Mise en œuvre du Protocole de Nagoya sur APA Les Enseignants-Chercheurs au cœur du processus APA au Cameroun

 

 

Les enseignants –chercheurs des Universités et instituts recherche publique et privé  du Cameroun sont désormais outillés pour la mise en œuvre du Processus d’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation (APA).

 

 

Le  Protocole de Nagoya sur APA revêt une importance particulière pour les pays en voie de développement, en particulier le Cameroun, dépositaires d’une des plus grandes diversités biologiques dans le bassin du Congo. En effet, près de 20 ans après la ratification de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), le Cameroun, ne tire pas toujours profit des retombées découlant de la valorisation de ses ressources et connaissances traditionnelles par les industries utilisatrices. Les parties prenantes en particulier les chercheurs ne sont pas encore conscients des opportunités de développement qu’offre l’APA. Dans le cadre de la sensibilisation desdites parties prenantes mentionnée dans l’axe trois de la stratégie nationale, Il est important de renforcer les capacités des chercheurs dans le domaine afin qu’ils participent pleinement à la mise en œuvre de ce processus au niveau du Cameroun. C’est à cette fin que le Ministère de L’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable et le Projet APA GIZ - COMIFAC appuient l’implication des chercheurs au niveau du Cameroun au processus APA.

 

 

Pendant les mois de juin et août 2017, a été organisés à Garoua, Kribi et Limbe des ateliers de sensibilisation des Enseignants-Chercheurs des Universités, Instituts de recherche et Secteur privé Présidés par le Secrétaire General du Ministère de L’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable.

 

 

A l’issue des travaux, les chercheurs ont été édifiés sur les différentes étapes du processus APA, le développement d’un cadre législatif en matière d’accès aux ressources génétiques et de partage des avantages issus de leur utilisation et l’implication des chercheurs dans le processus APA. Les chercheurs se sont engagés à travers leurs institutions :

  • de faciliter toute initiative de brevetage des résultats découlant des travaux de recherche afin d’assurer ainsi la jouissance de la propriété intellectuelle;
  • d’organiser une conférence de restitution des acquis de cet atelier à toute la communauté universitaire
  • d’inclure dans les cours de biodiversité et assimilés, les notions APA pour une gestion durable de la biodiversité et le partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ses éléments constitutifs.

 

 

Aux termes des ateliers, il ressort que les chercheurs, malgré leur appartenance à des régions différentes ont des besoins communs. Leurs besoins communs s’expriment par la nécessité d’être pris en compte dans tout le processus APA, la nécessité de faciliter les procédures de recherche pour les besoins académiques et le soutien aux chercheurs dans la mise en œuvre du Protocole de Nagoya sur l’APA au Cameroun.

 

 

Wilson Shei

 

Pour plus d’information veuillez contacter bernadette.wandja@giz.de

 

 

Impression des Participants  

 

Du 26 au 29 Juin 2017, nous étions conviés à un atelier de sensibilisation des enseignants-chercheurs des Universités nationales et privées sur la stratégie nationale sur l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation (APA). Ce protocole constitue un important outil qui encadre la recherche- développement au Cameroun. Ces principales résolutions seront intégrées dans nos différents enseignements au sein de notre école afin de sensibiliser les étudiants qui iront sur le terrain pour leurs travaux de fin d’étude. Néanmoins, plusieurs points doivent être pris en compte pour une bonne mise en œuvre sur le terrain, notamment la mise en place d’un cadre juridique et réglementaire clair et compréhensible par tous, la question du financement de la recherche et de la propriété après publication dans des journaux exigeant le droit de propriété, la gestion équitable des ressources génétiques qui semblent être présentes dans plusieurs zones géographiques et écologiques et la préservation des zones écologiques pour une exploitation rentable, équitable mais durable. De plus, la question du brevet et de son financement a été longuement soulevée et des efforts doivent être entrepris pour le soutenir financièrement afin d’en tirer le plus grand profit des découvertes et innovations issues de nos ressources génétiques. En plus, la recherche nationale doit être soutenue afin que les ressources génétiques à haut potentiel soient caractérisées sur place sur des plans phénotypique, génétique voire moléculaire.

 

Prof. Dr. Vet. KOUAMO Justin, PhD Animal Reproduction  Post Doc Embryo Technology.

 Associate Professor/Researcher

 Head of Department of Surgery and Medical Pathology  School of Veterinary Medicine and Sciences  The University of Ngaoundere  PO BOX: 454. Ngaoundere -Cameroon

 Phone: (+237) 675376954

 Mail: justinkouamo@yahoo.fr

 

 

 

Cet atelier m’a édifié sur la façon avec laquelle un chercheur devrait dorénavant accéder aux ressources génétiques. La ratification du Protocole de Nagoya vient résoudre le problème des populations locales qui voyaient leurs ressources exploitées sans des retombées. Cela permettra aussi au pays de contrôler les ressources qui vont dans d’autres pays. Ce que je déplore, c’est la procédure qu’il faut suivre pour faire sortir ces ressources hors du pays dans le cadre de la recherche. A mon avis, la lourdeur administrative ralentira l’évolution de la recherche. Nous espérons juste que les moyens seront pris pour alléger ces procédures. Nous continuerons donc la sensibilisation auprès des personnes ressources, c’est-à-dire nos collègues et nos étudiants.

 

NNANGA Jeanne Flore
Assistant lecturer - University of Maroua
Environnemental Sciences BP. 46 Maroua-Cameroun

Tél. (+237)96 23 88 65 / 72 26 79 09 / 33 76 97 43
email intitutionnel:
jeanne-flore.nnanga@fs.univ-maroua.cm

 

 

Cet atelier qui est le premier du genre m'a permis de comprendre que nos ressources génétiques sont fondamentales pour les grande firmes en occident, elles étaient exploitées jadis sans contrepartie pour les populations locales et pourtant elles permettent de rapporter des devises. Avec la convention de Nagoya, rien ne sera plus comme avant. Nos recherches sur les ressources génétiques vont être orientées afin de valoriser davantage celles-ci. Je suis Botaniste, je suis souvent approché par des paysans qui sont détenteurs des connaissances énormes sur les végétaux et leur utilisation, je dois dont rendre publique certaines informations sur les ressources pour permettre de les vanter à l'international et permettre à la population d'en bénéficier de leur valorisation. J’ai souvent été contacté pour fournir des échantillons par des partenaires en occident et parfois sans contrepartie, avec APA tout pourra changer.     

 

Dr Froumsia Moksia,

Ph.D (Botanique & Ecologie) 

Université de Maroua, 

Faculté des Sciences,

Département des Sciences Biologiques

BP 814 Maroua. 

Tél: (+237) 677359130 / 697542112inst

e-mail:  moksia.froumsia@fs.univ-maroua.cm

 

 

 

 

Photos

Garoua

 

 KRIBI

 

 

LIMBE

 

 

 

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Etude sur la valorisation durable de la faune dans le bassin du Congo occidental : avant qu’il ne soit trop tard !

Le bassin du Congo occidental se vide rapidement de sa faune. Le bassin du Congo occidental (défini ici comme regroupant le Cameroun, le Gabon, la République centrafricaine, et la République du Congo) perd rapidement une grande partie de ses animaux sauvages à cause du braconnage et de la chasse non durable. Cette tendance touche de nombreuses espèces qui subissent la pression de la chasse pour la viande de brousse et pour l’exportation commerciale, pour des produits animaliers de haute valeur, ainsi que la dégradation de l’habitat.

En savoir plus...

Enregistrer la date : 18ème Réunion des Parties du PFBC - Bruxelles, Royaume de Belgique, 27 au 28 novembre 2018

La 18ème Réunion des Parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) aura lieu les 27 et 28 novembre 2018 à Bruxelles en Belgique. Thème central : « Vers un avenir durable pour les forêts du bassin du Congo, leurs habitants, leur flore et leur faune »

En savoir plus...

ATIBT-Aux arbres : l’ATIBT intervient au 1er événement de sensibilisation grand public aux forêts

15.06.2018 C’est une première ! Vendredi et samedi derniers était organisé par la Fondation Maisons du Monde un événement grand public autour de la préservation des forêts, du climat et de la biodiversité, à Nantes.

En savoir plus...

ATIBT : Nouvelle édition du Racewood au sein du Gabon WoodShow

Les 21 et 22 juin, l’ATIBT a organisé le Racewood à Libreville, dans le cadre plus large du Gabon WoodShow, premier salon du bois dans le bassin du Congo. L’ATIBT a décidé de profiter du lancement du premier salon du bois et de la technologie au Gabon cette année, le Gabon WoodShow, pour s’associer à l’événement et y tenir une nouvelle édition du Racewood.

En savoir plus...

L’ATIBT et la COMIFAC signent une convention de collaboration lors du Racewood

 L’ATIBT et la COMIFAC ont signé une convention de collaboration lors du Racewood le 21 juin, à Libreville (Gabon). Le Racewood de l’ATIBT demeure l’un des évènements essentiels de la filière bois tropicaux. Il représente une occasion majeure sur le continent africain de mise en relation multi-partenaire. Pendant deux jours, les acteurs clefs de la filière se rencontrent et échangent : bailleurs, agences de développement, décideurs politiques, ONG, société civile, représentants des pays, chercheurs, scientifiques, organismes de formation, syndicats, producteurs, aménagistes, importateurs et industriels.

En savoir plus...

UICN: La France accueillera le Congrès mondial de la nature de l'UICN 2020

Marseille, France - Le ministère français de la Transition écologique et solidaire et l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) ont signé aujourd’hui un accord afin d’organiser conjointement le prochain Congrès mondial de la nature de l’UICN, qui se tiendra en 2020 à Marseille.

En savoir plus...

UICN : Dire « non » à l’huile de palme ne ferait que déplacer la perte des espèces, sans y mettre un terme - le rapport de l’UICN

Paris, 26 juin 2018 (UICN) - Interdire l’huile de palme augmenterait très certainement la production d’autres cultures oléagineuses pour répondre à la demande d’huile, et ne ferait ainsi que déplacer, sans arrêter, l’appauvrissement significatif de la biodiversité à l’échelle mondiale causé par l’huile de palme, met en garde un rapport de l’UICN publié aujourd’hui.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo au cœur de l'Assemblée générale du FEM - Secrétariat du FEM: Table-Ronde de Haut Niveau sur les Paysages du Bassin du Congo, 28 Juin 2018, Assemblée du FEM, Da Nang, Viet Nam

GEF - Secrétariat : Résumé de la Table ronde de haut niveau sur les Paysages du Bassin du Congo du 28 juin 2018, Salle de bal Ariyana, Assemblée GEF, Da Nang, Viet Nam - Environ 70 personnes ont participé à cette table ronde de haut niveau modérée par Mme Cyriaque Sendashonga, Directrice Globale des Programmes et Politiques à l’UICN. Les discussions ont porté sur la protection de la biodiversité mondiale importante dans les aires protégées, la gestion de la biodiversité hors des aires protégées à travers des approches paysages à grande échelle, l'importance des communautés dépendantes des forêts et des connaissances traditionnelles ...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018