Un nouveau rapport de la FAO : Le gaspillage alimentaire porte atteinte au climat, à l’eau, aux terres et à la biodiversité

 

Coûts économiques directs estimés à 750 milliards de dollars par an – Instituer de meilleures politiques et le besoin de valoriser et reproduire les « success stories ».

 

Rome (Italie) -11 septembre 2013La FAO publie un nouveau rapport sur «l’Empreinte du Gaspillage Alimentaire : Impacts sur les Ressources Naturelles» («Food Wastage Footprint: Impacts on Natural Resources » d’où il ressort que le gaspillage effarant de 1,3 milliard de tonnes de nourriture par an ne cause pas seulement une gigantesque perte économique, mais il porte aussi un grave préjudice aux ressources naturelles dont l'humanité dépend pour se nourrir.

 

Cette étude sur «l’Empreinte du Gaspillage Alimentaire : Impacts sur les Ressources Naturelles» est la première du genre qui entreprend d’analyser les impacts du gaspillage alimentaire à l'échelle mondiale d’un point de vue écologique, en se penchant sur ses conséquences pour le climat, les utilisations de l'eau et de la terre, et la biodiversité.

 

Au nombre de ses principales conclusions: Chaque année, la nourriture produite sans être consommée engloutit un volume d'eau équivalant au débit annuel du fleuve Volga en Russie et est responsable du rejet dans l'atmosphère de 3,3 gigatonnes de gaz à effet de serre.

 

Outre ses impacts environnementaux, ses conséquences économiques directes pour les producteurs (à l'exclusion du poisson et des fruits de mer) sont de l'ordre de 750 milliards de dollars par an, estime le rapport de la FAO.

 

 En  complément de ce rapport, la FAO a également publié une « boite à outils » exhaustive contenant des recommandations sur comment réduire le gaspillage alimentaire à toutes les étapes de la filière. La boite à outils présente un certain nombre de projets qui montrent la façon dont les gouvernements nationaux et locaux, les agriculteurs, les entreprises, et les consommateurs individuels peuvent agir face à ce problème.

 

À lire dans le rapport:

 

(1) Où se produit le gaspillage alimentaire? Le gaspillage alimentaire à l'échelle mondiale a lieu, pour 54 pour cent, "en amont", c'est-à-dire durant les phases de production et de manutention et stockage après-récolte- Pour 46 pour cent , il a lieu "en aval", soit aux stades de la transformation, de la distribution et de la consommation.  De manière générale, les pays en développement souffrent plus de pertes alimentaires au cours de la production agricole, tandis que le gaspillage alimentaire au niveau des détaillants et des consommateurs tend à être plus élevé dans les régions à revenu intermédiaire et élevé - Plus tard un produit alimentaire est perdue le long de la chaîne, plus grandes sont les conséquences environnementales -

 

  

(2) Points chauds: Plusieurs « points chauds » du gaspillage alimentaire mondiale ressortent de l'étude: 
 
 (a)Les pertes de céréales en Asie - Bien que les volumes de gaspillage de viande dans toutes les régions du monde sont relativement faibles, le secteur de la viande produit un impact considérable - de grands volumes de gaspillage de légumes en Asie industrialisée, l'Europe, l’Asie du Sud et du Sud-Est se traduit par une grande empreinte de carbone pour ce secteur.

 

(3) Les causes des pertes alimentaires -et des options pour y faire face: Une haute priorité devrait être accordée à la réduction du gaspillage alimentaire en premier lieu - la réutilisation au sein de la chaîne humaine de recyclage et de récupération alimentaire -

 

 

 

Lire plus en détail les recommandations spéciales de la FAO sur la réduction du gaspillage alimentaire

 

Le rapport de la FAO sur l’Empreinte du Gaspillage Alimentaire et sa boite à outils ont été financés par le gouvernement Allemand.

 

 

Pour en savoir plus, bien vouloir consulter le texte intégrale : Le gaspillage alimentaire porte atteinte au climat, à l’eau, aux terres et à la biodiversité – nouveau rapport de la FAO

 

Image credit: http://www.fao.org/news/story/en/item/196220/icode/

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

FERN-Nos forêts, nos vies : Récits d’espoir et de résilience recueillis auprès de communautés forestières à travers le monde

Les récits portent la voix de femmes libériennes qui luttent pour le droit de posséder et de gérer des terres qui leur reviennent de droit, des populations autochtones guyaniennes qui résistent à des entreprises tentant de saisir leurs forêts, des communautés rurales laotiennes qui s’adaptent aux transformations profondes de leur mode de vie ancestral, ou encore des Ghanéens obtenant enfin justice face aux exploitants forestiers.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

greenrdc-Conflit forestier à la Tshopo : Greenpeace Afrique tire la sonnette d’alarme !

Depuis plus d’un mois, la tension s’est accentuée entre les communautés forestières basées à la Tshopo et la société canadienne des Plantations et Huileries du Congo SA (PHC) qui est une entreprise de la firme Feronia Inc.

En savoir plus...

Greenpeace-Cameroun-Les communautés locales et autochtones, sont progressivement privées de leurs droits fonciers

Il est important que les organismes internationaux de développement et le gouvernement camerounais puissent repenser leurs approches de développement. Ceci afin de s’assurer non seulement que leurs opérations n’amplifient pas les problèmes environnementaux et sociaux, mais aussi d’assumer leurs responsabilités lorsque ceux-ci surviennent.

En savoir plus...

Des progrès et innovations réalisés par les pays membres de l’espace COMIFAC dans la mise en œuvre du protocole de Nagoya

30 Septembre au 1er Octobre 2019, Douala Cameroun, forum sous- régional d’échange d’expériences en matière d’APA entre les chercheurs de l’espace COMIFAC et le secteur privé japonais.

En savoir plus...

Fern-Déclaration des Organisations de la Société Civile de Pays Forestiers Tropicaux

En septembre 2019, des défenseurs de l'environnement et des droits humains d'Afrique et d'Asie sont venus dans l'Union européenne pour tirer la sonnette d'alarme concernant l'accélération de la perte de forêts dans les régions du bassin du Congo et du Bas-Mékong. Leur message était clair: l'UE doit jouer un rôle clé dans la recherche de solutions mondiales si elle veut vraiment protéger la biodiversité et écologiser ses politiques.

En savoir plus...

Une pépinière des prochains négociateurs climat voit le jour à Yaoundé

 Du 08 au 10 Octobre 2019, s’est tenue dans la salle de conférence de la chambre d’Agriculture Yaoundé, l’Atelier sous régional de formation des jeunes et femmes leaders et négociateurs climats vers COP 25, Sous le thème : Temps pour l’Action – Genre et Finance Climat qui va se tenir à Santiago au Chili. Bien vouloir télécharger les documents de la formation...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019