COP15 UNFCCC: les forêts tropicales au centre des négociations

Copenhague, 11 décembre 2009. Photos: Michael Wahl, GTZ -  Prés de 350 participants se sont pressées pour atteindre la salle Victor Borg à la 15ième Conférence des Parties UNFCCC à Copenhague vendredi 11 décembre 2009. La COMIFAC avec l'appui de la CEEAC, de GAF, de la GTZ et de la facilitation du PFBC, y avait organisé sur la base des initiatives pilotes en cours dans la sous-région, un évènement parallèle sur les opportunités et défis du REDD dans le Bassin du Congo. C'était sans doute l'évènement parallèle qui a suscité le plus d'intérêt au cours de cette première semaine de la conférence, où les discussions sur REDD commençaient à atteindre le grand écran et les négociations avec les différents groupes des pays en développement ouvraient sur les premières propositions concrètes.

 

Louis Goma, Emanuel Bizot et Dirk Niebel sur le podium d'ouverture

L'évènement parallèle de la COMIFAC offrait non seulement la possibilité d'assister à des présentations techniques ayant comme but de sensibiliser le grand public sur les expériences pilotes pour faciliter la mise en œuvre du mécanisme REDD, il mettait aussi quelques invités de marque au cœur des débats. Les ministres membres de la COMIFAC José Endundo (RDC), Henri Djombo (Congo), Emmanuel Bizot, RCA et Président en exercice de la COMIFAC, et aussi le Secrétaire général de la CEEAC, M. Louis Sylvain Goma, se présentaient pour des échanges sincères sur fonds d'une vulgarisation des réalités du terrain en Afrique centrale. La présence de la Lauréate Prix Nobel Wangari Maathai co-présidente du Fonds Forestier pour le Bassin du Congo, et Dirk Niebel, Ministre pour la Coopération Économique et du Développement de l'Allemagne a encore rehaussé l'importance de ce rendez-vous dont la modération était assurée par Hans Schipulle, Facilitateur PFBC.

 

Emmanuel Bizot a d'abord attiré l'attention des participants sur l'enjeu des négociations REDD pour les pays du Bassin du Congo. « Le mécanisme REDD doit être considéré comme une approche essentielle, structurante et transversale des stratégies de développement de nos pays. La mise en œuvre d'une stratégie REDD est par conséquent beaucoup plus que la protection des forêts; elle va de pair avec la reconnaissance de la valeur globale des ressources forestières dans le contexte d'un développement économique et social des pays». Dirk Niebel a ensuite affirmé que l'Allemagne œuvrait pour l'inclusion d'un mécanisme REDD+ dans le nouvel accord pour la protection du climat car il « convient de tenir compte de l'ensemble des mesures dont le caractère additionnel en termes climatiques est prouvé ». Se réjouissant du vaste consensus international en la matière il rappelle que les négociations se font désormais dans les détails. Le Ministre allemand a d'ailleurs confirmé en discussion avec les ministres de la COMIFAC son intention de faire de la sous-région la première destination de visite de son jeune mandat.

 

Wangari Maathai et Serge Bounda en première rangéeLa deuxième partie de l’évènement fut constituée d’un panel d’experts dont les membres présentaient les initiatives de préparation pour la mise en œuvre d'un mécanisme REDD dans le Bassin du Congo. En portant l’attention de l’audience à des questions méthodologiques, concernant l’établissement des scénarios de référence pour mesurer le dégrée de dégradation forestière effectivement évitée ainsi que des techniques de MRV (Monitoring, Reporting, Vérification), les points focaux climats et d’autres personnes de ressources parlant pour les pays membres de la COMIFAC étaient capable de démontrer le très haut niveau de maitrise des dossiers techniques acquis dans la sous-région. Finalement, les présentations concluantes des ministres Endundo et Djombo, résumant les opportunités et défis d’un mécanisme REDD pour l'ensemble des pays de l'espace COMIFAC/CEEAC, ont souligne la volonté des décideurs politiques de rendre cet évènement parallèle en une occasion solennelle pour les pays du Bassin du Congo, prêts à communiquer leur position en dehors des négociations proprement dites.

 

A la fin de la réunion, personne n'aurait douté des conclusions exprimées par Wangai Maathai, qui a rappelé aux participants et aux experts que les pays du Bassin du Congo pourront renforcer leur poids dans les négociations à venir en se faisant peser d'« une voix commune » . L'heure est actuellement à espérer que la communauté internationale suivra la position commune des pays d'Afrique centrale et par conséquent de l'Afrique au sujet du REDD.

 

-----------

 

Documentation évènement parallèle de la COMIFAC à la 15ième COP CNUCC: « Dévéloppement de l'inititiative REDD en Afrique Centrale - opportunités et défis »

11 décembre 2009, 16h30 - 18h00

Dépliant info COMIFAC avec agenda

 

Ouverture et exposés liminaires

Mot de bienvenu et introduction sur la vision régionale relative au REDD et le Groupe de Travail Climat de l'espace COMIFAC/CEEAC (Emmanuel Bizot, Président en exercice de la COMIFAC)

Mot introductif dur le positionnement des pays d'Afrique Centrale à la Conférence de Copenhague Sylvain Goma, Secrétaite Général de la CEEAC)

Mot de circonstance de Dirk Niebel,Ministre de la Coopération Économique et du Développement de la République Fédérale de l'Allemagne)

 

Les présentation techniques sur les initiatives REDD dans le Bassin du Congo

 

Résultats préliminaires et perspectives du projet pilot REDD (GAF-AG/MINEP) Joseph Amougou, point focal climat Cameroun / Thomas Haeusler, GAF)

Etat de mise en oeuvre du projet pilote ONU-REDD en République Démocratique du Congo (Vincent Kasulu, Point Focal climat RDC)

Résultats préliminaires et perspectives de l'étude régionale sur la modélisation des futures tendances de la déforestation dans le Bassin du Congo et des émissions de gaz à effet de serre associés (Michael Obersteiner - IIASA)

Projet REDD ESA - Extension: République du Congo et Gabon (Georges Ousonga, Directeur climat du Congo

Pour des raisons techniques non inclus dans l'agenda: Présentation des initiatives et études REDD/MRV au Gabon 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

FAO-21 mars 2017 : Journée internationale des forêts

Chaque année, la Journée est consacrée à un thème particulier décidé par le Partenariat de collaboration sur les forêts. En 2017, le thème sera les forêts et l'énergie. Une occasion de rappeler que le bois énergie est une source d'énergie renouvelable majeure pour la planète. La FAO estime que le bois fournit au monde environ 40% de l'approvisionnement global actuel en énergie renouvelable.

En savoir plus...

A la reconquête des forêts

Bien vouloir regarder un excellent documentaire de Gil KEBAILI sur la façon dont les opérateurs forestiers mettent en œuvre des pratiques responsables (FSC) dans le bassin du Congo et concilient développement économique, prise en compte des droits des populations locales et autochtones et préoccupations écologiques, avec l’exemple de la société IFO (Interholco) ..

En savoir plus...

FAO #LoveForests: Concours de vidéos pour la Journée internationale des forêts 2017

Publiez une vidéo de votre forêt pour la Journée internationale des forêts ! Les vidéos qui auront obtenu le plus de préférences seront réaffichées sur le compte Twitter @FAOForestry, et au cours de la Journée internationale des forêts, le 21 mars, les meilleures vidéos seront présentées sur le site web de la FAO et sur les réseaux sociaux de la FAO...

En savoir plus...

Tandf online: Rôle des ressources forestières dans les inégalités de revenu au Cameroun

La présente étude est axée sur les revenus forestiers des ménages dans le voisinage des concessions forestières au Cameroun. Les contributions des concessions forestières à l'économie et au bien-être des ménages ont été mesurées et les facteurs explicatifs de l'hétérogénéité déterminés. Nous utilisons l'indice de Gini pour évaluer la répartition des revenus forestiers des ménages et leur influence sur le bien-être et les inégalités de revenu parmi les ménages dépendants des forêts.

En savoir plus...

Pour des Accords de Partenariat Volontaires (APV) au service des Forêts, des Peuples et du Climat Recommandations de la société civile sur le futur des APV

La note fournit un aperçu sur les progrès accomplis après une décennie de mise en œuvre y compris la participation multipartite, une transparence accrue et la réduction de la déforestation illégale. Elle suggère des pistes concrètes pour relever les défis et intensifier les efforts actuels notamment à travers l'application accrue de lois justes, une meilleure cohérence des politiques et la prise de décision inclusive. Si les changements proposés sont pris en compte, les APV pourront continuer de contribuer efficacement à l'amélioration de la gouvernance, à la protection des forêts et au renforcement des moyens de subsistance locaux durables.

En savoir plus...

COMIFAC : Les experts de l'Afrique Centrale à l'école de la finance climatique

S'est tenu du 13 au 15 mars 2017 à Kigali (Rwanda), l’atelier sous-régional sur la mise en œuvre de l’accord de Paris et de renforcement des capacités sur la finance climatique en Afrique Centrale. Cet atelier a été organisé par la COMIFAC avec les appuis technique et financier de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) à travers la Banque Mondiale avec le Projet régional REDD+, du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) sous la facilitation de l’Union Européenne, de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et du Fonds Mondial pour la Nature (WWF).

En savoir plus...

Cameroun24 : Cameroun - Environnement. Bertoua: 144 pointes d’ivoire saisies

« C’est une prise exceptionnelle que viennent d’opérer les douaniers de l’Est», affirme Grégoire Mvongo, gouverneur de la région, venu apprécier l’ampleur du butin sur le parvis de l’hôtel des Finances de Bertoua ce lundi 13 mars 2017.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

L'AIF et l'Agenda 2030