Le projet GIZ COMIFAC APA : Placer les femmes au cœur du Processus APA dans les pays de l’espace COMIFAC

 

 

Les femmes du Réseau Femmes Africaines pour le Développement Durable (REFADD) sont désormais outillées pour participer au Processus d’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation (APA) dans leur pays respectif et à élaborer des projets locaux APA. Elles soutiennent les actions de leurs pays en faveur de la définition des régimes APA grâce aux cahiers de charges qu’elles se sont définis.

 

 

L’APA revêt une importance particulière pour les pays en voie de développement, en particulier ceux de l’espace de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), dépositaires d’une des plus grandes diversités biologiques au monde, mais ne bénéficient d’aucune compensation lorsque ces ressources sont exploitées. Les parties prenantes en particulier les femmes ne sont pas encore toutes conscientes des opportunités de développement qu’offre l’APA. D’où il est important de renforcer les capacités des femmes afin qu’elles participent pleinement à ce processus. C’est à cette fin que, le Programme GIZ d’Appui à la COMIFAC appuie l’implication des femmes au processus APA. A travers le Réseau Femmes Africaines pour le Développement Durable (REFADD), les points focaux nationaux et les femmes des organisations membres de la base dudit réseau ont été formés dans le cadre de plusieurs ateliers sur les thèmes suivants :  

  • Femmes et processus APA en Afrique Centrale : Comment influencer la mise en œuvre au niveau national du 21 au 22 février 2013 à Brazzaville au Congo ;
  • les mécanismes de mobilisation des fonds APA, du 17 au 20 novembre 2015 à Libreville au Gabon ;
  • les aspects fondamentaux de l’Accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation (APA) prévus par le protocole de Nagoya du 16 au 18 mai 2017 à Brazzaville au Congo.

 

 

Ces formations ont permis aux femmes du REFADD d’acquérir des connaissances entre autres sur : la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), les mécanismes d’application, le Protocole de Nagoya, les mesures d’accès aux ressources génétiques, les connaissances traditionnelles, le partage des bénéfices, l’utilisation des ressources génétiques, les fournisseurs et les utilisateurs, le respect des mesures, les outils de communication, éducation et sensibilisation, le mécanisme de mobilisation de fonds de la CDB et les opportunités financières en cours dans les pays de l’espace COMIFAC.

 

 

Grâce à ces connaissances, les femmes du REFADD participent à tous les niveaux du processus décisionnel relatif à l’APA dans les pays de l’espace COMIFAC. Elles ont élaboré des cahiers de charges définissant leurs contributions aux niveaux international, sous régional et national à l’issue de chaque atelier de formation. C’est ainsi que plusieurs activités ont été menées par elles pour honorer les engagements pris. Il s’agit entre autres du plaidoyer sur le rôle de la femme en matière d’APA au niveau international, sous régional et national avec la production d’un article sous forme de Poster présenté lors du Congrès Mondial de la Nature de l’UICN à Hawaii aux USA en Septembre 2016 sur le thème : L’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation : le cas du Cameroun. La participation du REFADD à la mise en place des cadres nationaux d’APA tels qu’au Cameroun, au Congo et au Gabon qui intègrent les préoccupations des femmes; la contribution du REFADD à l’élaboration des plans d’action nationaux du Cameroun, Congo et du Gabon ; la restitution des acquis des trois formations reçues sur APA et la sensibilisation au niveau de la base ; l’élaboration des projets locaux APA tel que celui relatif à la production de 150.000 plants de Prunus africana au Burundi. Ce projet important pour l’industrie pharmaceutique constitue à la fois une activité génératrice de revenus pour les femmes. Les écorces du Prunus africana constituent la matière de base pour la fabrication industrielle des médicaments contre le cancer de la prostate.

 

 

Le renforcement du dialogue permanent entre les différentes parties prenantes encourage la sensibilisation et la prise en compte des intérêts mutuels et communs non seulement dans la mise en place des cadres règlementaires, mais aussi dans leur mise en œuvre.

 

 

Pour d'amples informations bien vouloir contacter :

Bernadette Chantal, Edoa Epse WANDJA

Projet GIZ d’appui à la COMIFAC

bernadette.wandja@giz.de

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Declaration: London Conference on the Illegal Wildlife Trade 2018

Nous, les représentants des Gouvernements, réunis à Londres les 11 et 12 octobre 2018, reconnaissant l’ampleur des effets néfastes sur l’économie, l’environnement, la sécurité et la société du commerce illicite d’espèces sauvages, prenons l’engagement politique suivant et appelons la communauté internationale à se mobiliser pour soutenir et mettre en place des mesures collectives urgentes pour combattre le commerce illicite d’espèces sauvages comme un crime grave commis par des criminels organisés, et fermer les marchés des espèces de faune et de flore victimes de ce commerce illicite....

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel Septembre 2018

En septembre, l'équipe du Parc National de Nouabalé-Ndoki a fait ses adieux à Mr Nicholas Radford, qui a servi comme Chef du Service Administratif et Financier durant ces deux dernières années, et a accueilli Mme Camille Raynaud, qui arrivera bientôt à Bomassa pour assumer ce rôle important. La tâche est ingrate car souvent l'œuvre des services d'appui comme le Service administratif ou le Service logistique du parc n'est visible que dans les coulisses. Pourtant, ces services d'appui sont essentiels pour garantir le bon fonctionnement des opérations du parc.

En savoir plus...

afriquenvironnementplus: l’Hydrométéorologique bientôt au cœur d’un forum sous-régional

La ville de Libreville, au Gabon, va abriter du 14 au 16 novembre 2018, le 1er Forum Hydrométéorologique d’Afrique centrale, sous l’égide de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) en partenariat avec le Gouvernement du Gabon, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), la Banque Mondiale (BM) et la Banque Africaine de Développement (BAD).

En savoir plus...

Burkinademain : La gestion des catastrophes naturelles traitée à Libreville

À l’initiative de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) en partenariat avec le Gouvernement du Gabon, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), la Banque Mondiale (BM) et la Banque Africaine de Développement (BAD), les experts et… vont se retrouver à Libreville, du 14 au 16 novembre 2018, au 1er Forum Hydrométéorologique d’Afrique centrale.

En savoir plus...

CEEAC-BAD : signature de l’aide-mémoire sur la préparation du Programme PACEBco2

Libreville(Rép. Gabonaise), le 25 septembre 2018- Le Secrétaire général adjoint de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale(CEEAC), l’honorable Tabu Abdallah Manirakiza et le chef de la mission de la Banque Africaine de Développement (BAD) M.  DIOP Amadou Bamba, Environnementaliste à la BAD, ont procédé à la signature ce matin de l’aide-mémoire pour la préparation du Programme d’Appui à la Conservation des Ecosystèmes et à la Résilience aux changements climatiques en Afrique Centrale (PACEBCo2).

En savoir plus...

CHARTE SUR LES MANGROVES DU GABON

La Charte pour la conservation des mangroves du Gabon a été validée par les parties prenantes le 29 Juin 2018. Cette charte, résultant d'un processus participatif réussi, constitue une base de plaidoyer pour l'engagement de toutes les parties prenantes dans la gestion durable de ce précieux écosystème naturel.

En savoir plus...

OSFACO Lettre d'information Septembre/Octobre 2018

Le projet OSFACO "Observation Spatiale des Forêts d'Afrique Centrale et de l'Ouest" vise à améliorer la connaissance des dynamiques passées et actuelles en matière d’occupation des terres et de changement d’usage des sols dans plusieurs pays d’Afrique Centrale et de l’Ouest, grâce aux outils d’observation spatiale. Le projet vise à mettre à disposition des images satellitaires et promouvoir leur utilisation à travers des projets de recherche et des appuis aux pays.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus : Son Excellence François-Xavier de DONNEA, Facilitateur Belge pour la PFBC

Brazzaville a accueilli le 1er juin la 4e réunion des collèges du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo, PFBC. A cet occasion, AEP  a échangé avec  le Facilitateur Belge à la tête  de ce Partenariat, Son Excellence François-Xavier de DONNEA qui nous livre dans cette entretien sa vision globale sur le fonctionnement de cette institution et nous donne une idée de la feuille de route de la nouvelle sa Facilitation.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018