COP15 UNFCCC: les forêts tropicales au centre des négociations

Copenhague, 11 décembre 2009. Photos: Michael Wahl, GTZ -  Prés de 350 participants se sont pressées pour atteindre la salle Victor Borg à la 15ième Conférence des Parties UNFCCC à Copenhague vendredi 11 décembre 2009. La COMIFAC avec l'appui de la CEEAC, de GAF, de la GTZ et de la facilitation du PFBC, y avait organisé sur la base des initiatives pilotes en cours dans la sous-région, un évènement parallèle sur les opportunités et défis du REDD dans le Bassin du Congo. C'était sans doute l'évènement parallèle qui a suscité le plus d'intérêt au cours de cette première semaine de la conférence, où les discussions sur REDD commençaient à atteindre le grand écran et les négociations avec les différents groupes des pays en développement ouvraient sur les premières propositions concrètes.

 

Louis Goma, Emanuel Bizot et Dirk Niebel sur le podium d'ouverture

L'évènement parallèle de la COMIFAC offrait non seulement la possibilité d'assister à des présentations techniques ayant comme but de sensibiliser le grand public sur les expériences pilotes pour faciliter la mise en œuvre du mécanisme REDD, il mettait aussi quelques invités de marque au cœur des débats. Les ministres membres de la COMIFAC José Endundo (RDC), Henri Djombo (Congo), Emmanuel Bizot, RCA et Président en exercice de la COMIFAC, et aussi le Secrétaire général de la CEEAC, M. Louis Sylvain Goma, se présentaient pour des échanges sincères sur fonds d'une vulgarisation des réalités du terrain en Afrique centrale. La présence de la Lauréate Prix Nobel Wangari Maathai co-présidente du Fonds Forestier pour le Bassin du Congo, et Dirk Niebel, Ministre pour la Coopération Économique et du Développement de l'Allemagne a encore rehaussé l'importance de ce rendez-vous dont la modération était assurée par Hans Schipulle, Facilitateur PFBC.

 

Emmanuel Bizot a d'abord attiré l'attention des participants sur l'enjeu des négociations REDD pour les pays du Bassin du Congo. « Le mécanisme REDD doit être considéré comme une approche essentielle, structurante et transversale des stratégies de développement de nos pays. La mise en œuvre d'une stratégie REDD est par conséquent beaucoup plus que la protection des forêts; elle va de pair avec la reconnaissance de la valeur globale des ressources forestières dans le contexte d'un développement économique et social des pays». Dirk Niebel a ensuite affirmé que l'Allemagne œuvrait pour l'inclusion d'un mécanisme REDD+ dans le nouvel accord pour la protection du climat car il « convient de tenir compte de l'ensemble des mesures dont le caractère additionnel en termes climatiques est prouvé ». Se réjouissant du vaste consensus international en la matière il rappelle que les négociations se font désormais dans les détails. Le Ministre allemand a d'ailleurs confirmé en discussion avec les ministres de la COMIFAC son intention de faire de la sous-région la première destination de visite de son jeune mandat.

 

Wangari Maathai et Serge Bounda en première rangéeLa deuxième partie de l’évènement fut constituée d’un panel d’experts dont les membres présentaient les initiatives de préparation pour la mise en œuvre d'un mécanisme REDD dans le Bassin du Congo. En portant l’attention de l’audience à des questions méthodologiques, concernant l’établissement des scénarios de référence pour mesurer le dégrée de dégradation forestière effectivement évitée ainsi que des techniques de MRV (Monitoring, Reporting, Vérification), les points focaux climats et d’autres personnes de ressources parlant pour les pays membres de la COMIFAC étaient capable de démontrer le très haut niveau de maitrise des dossiers techniques acquis dans la sous-région. Finalement, les présentations concluantes des ministres Endundo et Djombo, résumant les opportunités et défis d’un mécanisme REDD pour l'ensemble des pays de l'espace COMIFAC/CEEAC, ont souligne la volonté des décideurs politiques de rendre cet évènement parallèle en une occasion solennelle pour les pays du Bassin du Congo, prêts à communiquer leur position en dehors des négociations proprement dites.

 

A la fin de la réunion, personne n'aurait douté des conclusions exprimées par Wangai Maathai, qui a rappelé aux participants et aux experts que les pays du Bassin du Congo pourront renforcer leur poids dans les négociations à venir en se faisant peser d'« une voix commune » . L'heure est actuellement à espérer que la communauté internationale suivra la position commune des pays d'Afrique centrale et par conséquent de l'Afrique au sujet du REDD.

 

-----------

 

Documentation évènement parallèle de la COMIFAC à la 15ième COP CNUCC: « Dévéloppement de l'inititiative REDD en Afrique Centrale - opportunités et défis »

11 décembre 2009, 16h30 - 18h00

Dépliant info COMIFAC avec agenda

 

Ouverture et exposés liminaires

Mot de bienvenu et introduction sur la vision régionale relative au REDD et le Groupe de Travail Climat de l'espace COMIFAC/CEEAC (Emmanuel Bizot, Président en exercice de la COMIFAC)

Mot introductif dur le positionnement des pays d'Afrique Centrale à la Conférence de Copenhague Sylvain Goma, Secrétaite Général de la CEEAC)

Mot de circonstance de Dirk Niebel,Ministre de la Coopération Économique et du Développement de la République Fédérale de l'Allemagne)

 

Les présentation techniques sur les initiatives REDD dans le Bassin du Congo

 

Résultats préliminaires et perspectives du projet pilot REDD (GAF-AG/MINEP) Joseph Amougou, point focal climat Cameroun / Thomas Haeusler, GAF)

Etat de mise en oeuvre du projet pilote ONU-REDD en République Démocratique du Congo (Vincent Kasulu, Point Focal climat RDC)

Résultats préliminaires et perspectives de l'étude régionale sur la modélisation des futures tendances de la déforestation dans le Bassin du Congo et des émissions de gaz à effet de serre associés (Michael Obersteiner - IIASA)

Projet REDD ESA - Extension: République du Congo et Gabon (Georges Ousonga, Directeur climat du Congo

Pour des raisons techniques non inclus dans l'agenda: Présentation des initiatives et études REDD/MRV au Gabon 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Communiqué final : Réunion sous-régionale préparatoire à la treizième session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF)

La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 13ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à Douala (Cameroun) à l’Hôtel Prince des Galles, les 9 et 10 Avril 2018, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 7 au 11 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York. Cette réunion rentrait dans le cadre du Groupe de Travail Gouvernance Forestière de la COMIFAC.

En savoir plus...

Déclaration des représentants de la société civile des pays sur le rôle de l’union européenne dans la protection des forêts

Des acteurs de la société civile oeuvrant pour mettre fin au commerce illégal de bois se sont rendus en Europe du 5 au 14 mars 2018 pour rencontrer des représentants de la Commission européenne, du Parlement européen, du Service européen pour l’action extérieure et des gouvernements allemand, belge, français et néerlandais.

En savoir plus...

QIAO 2018—2023. La date limite de candidature pour cette première phase est fixée au 20 mai 2018

Le programme QIAO, premier engagement majeur non-étatique faisant suite à l’entrée en force de l’accord de Paris, mobilisera un fonds de 85 millions de RMB (près de 10,9 millions d’euros) entre 2018 et 2023 afin de soutenir des projets portant sur les changements climatiques et la préservation de l’environnement.

En savoir plus...

12 Mai journée Mondiale des oiseaux migrateurs : « Unifier nos voix pour la conservation des oiseaux »

Avec pour thème « Unifier nos voix pour la conservation des oiseaux » en 2018, « Année de l’oiseau », la JMOM cible clairement et distinctement le développement de sa nouvelle identité et la nécessité que les personnes du monde entier célèbre la JMOM afin de communiquer d’apprendre les uns des autres, à travers les frontières et entre les différentes voies de migration. Grâce aux activités organisées sur ces trois voies de migration et à l’échange d’informations qui s’ensuit, la JMOM espère augmenter le niveau de sensibilisation sur les menaces générales et spécifiques auxquelles les oiseaux sont confrontés.

 

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki Bulletin mensuel | Mars 2018

En célébration de la Journée Internationale de la Femme, l'Association des Femmes Unies pour la Biodiversité de Bomassa (AFUBB) a organisé, le 8 mars dernier, une marche dans le village de Bomassa suivi d'un tournoi de volleyball à la base-vie du Parc National Nouabalé-Ndoki et d'une table ronde à propos des droits des femmes. Cette dernière a été co-organisée avec le point focal genre du parc.

En savoir plus...

Volume 10 de la Revue Scientifique et Technique Forêt et Environnement du Bassin du Congo

C’est une publication semestrielle (Avril et Octobre) éditée et publiée par le RIFFEAC (Réseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale d'Afrique Centrale). Cet outil de communication unique et rassembleur des intervenants du secteur forestier du grand Bassin du Congo permet, tant aux chercheurs qu'aux professionnels du monde forestier de présenter les résultats de leurs travaux et expertises dans tous les aspects et phénomènes que recèle la forêt et les enjeux de son utilisation.

En savoir plus...

Gabonreview-Biodiversité : Risque d’extinction de près de 50% de la population animale en Afrique

En Afrique, «plus de la moitié des espèces d’oiseaux et de mammifères seront perdues d’ici 2100», a averti la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), dans une étude rendu publique le 23 mars à Medellin, en Colombie.

En savoir plus...

UN Water : Les solutions fondées sur la nature pour la gestion de l’eau

Les solutions fondées sur la nature (SfN) pour la gestion de l’eau sont inspirées par et s’appuient sur la nature et utilisent, ou imitent, des processus naturels pour améliorer la gestion de l’eau. Une SfN pourrait par exemple viser la conservation ou la remise en état des écosystèmes naturels et/ou l’amélioration ou la réalisation de processus naturels dans les écosystèmes modifiés ou artificiels. Elles peuvent être appliquées à l’échelle micro (par exemple des toilettes sèches) ou macro (par exemple un paysage).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018