CIFOR- Mais qu’est-ce donc que ce droit sur le carbone ?

 

 

 

L’idée que l’on peut posséder du carbone ou avoir des « droits sur le carbone » est difficile à saisir. La valeur directe du carbone n’est pas claire, contrairement à une ressource comme l’eau. Vous ne pouvez ni le boire ni le manger. Vous ne pouvez pas le vendre sur un marché en tant comme une marchandise palpable.

 

Néanmoins, le carbone séquestré de l’atmosphère par les plantes et stocké dans la biomasse représente une valeur car il fournit à l’humanité au moins un service clé : il atténue le changement climatique néfaste.

 

En d’autres termes, l’humanité devrait être prête à payer pour le service d’atténuation du changement climatique fourni par le carbone stocké dans les arbres et dans autres biomasses.

Si la communauté internationale décide qu’elle est effectivement prête à payer pour ce service par le biais de taxes carbone, de marchés obligatoires de plafonnement et d’échange de carbone ou d’autres mécanismes, à qui cet argent serait-il dû et dans quelles circonstances ?

C’est toute la question des droits sur le carbone.

 

VOTRE TERRE, VOTRE CARBONE ?

Avant même que les marchés internationaux du carbone aient été considérés comme des mécanismes pour soutenir la conservation des forêts, il y a eu des précédents concernant la façon d’aborder les droits sur les ressources liées aux terres.

 

Dans les tropiques, les forêts sont souvent détenues par les gouvernements. Plutôt que de permettre simplement aux entreprises privées de bois, aux communautés autochtones et aux autres utilisateurs potentiels des terres de posséder les forêts, les gouvernements favorisent des systèmes de concession par lesquels ils attribuent seulement des droits spécifiques d’utilisation et de gestion.

 

Partage des bénéfices par la REDD+ : équitable et fonctionnel ?

Pour avoir un aperçu des recherches faites à travers le monde, rejoignez notre événement parallèle à celui du SBSTA lundi 8 juin.

 

Au même titre que la possession intégrale des terres forestières n’a pas été obligatoire pour les entreprises afin qu’elles obtiennent les droits de récolte et de vente du bois dans le passé, il n’est pas nécessaire de posséder la terre pour posséder les droits sur le carbone.

 

Dans un sens, le fait que les droits sur le carbone ne soient pas liés aux droits fonciers est libérateur : les gouvernements peuvent penser de façon créative sur qui devrait bénéficier des régimes, tels que les Paiements pour services écosystémiques (PSE) ou la REDD+, tout en élaborant leurs politiques en conséquence.

 

Par contre, le sujet pose des questions puisqu’on peut imaginer d’innombrables façons d’attribuer les droits sur le carbone.

 

Les gouvernements pourraient détenir eux-mêmes les droits sur le carbone et distribuer les fonds provenant de la vente des crédits de carbone de la manière qu’ils estiment la plus appropriée. Les concessionnaires pourraient obtenir les droits.

 

Les droits pourraient être affectés aux peuples autochtones ayant des titres collectifs. Ou les titres de propriété privée pourraient être utilisés comme critère principal pour l’attribution des droits sur le carbone. Ces stratégies ne sont pas mutuellement exclusives et des approches mixtes sont envisageables.

 

QU’EST-CE QUI SE PASSE DÉJÀ ?

Dans notre étude récente nous avons examiné ce qui se passe au Brésil, au Cameroun, en Indonésie, au Pérou et au Vietnam. Vu qu’aucun de ces pays n’a entièrement résolu la question des droits sur le carbone, les débats sont toujours en cours.

 

Parmi ces pays, seul le Pérou et l’Indonésie font des tentatives explicites pour définir les droits sur le carbone dans leurs législations nationales. Dans les autres pays, le carbone est lié implicitement à d’autres droits concernant entre autre les ressources naturelles, y compris les ressources forestières et les services environnementaux.

 

Dans la plupart des cas, il existe plusieurs lois potentiellement pertinentes pour les droits sur le carbone et ceci donne lieu aux débats actuels.

Ces débats peuvent être d’ordre technique et légal.

 

Au Brésil, par exemple, la loi sur la gestion des forêts publiques suggère fortement que l’État est le propriétaire du carbone stocké ou séquestré dans les forêts, même si une entreprise y possède une concession.

 

Toutefois, les communautés autochtones font exception puisqu’elles bénéficient de garanties constitutionnelles concernant tous les droits liés aux terres tels que le carbone. Un débat cherche à déterminer si les communautés autochtones devraient négocier la vente de crédits de carbone de manière autonome ou pas.

 

Image: Merline Touko Tchoko

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter la page web du CIFOR: ICI

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019