Les recommendations de la Troisième Journée de la Forêt (CIFOR)

Copenhague, 13 décembre 2009 - Plus de 1500 personnes ont assisté à  la «session de haut niveau de la 3ème Journée de la  forêt» , parmi eux des personnages comme M. Nicholas Stern; M. Hilary Benn, Ministre de l'Environnement, de l'Alimentation, et des Affaires Rurales, Royaume-Uni; M. Pham Khoi Nguyen, Ministre des Ressources Naturelles et de l'Environnement, Vietnam; M. Eduardo Braga, Gouverneur, Etat de l'Amazone, Brésil; M. Troels Lund Paulsen, Ministre de l'Environnement, Danemark.  Les messages clés de la région d'Afrique centrale, un résumé des solutions provenant de la journée de la forêt d'Afrique centrale le 10 décembre 2009, y ont été délivrés par Cyrie Sendashonga, coordonnatrice régionale du CIFOR Afrique centralle message de l'Afrique centrale.

 

Six principales recommandations résultant des discussions:

 

• Vulnérabilité des communautés locales: Les populations vivant dans le bassin du Congo ont une dépendance élevée de la nature, particulièrement de la forêt. Les activités telles que la déforestation et la dégradation et les phénomènes tels que le changement climatique et d'autres catastrophes naturelles qui pourraient mener à une réduction de biens et de services d'écosystème contribueront à augmenter la vulnérabilité de ces populations. Les stratégies nationales d'adaptation devraient donc prendre en considération le rôle des forêts. Ces stratégies devraient également prendre en considération et améliorer la connaissance locale en adaptation et réactions développées par les communautés locales. Dans ce contexte d'adaptation au changement climatique, la diversité des forêts est un potentiel important.

 

Simplification du REDD et mécanismes MDP: Les participants ont fait bon accueil de l'inclusion du REDD+ dans le futur régime du climat actuellement en négociation. Cependant, il y a un besoin de recueillir plus d'informations sur les coûts (transaction, opportunités et opérationnel) et les avantages des processus REDD et MDP. Les expériences en cours en Afrique centrale tendent à prouver que ces processus ne sont pas financièrement profitables sans subventions significatives. Il est urgent de simplifier la conception et l'exécution de ces mécanismes, à savoir pour réduire leurs coûts, afin de les transformer en incitations.

 

Implémentation dans les cadres existants: Le niveau de menace du changement climatique expose les pays du bassin du Congo à une dispersion des efforts en raison des cadres multiples proposés dans un contexte où il y a des capacités limitées. Par conséquent, afin d'avoir plus de concordance et d'efficacité, il est souhaitable que les nouveaux processus soient incorporés aux cadres d'action nationaux existants. Il est également important d'identifier des mécanismes pour la traduction et l'alignement rapide des régimes internationaux concernant le changement climatique dans les politiques locales pour s'assurer l'appropriation et l'exécution au niveau national.

 

• Participation des groupes vulnérables: Certains groupes d'intérêts dans la région sont particulièrement vulnérable au changement climatique. Ils incluent: femmes ruraux; populations indigènes; les pauvres des villes villages. Ces groupes d'intérêts vulnérables ou marginalisés ne devraient pas être ceux affectés négativement par l'implémentation des mesures de réduction et d'adaptation au changement climatique. Tout effort devrait être fait pour les inclure dans la prise de décision même si leur participation pourrait augmenter la complexité et les coûts des projets et des politiques.

 

• Renforcement du rôle de la science: Il est nécessaire de renforcer le rôle de la science dans le combat contre le changement climatique, particulièrement la recherche multidisciplinaire et interdisciplinaire, par l'augmentation des financements et une meilleure communication des résultats de recherche à une assistance plus large.

 

• Information compréhensible: Plus d'information sur les impacts du changement climatique aussi bien que sur des processus et des initiatives concernant ce sujet, y compris des initiatives de réduction et d'adaptation, devrait être produit et disséminé en juste proportion et dans des langues accessibles afin d'augmenter la conscience de tous les groupes d'intérêts.

 

Pour de plus amples information, bien vouloir, trouver ci-dessous les conclusions du CIFOR ForestDay 3 organisé le dimanche 13 décembre 2009 à Copenhagen:

 

Les conclusions du ForestDay3

Déclaration finale du ForestDay3

Une video du President Clinton au Forest Day3

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

COMMUNIQUE FINAL : atelier sous régional de préparation des échéances futures sous la CCNUCC.

Du 28 au 30 Août 2017 à l’Hôtel la concorde de Brazzaville en République du Congo, la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) a organisé, avec l’appui technique et financier du Fonds pour l’environnement Mondial et la Banque Mondiale à travers le Projet Régional REDD+, du Projet régional GIZ d’appui à la COMIFAC, de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) et du Gouvernement Congolais, un atelier sous régional de renforcement des capacités et de préparation des échéances futures sous la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC). Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Projet de programme officiel :17ième Réunion des Parties au Partenariat des Forêts du Bassin du Congo, du 24-27 octobre 2017 Douala, Cameroun, Hôtel Sawa

Bien vouloir télécharger le Projet de programme officiel de la 17ième Réunion des Parties au Partenariat des Forêts du Bassin du Congo, du 24-27 octobre 2017,  Douala, Cameroun Hôtel Sawa....

 

En savoir plus...

environews-rdc-Conservation : Les marchés domestiques de l’ivoire disparaissent de plus en plus en Afrique centrale

Une étude complète sur le commerce illégal d’ivoire dans cinq pays d’Afrique centrale vient d’être publiée, après près de 20 ans d’enquêtes sur terrain. Réalisé par TRAFFIC, ce rapport dont Environews RDC s’est procuré une copie, présente les résultats des investigations sur les marchés d’ivoire dans les principales villes de cinq pays d’Afrique centrale ( Cameroun, République démocratique du Congo, Congo, République centrafricaine et le Gabon), en 2007, 2009 et 2014 et 2015.

En savoir plus...

Le CBPE en est à sa quatrième session!

La région de l’Adamaoua – château d’eau du Cameroun a été le lieu de la rencontre binationale Cameroun-Tchad  relative à la création et la gestion concertée du Complexe transfrontalier des aires protégées Bouba Ndjidda – Sena Oura (BSB Yamoussa). Cette rencontre organisée par les services de conservation du Complexe BSB Yamoussa a permis au Comité de faire un bilan d’un quinquennat de mise en œuvre de l’Accord binational.

En savoir plus...

L’histoire retiendra ! N’Gaoundéré abrite la toute première session du CTPE

Organisée par le WWF à travers le Programme PCBAC-SEAC avec l’appui technique de la GIZ (Projet d’appui au Complexe BSB Yamoussa) et de l’UICN, la toute première session du Comité Tripartite de Planification et d’Exécution (CTPE) de l’Accord Tripartite (AT) LAB de N’Djamena concernant le Cameroun, la Centrafrique et le Tchad, s’inscrit dans la dynamique de l’opérationnalisation dudit Accord signé par les parties en 2013.

En savoir plus...

Eco-sécurité, conflit homme/faune et utilisation des terres au cœur des débats : Tous les chemins mènent à N’Djamena !

Les  Ministres chargés de la Protection de la Faune, des questions de Défense et de Sécurité, de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Administration du Territoire, des Etats membres de la Communauté  Economique  des  Etats  de  l’Afrique  Centrale (CEEAC) se sont retrouvés à N’Djamena pour donner des orientations politico- juridico-diplomatiques et socio-économiques aux questions relatives à l’éco-sécurité, conflit homme/faune et autres conflits liés à l’utilisation des terres en Afrique centrale.

En savoir plus...

Agripo : Publication du livre "Les vergers écologiques, un modèle d’agriculture climato-intelligente responsable et exemplaire "

Les données présentées dans ce livre mettent l’accent sur la nécessité d’une gestion raisonnée des territoires en favorisant les systèmes agricoles durables. Le livre peut être utilisé par les acteurs de développement, les planificateurs et tous ceux qui sont intéressés par les enjeux du développement durable en milieu rural, afin d’impulser la performance des démarches d’accompagnement des communautés et d’identifier les bonnes pratiques.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030