Cirad: Pourquoi les paiements pour services environnementaux sont-ils moins performants que prévu ?

 

 

Les paiements pour services environnementaux passent difficilement l’épreuve de la mise en pratique. Pour comprendre les raisons de cette relative inefficacité, 70 programmes menés dans le monde ont été passés au crible d’une grille d’analyse pointue. Un fort décalage a été constaté entre la théorie et l’exécution de ces instruments incitatifs. Ces travaux, publiés dans Nature Sustainability en mars dernier, ont bénéficié à la fois de l’expertise analytique du Cirad et de données issues de projets coordonnés par l’établissement.

 

 

Des raccourcis et des simplifications dans la mise en œuvre des paiements pour services environnementaux (PSE) rendent ces instruments incitatifs moins efficaces qu’ils ne pourraient l’être. Un constat révélé par une étude analytique de 70 programmes de PSE réalisés à travers le monde et publiée dans Nature Sustainability le 12 mars dernier. « L’ambition n’était pas d’être exhaustif, mais nous considérons que cet échantillon est parfaitement représentatif des PSE existants depuis une vingtaine d’années,  » explique Driss Ezzine de Blas, socio-économiste au Cirad et à l’origine de cette étude.

 

 

Une tendance globale à la simplification

 

 

Le coauteur précise que « malgré la diversité des programmes de PSE analysés, on retrouve cette tendance à la simplification sur tous les continents. » Les PSE sont une gamme d’instruments financiers incitatifs. Ils consistent à rémunérer des propriétaires terriens en échange de la préservation d’un écosystème offrant un service (maintien de la qualité de l’eau, séquestration de carbone, lutte contre l’érosion, préservation d’espèces menacées, etc.). Depuis quelques années, l’efficacité de ces programmes est remise en cause, mais les raisons de ces défaillances n’étaient pas connues.

 

Contrôles et sanctions difficilement mis en œuvre

 

L’examen méthodique de la conception puis de la mise en œuvre des PSE montre que certains principes de base de ces instruments ne sont pas appliqués. Les PSE sont fondés sur la conditionnalité, c’est-à-dire qu’une rémunération est versée si une parcelle est, par exemple, conservée boisée. Ce principe implique des contrôles pour vérifier le respect de l’accord et une sanction en cas de non-respect. Or, en pratique, l’analyse montre que les contrôles, et plus encore, les sanctions, ne sont que rarement réalisés. Pour les auteurs, ces difficultés d’exécution ne sont pas tant liées à la complexité de vérifications biophysique ou à des coûts de transaction insurmontables, mais constituent souvent une question socialement et politiquement sensible. « C’est un problème récurrent de l’économie environnementale : sans sanction, on sait qu’il y a moins de performance. Mais qu’en est-il de la vulnérabilité sociale quand il s’agit de sanctionner des populations déjà très démunies ? Quid de la popularité d’un gouvernement ou d’une ONG ?  » s’interroge Driss Ezzine de Blas.

 

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Nouabalé-Ndoki Bulletin mensuel | Mars 2018

En célébration de la Journée Internationale de la Femme, l'Association des Femmes Unies pour la Biodiversité de Bomassa (AFUBB) a organisé, le 8 mars dernier, une marche dans le village de Bomassa suivi d'un tournoi de volleyball à la base-vie du Parc National Nouabalé-Ndoki et d'une table ronde à propos des droits des femmes. Cette dernière a été co-organisée avec le point focal genre du parc.

En savoir plus...

Volume 10 de la Revue Scientifique et Technique Forêt et Environnement du Bassin du Congo

C’est une publication semestrielle (Avril et Octobre) éditée et publiée par le RIFFEAC (Réseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale d'Afrique Centrale). Cet outil de communication unique et rassembleur des intervenants du secteur forestier du grand Bassin du Congo permet, tant aux chercheurs qu'aux professionnels du monde forestier de présenter les résultats de leurs travaux et expertises dans tous les aspects et phénomènes que recèle la forêt et les enjeux de son utilisation.

En savoir plus...

Gabonreview-Biodiversité : Risque d’extinction de près de 50% de la population animale en Afrique

En Afrique, «plus de la moitié des espèces d’oiseaux et de mammifères seront perdues d’ici 2100», a averti la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), dans une étude rendu publique le 23 mars à Medellin, en Colombie.

En savoir plus...

UN Water : Les solutions fondées sur la nature pour la gestion de l’eau

Les solutions fondées sur la nature (SfN) pour la gestion de l’eau sont inspirées par et s’appuient sur la nature et utilisent, ou imitent, des processus naturels pour améliorer la gestion de l’eau. Une SfN pourrait par exemple viser la conservation ou la remise en état des écosystèmes naturels et/ou l’amélioration ou la réalisation de processus naturels dans les écosystèmes modifiés ou artificiels. Elles peuvent être appliquées à l’échelle micro (par exemple des toilettes sèches) ou macro (par exemple un paysage).

En savoir plus...

Cirad: Pourquoi les paiements pour services environnementaux sont-ils moins performants que prévu ?

Les paiements pour services environnementaux passent difficilement l’épreuve de la mise en pratique. Pour comprendre les raisons de cette relative inefficacité, 70 programmes menés dans le monde ont été passés au crible d’une grille d’analyse pointue. Un fort décalage a été constaté entre la théorie et l’exécution de ces instruments incitatifs. Ces travaux, publiés dans Nature Sustainability en mars dernier, ont bénéficié à la fois de l’expertise analytique du Cirad et de données issues de projets coordonnés par l’établissement.

En savoir plus...

Globallandscapesforum : Nouveau pacte pour préserver les tourbières du Bassin du Congo du risque d’une exploitation non durable

ONN, Allemagne (Actualité Paysages) - Un nouvel accord international vise à protéger un vaste ensemble de tourbières écologiquement sensibles dans le Bassin du Congo contre une exploitation non durable qui pourrait autrement conduire à la libération de l’équivalent de trois ans d’émissions mondiales de gaz à effet de serre.  Rapports de ONU Environnement (PNUE).

En savoir plus...

Unenvironment : Signature d’un accord historique pour protéger la plus grande tourbière tropicale au monde

Brazzaville, 23 mars 2018 - Dans une action sans précédent pour protéger la région de la Cuvette Centrale dans le Bassin du Congo, les plus grandes tourbières tropicales du monde, de l’utilisation non réglementée des terres et empêcher son drainage et sa dégradation, la République Démocratique du Congo (RDC), le Congo et l'Indonésie ont signé conjointement la déclaration de Brazzaville qui promeut une meilleure gestion et conservation de ce magasin de carbone d'importance mondiale.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel | Février 2018

Ce mois-ci, nous sommes heureux de partager avec vous une scène incroyable que nos équipes de recherche ont filmé d'un gorille nouveau-né dans le parc. Le bébé avait à peine une semaine lorsque ces images ont été prises à la fin du  mois de février. Le jeune bébé gorille est la progéniture de Kingo - un mâle à dos argenté bien connu des chercheurs - et une femelle nommée Mekome.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018