Etude sur la valorisation durable de la faune dans le bassin du Congo occidental : avant qu’il ne soit trop tard !

 

 

  Bien vouloir télécharger le document ci-dessous:

Avant qu'il ne soit trop tard.pdf (3.4 Mo)

 

 

Le bassin du Congo occidental se vide rapidement de sa faune. Le bassin du Congo occidental (défini ici comme regroupant le Cameroun, le Gabon, la République centrafricaine, et la République du Congo) perd rapidement une grande partie de ses animaux sauvages à cause du braconnage et de la chasse non durable. Cette tendance touche de nombreuses espèces qui subissent la pression de la chasse pour la viande de brousse et pour l’exportation commerciale, pour des produits animaliers de haute valeur, ainsi que la dégradation de l’habitat.

 

 

Le braconnage et la chasse non durable sont des problèmes de développement et pro­voquent la perte d’une ressource importante de diversification économique pour les pays du bassin du Congo occidental.

 

 

En raison de la surexploitation, les bases de la construction d’une économie forestière durable s’érodent rapidement, l’État de droit est compro­mis, les ressources en protéines des populations rurales sont menacées, la capacité régénératrice des forêts exploitées à des fins commerciales et de subsistance est réduite et leur résilience au changement climatique est menacée. À leur tour, les éléments moteurs du braconnage et de la chasse non durable incluent la pauvreté et la faiblesse de la gouvernance. Bref, le braconnage et la chasse non durable ne sont pas de simples questions de conservation, mais sont des prob­lèmes de développement.

 

La réponse en matière de conservation a rencontré des difficultés face à la faible valeur que les communautés et les pouvoirs publics accordent à la faune.

 

 

Le braconnage et la chasse non durable ne sont pas des phénomènes nouveaux dans le bassin du Congo occidental. Ils font l’objet depuis vingt ans d’efforts considérables de la part des pou­voirs publics et de leurs partenaires au dévelop­pement. La plupart de ces efforts se concentrent sur l’établissement et la conservation d’aires protégées. En particulier, lorsque ces aires bénéficient d’une aide extérieure importante et de garde-forestiers bien dirigés sur le terrain, la faune est mieux défendue à l’intérieur qu’à l’extérieur des aires protégées.

 

 

Cependant, le fléau ininterrompu des actes de braconnage montre également les limites d’une approche de la conservation prioritairement ancrée dans la protection pure et simple et qui repose sur un accès restreint aux ressources fauniques et à leur habitat. Dans un environne­ment où les communautés et les pouvoirs publics retirent somme toute peu d’avantages directs de la faune, cette approche seule risque de mal aligner les incitatifs à la conservation. Aggravée par la faiblesse de la gouvernance et la croissance de la demande de produits de la faune, la conservation des ressources fauniques est limitée.

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le document ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

greenrdc-Conflit forestier à la Tshopo : Greenpeace Afrique tire la sonnette d’alarme !

Depuis plus d’un mois, la tension s’est accentuée entre les communautés forestières basées à la Tshopo et la société canadienne des Plantations et Huileries du Congo SA (PHC) qui est une entreprise de la firme Feronia Inc.

En savoir plus...

Greenpeace-Cameroun-Les communautés locales et autochtones, sont progressivement privées de leurs droits fonciers

Il est important que les organismes internationaux de développement et le gouvernement camerounais puissent repenser leurs approches de développement. Ceci afin de s’assurer non seulement que leurs opérations n’amplifient pas les problèmes environnementaux et sociaux, mais aussi d’assumer leurs responsabilités lorsque ceux-ci surviennent.

En savoir plus...

Des progrès et innovations réalisés par les pays membres de l’espace COMIFAC dans la mise en œuvre du protocole de Nagoya

30 Septembre au 1er Octobre 2019, Douala Cameroun, forum sous- régional d’échange d’expériences en matière d’APA entre les chercheurs de l’espace COMIFAC et le secteur privé japonais.

En savoir plus...

Fern-Déclaration des Organisations de la Société Civile de Pays Forestiers Tropicaux

En septembre 2019, des défenseurs de l'environnement et des droits humains d'Afrique et d'Asie sont venus dans l'Union européenne pour tirer la sonnette d'alarme concernant l'accélération de la perte de forêts dans les régions du bassin du Congo et du Bas-Mékong. Leur message était clair: l'UE doit jouer un rôle clé dans la recherche de solutions mondiales si elle veut vraiment protéger la biodiversité et écologiser ses politiques.

En savoir plus...

Une pépinière des prochains négociateurs climat voit le jour à Yaoundé

 Du 08 au 10 Octobre 2019, s’est tenue dans la salle de conférence de la chambre d’Agriculture Yaoundé, l’Atelier sous régional de formation des jeunes et femmes leaders et négociateurs climats vers COP 25, Sous le thème : Temps pour l’Action – Genre et Finance Climat qui va se tenir à Santiago au Chili. Bien vouloir télécharger les documents de la formation...

En savoir plus...

La gestion participative pour une conservation durable des complexes d’aires protégées de BSB Yamoussa et du TNS

Du 14 au 16 août 2019 à Douala en République du Cameroun, s’est tenu, l’atelier de cadrage de l’évaluation socio-culturelle des services écosystémiques pour les populations autochtones et communautés locales de BSB Yamoussa et du TNS. Bien vouloir télécharger le Communiqué Final de l'atelier...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019