COP15 UNFCCC: les forêts tropicales au centre des négociations

Copenhague, 11 décembre 2009. Photos: Michael Wahl, GTZ -  Prés de 350 participants se sont pressées pour atteindre la salle Victor Borg à la 15ième Conférence des Parties UNFCCC à Copenhague vendredi 11 décembre 2009. La COMIFAC avec l'appui de la CEEAC, de GAF, de la GTZ et de la facilitation du PFBC, y avait organisé sur la base des initiatives pilotes en cours dans la sous-région, un évènement parallèle sur les opportunités et défis du REDD dans le Bassin du Congo. C'était sans doute l'évènement parallèle qui a suscité le plus d'intérêt au cours de cette première semaine de la conférence, où les discussions sur REDD commençaient à atteindre le grand écran et les négociations avec les différents groupes des pays en développement ouvraient sur les premières propositions concrètes.

 

Louis Goma, Emanuel Bizot et Dirk Niebel sur le podium d'ouverture

L'évènement parallèle de la COMIFAC offrait non seulement la possibilité d'assister à des présentations techniques ayant comme but de sensibiliser le grand public sur les expériences pilotes pour faciliter la mise en œuvre du mécanisme REDD, il mettait aussi quelques invités de marque au cœur des débats. Les ministres membres de la COMIFAC José Endundo (RDC), Henri Djombo (Congo), Emmanuel Bizot, RCA et Président en exercice de la COMIFAC, et aussi le Secrétaire général de la CEEAC, M. Louis Sylvain Goma, se présentaient pour des échanges sincères sur fonds d'une vulgarisation des réalités du terrain en Afrique centrale. La présence de la Lauréate Prix Nobel Wangari Maathai co-présidente du Fonds Forestier pour le Bassin du Congo, et Dirk Niebel, Ministre pour la Coopération Économique et du Développement de l'Allemagne a encore rehaussé l'importance de ce rendez-vous dont la modération était assurée par Hans Schipulle, Facilitateur PFBC.

 

Emmanuel Bizot a d'abord attiré l'attention des participants sur l'enjeu des négociations REDD pour les pays du Bassin du Congo. « Le mécanisme REDD doit être considéré comme une approche essentielle, structurante et transversale des stratégies de développement de nos pays. La mise en œuvre d'une stratégie REDD est par conséquent beaucoup plus que la protection des forêts; elle va de pair avec la reconnaissance de la valeur globale des ressources forestières dans le contexte d'un développement économique et social des pays». Dirk Niebel a ensuite affirmé que l'Allemagne œuvrait pour l'inclusion d'un mécanisme REDD+ dans le nouvel accord pour la protection du climat car il « convient de tenir compte de l'ensemble des mesures dont le caractère additionnel en termes climatiques est prouvé ». Se réjouissant du vaste consensus international en la matière il rappelle que les négociations se font désormais dans les détails. Le Ministre allemand a d'ailleurs confirmé en discussion avec les ministres de la COMIFAC son intention de faire de la sous-région la première destination de visite de son jeune mandat.

 

Wangari Maathai et Serge Bounda en première rangéeLa deuxième partie de l’évènement fut constituée d’un panel d’experts dont les membres présentaient les initiatives de préparation pour la mise en œuvre d'un mécanisme REDD dans le Bassin du Congo. En portant l’attention de l’audience à des questions méthodologiques, concernant l’établissement des scénarios de référence pour mesurer le dégrée de dégradation forestière effectivement évitée ainsi que des techniques de MRV (Monitoring, Reporting, Vérification), les points focaux climats et d’autres personnes de ressources parlant pour les pays membres de la COMIFAC étaient capable de démontrer le très haut niveau de maitrise des dossiers techniques acquis dans la sous-région. Finalement, les présentations concluantes des ministres Endundo et Djombo, résumant les opportunités et défis d’un mécanisme REDD pour l'ensemble des pays de l'espace COMIFAC/CEEAC, ont souligne la volonté des décideurs politiques de rendre cet évènement parallèle en une occasion solennelle pour les pays du Bassin du Congo, prêts à communiquer leur position en dehors des négociations proprement dites.

 

A la fin de la réunion, personne n'aurait douté des conclusions exprimées par Wangai Maathai, qui a rappelé aux participants et aux experts que les pays du Bassin du Congo pourront renforcer leur poids dans les négociations à venir en se faisant peser d'« une voix commune » . L'heure est actuellement à espérer que la communauté internationale suivra la position commune des pays d'Afrique centrale et par conséquent de l'Afrique au sujet du REDD.

 

-----------

 

Documentation évènement parallèle de la COMIFAC à la 15ième COP CNUCC: « Dévéloppement de l'inititiative REDD en Afrique Centrale - opportunités et défis »

11 décembre 2009, 16h30 - 18h00

Dépliant info COMIFAC avec agenda

 

Ouverture et exposés liminaires

Mot de bienvenu et introduction sur la vision régionale relative au REDD et le Groupe de Travail Climat de l'espace COMIFAC/CEEAC (Emmanuel Bizot, Président en exercice de la COMIFAC)

Mot introductif dur le positionnement des pays d'Afrique Centrale à la Conférence de Copenhague Sylvain Goma, Secrétaite Général de la CEEAC)

Mot de circonstance de Dirk Niebel,Ministre de la Coopération Économique et du Développement de la République Fédérale de l'Allemagne)

 

Les présentation techniques sur les initiatives REDD dans le Bassin du Congo

 

Résultats préliminaires et perspectives du projet pilot REDD (GAF-AG/MINEP) Joseph Amougou, point focal climat Cameroun / Thomas Haeusler, GAF)

Etat de mise en oeuvre du projet pilote ONU-REDD en République Démocratique du Congo (Vincent Kasulu, Point Focal climat RDC)

Résultats préliminaires et perspectives de l'étude régionale sur la modélisation des futures tendances de la déforestation dans le Bassin du Congo et des émissions de gaz à effet de serre associés (Michael Obersteiner - IIASA)

Projet REDD ESA - Extension: République du Congo et Gabon (Georges Ousonga, Directeur climat du Congo

Pour des raisons techniques non inclus dans l'agenda: Présentation des initiatives et études REDD/MRV au Gabon 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

ATIBT-Aux arbres : l’ATIBT intervient au 1er événement de sensibilisation grand public aux forêts

15.06.2018 C’est une première ! Vendredi et samedi derniers était organisé par la Fondation Maisons du Monde un événement grand public autour de la préservation des forêts, du climat et de la biodiversité, à Nantes.

En savoir plus...

ATIBT : Nouvelle édition du Racewood au sein du Gabon WoodShow

Les 21 et 22 juin, l’ATIBT a organisé le Racewood à Libreville, dans le cadre plus large du Gabon WoodShow, premier salon du bois dans le bassin du Congo. L’ATIBT a décidé de profiter du lancement du premier salon du bois et de la technologie au Gabon cette année, le Gabon WoodShow, pour s’associer à l’événement et y tenir une nouvelle édition du Racewood.

En savoir plus...

L’ATIBT et la COMIFAC signent une convention de collaboration lors du Racewood

 L’ATIBT et la COMIFAC ont signé une convention de collaboration lors du Racewood le 21 juin, à Libreville (Gabon). Le Racewood de l’ATIBT demeure l’un des évènements essentiels de la filière bois tropicaux. Il représente une occasion majeure sur le continent africain de mise en relation multi-partenaire. Pendant deux jours, les acteurs clefs de la filière se rencontrent et échangent : bailleurs, agences de développement, décideurs politiques, ONG, société civile, représentants des pays, chercheurs, scientifiques, organismes de formation, syndicats, producteurs, aménagistes, importateurs et industriels.

En savoir plus...

UICN: La France accueillera le Congrès mondial de la nature de l'UICN 2020

Marseille, France - Le ministère français de la Transition écologique et solidaire et l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) ont signé aujourd’hui un accord afin d’organiser conjointement le prochain Congrès mondial de la nature de l’UICN, qui se tiendra en 2020 à Marseille.

En savoir plus...

UICN : Dire « non » à l’huile de palme ne ferait que déplacer la perte des espèces, sans y mettre un terme - le rapport de l’UICN

Paris, 26 juin 2018 (UICN) - Interdire l’huile de palme augmenterait très certainement la production d’autres cultures oléagineuses pour répondre à la demande d’huile, et ne ferait ainsi que déplacer, sans arrêter, l’appauvrissement significatif de la biodiversité à l’échelle mondiale causé par l’huile de palme, met en garde un rapport de l’UICN publié aujourd’hui.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo au cœur de l'Assemblée générale du FEM - Secrétariat du FEM: Table-Ronde de Haut Niveau sur les Paysages du Bassin du Congo, 28 Juin 2018, Assemblée du FEM, Da Nang, Viet Nam

GEF - Secrétariat : Résumé de la Table ronde de haut niveau sur les Paysages du Bassin du Congo du 28 juin 2018, Salle de bal Ariyana, Assemblée GEF, Da Nang, Viet Nam - Environ 70 personnes ont participé à cette table ronde de haut niveau modérée par Mme Cyriaque Sendashonga, Directrice Globale des Programmes et Politiques à l’UICN. Les discussions ont porté sur la protection de la biodiversité mondiale importante dans les aires protégées, la gestion de la biodiversité hors des aires protégées à travers des approches paysages à grande échelle, l'importance des communautés dépendantes des forêts et des connaissances traditionnelles ...

En savoir plus...

Environews : Mise au point des activités du Groupe inter-bailleurs pour l’Environnement, GIBE en RDC

Cette rencontre a permis aux participants de faire un point sur la réponse conjointe du GIBE au ministre des hydrocarbures concernant le déclassement d’une partie des parcs nationaux de Virunga et Salonga.  Sur ce, l’USAID a informé le groupe que la lettre a été revue à la demande des Ambassadeurs de l’Union européenne, des Etats-Unis, du Canada et de la Suisse pour qu’elle soit élevée au niveau des Ambassadeurs et qu’elle soit plutôt adressée au Premier Ministre.

En savoir plus...

Rainforest Pétition : Non au sacrifice des primates pour le pétrole !

Des grands singes menacés par les hommes et leur soif de pétrole. Ainsi se résume le destin des gorilles et des bonobos dans le bassin du Congo. Le gouvernement veut réduire les aires protégées des Virunga et de la Salonga car elles renferment du pétrole. Empêchons l’exploitation des ressources naturelles au détriment des primates.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018