Cirad: Pourquoi les paiements pour services environnementaux sont-ils moins performants que prévu ?

 

 

Les paiements pour services environnementaux passent difficilement l’épreuve de la mise en pratique. Pour comprendre les raisons de cette relative inefficacité, 70 programmes menés dans le monde ont été passés au crible d’une grille d’analyse pointue. Un fort décalage a été constaté entre la théorie et l’exécution de ces instruments incitatifs. Ces travaux, publiés dans Nature Sustainability en mars dernier, ont bénéficié à la fois de l’expertise analytique du Cirad et de données issues de projets coordonnés par l’établissement.

 

 

Des raccourcis et des simplifications dans la mise en œuvre des paiements pour services environnementaux (PSE) rendent ces instruments incitatifs moins efficaces qu’ils ne pourraient l’être. Un constat révélé par une étude analytique de 70 programmes de PSE réalisés à travers le monde et publiée dans Nature Sustainability le 12 mars dernier. « L’ambition n’était pas d’être exhaustif, mais nous considérons que cet échantillon est parfaitement représentatif des PSE existants depuis une vingtaine d’années,  » explique Driss Ezzine de Blas, socio-économiste au Cirad et à l’origine de cette étude.

 

 

Une tendance globale à la simplification

 

 

Le coauteur précise que « malgré la diversité des programmes de PSE analysés, on retrouve cette tendance à la simplification sur tous les continents. » Les PSE sont une gamme d’instruments financiers incitatifs. Ils consistent à rémunérer des propriétaires terriens en échange de la préservation d’un écosystème offrant un service (maintien de la qualité de l’eau, séquestration de carbone, lutte contre l’érosion, préservation d’espèces menacées, etc.). Depuis quelques années, l’efficacité de ces programmes est remise en cause, mais les raisons de ces défaillances n’étaient pas connues.

 

Contrôles et sanctions difficilement mis en œuvre

 

L’examen méthodique de la conception puis de la mise en œuvre des PSE montre que certains principes de base de ces instruments ne sont pas appliqués. Les PSE sont fondés sur la conditionnalité, c’est-à-dire qu’une rémunération est versée si une parcelle est, par exemple, conservée boisée. Ce principe implique des contrôles pour vérifier le respect de l’accord et une sanction en cas de non-respect. Or, en pratique, l’analyse montre que les contrôles, et plus encore, les sanctions, ne sont que rarement réalisés. Pour les auteurs, ces difficultés d’exécution ne sont pas tant liées à la complexité de vérifications biophysique ou à des coûts de transaction insurmontables, mais constituent souvent une question socialement et politiquement sensible. « C’est un problème récurrent de l’économie environnementale : sans sanction, on sait qu’il y a moins de performance. Mais qu’en est-il de la vulnérabilité sociale quand il s’agit de sanctionner des populations déjà très démunies ? Quid de la popularité d’un gouvernement ou d’une ONG ?  » s’interroge Driss Ezzine de Blas.

 

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

VOX-Des ONG interpellent sur l’exploitation illégale des forêts

Le responsable du programme ressources naturelles et communauté forestière à l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH), Nina Kiyindou Yombo a indiqué le 5 septembre à Brazzaville que les pouvoirs publics devraient recadrer les sociétés agro industrielles pour qu’elles ne versent pas dans l’exploitation illégale des forêts. 

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park °° Bulletin mensuel | Août 2018

En août, en prélude à la célébration de la Journée Mondiale de l'Eléphant, un objectif important a été atteint pour les éléphants du Parc National de Nouabalé-Ndoki et de la République du Congo. Le Congo a en effet adopté son Plan d'Action National pour les Eléphants (NAPE), un grand pas en avant pour la conservation des éléphants.

 

En savoir plus...

Gaboninitiatives : L’Ong Muyissi Environnement s’active en prélude de la Journée internationale de lutte contre les monocultures d’arbres

Ndendé, 18 septembre 2018 (GabonInitiatives) – À l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les monocultures d’arbres l’Ong Muyissi Environnement organise du 21 au 22 septembre prochain au regroupement de villages de Ferra, proche de Ndendé, chef-lieu du département de la Dola au sud-Gabon dans la province de la Ngounié, une rencontre des femmes riveraines des plantations d’Olam et SOTRADER.

En savoir plus...

Gaboninitiatives : Le PACJA primé à Nairobi en marge de l’AMCEN

Nairobi, 19 septembre 2018 (GabonInitiatives) – C’est désormais officiel. L’Alliance Panafricaine Pour la Justice Climatique ( PACJA), a reçu ce mercredi à Nairobi, au Kénya, en marge de la Conférence Ministérielle Africaine sur l’environnement (AMCEN), un prix décerné pour son engagement responsable et une meilleure gouvernance climatique en Afrique et dans le reste du monde décerné par l’agence du NEPAD récompensant la contribution exceptionnelle à la gestion de l’environnement et de la gouvernance en Afrique au cours de ces 50 dernières années.

 

En savoir plus...

CIFOR : Rejoignez des experts à Nairobi pour promouvoir la restauration des paysages en Afrique

NAIROBI (1er août 2018) - Trouver des solutions pour relever le défi de la restauration des paysages en Afrique, où près de 50 millions d’hectares de terres sont dégradés chaque année, est un défi complexe nécessitant une réponse internationale innovante et coordonnée, déclare un expert en foresterie qui interviendra lors d’une prochaine conférence à Nairobi.

En savoir plus...

IIED long read: Trouver une approche verte pour la Chine et l’Afrique ?

Les entreprises chinoises se répandent sur le sol africain. Les bûcherons, les mineurs, les agriculteurs et les commerçants chinois, ainsi que les investissements d’infrastructure de plusieurs millions de dollars, sont en train de devenir courants à travers le continent. Certains d'entre eux engloutissent des forêts et des bois. Certains apportent d’énormes avantages aux économies africaines. D’autres font les deux. Tous changent l’Afrique.

En savoir plus...

Politique climatique : Quels sont les moteurs du changement de politique pour la REDD + ? Analyse comparative qualitative de l'interaction entre les facteurs institutionnels et politiques

La réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts (REDD+) est devenue un mécanisme prometteur d’atténuation des changements climatiques dans les pays en développement. Afin d’identifier les conditions propices à la réalisation de progrès dans la mise en œuvre d’une REDD+ efficace, efficiente et équitable, le présent document examine les paramètres politiques nationaux dans une analyse comparative dans 13 pays, en mettant l’accent sur le contexte institutionnel et le cadre réel de la scène politique.

En savoir plus...

ScienceDirect : Une allométrie régionale pour les forêts du Bassin du Congo basée sur le plus grand échantillonnage destructif de tous les temps

L’estimation et la surveillance de l’énorme quantité de carbone contenu dans les forêts tropicales, et plus particulièrement dans la biomasse aérienne (BA) des arbres, sont nécessaires pour la mise en œuvre réussie des stratégies d'atténuation des changements climatiques. Sa précision dépend de la disponibilité d’équations allométriques fiables pour convertir les données d’inventaire forestier en estimations de BA. Dans cette étude, nous avons testé si les forêts d’Afrique centrale sont vraiment différentes des autres forêts tropicales en ce qui concerne l’allométrie de la biomasse et nous avons examiné les variations régionales de l’allométrie des arbres tropicaux dans les forêts du Bassin du Congo.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018