L’histoire retiendra ! N’Gaoundéré abrite la toute première session du CTPE

 

 

Sous la présidence du Cameroun (pays hôte) et les vice-présidences de la RCA et du Tchad, les membres statutaires du Comité Tripartite de Planification et d’Exécution (CTPE) et les parties prenantes clés à l’Accord Tripartite LAB (Lutte Anti Braconnage) de N’Djamena se sont concertés du 27 au 28 juin 2017 à N’Gaoundéré sur l’état d’’avancement de la mise en œuvre des Accords : Accord Tripartite-LAB de N’Djamena et Accord de Coopération binational Cameroun-Tchad  dit Accord BSB Yamoussa, ainsi que sur les actions prioritaires à entreprendre.  

 

 

Organisée par le WWF à travers le Programme PCBAC-SEAC avec l’appui technique de la GIZ (Projet d’appui au Complexe BSB Yamoussa) et de l’UICN, la toute première session du Comité Tripartite de Planification et d’Exécution (CTPE) de l’Accord Tripartite (AT) LAB de N’Djamena concernant le Cameroun, la Centrafrique et le Tchad, s’inscrit dans la dynamique de l’opérationnalisation dudit Accord signé par les parties en 2013.

 

 

Cette session qui marque le début d’un nouveau chapitre dans le registre de la mise en œuvre de l’AT-LAB de N’Djamena et de l’Accord BSB Yamoussa. Il convient de faire remarquer que la tenue de cette session intervient suite à l’élaboration, à l’analyse de leur conformité et à la validation par les experts des trois pays des avant-projets du Protocole Spécifique LAB de l’AT-LAB de N’Djamena et du Protocole Spécifique Ecodéveloppement de l’Accord BSB-Yamoussa relatif à la création et à la gestion concertée du Complexe transfrontalier Sena Oura-Bouba Ndjidda (BSB).

 

 

Au cours des deux jours de travaux soutenus, le Comité a fait le point sur: i) le contexte et les objectifs du CTPE, ii) l’adoption et signature des Protocoles Spécifiques suscités par les organes suprêmes de décision du Complexe BSB Yamoussa et de l’AT-LAB de Ndjamena qui sont les Comité Binational et Tripartite de Supervision et d’Arbitrage, iii) le braconnage et la criminalité faunique en Afrique Centrale avec ses effets dévastateurs sur la conservation de la biodiversité, iv) le développement des populations riveraines aux aires protégées dans l’assise de la Tripartite, et enfin v) les actions prioritaires 2017-2018 du CTPE.

 

 

A titre de rappel,  les Républiques du Cameroun, de la Centrafrique et du Tchad ont signé à N’Djamena le 08 Novembre 2013 l’Accord de Coopération Tripartite relatif à la LAB transfrontalière. Ceci, dans l’optique de développer les stratégies nationales, d’intensifier les actions de LAB, d’élaborer et mettre en œuvre une stratégie conjointe assortie d’un plan d'action de LAB transfrontalière pour ces trois Etats. Cinq ans après la signature de l’AT-LAB de N’Djamena, aucun organe dudit Accord n’était encore opérationnel. Le CTPE se tient pour la toute première fois suite à la collaboration transfrontalière entre les sectorielles administratives concernées des trois Etats et grâce à l’appui multiforme des partenaires financiers et Techniques, notamment la GIZ, l’UICN et le WWF.

 

 

C’est dans cette logique que s’inscrit les recommandations suivantes du CTPE aux Etats : i) s’impliquer d’avantage dans la sécurisation des aires protégées, ii) prendre en compte la corrélation criminalité faunique-insécurité-terrorisme, iii) criminaliser les délits fauniques, iv) mettre en place les organes de l’AT LAB de N’Djamena, v) mobiliser les fonds pour l’exécution des actions prioritaires du CTPE, vi) actionner avec la signature des Protocoles Spécifiques susmentionnés, la libre circulation du personnel commis à la LAB de part et d’autre des frontières de l’espace tripartite lors des patrouilles conjointes et avec leurs équipements (armes, véhicules et matériels de navigation).

 

Au vu des préoccupations et des attentes des pays, une feuille de route des actions prioritaires du CTPE pour la période 2017-2018 a été produite. C’est sur cette note que s’est achevé ce qui aura été un parcours du Combattant de cinq ans. L’atteinte de ce résultat, loin de nous faire dormir sur nos lauriers est à contrario un élément galvaniseur dans l’effort continu que fourni le Projet GIZ d’appui au Complexe BSB Yamoussa. A lutta Continua !

 

 

Bertille MAYEN

Pour plus de détails veuillez contacter : bernadette.wandja@giz.de

 

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Traffic: Prévalence du braconnage et du trafic des espèces sauvages dans le paysage Garamba-Bili-Chinko en Afrique centrale

Selon un nouveau rapport de TRAFFIC, des groupes armés étrangers, notamment l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), les Janjaweeds (une milice soudanaise) et d’autres milices non-étatiques, sont les principaux auteurs du braconnage et du trafic des espèces sauvages dans le paysage Garamba-Bili-Chinko en Afrique centrale, une région allant de la frontière nord-ouest de la République démocratique du Congo à la frontière sud-ouest de la République centrafricaine.

En savoir plus...

Projet APA GIZ COMIFAC : Formation sur la Gestion du Centre d’Echanges sur le mécanisme APA au Cameroun

22 Chefs de Services en charge d’information environnementale des Délégations Régionales du MINEPDED ont été formés sur les techniques de collecte et de publication sur le Centre d’Echange APA au Cameroun.

En savoir plus...

Projet GIZ APA-COMIFAC : Les premiers accords d’accès aux ressources génétiques d’APA au Cameroun évalués

Les premières expériences des Conditions Convenues d’un Commun Accord (CCCA) sur l’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des plantes Echinops giganteus et Mondia whitei ont été évalués.  Il est ressorti que d’une manière générale, que les clauses des accords entre les parties signataires dans les deux CCCA sont bien respectées.

 

En savoir plus...

Le Projet GIZ COMIFAC appuie les réseaux de la CEFDHAC dans l’élaboration de leurs stratégies !

Pour une participation multi-acteurs efficace aux prises de décision. Deux documents de stratégie des réseaux de la CEFDHAC ont été élaborés et validés à travers un processus participatif et inclusif au sein de chaque réseau concerné grâce aux différents appuis du Projet régional GIZ COMIFAC.

En savoir plus...

Les chercheurs et les juristes se mettent à l’école de l’APA

Pour une meilleure implication effective de toutes les parties prenantes au mécanisme d’Accès et de Partage des Avantages (APA) du Protocole de Nagoya. 13 chercheurs et 15 juristes des pays de l’espace COMIFAC ont été sensibilisés et formés sur le Protocole de Nagoya et la Convention sur la biodiversité Biologique. Des cahiers de charges ont été élaborés par ces acteurs en vue de leur participation à la mise en place des processus nationaux dans leurs pays respectifs.

En savoir plus...

La sonnette d’alarme est tirée !

Mme la Secrétaire Adjointe du MEP, représentant le Ministre de l’Elevage et des Pêches (MEP), a ouvert l’atelier de restitution des résultats de l’évaluation de la mise en œuvre du plan d’aménagement (PA) du PNSO. La Mission d’évaluation confiée au Dr Dolmia Malachie (consultant), avait pour objectif global d’évaluer la mise en œuvre du PA du parc suscité dans ses aspects techniques et financiers pour la période allant de 2010 à 2016, afin de proposer des mesures correctives transitoires et de formuler des orientations à soumettre à l’appréciation des parties prenantes pour leur prise en compte lors de sa révision.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo mobilise au cœur de la COP 23 à Bonn…

Bonn (Allemagne) -14 novembre 2017 – s’est tenu dans la salle de Réunion Brum -  BULA ZONE 3,  un événement parallèle de haut niveau organisé par la COMIFAC. La session a été rehaussée par la participation de plusieurs ministres des pays membres de la COMIFAC et des autres pays partis, la CEEAC et les représentants des organisations internationales.  

En savoir plus...

Note additionelle: Formation accréditée Lead Auditeur FSC en GF et CoC- Rainforest Alliance

Suite à de nombreux questionnements au sujet de la dite formation, Rainforest Alliance souhaite apporter clarifications sur les points suivants : ASI ayant renforcé ses procédures de qualification d’auditeurs FSC, toute personne ayant suivi précédemment une formation d’auditeur FSC FM-CoC mais SANS s’être qualifiée lors du FSC TRANSITION EXAM de Juillet 2017, se voit perdre son statut d’auditeur...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030