Lancement du Collège des ONG internationales du PFBC lors du Congrès Mondial de la Nature

Photo de famille lancement du Collège des ONG internationales du PFBC

 

 


Honolulu (Hawaii), 7 septembre, 2016 – Le Collège des ONG internationales du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) a tenu sa première réunion dans le Pavillon du Bassin du Congo, à l’occasion du Congrès Mondial de la Nature de 2016.  Cette réunion inaugurale a été suivie par une vingtaine de participants.

 

 

Photo de famille Lancement du Collège des ONG internationales du Pour les membres du Collège des ONG internationales du PFBC, cette réunion constitutive a fourni une opportunité pour échanger, débattre et réfléchir collectivement sur les perspectives d’avenir de leur Collège et sur l’élaboration d’un plan d’action. Les ONG internationales engagées dans le PFBC ont mis cette session à profit pour partager leurs idées sur leur collaboration future en appui à la gestion durable des forêts du Bassin du Congo.

 

 

Parmi les questions abordées par les organisations internationales lors de cette réunion : Comment pouvons-nous nous organiser et travailler activement ensemble pour améliorer les contributions techniques et financières provenant des ONG internationales dans le Bassin du Congo ? Quelles sont les actions prioritaires à mettre en place à l'avenir pour assurer l'efficacité du collège et les interventions de ses membres dans le Bassin du Congo?

 

 

Photo de famille Lancement du Collège des ONG internationales du Les présentations ont été suivies d'intenses discussions.  Un large consensus s’est dégagé entre les participants pour appuyer la mise en place des collèges du PFBC et le renforcement de la coopération dans le partenariat. Après les introductions présentées par Martin Tadoum, Secrétaire Exécutif Adjointe de la COMIFAC et Maxime Nzita Nganga, Facilitateur Délégué de la facilitation de l'UE du PFBC, les représentants de trois organisations membres du Collège des ONG internationales ont eu l’occasion de faire une présentation.

 

 


Andrea Athanas, Directrice de la conception des Programmes au sein d’African Wildlife Foundation (AWF) a parlé de la valeur du PFBC dans le travail de conservation et de développement dans la région, ainsi que de l'importance de la structure de gouvernance proposée pour assurer la viabilité du PFBC.

 

 


Photo de famille Lancement du Collège des ONG internationales du Marc Languy, Sous-directeur régional « Afrique » du Fonds Mondial pour la Nature (WWF), a présenté la vision d'un collège qui contribue à la substance thématique des processus du PFBC et qui fasse partie intégrante de la structure de gouvernance du PFBC.  

 


 

John Calvelli, Vice-Président aux Affaires Publiques de la Wildlife Conservation Agency (WCS), a donné un aperçu des activités de WCS dans la région, de ses liens avec les zoos, et des financements que WCS apporte.

 

 



Les discussions qui ont suivi ont porté sur le rôle que le Collège entend assumer dans l'orientation du contenu des discussions et des travaux du PFBC, sur le rôle qu'il peut jouer dans le partage des informations et la facilitation de la coordination entre les ONG internationales dans la région, et sur l'intégration des travaux du PFBC dans le plan de convergence de la COMIFAC.

 

 

 

Un consensus s’est dégagé sur l’importance de rendre la collaboration au sein du PFBC plus pertinente pour le secteur privé et les investisseurs (y inclue les acteurs comme la BAD)  pour assurer que les efforts de conservation mis en œuvre soient intégrés dans la dynamique du développement économique de la région, afin que cette dynamique soit compatible avec la gestion durable de la faune, des terres sauvages et des forêts.

 

 

Les participants ont appelé à une adhésion plus large au sein du collège du secteur privé et invité l’ensemble des acteurs du Partenariat à se rapprocher des opérateurs privés en vue de les impliquer davantage dans le PFBC. L’importance de mettre en place des processus d’échange, de concertation et de coordination qui intéressent les opérateurs privés et donne de la valeur à leur engagement a également été soulignée.

 

 


Les participants ont par ailleurs souligné combien la planification de l'utilisation et de la gestion des terres, le trafic des espèces sauvages et le braconnage, les nouveaux modèles économiques, la gestion des aires protégées et la conservation des espèces, la restauration des paysages et de la biodiversité constituent des thématiques prioritaires pour la coopération au sein du PFBC.

 

 

Les participants ont également profité de cette session pour insister sur l’importance de maintenir l’objectif du développement durable du Bassin du Congo dans le haut de l’agenda international, et ce malgré les changements rapides des priorités que l’on constate aujourd’hui aux Etats-Unis et en Europe notamment. Selon eux, le Conseil du PFBC pourrait à cet égard assurer un rôle de lobbying pour rétablir durablement l'intérêt des gouvernements occidentaux à accompagner le travail de conservation dans le Bassin du Congo. Une préoccupation spécifique a été exprimée sur le manque d’information qui prévaudrait aujourd’hui au sein du Congrès américain par rapport aux principaux défis auxquels la sous-région doit faire face et aux effets bénéfiques des investissements qui y ont déjà été mis en œuvre.

 

 

Finalement, en ce qui concerne l’organisation de l’interaction au sein du collège, Marc et Andrea ont proposé une double stratégie d'engagement des ONG internationales membres pour solliciter leurs points de vue et pour convoquer un ou plusieurs groupes sur WEBX ou SKYPE pour discuter des structures et des modalités de fonctionnement avant la 16ième Réunion des Parties du PFBC  à Kigali en Novembre. Les participants projettent d’y proposer un Mémo au Facilitateur du PFBC sur les solutions retenues par le Collège des ONG internationales pour organiser son travail de manière pratique.

 

 

Pour en savoir plus, veuillez consulter les documents ci-après :

 

 

 

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Cinq priorités pour les lois relatives à la foresterie communautaire en République du Congo

La foresterie communautaire peut avoir des bénéfices environnementaux, sociaux et économiques en améliorant la gestion des forêts et les moyens de subsistance des communautés locales. Tanja Venisnik, conseillère en droit et politique publique à ClientEarth, explique que des lois claires et cohérentes sont indispensables au succès de la foresterie communautaire.

En savoir plus...

Alwihdainfo-Innovation environnementale : la tchadienne Hindou Oumarou remporte le prix Pritzker de 100 000 dollars

Native du Tchad, Hindou Oumarou reçoit 100 000 dollars pour un travail d'unification des cultures autour d'une ressource en eau qui se raréfie et qui dessert quatre pays africains.

En savoir plus...

mediaterre-Participation de la Francophonie à la CdP - COP25

À chaque Conférence des Parties négociant sur le climat depuis la CdP21 en 2015, la Francophonie a réservé et aménagé un Pavillon pour les acteurs francophones. Le pavillon mis à disposition permet durant deux semaines de la CdP permet d'abriter des événements, totalisant une participation de près de 2000 personnes à chaque édition. Cette expérience a toujours été couronnée de succès et beaucoup appréciée par les États et Gouvernements membres de la Francophonie ainsi que par les acteurs de la société civile et du privé!

En savoir plus...

SNOIE* I Note d’information I Numéro 8

Deux entreprises forestières dénoncées pour exploitation forestière illégale par le Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE) suspendues.

En savoir plus...

Lemonde-Après le désistement du Chili, la COP25 sur le climat sera organisée en Espagne en décembre

Après le renoncement du président chilien, Sebastian Piñera, en raison des troubles dans le pays, l’Espagne organisera la conférence aux dates prévues, du 2 au 13 décembre.

En savoir plus...

Lemonde-L’Afrique incontournable pour conduire la transition énergétique mondiale

L’Afrique subsaharienne consomme à peine plus d’électricité que l’Espagne. C’est pourtant sur le continent que se joue une importante bataille contre le dérèglement climatique. A quelques semaines de la 25e conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP25), l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publie, vendredi 8 novembre, un rapport que les négociateurs africains auraient tort de ne pas mettre dans leurs valises avant de s’acheminer vers Madrid. Ils y trouveront de solides arguments pour faire entendre leurs voix à côté des pays gros émetteurs de gaz à effet de serre. « La façon dont l’Afrique parviendra à satisfaire ses besoins énergétiques est cruciale pour l’avenir du continent, et du monde », posent d’emblée les auteurs de cette deuxième édition des Perspectives économiques de l’Afrique, une somme de près de 300 pages.

En savoir plus...

SWM Programme - Bulletin d'information numéro 3 - juillet - octobre 2019

Le troisième bulletin d’information du Programme de gestion durable de la faune sauvage (de l’anglais Sustainable Wildlife Management «SWM» Programme) vient tout juste de paraître. Ce troisième numéro présente les dernières avancées de la mise en œuvre du programme entre juillet et octobre 2019, à travers treize pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Il est disponible....

En savoir plus...

Trentième réunion du Groupe de Travail Biodiversité d’Afrique Centrale (GTBAC) : Une position commune adoptée.

Cette réunion a été organisée du 11 au 13 novembre 2019, à Kigali (Rwanda), dans la salle de réunion de l’hôtel CHEZ LANDO, en prélude de la onzième réunion du Groupe de Travail sur l’Article 8 (j) et les dispositions connexes (WG8J 11) et à la 23ème réunion de l’Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (OSASTT-23) qui se tiendront du 20 au 22 et du 25 au 29 novembre 2019 à Montréal au Canada. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019