FAO-CIFOR-Demandes nationales de sciages : Obstacle ou opportunité pour promouvoir l’utilisation des ressources forestières d’origine légale au Cameroun ?

 

 

Bien vouloir télécharger le document: 2016-314 FAO-CIFOR Rapport_Demandes nationales de sciages.pdf (1.5 Mo)

 

 

En signant un Accord de Partenariat Volontaire du plan d’action FLEGT, le Cameroun s’est engagé à alimenter son marché intérieur du bois avec des sciages produits de manière conforme à la réglementation. Ce rapport passe en revue les différents types de demande et d’offre de sciages sur le marché intérieur camerounais (à Yaoundé et Douala) pour identifier les possibilités de promouvoir une consommation de sciages et de meubles d’origine légale à long terme. Les demandes privées et publiques du marché national visent principalement trois usages du bois : un matériau de construction pour le secteur du bâtiment et des travaux publics, les huisseries, et l’ameublement. Ces demandes s’expriment à quatre niveaux de commercialisation: (1) les marchés urbains, où 830 000 m3 de sciages sont vendus par an ; (2) les ateliers de menuiserie, qui produisent un minimum de 130 000 meubles par an, pour un volume total de 22 000 m3 de sciage après quatrième transformation, et pour un chiffre d’affaires dépassant 8 milliards de FCFA ; (3) les boutiques de vente de meubles, qui ont vendu au moins 22 282 meubles en 2015, correspondant à un volume scié de 5 788 m3 et un chiffre d’affaires de 3,33 milliards de FCFA ; (4) les marchés publics, dont la demande de sciages avoisine 13 000 m3 par an, faisant de l’État le principal acheteur de sciages et de meubles sur le marché intérieur.

 

 

Pour répondre à ces différentes demandes, il existe quatre offres de sciages et de meubles d’origine supposée légale: (1) les Forêts Communautaires, dont la production légale totale n’a jamais atteint 10 000 m3 de sciages par an depuis leur création ; (2) les Permis d’Exploitation du Bois d’oeuvre, qui ont été relancés en 2012 mais avec un succès mitigé puisqu’ils ne permettraient qu’un volume maximal de 8 000 m3 de sciages; (3) les industries, qui alimentent le marché domestique avec 145 000 m3 de sciages – principalement sous la forme de rebut de scierie - mais sans que ces volumes fassent l’objet d’un suivi des entreprises ; (4) les importations de meuble en bois, qui ont doublé depuis 2007 et ont atteint un chiffre d’affaires de 5,3 milliards de FCFA en 2015, pour environ 10 000 m3.

 

 

En confrontant ces demandes et ces offres de sciages, on réalise qu’il existe aujourd’hui deux obstacles majeurs à l’apparition d’un marché domestique du sciage légal au Cameroun. D’une part, l’acceptation par les acheteurs d’une augmentation des prix des sciages liée à leur légalisation ne sera pas suffisante pour couvrir les coûts de revient actuels des sciages d’origine légale. D’autre part, la production maximale de sciages artisanaux d’origine légale ne permet de répondre qu’à une faible partie des besoins des consommateurs. La légalisation du marché intérieur du bois au Cameroun se heurte donc à une double contrainte de prix et de volume.

 

Pour faire face à ces difficultés, diminuer le coût de production des sciages légaux à destination du marché domestique est l’approche la plus souvent citée et, dans une certaine mesure, expérimentée. Une approche complémentaire peut être promue, celle de soutenir les demandes privées et publiques de sciages d’origine légale.

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le document ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

19ème Réunion Du Conseil D’administration De La Fondation Pour Le Tri-National De La Sangha (FTNS)

La 19ème réunion du Conseil d’administration de la Fondation pour le Tri-National de la Sangha – Sangha Tri-National Trust Fund Limited – s’est tenue du 16 au 17 mai 2017 à Kribi (République du Cameroun).

En savoir plus...

Newsletter du MEFDDE, Mai 2017

Plusieurs activités ont marqué le mois de mai 2017, qui vient de s’achever au Ministère de l’économie forestière, du développement durable et de l’environnement, dont les plus saillantes sont :....

En savoir plus...

Atelier REFADD du 03 au 05 Juillet 2017 à Douala au Cameroun

Le « Réseau Femmes Africaines pour le Développement Durable (REFADD) organise du 03 au 05 Juillet 2017 à Douala au Cameroun, un atelier régional de restitution aux Membres du Bureau Exécutif et Points Focaux du REFADD, des contours de l’Accord historique de Paris sur les changements climatiques (COP21) et le contenu de la proclamation d’action de Marrakech en faveur du climat (COP22).

En savoir plus...

Fern: L’avenir du processus FLEGT: quelles seront les priorités de l’UE?

Le Plan d’action FLEGT (Plan d’action sur l’application de la législation forestière, la gouvernance et les échanges commerciaux) continue à jouer un rôle moteur dans la lutte contre l’exploitation illégale des forêts et l’amélioration de la vie des communautés forestières, comme l’indiquent les Conclusions du Conseil de l’UE publiées en juin 2016.

En savoir plus...

Le Défi de Bonn : Le Tchad et le Cameroun répondent au Challenge

Après l'appel des Ministres de la COMIFAC lors de la 9ème Session Ordinaire de la COMIFAC qui a lieu en novembre 2016 à Kigali, Rwanda,  à tous les pays de l'espace COMIFAC d'adhérer au Défi de Bonn (Bonn Challenge) et de signer la Déclaration de Kigali sur la restauration des paysages et des forêts en Afrique (voir annexe),  le Tchad vient de joindre le Cameroun ( qui a fait un engagement de plus de 12 millions d'hectares) pour répondre à cet appel en déclarant son engagement à cette initiative.

En savoir plus...

ITTO : Base de données de l’Examen Biennal

L’OIBT collecte les informations sur la production et le commerce des produits forestiers primaires. Les séries statistiques commencent en 1990. Nos données sont collectées au moyen du Questionnaire Commun sur le Secteur Forestier en partenariat avec Eurostat, FAO Forêts, et la Section Forêts de la Commission Economique pour l’Europe.

En savoir plus...

africa-eu-partnership: Organisation d'une conférence du réseau GFG consacrée aux flux financiers illicites au Cameroun

Lundi, 12 Juin, 2017. Le réseau Bonne gouvernance financière (GFG) en Afrique a organisé du 24 au 26 mai à Yaoundé, au Cameroun, une conférence consacrée aux flux financiers illicites. Cet événement a accueilli 250 délégués de 42 pays et représentant plusieurs organisations, notamment l'Union africaine, Global Financial Integrity, l'OCDE, Tax Justice Network, le NEPAD, Action Aid, et l'ARINSA.

En savoir plus...

afd.fr : L'énergie en Afrique. Le programme RECP

Dans le cadre du programme de coopération pour le développement des énergies renouvelables (Renewable Energy Cooperation Programme - RECP) entre l’Afrique et l’Union Européenne, et avec l’appui d’un financement de l’Union Européenne, l’AFD a lancé une série d’études visant à identifier les conditions critiques de développement des énergies renouvelables en Afrique, suivant trois axes ....

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030