La Cellule de Lutte Contre la Corruption au Cameroun à pied d’œuvre - Baisse d’indice de perception de la corruption dans le secteur forestier au Cameroun

 

Pendant plusieurs décennies au Cameroun, la corruption avait installé son lit sur la canopée des forêts du Cameroun, favorisant l’illégalité dans le secteur entrainant des conséquences graves sur l’environnement, les populations riveraines et les recettes budgétaires de l’Etat.

 

L’expansion de ce fléau a contribué énormément à hisser le Cameroun parmi les pays les plus corrompus du Monde. Ce qui en 2012, a fait prendre conscience au Ministère en charge des forêts et de la faune et qui a développé sa stratégie sectorielle de lutte contre la corruption et des dispositions pratiques ont été prises pour délogé la corruption des cimes des forêts camerounaises, à savoir :

 

♦ Le renouvellement  des membres de la Cellule de Lutte Contre la Corruption, avec à sa tête une personnalité de la Société civile en la personne de M. Makon Samuel,

♦ L’affectation des locaux avec un personnel d’appui affecté;

♦ L’allocation d’un budget de fonctionnement  à la Cellule pour l’exécution de certaines missions d’investigations ;

 

Malgré le faible moyen mis à la disposition de la CLCC, des résultats encourageants ont été enregistrés. Ces résultats sont les fruits d’une action concerté de la collaboration entre le MINFOF et les populations, les organisations communautaires et de la société civile, les medias, les forces de maintien de l’ordre et les partenaires au développement. Il s’agit de :

 

♦ L’étude sur l’état des lieux des pratiques de la corruption dans le secteur des Forêts et de la Faune ;

♦ l’élaboration du guide de l’Agent « Propre » du MINFOF qui vise à améliorer la performance des agents du MINFOF en agissant sur ses valeurs telles que l’intégrité;

♦ la dispensation dans les régions de l’Est, de l’Ouest et du Sud-Ouest, en partenariat avec la Société Civile, plusieurs formations visant à mettre en place des ilots d’intégrité au sein des Services déconcentrés du MINFOF ;

♦ l’extension  à huit Régions du Cameroun de la méthode  des Initiatives à Résultats Rapides (IRR) déjà testée sur la route Belabo-Ngaoundéré  et développée dans le Document de Marius Talla et de Romain Calaque. Cette approche intègre d’autres outils de lutte contre la corruption tels que le Guide de l’Agent Probe, le Guide du Contrôleur Forestier et le Développement des Pactes d’Intégrité pour les acteurs de ce secteur ;

♦ et des dénonciations des cas de corruption impliquant des agents du MINFOF et qui a  abouti à la prise des sanctions à l’encontre de ces acteurs indélicats.

 

Ces résultats font qu’à ce jour, on note une baisse sensible du taux de perception par les usagers de l'indice de corruption dans le secteur forestier au Cameroun. Cependant d’après le CLCC, les résultats mentionnés ci-dessus, pourraient avoir un impact plus large si dans les jours avenir, une emphase est mise sur les éléments suivants:

 

la prévention au-delà des campagnes civiques ponctuelles et ciblées: elle consistera à  montrer aux jeunes générations à travers le système éducatif, le caractère pervers et problématique de ce fléau pour l'ensemble de la société ;

la dissuasion : il s’agira de faire usage des institutions chargées de lutter contre la corruption existantes  pour réussir à intimider les délinquants. Il convient de souligner ici que les IRR ont une puissance d'intimidation et ne peut être que si la répression est effective ;

la répression : elle donnera effectivement force à la justice car l’efficacité de la lutte contre la corruption passe par le pouvoir de sanction et de coercition, car dans bien des cas, la peur de la sanction peut être le commencement de la sagesse.

 

Par ailleurs d’après les responsables de cette CLCC, l’éradication de la corruption passe aussi par :

 

la pratique de la « tolérance zéro » : ici, tous ceux et celles qui se rendraient coupables d'actes de corruption seront appelés à rendre compte devant la justice au terme d'un procès équitable;

la revalorisation du niveau des salaires (entre 50 % et 70 %) des fonctionnaires et agents de l’Etat d’avant 1993 et des avantages liés à leurs fonctions dont la suppression a été dictée par les Institutions de Brettons Wood;

♦ la suppression de la disposition autorisant aux  fonctionnaires et aux agents de l’état dont les salaires avaient été largement amputés de « joindre les deux bouts » en créant en parallèle des affaires, sans considération aucune de l’incompatibilité que ces dernières présentaient avec les services placés sous leur responsabilité.

 

Pour plus d’information sur la CLCC, vous pouvez contacter Makon Wehiong Samuel Ministère des Forêts et de la Faune du Cameroun samuel.makon@giz.de

 

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

UE - Afrique centrale: Un appui de l'UE pour préserver la biodiversité et renforcer la gestion des écosystèmes forestiers

Le volet Cameroun du "Programme d’Appui à la Préservation de la biodiversité et aux Ecosystèmes Fragiles (ECOFAC)" a été officiellement lancé le 25 octobre 2017 à Douala en marge de la 17ième Réunion des Parties du PFBC. En plus de 25 ans, à travers les programmes ECOFAC, l’Union européenne appuie les efforts de l'Afrique centrale en matière de préservation de leur biodiversité exceptionnelle et de gestion de leurs écosystèmes forestiers. Ainsi, depuis 1992, l’UE a investi plus de 90 milliards de Francs CFA (138 millions d'euro) dans la région à travers les 5 premières phases de ce programme phare.

En savoir plus...

GIZ - Bureau d'appui à la COMIFAC « Bilan de dix ans de partenariat entre la République Fédérale d’Allemagne et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) 2005 – 2015 »

Depuis sa création en 2005, la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) a connu des évolutions de plusieurs ordres, ceci entre autres avec l’appui des partenaires techniques et financiers, au rang desquels la coopération allemande à travers la GIZ. Cette alliance scellée tout au début du processus en 2005, est aujourd’hui vieille de plus de 10 ans.

En savoir plus...

UE : L'UE reste le marché le plus important et le plus ouvert aux produits alimentaires et manufacturés africains

Les exportations de l'Afrique vers l'Union européenne (UE) se sont élevées à plus de 116 milliards d'euros en 2016. L'Europe est de loin le plus grand marché d'exportation de l'Afrique (35% des exportations africaines), suivie de l'Afrique (18%), de la Chine (11%), des États-Unis (8%) et de l'Inde (7%).

En savoir plus...

COP23 : L’Italie et l’ONU lancent un programme de bourse pour Pays vulnérables aux changements climatiques

ONU Changements Climatiques Infos, Bonn, 16 nov – Le Gouvernement italien et l’ONU Changements Climatiques ont signé un nouveau protocole d'accord pour le lancement d’un nouveau programme de bourses visant le renforcement des capacités institutionnelles des petits États insulaires en développement (PEID) et des pays les moins avancés (PMA) à répondre aux défis du changement climatique.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel Octobre 2017

Le mois dernier, une centaine de pêcheurs sur la rivière Sangha ont reçu une formation par les équipes du Parc sur la construction et l’utilisation des fours Chorkor, faisant ainsi la promotion d'une technique de fumage du poisson optimisant sa conservation et contribuant à la réduction du prélèvement sur les ressources halieutiques. En savoir plus...

En savoir plus...

FSC : Retour sur l'Assemblée Générale du FSC 2017

Faire le lien entre FSC et les Objectifs de Développement Durable. Les Objectifs de Développement Durable (ODD) offrent aux entreprises une excellente occasion de s'engager à imprimer un changement positif pour les hommes et la planète, de façon claire et structurée. Mais en quoi ces objectifs concernent-ils les entreprises ? Et pourquoi FSC devrait-il jouer un rôle dans l'atteinte de ces objectifs ?...

En savoir plus...

EU : Bassin du Congo : Vers une mutualisation des efforts de lutte contre le commerce illicite du bois l’exploitation illégale des forêts

La ville de Yaoundé a abrité, mi-novembre 2017, une conférence régionale sur l’exploitation illégale du bois. L'événement était soutenu par l’Union européenne, dans le cadre du projet "Voix des Citoyens pour le Changement : Observation Forestière dans le Bassin du Congo", une initiative d’observation indépendante de l'exploitation forestière. Pour la 1ere fois, les autorités chargées de l’application de la loi et des acteurs non étatiques se sont ainsi retrouvés, dans le but de créer une synergie d'action contre l'illégalité qui plombe le développement de ce secteur.

En savoir plus...

Lancement du programme ECOFAC6 (Volet Cameroun) et du projet RIOFAC

Ce 25 octobre s’est tenu marge de la 17ème réunion du Partenariat des Forêts du bassin du Congo à Douala, la réunion de lancement de Volet Cameroun du Programme ECOFAC 6. Ce volet, d’un montant 10 milliards de CFA (12.5 millions d’euros) sur les 40 milliards apportés à l’Afrique Centrale, est destiné au renforcement de la protection des écosystèmes forestiers notamment par l’appui aux parcs du Dja et du Faro, et à l’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale ». Pour en savoir plus sur le projet d’appui à l’OFAC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030