Termes des Reference de l'Atelier Préparatoire de la Conférence Internationale de Ndjamena sur la lutte contre le braconnage a haut niveau

 

 

Lieu : Douala

Dates : 12-13 Novembre

 

Dans le cadre de sa feuille de route de la Facilitation du Royaume de Belgique pour le Partenariat des Forêts du Bassin du Congo, la Facilitation du PFBC projette d'organiser en Janvier 2019 sous l'égide du Gouvernement de la République du Tchad, une Conférence Internationale sur le braconnage, la sécurité et la stabilité ainsi que le contrôle de la transhumance armée des groupes pastoralistes entre l'Afrique Equatoriale, le Sahel et les deux Soudans et la RDC.

 

La Feuille de route du PFBC met notamment en relief la problématique de l'ampleur du braconnage dans certaines zones du Bassin du Congo, ainsi que leurs effets corollaires qui affectent la stabilité des états et des communautés du fait du lien grandissant être groupes armés, prédation des ressources, commerce illégal et conflits armés et les transhumances incontrôlées‎ et armées dans la zone Afrique Equatorial, Sahel, Darfour et les deux Soudans. La Conférence de Ndjamena aura donc pour ultime objectif de réunir le maximum d'information, des propositions et des actions opérationnelles devant permettre des engagements des politiques et des bailleurs sur une feuille de route opérationnelle devant être activée dans le courant de l'année 2019 et au delà.

 

A cet effet,  le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo en collaboration avec la COMIFAC, l'UE, et la Coopération Allemande organise un atelier qui devrait réunir des experts afin d'identifier les points forts et faiblesses des instruments de lutte anti braconnage produits a ce jour dans la sous région et permettre que les travaux prévues à N’Djamena débouche sur une feuille de route opérationnelle axée sur des résultats directs et impacts visibles valorisant de façon optimale l'engagement politique des États et des Partenaires sur cette question tant sur des axes géospatiales que thématiques.

 

L'analyse approfondie des informations existantes sur les zones ''rouges’ ‘les corridors de transhumance, la circulation des groupes armés, l'utilisation des Aires Protégés transfrontalières comme des zone de non droit s'établissant en sanctuaire des milices et autres Traffic illégales affectant la stabilité et la Population de la faune.

 

Dans ce cadre, le PFBC et  la COMIFAC avec l'appui de la GIZ organise un atelier de deux jours à Douala dont l'agenda portera sur notamment :

- État de lieu de l'efficacité de la lutte anti braconnage dans la sous région Bassin du Congo (COMIFAC TRAFFIC) ',

 - Etat de lieu des menaces directes et indirectes liées a la fois au braconnage, la transhumance armée et le conflit armé dans la sous région (UE),

- Proposition des axes opérationnels en fonction des possibilités des accords des partenariats transfrontaliers dans le cadre de la LAB ainsi que des mécanismes effectifs des déploiements entre la zone Afrique Equatoriale, Niger Cameroun Tchad, RCA Soudan, Sud Soudan‎ et Nord RD Congo.

- Produire le plan d'engagement technique (opérationnel) et devant valoriser les engagements politique devant être pris à N’Djamena.

 

Résultats clés attendus / Non exhaustifs :

 1/ Etat de lieu quantifié, qualifié et localisé de l'intensité du grand braconnage et du Traffic illégal des espèces fauniques.

  • (Informations et données cartographiques attendus sur le monitoring du braconnage et des chaines d’approvisionnement dans la sous-région), identifier les actions opérationnelles par zones/corridors/axes transfrontaliers/points hot spots

 2/ les modes de coopération transfrontalières à renforcer, à consolider, et à investir en priorités dans le cadre à la fois de la prévention, dissuasion et de la lutte d'extrême urgence.

  • (A considérer ici une analyse SWOT de l’effectivité de la coopération transfrontalière entre les Etats dans la lutte anti braconnage, ainsi que des axes à renforcer)

3/ les mécanismes à limiter la transhumance armée et déstabilisatrices des zones d'occupation comme en RCA et au Nord RDC par des pasteurs éleveurs armés)

  • Considérer le communique final de la conférence Ministériel d’Abuja sur le conflit lie à la transhumance.

 

4/ Une proposition du Mécanisme régional de Coordination (Politico Sécuritaire, Diplomatique, programmatique et opérationnel).

  • A Considérer l’option d’un Régional Task Forces élargi au pays non COMIFAC

 

Sont invités:

1. COMIFAC, OCFSA, CEEAC

2. TRAFFIC, WWF, AWF, IUCN, WCS, African Parks, LAGA

3. UE, PNUD, GIZ Appui COMIFAC, USFS, BAD, Banque Mondiale, KFW

4. Experts Ministères Défenses Cameroun et Ministère Foret.

5. Personnes ressources à fortes expériences dans la lutte anti braconnage et connaissance de la sous- région Afrique Equatoriale et Sahel (incluant la question de la transhumance dans la zone sahélo sahélienne, Bassin du Congo).  

 

Lieu : Douala

Durée : Deux jours,

Dates : 12-13 Novembre

 

Organisation et Logistique

  •  Secrétariat Exécutif COMIFAC, OCFSA, CEEAC, (6 personnes)
  • 2 Experts Aires Protégés par pays COMIFAC (Cameroun, RCA, Tchad, RD Congo) et Experts des pays observateurs : Niger, Soudan, Sud Soudan : 14 Personnes
  • Gestionnaire programme d’Appui aux Aires protégés sur les plans :10

 

Géographiques et Thématiques

  • Bouba Djida
  • Zakouma
  • Waza
  • Léré
  • Chinko
  • TNS
  • TRIDOM
  • Garamba Bili Were
  • Corridors de Transhumance des pasteurs nomades (Organisations, Projets ou personnes ressources à identifier) 
  • Unités des liaisons Aires protégés et Force de sécurité et défense des pays.

 

Les Personnes et Institutions Ressources :

AWF, WCS, WWF, TRAFFIC, LAGA, African Parks ,OFAC COMIFAC

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le document ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le secteur de la pêche du Sénégal et la Guinée-Bissau désormais « Sécurisé »

Le protocole signé lundi à Bissau est la prorogation d’un accord d’avril 2016 prévoyant l’octroi de 300 licences aux pêcheurs artisanaux sénégalais et de 10 licences pour la pêche au thon industrielle, ont indiqué les responsables des deux pays.

En savoir plus...

afrique.lalibre «La gratuité empêche les pays africains de bien se développer»

Deogratias Niyonkuru est l’une des nombreuses personnalités qui dénoncent les effets pervers de l’aide humanitaire, notamment en Afrique. « L’aide humanitaire déconstruit les tissus sociaux, pousse à l’assistanat et, au final, détruit la dignité humaine. C’est ce que nous avons pu constater au Sud Kivu (RDC) et au Burundi. »

En savoir plus...

AICED Rapport-L ’Agroécologie au service de la lutte contre les changements climatiques dans le Parc National des Virunga

L’organisation AICED mène une activité dénommé «  l’Initiative locale à l’Agro-écologie par l’adaptation de l’agriculture familiale au Changement Climatique  pour la gestion du sol  et la protection des écosystèmes  du Parc National des Virunga ». Bien vouloir télécharger son rapport…

En savoir plus...

OSFACO Lettre d'information Janvier 2019

A lire : APPUI CARTOGRAPHIQUE Cameroun Suite à l’atelier de démarrage organisé en juin 2018 à Yaoundé, les opérateurs Camerounais du ST-REDD+ ont réalisé la photo-interprétation des échantillons, qui ont ensuite été utilisés pour l'analyse des changements du couvert forestier dans le sud du Cameroun (zone du Programme de Réduction des Emissions), plus spécifiquement pour l’estimation des données d’activité et leur incertitude….

En savoir plus...

Conférence OSFACO « Des images satellites pour la gestion durable des territoires en Afrique »

L’objectif général de la présente conférence du 11-15 mars 2019 - Hôtel Azalai - Cotonou - Bénin, est d’organiser une rencontre scientifique et technique entre experts, chercheurs, enseignants, acteurs d’ONG ou de bureaux d’études, et services techniques des institutions publiques ayant des intérêts dans l’utilisation des données satellitaires pour la cartographie, le suivi spatial des terres et du couvert forestier ainsi que le développement durable en Afrique Centrale et de l’Ouest.

En savoir plus...

Son Excellence François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année 2018 et vous présente ses meilleurs vœux pour l'année 2019 !

J’ai apprécié, au cours de cette année 2018, vos diverses contributions riches et variées qui ont enrichi notre Partenariat commun. Ensemble, nous avons encore avancé avec d’une part l'adhésion de plusieurs nouveaux membres, portant à 113 le nombre des membres du PFBC et d’autres part, nous disposons d’une « Déclaration de Bruxelles » adoptée au cours de la 18e Réunion des Parties du PFBC, laquelle culmine l’ensemble des efforts de la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC à favoriser le dialogue, impulser l’action pour un leadership politique plus fort et plus adéquat du Partenariat...

En savoir plus...

Les forêts d’Afrique centrale peuvent aider à atténuer la crise globale de l’eau qui pointe à l’horizon selon un rapport de plus de 50 scientifiques de 20 pays.

Une crise globale de l’eau pointe à l’horizon. Exacerbée par la croissance démographique mondiale et le changement climatique dans plusieurs endroits du monde, elle s’approche à grands pas. Plus de 50 scientifiques de 20 pays ont contribué à une étude mondiale des liens entre forêts, eau, climat et êtres humains.

En savoir plus...

UN: Le changement climatique pousse l’Afrique vers le point de non-retour

« L'Afrique est à un tournant. Les nations ont connu une croissance économique, politique et sociale impressionnante au cours des dernières décennies. Mais les disparités entre riches et pauvres sont toujours là. La pauvreté, même si réduite, demeure un problème sérieux pour certains pays. Les changements climatiques, les sécheresses, les inondations, les variations des précipitations et les conflits ont le potentiel de faire échouer les mesures prises pour réduire la faim et  atteindre les objectifs énoncés dans l’Accord de Paris et le Programme de développement durable à l'horizon 2030 » , a déclaré Ahunna Eziakonwa

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC