Cirad: Pourquoi les paiements pour services environnementaux sont-ils moins performants que prévu ?

 

 

Les paiements pour services environnementaux passent difficilement l’épreuve de la mise en pratique. Pour comprendre les raisons de cette relative inefficacité, 70 programmes menés dans le monde ont été passés au crible d’une grille d’analyse pointue. Un fort décalage a été constaté entre la théorie et l’exécution de ces instruments incitatifs. Ces travaux, publiés dans Nature Sustainability en mars dernier, ont bénéficié à la fois de l’expertise analytique du Cirad et de données issues de projets coordonnés par l’établissement.

 

 

Des raccourcis et des simplifications dans la mise en œuvre des paiements pour services environnementaux (PSE) rendent ces instruments incitatifs moins efficaces qu’ils ne pourraient l’être. Un constat révélé par une étude analytique de 70 programmes de PSE réalisés à travers le monde et publiée dans Nature Sustainability le 12 mars dernier. « L’ambition n’était pas d’être exhaustif, mais nous considérons que cet échantillon est parfaitement représentatif des PSE existants depuis une vingtaine d’années,  » explique Driss Ezzine de Blas, socio-économiste au Cirad et à l’origine de cette étude.

 

 

Une tendance globale à la simplification

 

 

Le coauteur précise que « malgré la diversité des programmes de PSE analysés, on retrouve cette tendance à la simplification sur tous les continents. » Les PSE sont une gamme d’instruments financiers incitatifs. Ils consistent à rémunérer des propriétaires terriens en échange de la préservation d’un écosystème offrant un service (maintien de la qualité de l’eau, séquestration de carbone, lutte contre l’érosion, préservation d’espèces menacées, etc.). Depuis quelques années, l’efficacité de ces programmes est remise en cause, mais les raisons de ces défaillances n’étaient pas connues.

 

Contrôles et sanctions difficilement mis en œuvre

 

L’examen méthodique de la conception puis de la mise en œuvre des PSE montre que certains principes de base de ces instruments ne sont pas appliqués. Les PSE sont fondés sur la conditionnalité, c’est-à-dire qu’une rémunération est versée si une parcelle est, par exemple, conservée boisée. Ce principe implique des contrôles pour vérifier le respect de l’accord et une sanction en cas de non-respect. Or, en pratique, l’analyse montre que les contrôles, et plus encore, les sanctions, ne sont que rarement réalisés. Pour les auteurs, ces difficultés d’exécution ne sont pas tant liées à la complexité de vérifications biophysique ou à des coûts de transaction insurmontables, mais constituent souvent une question socialement et politiquement sensible. « C’est un problème récurrent de l’économie environnementale : sans sanction, on sait qu’il y a moins de performance. Mais qu’en est-il de la vulnérabilité sociale quand il s’agit de sanctionner des populations déjà très démunies ? Quid de la popularité d’un gouvernement ou d’une ONG ?  » s’interroge Driss Ezzine de Blas.

 

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019