CIFOR-Ecoutez, on parle changement climatique sur la radio du bassin du Congo

 

 

 

Dans une région où l’analphabétisme est encore relativement courant, où les langues et dialectes sont très localisés et les habitations très isolées, faire circuler l’information peut s’avérer difficile.

 

Pourtant, il est urgent de transmettre des informations qui peuvent sauver des vies dans le bassin du Congo, concernant les effets et la prévention du changement climatique.

C’est là que la simple radio entre en jeu.

Dans les pays en développement, 75 % des ménages ont une radio, et cette région d’Afrique ne fait pas exception.

 

« La radio est très écoutée », explique Alba Saray Perez-Teran, chercheur au Centre de recherche forestière internationale (CIFOR). « Elle n’est pas seulement écoutée de façon traditionnelle. De plus en plus de gens ont des téléphones portables, et même les plus basiques ont des radios FM intégrées. »

 

Le changement climatique n’est pas toujours perçu comme un danger immédiat, mais la diffusion d’informations sur les difficultés qu’il représente est essentielle pour prévenir les désastres futurs. C’est pourquoi le projet du CIFOR, intitulé “Changement climatique et forêts du bassin du Congo” (COBAM), a créé en 2013 une émission de radio sur le changement climatique.

 

ÉCOUTER, PUIS CHANGER D’HABITUDES

« Au Rythme des Saisons » a été conçu pour créer une plateforme de partage des connaissances par laquelle les auditeurs peuvent entendre parler de manière attrayante et pratique du changement climatique, tout en restant dans leurs communautés forestières.

« Les émissions abordent tout ce qui touche au changement climatique et aux forêts », explique Anne Marie Tiani, coordinateur du projet COBAM basé à Yaoundé et l’un des co-auteurs d’une nouvelle étude évaluant la portée et l’impact des émissions de radio.

« Certaines discussions portent sur la base scientifique du changement climatique et ses conséquences, ainsi que sur les manières de gérer les forêts face à un changement climatique qui est désormais devenu réel. »

 

Ecoutez l’émission (en français) Au Rythme des Saisons

 

Les communautés locales ont été invitées à participer à l’émission et à partager leurs expériences de lutte contre les perturbations climatiques.

Le rôle des communautés est essentiel pour faire face au changement climatique. Les recherches du CIFOR indiquent que de nombreuses approches d’adaptation et d’atténuation sont entreprises au sein des communautés qui gèrent leurs forêts.

Avec l’éloignement et à l’isolement, les décisions communautaires peuvent devenir de facto des lois. Une émission de radio, que le village entier peut écouter en recevant les mêmes informations au même moment, peut alors devenir une source essentielle de connaissances.

« Les langues locales sont très importantes », déclare Alba Saray Perez-Teran, chercheur au CIFOR. « Si elles peuvent être utilisées plus fréquemment pour renforcer les capacités et sensibiliser au sujet du changement climatique, alors tant mieux. »

L’émission a été diffusée dans les quatre langues les plus parlées en Afrique centrale : les langues bantoues lingala et kituba, le français et l’anglais pidgin.

Elle a pu être écoutée au Cameroun, en République centrafricaine, en République du Congo et en République démocratique du Congo sur des petites stations de radio communautaires ainsi que des grandes stations nationales.

 

RADIOS COMMUNAUTAIRES ET NATIONALES

« La radio communautaire cible les très petites communautés », explique Mme Tiani. « Cependant, elle n’atteint généralement pas les décideurs politiques. Voilà pourquoi les stations radios nationales sont importantes pour ce processus. »

Selon Mme Tiani, une partie de la valeur de l’émission est liée au fait que les producteurs comprennent leur public.

 

« Nous avons conservé un message simple de sorte que les populations locales puissent le comprendre. Ceci est très important », explique-t-elle. « Pourtant, l’émission fait intervenir des scientifiques issus d’institutions de recherche et d’universités locales, ainsi que des décideurs politiques et des représentants d’ONG. Bien qu’exprimée de manière simple, l’information reste donc toujours correcte. »

Lors de l’évaluation de la portée et de l’impact de l’émission “Au Rythme des Saisons”, les chercheurs ont mis en place deux groupes : l’un avait écouté l’émission et l’autre pas.

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter la page web du CIFOR : ICI

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020