FAO-COMIFAC-FFBC : Une première à Sao Tome et Principe : le projet système de surveillance et MNV lance le processus REDD+ du pays

 

Du 21 au 23 Mars 2013 s’est tenue dans la salle de conférence de l’hôtel Pestana de Sao Tome, une importante rencontre de sensibilisation, de formation et de planification du projet MNV, dans le cadre de la mise en œuvre du projet système de surveillance et de « Mesure, Notification et Vérification » avec une approche régionale.

 

docs/news/avril-mai-13/FAO-MNV-SAO.jpgCo-organisée par le Ministère de l’Agriculture, des Pêches et du Développement Rural et l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), la rencontre a mobilisé une quarantaine de participants, représentants les parties prenantes impliquées dans la mise en œuvre du processus REDD+ à Sao Tomé et Principe, notamment : l´équipe du projet MNV du COMIFAC/FAO, les représentants des administrations en charge de l’Agriculture, de la pêche et du développement Rural, des Travaux publics, des Infrastructures et des Ressources naturelles et, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, les fédérations des agriculteurs des districts, ainsi que les délégations des différentes régions, y compris de la région autonome de Principe.

 

Trois (03) objectifs étaient assignés à cet atelier, à savoir :

 

♦ Assurer la diffusion de l’information sur le projet aux différentes parties prenantes ;

♦ Informer sur la REDD+, le processus de rédaction du R-PP et identifier les premiers éléments qui pourraient contribuer à la rédaction de ce document ;

♦ Préparer la feuille de route du processus de rédaction du R-PP de Sao Tome et Principe et de la mise en œuvre du Projet MNV dans ce pays.

 

Sous le patronage du Ministre de l’Agriculture, des Pêches et du Développement Rural, M. Antonio Dias, cet atelier a permis d’harmoniser le niveau de compréhension des participants sur le processus REDD+, d’identifier les institutions impliquées dans le processus REDD+ et dans la construction du SNSF, de compléter la liste des données sur les inventaires forestiers et la télédétection, d’élaborer de façon consensuelle une feuille de route des activités prioritaires du projet, d’identifier les besoins en appuis technique et financier pour sa mise en œuvre et de fixer la méthodologie d’élaboration du R-PP.

 

Avant de se séparer, les participants ont formulé une série de recommandations pour une efficacité dans la mise en œuvre de la MNV dans leur pays, à savoir :

 

♦ Toutes les parties prenantes potentielles doivent être engagées dans le processus REDD+ car le processus ne concerne pas uniquement les administrations mais aussi les institutions non étatiques, la société civile et même le secteur privé. Une campagne de sensibilisation doit être réalisée à large échelle en préalable ;

♦ Les institutions de recherche doivent être impliquées dans le processus REDD+ ;

♦ La Direction de la Forêt doit veiller à la création officielle du groupe de travail du processus REDD+ ainsi que des groupes de travaux sur l’inventaire forestier et la télédétection ;

♦ la Direction des Forêts doit capitaliser les données des inventaires passés et éparpillés auprès de différentes institutions ;

♦ Un renforcement des capacités sera nécessaire tout au long du processus REDD+. Ce renforcement de capacité se fera notamment à travers des formations techniques bien déterminées/définis (notamment en traitement des données d’inventaires forestiers et en traitement d’images satellites). Une évaluation des besoins doit être faite dans un futur proche. Les formations nécessaires devraient être identifiées en détail lors de cette évaluation.

 

C’est sur cette note de recommandations que les participants se sont séparés avec le désir de voir le processus prendre de l’envol dans leur pays.

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir télécharger le Communiqué FInal de l'atelier ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SYNTHESES DES RAPPORTS D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - CAMEROUN - [Rapports produits en Septembre-Novembre 2019] via les procédures du SNOIE (SYSTEME NORMALISE D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - SNOIE)

Le Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), et ses délégations régionales de l’Est et du Centre ont depuis le 10 décembre 2019, sur leur table quatre rapports de dénonciations des cas d’exploitation forestière illégale dans les régions du Centre et de l’Est. Dans ces rapports produits par les OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015, plusieurs infractions présumées ont été relevées.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC