Passation de témoin au Conseil des Ministres de la COMIFAC : Son Excellence Ir NDUWAYO Jean Claude, Ministre de l'Eau, de l'Environnement, de l'Aménagement du Territoire et de l'Urbanisme du Burundi accède à la présidence de la COMIFAC

 

Bien vouloir télécharger:

♦  Communiqué Final du 8ième Conférence des Ministres de la COMIFAC

♦ Allocution de Mme le Secrétaire général adjoint, Représentant du Secrétaire Général de la CEEAC

♦ Discours Bilan de Son Excellence Madame BAÏWONG DJIBERGUI AMANE Rosine, Ministre de l’Agriculture et de l’Environnement de la République du Tchad

♦  Allocution du Facilitateur du PFBC – Matthew Cassetta

♦  Rapport réunion des experts préparatoire à la huitième Session Ordinaire du Conseil des Ministres en charge des Forêts et de l’Environnement des pays membres de la COMIFAC

 

16 janvier 2015 – 16 janvier 2015 – S’est tenue à Bujumbura en République du Burundi, la huitième session ordinaire du Conseil des Ministres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC). Cette session a été précédée du 14-15 janvier 2015 par la réunion consultative des experts. Bien vouloir télécharger les documents du Conseil des Ministres.

 

Les travaux du Conseil ont été ouverts par son Excellence Son Excellence Monsieur Pierre Nkurunziza, Président de la République du Burundi.  La cérémonie solennelle d’ouverture a été marquée par cinq allocutions : celles de Monsieur le ministre de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme du Burundi, de Madame la Secrétaire Générale Adjointe de la CEEAC, de Monsieur le Facilitateur américain du PFBC, de Madame la Ministre de l’Agriculture et de l’Environnement de la République du Tchad, Présidente en exercice sortante de la COMIFAC et de Son Excellence Monsieur le Président de la République du Burundi.

 

A la suite de la cérémonie d’ouverture, la Présidence en exercice a été officiellement transférée par Madame le Ministre de l’Agriculture et l’Environnement de la République du Tchad à son collègue Monsieur le Ministre de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme de la République du Burundi.

 

Après d’intenses échanges  et fructueux en huis clos, le Conseil des Ministres a relevé des constats, formulé des recommandations et des résolutions entre autres saillants:

 

♦ Les Ministres se sont, préoccupés de l’attitude de certains partenaires qui ne veulent pas mettre à la disposition du Secrétariat Exécutif des informations financières et techniques sur leurs initiatives. Ils ont, pour cela, invité les partenaires à collaborer plus étroitement avec le Secrétariat Exécutif pour renseigner sur leurs informations techniques et financières pour la comptabilisation des appuis en faveur de la sous région.

♦ Les Ministres ont dans le cadre de la recommandation du Conseil des Ministres de juillet 2014 sur l’ouverture de négociations entre la COMIFAC et l’Allemagne, donné mandat au Président en exercice, au Ministre des forêts et de la faune du Cameroun et au Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable du Congo d’appuyer l’institution dans les négociations avec le Gouvernement allemand pour convenir d’un cadre de coopération.

♦  Les Ministres ont instruit le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC de formaliser, avec le Secrétariat Général de la CEEAC, un cadre de collaboration pour opérationnaliser la décision de la Conférence des Chefs d’Etat d’octobre 2007 accordant à la COMIFAC le statut d’organisme spécialisé de la CEEAC.

 ♦ Les Ministres ont invité tous les Etats membres à intégrer les CNC dans le dispositif de programmation et de budgétisation national en vue de prendre en charge les plans d’action des CNC  et ont  invité les partenaires au développement à appuyer la mise en oeuvre des plans d’actions biennaux 2015-2016 des CNC.

 ♦ Les Ministres ont approuvé le budget biennal 2015-2016 de la COMIFAC qui s’élève en recettes et dépenses à 1 348 613 946 FCFA pour le fonctionnement et à 1 685 000 000 FCFA pour la mise en oeuvre du plan d’action biennal. Ils ont invité tous les pays débiteurs à prendre les mesures nécessaires en vue d’apurer leurs arriérés en plus des paiements des montants des encours. Ils ont par ailleurs invité le Président en exercice à faire respecter l’article 20, alinéa 4 du Traité qui dispose que: «Tout Etat qui ne remplit pas ses obligations financières perd son droit de vote ainsi que tout appui de l’Organisation jusqu’à régularisation ».  Les Ministres ont félicité le Cameroun et la Guinée Equatoriale qui sont à jour dans le paiement de leurs contributions ; Ils ont ensuite exhorté les partenaires techniques et financiers de s’assurer avant tout appui que le pays bénéficiaire est en règle avec ses contributions à la COMIFAC. Les Ministres ont enfin adopté la décision de la révision du taux des contributions annuelles à quarante-cinq millions (45 millions) de FCFA ; ceci à compter de l’année 2016 selon la recommandation de la session ministérielle de 2013.

♦ Les Ministres ont adopté après amendement le règlement intérieur du Conseil des Ministres - Aussi, ont-ils décidé de la révision de certaines dispositions du règlement intérieur de la COMIFAC dans l’optique de les mettre en conformité avec celles du Traité instituant la COMIFAC.

 ♦ Les Ministres ont adopté le document de stratégie sous régionale relatif à  l’utilisation durable de la faune sauvage par les communautés autochtones et locales des pays d’Afrique Centrale, les experts suggèrent. Ils ont invité  les Etats membres à utiliser le guide pour la création des aires protégées transfrontalières en Afrique Centrale lors de la création des futures aires protégées transfrontalières. Les  Ministres ont invité les Etats membres à s’inspirer des guides « de planification pour l’aménagement intégré du paysage, le Guide de planification pour la gestion des zones d’extraction de ressources, le Guide de planification pour la gestion des ressources naturelles à base communautaire et le Guide de planification pour la gestion des aires protégées » dans l’élaboration et la planification de leurs stratégies nationales d’utilisation des terres dans les espaces. Ils ont instruit le Secrétariat Exécutif d’éditer les guides de planification susmentionnés et d’en assurer une large diffusion.  Les Ministres ont instruit le Secrétariat Exécutif d’éditer le « rapport de l’étude de capitalisation des expériences de mise en oeuvre du Plan de convergence »  et en assurer une large diffusion. Ils ont invité les pays membres à prendre des mesures pour mettre en oeuvre les recommandations de cette analyse (analyse prospective sur l’évolution des écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale) en vue d’anticiper sur les évolutions de leurs écosystèmes forestiers respectifs en concertation avec tous les secteurs de croissance économique (Mines, Agriculture, Infrastructures).

♦  Concernant l’organisation du troisième Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement d’Afrique Centrale sur la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale, les Ministres ont été édifiés sur les actions entreprises par la Présidente en exercice sortante pour faire aboutir la recommandation du Conseil des Ministres d’effectuer une mission officielle auprès du Président de la République de Guinée Equatoriale pour sa réponse à abriter le Sommet. A cet effet, le Président de la République du Tchad a marqué son accord pour que cette mission officielle ait lieu en janvier 2015. Au regard des avancées enregistrées sur ce dossier, les Ministres ont donné mandat au Ministre de l’Agriculture et de l’Environnement du Tchad pour mener la mission officielle auprès du Président de la République de Guinée Equatoriale

♦ Relativement à la situation du Réseau des Aires Protégées d’Afrique Centrale: Les Ministres ont été informés de la situation préoccupante du RAPAC. Ils ont à cet effet instruit le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC de clarifier en collaboration avec le Secrétariat Exécutif du RAPAC, le statut du Réseau afin que la nature juridique et les modalités d’adhésion des membres soient précisées ; Les Ministres ont par ailleurs invité les Etats membres à apurer les arriérés de contributions afin que les acquis du RAPAC soient préservés ; Les Ministres ont enfin demandé la convocation d’un Conseil d’Administration du RAPAC dans les meilleurs délais par le Président dudit Conseil afin de permettre de délibérer sur la situation préoccupante de ce Réseau

♦ Sur le processus du Sommet des bassins forestiers d’Amazonie, d’Asie du Sud-Est et du Congo et de la signature de l’Accord de coopération entre les gouvernements des pays : Les Ministres ont réitéré leurs félicitations au Congo pour avoir relancé le processus avec la facilitation de la FAO ; Ils ont pris acte des conclusions de l’évènement parallèle sur le projet d’accord de coopération organisé en marge de la cinquantième session du Conseil International des Bois Tropicaux à Yokohama au Japon ; Les Ministres ont encouragé le Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable de la République du Congo à mettre en oeuvre les conclusions de l’évènement parallèle de Yokohama ; Ils ont enfin invité les Ministres en charge des Forêts et Environnement des pays d’Afrique Centrale à diligenter les amendements éventuels du Projet d’Accord de coopération dès réception officielle de ce document.

♦  Concernant l’état d’avancement de la redynamisation de l’Organisation pour la Conservation de la Faune Sauvage en Afrique (OCFSA) : Les Ministres ont pris acte de l’état d’avancement de l’organisation de la Conférence des Ministres de l’OCFSA ; Ils ont réitéré les félicitations à la République du Cameroun pour les efforts consentis jusqu’à nos jours dans le processus de redynamisation de l’OCFSA ; Les Ministres ont enfin invité les pays membres de l’OCFSA à payer leurs arriérés de contributions et les partenaires au développement à appuyer l’organisation de la Conférence des Ministres.

♦  Relativement au dialogue Chine-COMIFAC sur les forêts :  Les Ministres ont pris acte de l’état d’avancement de ce dialogue et invité la Présidence en exercice à poursuivre ledit dialogue en vue de l’établissement d’un mémorandum d’entente entre la COMIFAC et la Chine.

 

Pour des renseignements et informations  complémentaires, bien vouloir télécharger les documents officiels  du 8ieme conseil des ministres de la COMIFAC

 

♦  Communiqué Final du 8ième Conférence des Ministres de la COMIFAC

♦ Allocution de Mme le Secrétaire général adjoint, Représentant du Secrétaire Général de la CEEAC

♦ Discours Bilan de Son Excellence Madame BAÏWONG DJIBERGUI AMANE Rosine, Ministre de l’Agriculture et de l’Environnement de la République du Tchad

♦  Allocution du Facilitateur du PFBC – Matthew Cassetta

♦  Rapport réunion des experts préparatoire à la huitième Session Ordinaire du Conseil des Ministres en charge des Forêts et de l’Environnement des pays membres de la COMIFAC

  

Bien vouloir télécharger les documents des participants avant la conférence de ministre 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CIB-Olam est 100% Certifié FSC

Alors que nous sommes globalement préoccupés par la pandémie qui a ravagé nos vies et perturbé la normalité; nous essayons de comprendre comment naviguer, en nous préparant pour les temps à venir, voici une petite lumière brillante des forêts denses du Bassin du Congo. Nous sommes ravis de vous informer que nous avons officiellement reçu la certification FSC pour Mimbeli-Ibenga et CIB-Olam est maintenant 100% certifié FSC.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel | Février 2020

L’Humanité tout entière fait face à un défi inédit tandis qu’un tiers de la population mondiale est confinée chez soi en raison de la pandémie du Covid-19. La République du Congo, quant à elle, vient d'annoncer la mise en application de l’état d'urgence sanitaire et le confinement à domicile de l'ensemble de la population jusqu'au 30 avril.

En savoir plus...

PATPA série de webinaires - 31 mars, 1 avril, 2 avril - Développement des scénarios d’émissions de GES dans le cadre de la révision des NDC dans les pays africains

Un point technique:  Il y a deux possibilités de participer au webinaire via le logiciel zoom : Vous pouvez soit télécharger l’application de zoom gratuitement (et vous réunir au webinaire en cliquant sur le premier lien) soit vous ouvrez le webinaire dans votre browser (en cliquant sur le deuxième lien)...

En savoir plus...

Mise à jour sur la maladie à coronavirus (COVID-19) - iucncongress2020

À la lumière des récents développements en France liés à la maladie à coronavirus (COVID-19), l'UICN et le gouvernement français sont en étroite discussion sur les possibles impacts que cette situation aura sur le Congrès mondial de la nature 2020 de l'UICN. Ensemble, nous examinons attentivement les décisions qui pourraient être prises.

En savoir plus...

Modification de la loi forestière chinoise : des changements pour le bassin du Congo ? PAPIER OCCASIONNEL

S’il est vrai que l’on peut se réjouir de cet amendement législatif qui entrera en vigueur le 1er juillet 2020, l’on peut également s’interroger sur son impact dans l’exploitation forestière du bassin du Congo étant donné que la Chine est devenue la principale destination des bois de cette sous-région depuis plusieurs années.

En savoir plus...

Commodafrica-Evolution différenciée du commerce du bois tropical en 2019

Premier bilan de l’année 2019 sur les importations de bois tropical au Vietnam, en Chine et dans l’Union européenne. Si les importations de grumes diminuent en Chine, celles des sciages de l’Union européenne progressent pour la deuxième année consécutive. Du côté du Vietnam, l’Afrique est l'un des premiers fournisseurs du pays avec une forte présence du Cameroun, souligne l'Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO).

En savoir plus...

Atibt-Filière bois de la RDC : Etude sur l’état des lieux des acteurs

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets FLEGT-REDD CERTIFICATION mis en œuvre par l’ATIBT et financés par l’Union Européenne, le FFEM et la KfW, la Fédération des Industriels du Bois, en sigle FIB, a mené une étude portant sur l’état des lieux des acteurs de la filière forêts-bois de la RDC.

En savoir plus...

Analyse du traitement de l'infraction forestière par le judiciaire au Cameroun

Cette analyse ressort des maux de l’exploitation forestière qui restent d’actualité aujourd’hui et met en lumière le rôle que joue l’appareil judiciaire dans la lutte contre la mauvaise gouvernance dans la gestion des ressources naturelles au Cameroun. Le document a été rédigé grâce à la participation financière de l’Union européenne dans le cadre du projet « Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le Bassin du Congo ». Les opinions qui y sont exprimées ne peuvent en aucun cas être considérées comme reflétant la position officielle de l’Union européenne.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020