Les préludes de Copenhague sur le changement climatique

 

Les acteurs du secteur forestier en Afrique centrale s'approprient le REDD lors de la deuxième journée de la Forêt Afrique Centrale organisée par le CIFOR Afrique centrale sur le changement climatique.

 

docs/news/Septembre_Octobre2009/Market_Knowledge.jpg

Le 10 novembre 2009, s'est tenue à Yaoundé, Cameroun la deuxième journée de la forêt sous le haut patronage de la COMIFAC. Trois cent participants composés, de scientifiques, d'experts forestiers, de communautés, des décideurs politiques et d'autres acteurs du secteur forêt se sont rassemblés au Palais des Congrès. Cette journée de haut niveau a constitué le pendant régional de ce que le CIFOR compte organiser à Copenhague en marge de la COP-15 supposée remplacer le Protocole de Kyoto. Le thème central retenu pour cette journée était: «Forêts du Bassin du Congo et changement climatique: Avancées et challenges avant Copenhague». Autour de ce thème, la «Forest Day Central Africa 2» a offert tout au long de la journée un cadre propice, idéal et unique pour de nombreuses activités à l'instar des marchés d'information, des forums divers et interactifs des participants pour le développement de solutions aux problématiques de la forêt et du changement climatique en Afrique centrale. Photo - CIFOR Afrique Centrale: Stands d' Informations

 

Dans son mot de bienvenue, Cyrie Sendashonga (Coordonnatrice Régionale, CIFOR-Afrique Centrale), remerciant les participants pour avoir répondu si nombreux à l'invitation du CIFOR, a  souhaité la bienvenue à tous. Elle a remercié plus  spécialement S.E. Elvis Ngolle Ngolle, Ministre des Forêts et de la Faune du Cameroun, pour avoir honoré l'événement par sa présence et avoir accepté de présider à sa cérémonie d'ouverture. Elle  a aussi remercié le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC pour avoir accepté de Co-parrainer l'initiative, ainsi que la Facilitation Allemande du PFBC pour le soutien multiforme au CIFOR dans l'organisation de cet événement. La Coordinatrice Régionale a attiré l'attention sur les deux urgences qui reste á être relever dans le cadre du changement climatique á savoir: (1) continuer à travailler sur l'atténuation pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère ; (2)   promouvoir les activités d'adaptation car les impacts du changement climatique déjà en cours continueront encore pendant  plusieurs décennies à cause du phénomène que les scientifiques appellent « l'inertie du système ». Elle a enchainé en soulignant le rôle particulier des forêts dans cette double approche de réponses car elles constituent l'un des rares secteurs concernés à la fois par l'adaptation et l'atténuation. De ce fait, les forêts sont plus que jamais à l'ordre du jour des négociations de la conférence de Copenhague et c'est la raison pour laquelle le CIFOR a tenu à organiser cette 2ème édition de la Journée de la Forêt en Afrique Centrale. Par ailleurs, elle a rassuré les participants de la transmission des recommandations qui sortiront de la Journée au siège du CIFOR pour être intégrées dans le message de l'événement  qui aura lieu à Copenhague.

 

docs/news/Septembre_Octobre2009/Minfof_openingspeech.jpg

Rappelant l'engagement du Cameroun qui ne ménage aucun effort pour lutter contre l'avancée du désert, Son Excellence Elvis Ngolle Ngolle, Ministre des Forêts et de la Faune du Cameroun a, dans son discours d'ouverture, mis en exergue le programme national de reboisement qui, à la lumière de l'opération "Sahel Vert", permettra au Cameroun de répondre présent au marché international du carbone d'ici à 2012. Il a également souligné l'engagement du Cameroun avec l'Union européenne dans les négociations pour un Accord de Partenariat Volontaire (APV) dont l'objectif est de permettre au Cameroun de poursuivre et de développer "les exportations des bois tropicaux vers l'Union européenne dans un cadre légal clarifié". Tout en signalant ces progrès réalisés, Son Excellence Elvis Ngolle Ngolle a relevé les difficultés qui existent et restent à être surmontées pour parachever ces œuvres: (1) de conservation, de gestion et d'exploitation durable des écosystèmes forestiers en vue de répondre aux besoins nationaux, régionaux et mondiaux des générations présentes et futures ; (2) d'amélioration des conditions de vie des populations en zones rurales et ; (3) de pérennité des fonctions économiques, écologiques et sociales de l'ensemble des écosystèmes forestiers du Cameroun. Avant de déclarer l'ouverture solennelle de la journée, le Ministre a souhaité que les différents thèmes qui seront débattus au cours de la journée permettent de compléter les efforts dans la gestion durable du patrimoine génétique et partant, de contribuer à l'amélioration du processus de changement climatique. Photo de droite - CIFOR Afrique Centrale: Son Excellence Elvis Ngolle Ngolle à la cérémonie d'ouverture.

 

docs/news/Septembre_Octobre2009/MmeCyrie_Sendashonga.jpg

A l'issue de la journée d'échanges intenses et fructueux, les participants ont rendu manifeste l'attachement des pays du Bassin du Congo dans les négociations qui mènent à la conférence de Copenhague. Ce signal fort du niveau d'engagement des acteurs de l'Afrique centrale pour le REDD avait d'ailleurs été remarqué préalablement par madame Frances Seymour, Directrice générale du CIFOR. Les participants ont identifié les voies et moyens à mettre en oeuvre pour réduire d'une part les émissions des gas à effet de serre et d'autre part à s'adapter à la situation présente qui persiste. Les participants ont en outre examiné les voies et moyens pouvant permettre de réduire le rythme de destruction de cette réserve. Il a été aussi question d'inciter les pouvoirs publics à prendre des mesures envers les exploitants forestiers, notamment les partenaires occidentaux dont les pays sont réfractaires à la signature de ce protocole, de même que les populations locales sur les avantages de la forêt sur l'environnement. Car notons avec le Dr Simon Lewis, selon ses propos recueillis par La Nouvelle Expression que «la taille moyenne des arbres des forêts tropicales humides augmente, car ils captent davantage de carbone dans l'atmosphère et ralentissent le changement climatique». Photo de gauche - CIFOR Afrique Centrale: Mme Cyrie Sendashonga, CIFOR et Mr Roger Tsoungui, CEEAC.

 

docs/news/Septembre_Octobre2009/FD_Participants.jpgLors de la cérémonie de clôture de la journée, le facilitateur du PFBC, M. Hans Schipulle a rappelé la vocation du PFBC qui consiste à apporter un appui aux pays d'Afrique Centrale dans la mise en œuvre du Plan de convergence qui est la traduction opérationnelle de la Déclaration de Yaoundé. Quant au processus des négociations internationales sur les mesures globales à prendre contre les changements climatiques, il a mis l'accent sur la position du PFBC. Ainsi, pour le PFBC, ses membres doivent soutenir la COMIFAC à développer une capacité politique et technique à la hauteur des négociations à mener dans le cadre du dialogue international sur les forêts et l'environnement et plus particulièrement dans le cadre du processus REDD et de la lutte contre les changements climatiques. En vue d'interpeller et inviter tous les partenaires du PFBC à cet effet, le Facilitateur a formulé quatre actions à entreprendre ou à consolider à savoir: (1) Apporter leur appui aux préparations techniques au niveau national, en mettant en place des activités pilotes et en développant des capacités techniques, scientifiques et organisationnelles de tous les acteurs; (2) Apporter un appui substantiel au groupe de travail climat; (3) Amener de nouvelles initiatives à s'arrimer à la COMIFAC; (4) Contribuer à hisser le sujet « climat » dans les priorités politiques nationales. En guise d'assurance, M. Hans Schipulle a indiqué la disponibilité du PFBC à accompagner les pays d'Afrique centrale dans l'élaboration et le renforcement d'une position commune argumentée. Photo de droite - CIFOR Afrique Centrale: Echanges entre Hans Schipulle, Facilitateur PFBC et quelques participants.

 

docs/news/Septembre_Octobre2009/Media_Briefing_Forest_Day.jpg

La veille de la journée de la forêt au Cameroun c'est-à-dire le 9 novembre 2009, s'est tenue une conférence de presse organisée par le CIFOR au centre d'information des Nations unies de Tsinga. Certains experts réunis autour de Mme Cyrie Sendashonga, coordinatrice régionale ont saisi cette occasion pour rappeler aux journalistes la nécessité de diffuser au public, les différentes résolutions que les dirigeants africains mettent en œuvre pour aller "en rang serré" et faire entendre leur voix au sommet de Copenhague en décembre prochain. Selon le quotidien «Le Jour», aux regards du manque d'engagement de certains pays industrialisés dans la lutte contre les changements climatiques, certains observateurs se disent inquiets quant à la capacité de l'Afrique à se faire entendre. Photo de gauche - CIFOR Afrique Centrale: Media Briefing. De gauche a droite Dr Denis Sonwa, CIFOR, Mme Cyrie Sendashonga, CIFOR et Mme Anne Nsang, UNIC

 

Pour plus d'information, envoyer un email à CIFOR-ForestDayCentralAfrica@cgiar.org

 

Dans la presse:

«Cyrie Sendashonga: Il y a beaucoup d'enjeux pour la conférence de Copenhague" -Le Messager, 4 novembre 2009.

 

Par ailleurs, la documentation intégrale de cette 2ème journée de la forêt en Afrique centrale (programme, rapport final, les présentations, discours) est également disponible sur le site PFBC

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

observers.france24 : Dans le nord du Congo-Brazzaville, conflit autour de l’exploitation de l’or et du titanium

Près d'Elogo, village reculé de la région de la Sangha, dans le nord du Congo Brazzaville, une mine d'or et de titanium est exploitée illégalement selon nos Observateurs. Une vidéo, tournée en 2017 par une ONG, l'Observatoire congolais des droits de l'Homme, montre des machines en train de creuser dans la zone forestière proche du village. Aux commandes, des hommes visiblement asiatiques. Selon nos Observateurs, cette exploitation a des répercussions sur l'environnement et les populations locales, et d’autres cas similaires ont été identifiés dans le nord du pays .

En savoir plus...

SEP2D : Lancement de la seconde revue de l'évaluation mondiale de l'IPBES par les gouvernements et les experts

L’IPBES (Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques) lance une revue externe de l’évaluation mondiale de la biodiversité jusqu’au 29 juin 2018 (documents disponibles depuis le 14 mai). Le souhait de l’IPBES est que cette démarche concerne le plus large panel de réviseurs : « experts intéressés et qualifiés, y compris scientifiques, décideurs, praticiens et autres détenteurs de connaissances ».

En savoir plus...

FNUF : Le Forum sur les forêts achève ses travaux en adoptant une stratégie de communication sur la mise en œuvre du Plan stratégique de l’ONU sur les forêts

Pendant une semaine, le Forum a examiné, à titre prioritaire, la mise en œuvre du Plan stratégique sur les forêts qui offre un cadre global d’action pour assurer une gestion durable de tous les types de forêts et d’arbres en général, et pour mettre un terme à la déforestation et à la dégradation des forêts.  La planète perd en moyenne 13 millions d’hectares de couvert forestier par an.

En savoir plus...

Mise en œuvre du Protocole de Nagoya. Les juristes et experts chargés de politiques publiques de l’espace COMIFAC outillés pour l’élaboration des mesures APA

15 juristes et experts chargés de politiques publiques ont été formés sur les connaissances en matière de formulation et d’élaboration de mesures législatives, administratives et de politique générale relative à l’APA.

En savoir plus...

Harmattan : La gouvernance climatique au Cameroun

La multiplication des événements climatiques extrêmes (sécheresses, inondations) du fait de la hausse de la température mondiale a conduit les États de la planète à mettre la question du changement climatique sur leur agenda politique. Le Cameroun n’en fait pas exception. Traiter de la gouvernance climatique au Cameroun conduit nécessairement à analyser comment se construit l’action publique de lutte contre le changement climatique au Cameroun. Elle apparaît comme une configuration d’action publique multi-niveaux. Ainsi, la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique en constitue l’arène climatique globale.

En savoir plus...

L’Afrique centrale parle aux parties du FNUF sur la mise en œuvre du Plan stratégique des Nations Unies sur les Forêts (2017-2030)

Le Gabon et la République du Congo font des déclarations forte sur le point concernant les discussions générales (point 6) et sur les remarques de clôtures… la COMIFAC rehaussée dans le plaidoyer des Ministres au FNUF 13...

En savoir plus...

Afdb : Afrique de l’Ouest : le 3 ème Forum sur le financement climatique et des énergies propres s’achève à Abidjan sur un succès

La troisième édition du Forum sur le financement climatique et des énergies propres en Afrique de l’Ouest (WAFCCEF-3, sigle en anglais) a eu lieu jeudi 12 avril 2018 à l’auditorium Babacar Ndiaye de la Banque africaine de développement à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en présence de représentants d’institutions internationales, de promoteurs privés, d’experts en énergie ainsi que de nombreux enseignants-chercheurs et étudiants.

En savoir plus...

Entrée diplomatique et politique réussie du Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de la Belgique du PFBC

Du 19 au 20 avril 2018, le Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC a effectué une mission à Yaoundé la capitale politique du Cameroun. Entre autres au programme de cette importante mission, une table ronde des Chefs de Missions des partenaires du PFBC, une visite du Facilitateur au Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, des réunions avec les partenaires techniques et les représentants des différents collèges du PFBC au tour de la nouvelle vision et orientation stratégique de la Feuille de route de la Facilitation du Royaume de la Belgique du PFBC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018