FAO-COMIFAC-FFBC : Le Projet « Systèmes de Surveillance et de MNV Nationaux avec une approche régionale pour les pays du Bassin du Congo » lance ces activités à N’djaména

 

Des recommandations opérationnelles fortes formulées par une soixantaine de participants présents aux travaux incluaient entre autres: (1) La FAO et les partenaires devraient considérer l’option de développer une composante communication ; (2) Tous les pays de l’Afrique Centrale devraient créer des bases de données REDD+ à la lumière du système national présenté par la RD Congo ; (3) Le projet devra valoriser l’expertise existante dans les coordinations nationales  tout au long de son cycle ; (4) La FAO devrait former les agents aux procédures FAO pour faciliter la gestion financière par les pays ou alors déléguer la fonction de gestion du Projet  aux bureaux nationaux de la FAO.

 

Bien vouloir télécharger le rapport final de l’atelier : ICI

 

N’Djaména, du 16 au 17 septembre 2012- S’est tenu l’atelier de lancement du projet FAO-COMIFAC-FFBC  sur les «Systèmes de Surveillance et de MNV nationaux avec une approche régionale pour les pays du Bassin du Congo. L’objectif principal de cet atelier était de contribuer à une meilleure appropriation du Projet par les parties prenantes clés.

 

De manière spécifique, l’atelier visait à (i) Introduire l’équipe du projet et les bénéficiaires / parties prenantes du projet ; (ii) Présenter le projet en détail ; (iii) partager les expériences dans certains pays pour le développement d’un R-PP (RDC et RCA) et un plan d’action S&MNV (RDC); (iv) présenter les activités REDD+ et de S&MNV existantes au niveau national et régional ; et (v) présenter  les activités prioritaires dans les prochains 12 mois. Les résultats attendus étaient entre autres (i) les bénéficiaires du projet et les parties prenantes ont une connaissance et compréhension détaillée du projet et s’approprient les objectifs et les résultats pour un meilleur impact; (ii) un partage d’expérience concret sur le processus de préparation à la REDD+ et sur les systèmes de S&MNV entre les pays et la COMIFAC est effectif; et (iii) les composantes / activités des projets pays et du projet régional qui doivent être entreprises dans les prochains 12 mois sont comprises, enrichies  et adoptées par les parties prenantes.

 

docs/events/Event_Facilitation_Canadienne/FAO-FFBC - Atelier MNV-F.jpgEnviron une soixantaine d’acteurs ont pris part aux travaux qui se sont articulés en trois étapes principaux : La mise en route et l’ouverture officielle par les autorités du pays hôte, les travaux proprement dits et la cérémonie de clôture. Le choix des participants avait donné la priorité à ceux qui ont suivi le projet depuis le départ notamment les points focaux REDD+, les coordonnateurs COMIFAC, les coordonnateurs des autres initiatives REDD+ et le secrétariat Exécutif de la COMIFAC.

 

Au cours de l’atelier, l’emphase des présentations et des discussions était axée sur la structure du projet en termes d’activités et de résultats attendus, la nécessité de susciter l’adhésion fluide de tous les acteurs lors de la phase de mise en œuvre mais aussi pour démontrer l’opportunité et les défis du projet sur le terrain dans divers pays et la possibilité de synergie avec les autres initiatives en cours comme le projet REDD+ BM-GEF-COMIFAC et le PACEBCO (programme d’appui à la Conservation des écosystèmes du Bassin du Congo).

 

La Banque Africaine pour le Développement (BAD), dans cette même lancée a montré sa volonté de parfaire la coopération avec la COMIFAC comme structure faitière et fédératrice dans le domaine du développement durable des écosystèmes forestiers après Rio+20.

 

Au sortir des plénières et des travaux en commissions, il a été convenu, compte tenu des délais et vu les défis et les opportunités dans la sous-région, d’éviter les duplications mais plutôt d’explorer les synergies et la complémentarité entre les autres initiatives en cours en établissant de bonnes relations envers celles-ci. Ceci dit, tout le monde conviendra que la vitesse d’exécution de ce projet dépend aussi bien des pays cibles que de la bonne volonté  et disposition des autres partenaires clés que sont la FAO et la COMIFAC. Les points d’attention dès lors jusqu’en fin de cette phase de démarrage rapide devront être la communication inter-acteurs et les options de financement de la phase 2, qui de fait dépendra des résultats de la présente phase.

 

Enfin après avoir discuté des étapes suivantes après N’Djamena, une série de recommandations a été formulée dont les principales sont les suivantes :

 

A.      Recommandations sur le contenu du Projet

 

  1. La mise en place un comité de suivi qui sera présidé par le SE-COMIFAC et regroupera les Points Focaux REDD des pays cibles ;
  2. Prolongation de la durée complémentaire de 3 semaines dans le processus de recrutement des 4 consultants internationaux pour mieux circuler l’information et encourager les expertises nationales et sous régionales à postuler aux positions ouvertes car le recrutement devra suivre les standards  de la FAO.

   

B.      Recommandations opérationnelles

 

  1. La FAO et les partenaires devraient considérer l’option de développer une composante communication ;
  2. Tous les pays de l’Afrique Centrale devraient créer des bases de données REDD+ à la lumière du système national présenté par la RD Congo ;
  3. Le projet devra valoriser l’expertise existante dans les coordinations nationales  tout au long de son cycle ;
  4. La FAO devrait former les agents aux procédures FAO pour faciliter la gestion financière par les pays ou alors déléguer la fonction de gestion du Projet  aux bureaux nationaux de la FAO.

 

Bien vouloir télécharger :


♦ Rapport final de l’atelier

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

ATIBT -PFBC: Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC

L’ATIBT a co-facilité la mobilisation du secteur privé de la filière bois pour participer à la première réunion du collège du secteur privé du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo avec le nouveau facilitateur Dr Christian Ruck et son équipe de la Facilitation allemande.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020