Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du PFBC visite les autorités et partenaires PFBC à Yaoundé (Cameroun)

 

 

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du PFBC a fait le point avec les différents interlocuteurs sur plusieurs sujets entre autres : (1) L’opérationnalisation de la Déclaration de N’Djamena - au regard de l’ampleur que prend la transhumance incontrôlée entre le sahel et l’Afrique équatoriale…(2) La nécessité d’un sommet des Chefs d’États concernés par ce phénomène… (3) L’état de préparation et la tenue de la réunion des experts pour le suivi de la conférence de Ndjamena à Douala en décembre 2019 (du 16 au 19) ; ainsi que les réunions de la Société Civile du PFBC, et celle du conseil directeur du PFBC- laquelle consacrera la fin de la facilitation du Royaume de Belgique du PFBC et le passage du flambeau à la République Fédérale d’Allemagne en cette fin d’année.

 

 

Le Royaume de Belgique assure la facilitation du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo pour la période 2018-2019. www.pfbc-cbfp.org  

 

 

La mission du Ministre d'État du Royaume de Belge, Facilitateur du PFBC, s'inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route entre la Facilitation assurée par le Royaume de Belgique avec les différentes parties dudit partenariat, notamment la COMIFAC et les gouvernements de l'Afrique Centrale, ainsi que la CEEAC pour la gestion durable des écosystèmes du Bassin du Congo. Un des points principaux de cette feuille de route concerne le nexus traffic, illégales des espèces protégées, le contrôle de la transhumance dans l'envahissements des aires protégées et des conflits grandissants entre les communautés, et enfin la circulation des bandes armés affiliés au grand braconnage entre le Sahel et l'Afrique Équatoriale.  Déjà en Janvier 2019 le Ministre d'État ainsi que la COMIFAC avait eu des échanges avec le Président Idriss Deby ITNO de la République du Tchad, et s'en était suivie l'organisation d’une conférence internationale sur cette problématique.

 

La mission à Yaoundé participe à la préparation des réunions techniques et politique prévues à Douala du 16 au 19 décembre 2019, et lesquelles visent notamment l'opérationnalisation des engagements pris par les parties à Ndjamena en Janvier 2019.

 

 

Yaoundé (Cameroun), du 19 au 20 novembre 2019, le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo a effectué une mission de travail auprès des politiques du Cameroun, les partenaires techniques et financiers du Bassin du Congo. L’objectif de cette tournée était de faire le point sur la préparation de la réunion des experts de suivi de la conférence internationale de N’Djamena avec les partenaires PFBC, de présenter les actions et perspectives du PFBC et bien plus d’informer sur un certain nombre des points importants dans le cadre de la fin du mandat de la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC (2018-2019). Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea était assisté durant sa mission par messieurs Maxime Nzita Nganga, Co Facilitateur du PFBC et Dany Pokem, Coordonnateur Technique en charge des communications, des membres et des réunions du PFBC. La Mission a bénéficié de la présence de l’Ambassadeur de Belgique à Yaoundé, Son Excellence Mr Stéphane Doppagne, ainsi que du 1er Secrétaire, Mr Arthur D’Anethan.

 

 

La délégation a rencontré tour à tour S.E.M. Joseph Beti Assomo, Ministre de la Défense, le Secrétaire d'État auprès du Ministre de la Défense chargé de la Gendarmerie nationale, Son Excellence Monsieur ETOGA Galax Yves Landry, le Ministre des Forêts et de la Faune du Cameroun, S.E.M. Jules Ndoret Ndongo, Mme Galega Prudence, Secrétaire Générale du Ministère de l'Environnement et Développement durable du Cameroun et le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC, M. Ndomba Ngoye Raymond.

 

 

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du PFBC a fait le point avec les différents interlocuteurs sur plusieurs sujets entre autres :

 

  • L’opérationnalisation de la Déclaration de N’Djamena - au regard de l’ampleur que prend la transhumance incontrôlée entre le sahel et l’Afrique équatoriale, notamment avec des cas dans le Bas-Uélé en RDC et à l’Est de RCA à Chinko.
  • La nécessité d’un sommet des Chefs d’États concernés par ce phénomène,
  • L’état de préparation et la tenue de la réunion des experts pour le suivi de la conférence de Ndjamena à Douala en décembre 2019 (du 16 au 19) ; ainsi que les réunions de la Société Civile du PFBC, et celle du conseil directeur du PFBC- laquelle consacrera la fin de la facilitation du Royaume de Belgique du PFBC et le passage du flambeau à la République Fédérale d’Allemagne en cette fin d’année.
  • Le dialogue Chine et Bassin du Congo. Le Facilitateur a aussi fait le point sur le Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”, tenue à Shanghai, en marge duquel s’était tenu Le Conseil d’Administration et l’Assemblée Générale de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) ET DE LA NÉCESSITÉ DE MAINTENIR UN DIALOGUE permanent‎ avec la Chine sur le commerce durable et responsable en matière des bois tropicaux. Le Facilitateur souhaite que les entreprises chinoises réunies au sein du GSCC (Global Green Supply Chain) rejoignent le PFBC. 

 

Le Facilitateur a réitéré les mêmes préoccupations partagées avec les Ministres, auprès des Ambassadeurs, Chefs de mission diplomatique au cours d’un déjeuner de travail offert à la Résidence de Belgique à savoir : Allemagne, Belgique, Délégations UE, France, UK et USA‎.

 

Le Facilitateur a poursuivi les échanges avec les partenaires techniques réunis en dîner de travail à la résidence de Belgique à Yaoundé.  Y ont pris part, la GIZ, UICN, ZSL, WWF, TRAFFIC, CEFDHAC, UNESCO.

 

Par ailleurs, le Facilitateur du PFBC a eu une réunion de débriefing avec les Leaders des Blocs sur l’état de préparations des réunions de Douala, notamment sur le développement du canevas du Cadre logique programmatique de mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena.

 

 

Pour plus d’information, bien vouloir consulter les liens ci-dessous :

 

 

Le Facilitateur du PFBC rencontre les Leaders des Blocs en préparation de la réunion des experts de suivi de la conférence de N’Djamena

 

 

La mission a débuté par une séance de travail avec les Leaders des Blocs en charge de la préparation de la réunion de Suivi de la conférence de Ndjamena à savoir, AWF, GIZ (Projet BSB), UNESCO, et WWF.  Après avoir briefé le Facilitateur sur l’état de préparations des réunions de Douala, notamment sur le développement du canevas du Cadre logique programmatique de mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena, les leaders ont de leur point de vue relevé des expériences de terrains en rapport à la transhumance, les groupes armés, la situation des aires protégées et de la faune sauvage.

 

 

Le Facilitateur du PFBC a abordé avec les leaders la question du nombre important de bétails de plus en plus nombreux aussi bien que les conflits entre les « transhumants » et les populations sédentaires et l’urgence d’une action politique de haut niveau pour adresser cette situation.

 

 

 

Le Facilitateur Belge du PFBC a été reçu en audience par le Ministre de la Défense et le Secrétaire d'État auprès du ministre de la Défense chargé de la Gendarmerie nationale du Cameroun.

 

 

À la suite, le Facilitateur du PFBC a été reçu en audience par Son Excellence Monsieur Joseph Beti Assomo, Ministre de la Défense et le Secrétaire d'État auprès du ministre de la Défense chargé de la Gendarmerie nationale du Cameroun, Son Excellence Monsieur ETOGA Galax Yves Landry.  Le Ministre de la Défense a exprimé sa reconnaissance au Facilitateur du PFBC, qui a chaque mission au Cameroun, lui rend visite. Il a relevé l’importance de la Déclaration de N’Djaména, les efforts de son ministère en faveur de la lutte anti braconnage notamment la mise en œuvre du MoU entre le MINFOF et le MINDEF.

 

 

Le Facilitateur du PFBC a remercié le Ministre de la Participation du Cameroun à la conférence internationale des Ministres de N’Djamena. Il a relevé les trois sujets de haute importance du point de vue du Partenariat notamment : La transhumance, l’urgence d’investissement dans les populations locales et autochtones et l’importance du dialogue avec la Chine dans la quête à la gestion durable des ressources forestières.  Plus spécifiquement en ce qui concerne la transhumance, le Facilitateur a relevé la situation sur le terrain de plus en plus préoccupante en matière de conflit entre les transhumants et les populations agriculteurs et éleveurs sédentaires avec une emphase sur l’urgence d’action politique de haut niveau pour adresser la situation.

 

 

Par ailleurs, Le Ministre de la Défense, Son Excellence Monsieur Joseph Beti Assomo a relevé un problème qui s’avère de haute importance portant sur la situation de plus en plus difficile de navigation dans les eaux, fleuves du Cameroun, notamment la Bénoué, Nyong, la Sanaga et le Wouri du fait des espèces envahissantes… Il s’agit de la jacinthe d’eau et autres graminées envahissantes (d’autres plantes aquatiques) et qui réduisent la surface liquide jadis exploitée par les populations locales et de même que la navigation fortement réduite sur leur chemin aquatique en sus de l’envasement, péril sur la faune aquatique, etc. …

 

 

Le Ministre a sollicité l’appui des partenaires du PFBC pour adresser cette situation.  Après avoir expliqué au Ministre l’objet de sa mission, Le MINDEF a abordé la question de transhumance et le nombre de plus en plus important du bétail et les conflits sous-jacents.  Relevant la question conflictuelle entre la conservation et le développement, le Secrétaire d'État auprès du ministre de la Défense chargé de la Gendarmerie nationale du Cameroun, Son Excellence Monsieur ETOGA Galax Yves Landry a plaidé en faveur de plus d’alternatives en faveur des populations autochtones.

 

 

Avant de clôturer l’audience, le MINDEF a remercié le Facilitateur pour son engagement personnel en faveur du Bassin du Congo et l’invitation pour les réunions de Douala. Il souhaite une bonne préparation et réussite d aux réunions PFBC de Douala.

 

 

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur Belge du PFBC, a été reçu par le Ministre des Forêts et de la Faune du Cameroun, S.E. M. Jules Ndoret Ndongo

 

 

Dans l’après-midi, le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur Belge du Partenariat pour les Forêts du Bassi du Congo, a été reçu par le Ministre des Forêts et de la Faune du Cameroun, S.E. M. Jules Ndoret Ndongo.  Le Ministre a remercié le Facilitateur du PFBC pour son engagement personnel en faveur de la signature des protocoles spécifiques par le Cameroun, initiative engagée depuis leur dernière rencontre à Malabo en marge du dialogue politique de haut niveau. 

 

 

 Reprenant les trois sujets clé en termes de perspectives pour le PFBC et en référence à sa visite sur le terrain dans la réserve Naturelle de Shinko en République centrafricaine et dans la Garamba en République Démocratique du Congo, a souligné l’importance de l’engagement politique pour adresser la situation de plus en plus tendue entre les transhumants et les populations sédentaires.  Par ailleurs, le Facilitateur a abordé les questions stratégiques relatives à l’organisation des réunions du PFBC de Douala. Le Ministre a souligné que son administration apportera les appuis nécessaires pour le plein succès des réunions du PFBC de Douala. Par ailleurs, le Facilitateur a félicité le Ministre des Forêts de son accession à la présidence en Exercice de la COMIFAC et a relevé l’appui de la Facilitation du PFBC dans la mise en œuvre de sa feuille de route…

 

 

En fin de journée, le Facilitateur a partagé un dîner de travail offert par l’Ambassade de Belgique aux Partenaires techniques du PFBC. Y ont pris part, la GIZ, UICN, ZSL, WWF, TRAFFIC, CEFDHAC, UNESCO, etc.

 

 

Le Facilitateur a été reçu en audience par le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC, par la Secrétaire Générale du MINEPDED et par les Chefs de Mission diplomatique de Yaoundé…

 

 

Yaoundé, 20 novembre 2019, le Facilitateur a été reçu en audience tour à tour par le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC, M. Ndomba Ngoye Raymond, ensuite par Mme Galega Prudence, Secrétaire Générale au nom de Son Excellence Monsieur Hélé Pierre (hors de Yaoundé) du Ministre de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable du Cameroun.

 

 

Un déjeuner de travail organisé par l’Ambassade de Belgique a connu la participation des Chefs de Mission diplomatique des pays Ex-Facilitateurs du PFBC plus l’Angleterre, à savoir les Ambassadeurs et Chefs de Mission diplomatique de:  l'Allemagne, la Belgique, la France, l'UK, les USA.

 

 

Le Facilitateur souligne des points saillants de ses interventions en tant que Facilitateur du PFBC et son souhait de voir son successeur les poursuivre.

 

 

Il s’agit entre autres :

 

 

Sur la gouvernance du PFBC

 

Poursuivre la consolidation de la gouvernance du PFBC notamment la tenue de la réunion des parties du PFBC, les réunions du Conseil Directeur du PFBC, les collèges du PFBC.

 

 

La tenue biannuelle de la Réunion des Parties du PFBC au lieu de chaque année au cours du Mandat d’une Facilitation.  Du point de vue de la Facilitation, cette décision sage a permis une meilleure utilisation des ressources de la deuxième Réunion des Parties pour renforcer le travail thématique au sein du PFBC.

 

 

Les travaux thématiques

 

  1. Poursuivre les travaux sur la thématique de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le sahel et nord du Bassin du Congo : L’approche transfrontalière pour le négus conservation, sécurité, développement. Un sommet des Chefs d’État nécessaire

 

Si rien n’est fait pour encadrer la transhumance notamment la diminution de la taille des troupeaux (situation alarmante du nombre de troupeaux), une crise majeure pourrait éclater : notamment la destruction des troupeaux et une lutte armée entre les populations et les transhumants.  Cette situation pourrait ouvrir un second foyer majeur de conflit ajouté à la situation du Sahel. Une action majeure au niveau le plus élevé des états est indispensable pour adresser la crise.

 

Pour le suivi de la mise en œuvre de la déclaration de N’Djamena notamment dans l’accompagnement de la mise en œuvre du Programme sur la transhumance, les groupes armés du sahel vers les aires protégées naturelles, un programme majeur sera adopté lors de la réunion des Experts de Douala et un engagement pour la mobilisation des ressources et la mise en œuvre dudit programme.

 

Références : (1) Conférence de N’Djaména, Janvier 2019 et (2) Réunon des Experts Post N’Djaména de décembre 2019 à Douala

 

  1. Investir dans les populations locales/autochtones à l’intérieur et autour des aires protégées naturelles

 

Continuer à encourager les bailleurs de fonds à investir dans les communautés locales et autochtones : chaine des valeurs, créations des emplois et des investissements multisectoriels. Des projets qui ont un réel impact sur les communautés. Créer des alternatives et non s’orienter exclusivement sur les politiques de planning familial parfois peu effectif.

 

Référence : Dialogue politique de haut niveau de Malabo, Guinée Équatoriale (juin 2019)

 

 

  1. Poursuivre le Dialogue avec la Chine pour encourager l’Adhésion des acteurs chinois au PFBC

 

La Chine est importatrice de près de 70% du bois du bassin du Congo.  Il faudrait davantage travailler à encourager son adhésion au PFBC.   Sur le Forum international de Shanghai, il portait sur “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. The Forum Intends to promote the advancement of legal and sustainable supply chains which will incentivize good production practices, contribute to responsible purchasing practices while also leading to additional benefits of poverty alleviation, creation of employment, economic growth, income generation, etc. Le Forum était organisé par l’ATIBT et le Global Green Supply Chain (Chine) a relevé que les acteurs chinois sont de plus en plus conscients de l’importance de la durabilité des forêts du bassin du Congo pour maintenir ces importations dans l’avenir.  Il en ait de même du Dialogue politique Chine-Afrique organisé en septembre à Yaoundé entre les administrations forestières chinoises et les acteurs forestiers du bassin du Congo

 

 

Références : (1) Forum sur la Route de la Soie (Avril 2019, Beijing, Chine) – (2) Dialogue Chine-Afrique centrale (Yaoundé 2019) – (3) Forum de Shanghai sur Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”.

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CIB-Olam est 100% Certifié FSC

Alors que nous sommes globalement préoccupés par la pandémie qui a ravagé nos vies et perturbé la normalité; nous essayons de comprendre comment naviguer, en nous préparant pour les temps à venir, voici une petite lumière brillante des forêts denses du Bassin du Congo. Nous sommes ravis de vous informer que nous avons officiellement reçu la certification FSC pour Mimbeli-Ibenga et CIB-Olam est maintenant 100% certifié FSC.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel | Février 2020

L’Humanité tout entière fait face à un défi inédit tandis qu’un tiers de la population mondiale est confinée chez soi en raison de la pandémie du Covid-19. La République du Congo, quant à elle, vient d'annoncer la mise en application de l’état d'urgence sanitaire et le confinement à domicile de l'ensemble de la population jusqu'au 30 avril.

En savoir plus...

PATPA série de webinaires - 31 mars, 1 avril, 2 avril - Développement des scénarios d’émissions de GES dans le cadre de la révision des NDC dans les pays africains

Un point technique:  Il y a deux possibilités de participer au webinaire via le logiciel zoom : Vous pouvez soit télécharger l’application de zoom gratuitement (et vous réunir au webinaire en cliquant sur le premier lien) soit vous ouvrez le webinaire dans votre browser (en cliquant sur le deuxième lien)...

En savoir plus...

Mise à jour sur la maladie à coronavirus (COVID-19) - iucncongress2020

À la lumière des récents développements en France liés à la maladie à coronavirus (COVID-19), l'UICN et le gouvernement français sont en étroite discussion sur les possibles impacts que cette situation aura sur le Congrès mondial de la nature 2020 de l'UICN. Ensemble, nous examinons attentivement les décisions qui pourraient être prises.

En savoir plus...

Modification de la loi forestière chinoise : des changements pour le bassin du Congo ? PAPIER OCCASIONNEL

S’il est vrai que l’on peut se réjouir de cet amendement législatif qui entrera en vigueur le 1er juillet 2020, l’on peut également s’interroger sur son impact dans l’exploitation forestière du bassin du Congo étant donné que la Chine est devenue la principale destination des bois de cette sous-région depuis plusieurs années.

En savoir plus...

Commodafrica-Evolution différenciée du commerce du bois tropical en 2019

Premier bilan de l’année 2019 sur les importations de bois tropical au Vietnam, en Chine et dans l’Union européenne. Si les importations de grumes diminuent en Chine, celles des sciages de l’Union européenne progressent pour la deuxième année consécutive. Du côté du Vietnam, l’Afrique est l'un des premiers fournisseurs du pays avec une forte présence du Cameroun, souligne l'Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO).

En savoir plus...

Atibt-Filière bois de la RDC : Etude sur l’état des lieux des acteurs

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets FLEGT-REDD CERTIFICATION mis en œuvre par l’ATIBT et financés par l’Union Européenne, le FFEM et la KfW, la Fédération des Industriels du Bois, en sigle FIB, a mené une étude portant sur l’état des lieux des acteurs de la filière forêts-bois de la RDC.

En savoir plus...

Analyse du traitement de l'infraction forestière par le judiciaire au Cameroun

Cette analyse ressort des maux de l’exploitation forestière qui restent d’actualité aujourd’hui et met en lumière le rôle que joue l’appareil judiciaire dans la lutte contre la mauvaise gouvernance dans la gestion des ressources naturelles au Cameroun. Le document a été rédigé grâce à la participation financière de l’Union européenne dans le cadre du projet « Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le Bassin du Congo ». Les opinions qui y sont exprimées ne peuvent en aucun cas être considérées comme reflétant la position officielle de l’Union européenne.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020