L’émergence de l’économie verte : engagement civique et rôle des acteurs publics, privés et de la société civile

 

Bien vouloir télecharger: L’émergence de l’économie verte : engagement civique et rôle des acteurs publics, privés et de la société civile

 

Ce thème a été au centre de deux importantes activités organisées par l’Association Camerounaise pour le Développement, l’Entraide Sociale et la Protection de l’Environnement (ACDESPE) à Douala du 03 au 07 Juin 2013 avec l’appui financier de la Banque Mondiale. Il s’agissait de la caravane Ecoplus et du Forum National de l’économie verte.

 

ACDESPE, en organisant ces activités qui ont vu la participation de près d’une centaine de personnes venant des institutions étatiques comme le Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable, le Ministère de la Santé Publique, la chambre de commerce, d’industrie, des Mines et de l’Artisanat et l’Université de Douala, et des organisations nationales comme : Un monde un avenir, la fondation camerounaise de la terre vivante, la maison des jeunes et de la culture de Bépanda, visait à Informer les acteurs du développement territorial sur la thématique du développement responsable et écologique, à attirer l’attention des populations sur les risques (maladies : paludisme, choléra, etc.) liés à la vie dans un environnement pollué et de présenter aux partenaires l’opportunité que présente l’économie verte dans le développement local.

 

Pendant cinq jours, les participants ont eu droit aux exposés faits par des experts invités pour la circonstance et qui portaient sur les termes variés dont les principaux sont :

 

  • La réglementation : cas des textes du MINEPDED sur la gestion des emballages non bio,
  • production des emballages non biodégradables et respect de l’environnement,
  • santé et Environnement,
  • l’entretien de l’environnement,
  • emplois verts,
  • et du développement durable à l’économie verte.

 

Ces exposés ont suscité de vives réactions de la part des participants, ce qui les a poussé à formuler une série de recommandations transversales relatives à la transition vers une économie verte. Ces recommandations visaient à influencer les politiques, les réseaux d’organisations œuvrant dans le domaine de l’environnement, le déploiement des acteurs de développement sur le terrain, le financement, l’emploi, l’esprit d’entreprise et l’économie verte. En plus les participants ont prescrit des mesures pour plus d’efficacité, il s’agit de :

 

  • Définir une stratégie globale de transition vers une économie verte,
  • Développer les filières industrielles associées à l’économie verte,
  • Elaborer une stratégie d’anticipation des besoins en compétences et en développement des capacités d’innovation,
  • Renforcer les outils de gouvernance de la stratégie de l’Economie Verte à l’échelle locale, nationale et régionale,
  • Développer l’éducation et la sensibilisation environnementale,
  • Mettre en place des mécanismes financiers dédiés au développement de l’économie verte,
  • Opérationnaliser l’arsenal juridique environnemental existant en mettant en place les instruments de contrôle et de suivi correspondants,
  • Accompagner les ONG et associations œuvrant dans les domaines de l’environnement.

 

C’est sur cette note de recommandation que le forum national a pris fin, avec l’espoir d’avoir posé les jalons d’une réflexion susceptibles d’amener l’administration camerounaise à prendre des mesures pour la promotion de l’économie verte.

 

Pour consulter le rapport dans son intégralité, veuillez cliquer ici

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

BRIEFING NEWS Observation indépendante : Les résultats de trois années de mise en œuvre du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE) au Cameroun.

En trois ans de mise en oeuvre du Système normalisé d’Observation indépendante externe (SNOIE), plus de 50% des rapports de dénonciations produits via cette approche normalisée de l’observation indépendante (OI) au Cameroun, ont entraîné des réactions du ministère en charge de la gestion des forêts et de la faune. En effet, sur les 30 rapports d’OI transmis au MINFOF, les faits d’exploitation forestière présumée illégale ont été avérés sur 18 d’entre eux. Ces cas avérés ont suscité des missions de contrôle de la brigade nationale et régionale de contrôle forestier, des saisis, l’ouverture des contentieux à l’encontre des entreprises incriminées dans les rapports et des suspensions de titres.

En savoir plus...

Afrique centrale : Ndjamena accueille la 47e réunion du Comité sur les questions de sécurité du 3 au 7 décembre

Libreville (Gabon), 30 novembre 2018 – La 47e réunion du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) aura lieu du 3 au 7 décembre 2018 à Ndjamena, la capitale du Tchad. Comme lors des précédentes sessions, elle permettra de faire le point de la situation géopolitique et sécuritaire dans les onze pays membres, notamment l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine (RCA), le Congo, la République démocratique du Congo (RDC), le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tomé et Principe, et le Tchad.

En savoir plus...

RFUK- Aires protégées et droits communautaires : utiliser les cartes participatives pour soutenir la conservation durable dans le bassin du Congo

Les meilleurs projets de conservation commencent avec les Hommes. Cependant, des aires protégées continuent à être établies et gérées dans le Bassin du Congo avec peu de considération envers les droits fonciers et les droits aux ressources des communautés locales, ce qui favorise les conflits et les violations des droits de l’homme.

En savoir plus...

Environews-Bruxelles : Début de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo

C’est le Musée Royal de l’Afrique Centrale (Tervurin) qui accueille la première journée de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Les travaux lancés ce mardi doivent déboucher sur de nouveaux engagements afin de préserver ces forêts partagées par une dizaine des pays d’Afrique centrale, et considérés comme un patrimoine de l’humanité.

En savoir plus...

RDP18-Rapport-Stream 1. Gouvernance forestière et aménagement du territoire

Notre stream porte sur les questions toujours d’actualité de la gouvernance forestière et de l’aménagement du territoire. Plus que jamais, ces deux thématiques sont des thématiques clés pour les perspectives d’avenir des forêts du Bassin du Congo. Cependant, la nature vaste des questions de comment aménager l’espace forestier et comment le pouvoir s’exerce dans ces zones nous exigent de prioriser, au sein du stream, nos discussions et interventions.

En savoir plus...

RdP 18 du PFBC - Journée scientifique et académique du PFBC - 27 novembre 2018

L’organisation de la journée scientifique s’inscrit pleinement dans la feuille de route de la Facilitation belge du PFBC. La recherche sur les forêts du bassin du Congo doit servir à définir les priorités d'action et de tirer quand il le faut les sonnettes d'alarme pour que les décideurs politiques prennent conscience de la situation et agissent en conséquence. En outre la recherche doit pouvoir orienter ; de façon responsables et durables, les investissements liés au secteur forêts /biodiversité et aux autres secteurs économiques dont les impacts non contrôlés peuvent affecter considérablement les ressources naturelles dans le Bassin du Congo.

En savoir plus...

RFUK-facteurs de déforestation : sommes-nous sur la bonne voie ?

Ce débat sera l’occasion d’explorer ce que ces nouvelles études révèlent sur les dynamiques de déforestation, d’identifier les zones d’ombres qui persistent, et discuter de ce que cela implique pour les programmes et politiques à mettre en œuvre en RDC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018

CAWHFI NEWS N° 002
FGF Brazzaville 2018