Les forêts du bassin du Congo: « Etat des Forêts 2008 » lancé devant le congrès américain

 

Le forum ICCF (International Conservation Caucus Foundation) et les partenaires des États-Unis associés au Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) ont organisé un évènement de haut niveau pour le lancement de la version anglaise du rapport PFBC sur l'«Etat des Forêts 2008» du bassin du Congo, le jeudi 14 janvier 2010 au Bâtiment H-137 du Capitole des États-Unis d'Amérique. L'Ambassadeur Faida M. Mitifu de la République Démocratique du Congo, le Président Jonathan Lash de l'Institut Mondial des Ressources, et le directeur John Flynn de l'USAID Programme régional pour l'environnement en Afrique centrale (CARPE) ont parlé à l'évènement et présenté le rapport. Le personnel du congrès, les fonctionnaires du gouvernement des États-Unis, les représentants des gouvernements africains ainsi que les leaders des organisations non-gouvernementales de conservation actifs dans l'implémentation du CBFP/CARPE étaient également présents. Le maître des cérémonies de l'événement était Dr. James Deutsch, directeur exécutif du programme africain de la Société pour la conservation de la faune sauvage (WCS).

 

L'«Etat des Forêts 2008» fait le point sur les progrès réalisés avec l'aide des Etats-Unis et d'autres partenaires du PFBC par les communautés et les gouvernements de l'Afrique centrale, vers la conservation du deuxième plus grand et plus intact forêt tropicale dense humide dans la région du bassin fluvial. Les forêts du bassin du Congo sont habitées par l'assemblage le plus diversifié d'animaux, comprenant des gorilles, des éléphants de forêt, des buffles de forêt, des bongos et des okapis, chimpanzé, bonobo et plus de 70 millions de personnes qui dépendent de ces forêts pour leurs subsistances. Les Etats-Unis ont investi plus de $100 millions à travers le Programme régional pour l'environnement en Afrique centrale. Les rapports sur l'«Etat des Forêts» (2005-2008) montre bien comment ce programme et d'autres investissements ralentissent le taux de déforestation et la perte de la biodiversité favorisant ainsi le développement durable tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre dans le bassin du Congo aussi bien que dans les douze paysages PFBC de conservation.

 

Présentant une évaluation du succès et les réalisations du PFBC, John Flynn, directeur de l'USAID - CARPE a noté dans son intervention que ce rapport représente un accomplissement significatif pour le PFBC, qui inclut maintenant plus de 50 gouvernements et partenaires non gouvernementaux, et en quoi les Etats-Unis ont investi plus de $120 millions depuis 2002. Comme prochaine étape, l'USAID et le département d'État passeront en revue nos programmes du PFBC en 2010, en vue de la préparation du plan de travail de la «phase III» du bureau USAID/CARPE. Cette revue aidera également à guider l'engagement des États-Unis dans la région avec le Canada, qui s'est engagé en novembre 2009 pour assumer la Facilitation du PFBC à l'issue du mandat de l'Allemagne en tant que Facilitateur á la fin de cette année.

 

Jonathan Lash, président de l'Institut Mondial des Ressources, un partenaire pour l'implémentation du CARPE, a fait observer que toute conservation au sujet de l'écosystème, climat, et du bien-être humain implique les grands bassins du monde et, c'est pourquoi la gestion durable des forêts du bassin du Congo est essentielle pour l'équilibre à l'échelle locale, nationale, régionale et globale. Il a souligné en principe que maintenir la capacité de ces forêts et d'autres encore à fournir aux être vivants les services de l'écosystème qu'ils ont besoin pour la santé, sécurité, et subsistance est fondé sur trois piliers: Le premier, est le bon management. Le management du «terrain» et des institutions doit pouvoir être utilisé à différente échelle: locale, nationale, et internationale et à travers un horizon long. Le second, une bonne incitation/motivation. Les incitations économiques et normatives doivent s'aligner avec le suivi de la forêt. Ces incitations devraient soutenir la bonne gestion. Le troisième, est la bonne information. Les données sur l' «État des forêts» et comment ils devraient être gérées doivent être disponibles, précis, et facilement utilisables. En fait, l'information soutient les deux autres piliers. Sans bonne information, il est difficile de définir de bonnes incitations et de mettre en application la bonne gestion de forêt. Le rapport sur l' «État des forêts» en Afrique centrale apporte une contribution importante à ces piliers: (1) A un niveau plus fondamental, il fournit des informations au sujet de la condition, des tendances, et les menaces sur les forêts du bassin du Congo dans une mesure qui soit publiquement accessible, facile à être utilisée, et à jour. Il sert de plate-forme standard pour les mesures, le suivi et la collecte des données, facilitant de ce fait les comparaisons tout le long des paysages et des pays, et suivant les progrès dans le temps. Il fournit des données sur les incitations pour la gestion durable des forêts. Je suis heureux que le rapport de cette année couvre ses incitations naissantes telles que des paiements pour des services d'écosystème et la REDD. (3) Il soulève la nécessité de coordonner la gestion des forêts d'Afrique centrale par les pays, soulignant le rôle important de la COMIFAC au niveau de tout le bassin du Congo dans une approche de gestion durable du capital des ressources plutôt que juste une approche pays par pays.

 

Paya de Marcken du Fonds mondiale pour la nature (WWF) et un de plus de 100 scientifiques, du milieux politique et des experts techniques en matière de l'Afrique centrale qui a contribué au document a présenté le rapport et décrit comment il est subdivisé en trois parties: (1) Les synthèses régionales et nationales documentant les conditions générales des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale et les défis et progrès clés vers un ralentissement du taux de déforestation et la perte de la biodiversité dans le bassin du Congo. (2) Les chapitres transversaux sur les services environnementaux offerts par la forêt avec un point spécial sur les stocks de carbones, les ressources en eau, et le bois énergie. (3) Les chapitres avec des informations détaillées sur les 12 paysages du PFBC.

 

Son excellence, Dr. Faida Mitifu, Ambassadeur de la République Démocratique du Congo (RDC) intervenant en tant que représentante du gouvernement de RDC, et par extension pour l'occasion des gouvernements des autres États du bassin du Congo, qui sont les forces motrices pour la conservation des forêts et du développement dans la région, et finalement les responsable des réalisations documentées dans le rapport «État des Forêts 2008». Elle a montré l'importance de la conservation des forêts pour la RDC, comment les partenariats avec des entités telles que le gouvernement des États Unies, PFBC et USAID's programme CARPE, sont entrain de soutenir la RDC pour l'implémentation des objectifs de conservation de la biodiversité et en améliorant les conditions de vies des citoyens de la RDC, et comment ce rapport sur «l'État des Forêts 2008» est l'un des outils aidant à démontrer cette contribution dans la région.

 

Le forum ICCF (International Conservation Caucus Foundation) et les membres du comité consultatif de l'ICCF sont fiers d'accueillir le lancement de la version anglaise de l'«État des Forêts 2008»; la dernière publication profondément substantive du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) résultant de l'effort de collaboration de plus de 100 personnes représentant une diversité des institutions et des administrations des forêt des pays de l'Afrique centrale.

 

Les forêts du bassin du Congo: Les chapitres de l'État des Forêts 2008 est disponible en téléchargements à travers le site de l'OFAC, qui est référencé par: http://www.cbfp.org/bassincongo.html et http://carpe.umd.edu/resources/sof Ces pages incluent également l'accès à la version antérieure 2006 de « État des Forêts » aussi bien que la version 2005 sur les forêts du bassin du Congo : Une évaluation préliminaire.

 

Par ailleurs, si vous désirez plus d'information sur cet article, bien vouloir contacter: Mr. Tim, Resch de l'USAID Bureau pour l'Afrique: tresch@usaid.gov 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019