’échelle micro (par exemple des toilettes sèches) ou macro (par exemple un paysage).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018