FAO-CIFOR-Demandes nationales de sciages : Obstacle ou opportunité pour promouvoir l’utilisation des ressources forestières d’origine légale au Cameroun ?

 

 

Bien vouloir télécharger le document: 2016-314 FAO-CIFOR Rapport_Demandes nationales de sciages.pdf (1.5 Mo)

 

 

En signant un Accord de Partenariat Volontaire du plan d’action FLEGT, le Cameroun s’est engagé à alimenter son marché intérieur du bois avec des sciages produits de manière conforme à la réglementation. Ce rapport passe en revue les différents types de demande et d’offre de sciages sur le marché intérieur camerounais (à Yaoundé et Douala) pour identifier les possibilités de promouvoir une consommation de sciages et de meubles d’origine légale à long terme. Les demandes privées et publiques du marché national visent principalement trois usages du bois : un matériau de construction pour le secteur du bâtiment et des travaux publics, les huisseries, et l’ameublement. Ces demandes s’expriment à quatre niveaux de commercialisation: (1) les marchés urbains, où 830 000 m3 de sciages sont vendus par an ; (2) les ateliers de menuiserie, qui produisent un minimum de 130 000 meubles par an, pour un volume total de 22 000 m3 de sciage après quatrième transformation, et pour un chiffre d’affaires dépassant 8 milliards de FCFA ; (3) les boutiques de vente de meubles, qui ont vendu au moins 22 282 meubles en 2015, correspondant à un volume scié de 5 788 m3 et un chiffre d’affaires de 3,33 milliards de FCFA ; (4) les marchés publics, dont la demande de sciages avoisine 13 000 m3 par an, faisant de l’État le principal acheteur de sciages et de meubles sur le marché intérieur.

 

 

Pour répondre à ces différentes demandes, il existe quatre offres de sciages et de meubles d’origine supposée légale: (1) les Forêts Communautaires, dont la production légale totale n’a jamais atteint 10 000 m3 de sciages par an depuis leur création ; (2) les Permis d’Exploitation du Bois d’oeuvre, qui ont été relancés en 2012 mais avec un succès mitigé puisqu’ils ne permettraient qu’un volume maximal de 8 000 m3 de sciages; (3) les industries, qui alimentent le marché domestique avec 145 000 m3 de sciages – principalement sous la forme de rebut de scierie - mais sans que ces volumes fassent l’objet d’un suivi des entreprises ; (4) les importations de meuble en bois, qui ont doublé depuis 2007 et ont atteint un chiffre d’affaires de 5,3 milliards de FCFA en 2015, pour environ 10 000 m3.

 

 

En confrontant ces demandes et ces offres de sciages, on réalise qu’il existe aujourd’hui deux obstacles majeurs à l’apparition d’un marché domestique du sciage légal au Cameroun. D’une part, l’acceptation par les acheteurs d’une augmentation des prix des sciages liée à leur légalisation ne sera pas suffisante pour couvrir les coûts de revient actuels des sciages d’origine légale. D’autre part, la production maximale de sciages artisanaux d’origine légale ne permet de répondre qu’à une faible partie des besoins des consommateurs. La légalisation du marché intérieur du bois au Cameroun se heurte donc à une double contrainte de prix et de volume.

 

Pour faire face à ces difficultés, diminuer le coût de production des sciages légaux à destination du marché domestique est l’approche la plus souvent citée et, dans une certaine mesure, expérimentée. Une approche complémentaire peut être promue, celle de soutenir les demandes privées et publiques de sciages d’origine légale.

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le document ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

État d’avancement des activités de la COMIFAC (Janvier - mars 2017)

Au cours du premier trimestre de l’année 2017, les activités menées par le Secrétariat Exécutif de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) se sont articulées autour des composantes ci-après, de son plan d’action sous-régional : (i) planification, suivi et évaluation de la mise en œuvre du Plan de Convergence 2 ; (ii) communication, concertation sous-régionale et renforcement capacités ; et (iii) coordination de la mise en œuvre du Plan de Convergence 2 et partenariats.

 

En savoir plus...

Infosylva 09/2017

Bienvenue dans cette nouvelle édition d'Infosylva, dans laquelle nous souhaitons attirer votre attention sur une nouvelle plate-forme de partage des connaissances lancée par la FAO et ses partenaires au début du mois. Cette plate-forme à accès libre vise à guider les décideurs et les praticiens tout au long de la planification, la gestion et les étapes de mise en œuvre d'un projet de restauration du paysage forestier.

En savoir plus...

CAFI: Guinée équatoriale, Cameroun & Congo avancent leurs travaux

La sixième réunion du Conseil d'administration de CAFI, qui s'est tenue à Paris du 27 au 28 avril 2017, a été l'occasion d'un échange avec les représentants de trois pays partenaires de CAFI qui développent actuellement leurs plans ou cadres d'investissement REDD+ (CNI), la Guinée équatoriale, le Cameroun et la République du Congo (la République centrafricaine, quatrième pays ayant reçu un financement préparatoire, n'ayant pas pu se connecter).

En savoir plus...

CAFI: Le Gabon et CAFI négocient une Lettre d'Intention

La semaine dernière, le Conseil d'administration (CA) de CAFI et le Gouvernement du Gabon ont gravi une nouvelle marche dans leur partenariat pour avancer et mettre en oeuvre le Cadre d'investissement national du Gabon, cadre qui vise à mettre en oeuvre les engagements forêts-climat du pays sous l'Acccord de Paris. 

En savoir plus...

CAFI: RDCongo, un an après la Lettre d'intention

Un an après la signature de la Lettre d'intention avec CAFI, la RDC démontre ses résultats et partage ses défis. La 6ème réunion du Conseil d'administration de CAFI a été une occasion pour Félicien Mulenda, Ministère des Finances de la RDC, co-cordinateur du Secrétariat du Fonds National REDD+, de présenter un résumé de la programmation, du portfolio et de la mise en oeuvre du Plan d'investissement REDD+ du pays.

En savoir plus...

Biodivcanada: À inscrire à votre calendrier : le 22 mai est la Journée internationale de la diversité biologique!

La Journée internationale de la diversité biologique des Nations Unies est célébrée le 22 mai de chaque année pour améliorer la compréhension, la prise de conscience et les mesures positives des enjeux de diversité biologique.

En savoir plus...

RAPAC : APPEL A LA SOLIDARITE, aux Amis et acteurs de la conservation en Afrique Centrale

Il y a quelques jours, nous apprenions avec  effroi  le  meurtre de  sang-froid  d'un  écogarde  de l'Institut Congolais pour la Conservation  de la Nature  {ICCN) par des braconniers dans le secteur de Burusi au Parc National de la Garamba en République  Démocratique du Congo. Depuis deux jours c'est un conservateur de I'ICCN pour la réserve naturelle d’ITOMBWE qui a été torturé et assassiné par des braconniers, après qu’il soit tombé dans une embuscade et kidnappé avec ses collègues.

 

En savoir plus...

Sixième réunion du SGTAPFS

Dans le cadre de la mise en œuvre de sa feuille de route, le Sous- Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage en Afrique Centrale (SGTAPFS) a tenu sa sixième réunion du 27 au 29 Avril 2017 à Douala au Cameroun.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030