Mise en œuvre du Protocole de Nagoya sur APA Les Enseignants-Chercheurs au cœur du processus APA au Cameroun

 

 

Les enseignants –chercheurs des Universités et instituts recherche publique et privé  du Cameroun sont désormais outillés pour la mise en œuvre du Processus d’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation (APA).

 

 

Le  Protocole de Nagoya sur APA revêt une importance particulière pour les pays en voie de développement, en particulier le Cameroun, dépositaires d’une des plus grandes diversités biologiques dans le bassin du Congo. En effet, près de 20 ans après la ratification de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), le Cameroun, ne tire pas toujours profit des retombées découlant de la valorisation de ses ressources et connaissances traditionnelles par les industries utilisatrices. Les parties prenantes en particulier les chercheurs ne sont pas encore conscients des opportunités de développement qu’offre l’APA. Dans le cadre de la sensibilisation desdites parties prenantes mentionnée dans l’axe trois de la stratégie nationale, Il est important de renforcer les capacités des chercheurs dans le domaine afin qu’ils participent pleinement à la mise en œuvre de ce processus au niveau du Cameroun. C’est à cette fin que le Ministère de L’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable et le Projet APA GIZ - COMIFAC appuient l’implication des chercheurs au niveau du Cameroun au processus APA.

 

 

Pendant les mois de juin et août 2017, a été organisés à Garoua, Kribi et Limbe des ateliers de sensibilisation des Enseignants-Chercheurs des Universités, Instituts de recherche et Secteur privé Présidés par le Secrétaire General du Ministère de L’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable.

 

 

A l’issue des travaux, les chercheurs ont été édifiés sur les différentes étapes du processus APA, le développement d’un cadre législatif en matière d’accès aux ressources génétiques et de partage des avantages issus de leur utilisation et l’implication des chercheurs dans le processus APA. Les chercheurs se sont engagés à travers leurs institutions :

  • de faciliter toute initiative de brevetage des résultats découlant des travaux de recherche afin d’assurer ainsi la jouissance de la propriété intellectuelle;
  • d’organiser une conférence de restitution des acquis de cet atelier à toute la communauté universitaire
  • d’inclure dans les cours de biodiversité et assimilés, les notions APA pour une gestion durable de la biodiversité et le partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ses éléments constitutifs.

 

 

Aux termes des ateliers, il ressort que les chercheurs, malgré leur appartenance à des régions différentes ont des besoins communs. Leurs besoins communs s’expriment par la nécessité d’être pris en compte dans tout le processus APA, la nécessité de faciliter les procédures de recherche pour les besoins académiques et le soutien aux chercheurs dans la mise en œuvre du Protocole de Nagoya sur l’APA au Cameroun.

 

 

Wilson Shei

 

Pour plus d’information veuillez contacter bernadette.wandja@giz.de

 

 

Impression des Participants  

 

Du 26 au 29 Juin 2017, nous étions conviés à un atelier de sensibilisation des enseignants-chercheurs des Universités nationales et privées sur la stratégie nationale sur l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation (APA). Ce protocole constitue un important outil qui encadre la recherche- développement au Cameroun. Ces principales résolutions seront intégrées dans nos différents enseignements au sein de notre école afin de sensibiliser les étudiants qui iront sur le terrain pour leurs travaux de fin d’étude. Néanmoins, plusieurs points doivent être pris en compte pour une bonne mise en œuvre sur le terrain, notamment la mise en place d’un cadre juridique et réglementaire clair et compréhensible par tous, la question du financement de la recherche et de la propriété après publication dans des journaux exigeant le droit de propriété, la gestion équitable des ressources génétiques qui semblent être présentes dans plusieurs zones géographiques et écologiques et la préservation des zones écologiques pour une exploitation rentable, équitable mais durable. De plus, la question du brevet et de son financement a été longuement soulevée et des efforts doivent être entrepris pour le soutenir financièrement afin d’en tirer le plus grand profit des découvertes et innovations issues de nos ressources génétiques. En plus, la recherche nationale doit être soutenue afin que les ressources génétiques à haut potentiel soient caractérisées sur place sur des plans phénotypique, génétique voire moléculaire.

 

Prof. Dr. Vet. KOUAMO Justin, PhD Animal Reproduction  Post Doc Embryo Technology.

 Associate Professor/Researcher

 Head of Department of Surgery and Medical Pathology  School of Veterinary Medicine and Sciences  The University of Ngaoundere  PO BOX: 454. Ngaoundere -Cameroon

 Phone: (+237) 675376954

 Mail: justinkouamo@yahoo.fr

 

 

 

Cet atelier m’a édifié sur la façon avec laquelle un chercheur devrait dorénavant accéder aux ressources génétiques. La ratification du Protocole de Nagoya vient résoudre le problème des populations locales qui voyaient leurs ressources exploitées sans des retombées. Cela permettra aussi au pays de contrôler les ressources qui vont dans d’autres pays. Ce que je déplore, c’est la procédure qu’il faut suivre pour faire sortir ces ressources hors du pays dans le cadre de la recherche. A mon avis, la lourdeur administrative ralentira l’évolution de la recherche. Nous espérons juste que les moyens seront pris pour alléger ces procédures. Nous continuerons donc la sensibilisation auprès des personnes ressources, c’est-à-dire nos collègues et nos étudiants.

 

NNANGA Jeanne Flore
Assistant lecturer - University of Maroua
Environnemental Sciences BP. 46 Maroua-Cameroun

Tél. (+237)96 23 88 65 / 72 26 79 09 / 33 76 97 43
email intitutionnel:
jeanne-flore.nnanga@fs.univ-maroua.cm

 

 

Cet atelier qui est le premier du genre m'a permis de comprendre que nos ressources génétiques sont fondamentales pour les grande firmes en occident, elles étaient exploitées jadis sans contrepartie pour les populations locales et pourtant elles permettent de rapporter des devises. Avec la convention de Nagoya, rien ne sera plus comme avant. Nos recherches sur les ressources génétiques vont être orientées afin de valoriser davantage celles-ci. Je suis Botaniste, je suis souvent approché par des paysans qui sont détenteurs des connaissances énormes sur les végétaux et leur utilisation, je dois dont rendre publique certaines informations sur les ressources pour permettre de les vanter à l'international et permettre à la population d'en bénéficier de leur valorisation. J’ai souvent été contacté pour fournir des échantillons par des partenaires en occident et parfois sans contrepartie, avec APA tout pourra changer.     

 

Dr Froumsia Moksia,

Ph.D (Botanique & Ecologie) 

Université de Maroua, 

Faculté des Sciences,

Département des Sciences Biologiques

BP 814 Maroua. 

Tél: (+237) 677359130 / 697542112inst

e-mail:  moksia.froumsia@fs.univ-maroua.cm

 

 

 

 

Photos

Garoua

 

 KRIBI

 

 

LIMBE

 

 

 

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

afriquenvironnementplus: l’Hydrométéorologique bientôt au cœur d’un forum sous-régional

La ville de Libreville, au Gabon, va abriter du 14 au 16 novembre 2018, le 1er Forum Hydrométéorologique d’Afrique centrale, sous l’égide de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) en partenariat avec le Gouvernement du Gabon, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), la Banque Mondiale (BM) et la Banque Africaine de Développement (BAD).

En savoir plus...

Burkinademain : La gestion des catastrophes naturelles traitée à Libreville

À l’initiative de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) en partenariat avec le Gouvernement du Gabon, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), la Banque Mondiale (BM) et la Banque Africaine de Développement (BAD), les experts et… vont se retrouver à Libreville, du 14 au 16 novembre 2018, au 1er Forum Hydrométéorologique d’Afrique centrale.

En savoir plus...

CEEAC-BAD : signature de l’aide-mémoire sur la préparation du Programme PACEBco2

Libreville(Rép. Gabonaise), le 25 septembre 2018- Le Secrétaire général adjoint de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale(CEEAC), l’honorable Tabu Abdallah Manirakiza et le chef de la mission de la Banque Africaine de Développement (BAD) M.  DIOP Amadou Bamba, Environnementaliste à la BAD, ont procédé à la signature ce matin de l’aide-mémoire pour la préparation du Programme d’Appui à la Conservation des Ecosystèmes et à la Résilience aux changements climatiques en Afrique Centrale (PACEBCo2).

En savoir plus...

CHARTE SUR LES MANGROVES DU GABON

La Charte pour la conservation des mangroves du Gabon a été validée par les parties prenantes le 29 Juin 2018. Cette charte, résultant d'un processus participatif réussi, constitue une base de plaidoyer pour l'engagement de toutes les parties prenantes dans la gestion durable de ce précieux écosystème naturel.

En savoir plus...

OSFACO Lettre d'information Septembre/Octobre 2018

Le projet OSFACO "Observation Spatiale des Forêts d'Afrique Centrale et de l'Ouest" vise à améliorer la connaissance des dynamiques passées et actuelles en matière d’occupation des terres et de changement d’usage des sols dans plusieurs pays d’Afrique Centrale et de l’Ouest, grâce aux outils d’observation spatiale. Le projet vise à mettre à disposition des images satellitaires et promouvoir leur utilisation à travers des projets de recherche et des appuis aux pays.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus : Son Excellence François-Xavier de DONNEA, Facilitateur Belge pour la PFBC

Brazzaville a accueilli le 1er juin la 4e réunion des collèges du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo, PFBC. A cet occasion, AEP  a échangé avec  le Facilitateur Belge à la tête  de ce Partenariat, Son Excellence François-Xavier de DONNEA qui nous livre dans cette entretien sa vision globale sur le fonctionnement de cette institution et nous donne une idée de la feuille de route de la nouvelle sa Facilitation.

En savoir plus...

Biopama: Le programme BIOPAMA lancé en Afrique Centrale

26 septembre 2018, Douala, Cameoun. L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN),  le Centre Commun de recherche de la Commission européenne (CCR) et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) organisent conjointement l’atelier régional de lancement, pour l’Afrique Centrale, de la seconde phase du Programme pour la gestion des aires protégées et la biodiversité (BIOPAMA) du 26 au 28 septembre 2018 à Douala, en République du Cameroun.

En savoir plus...

Unenvironment : Mettre le commerce au service de l'environnement, de la prospérité et de la résilience

Selon la Commission du Commerce et du Développement durable, les nouvelles opportunités d’affaires découlant d’une économie mondiale plus durable pourraient représenter une valeur estimée à 12 milliards USD par année d’ici à 2030.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018