Un nouveau rapport de la FAO : Le gaspillage alimentaire porte atteinte au climat, à l’eau, aux terres et à la biodiversité

 

Coûts économiques directs estimés à 750 milliards de dollars par an – Instituer de meilleures politiques et le besoin de valoriser et reproduire les « success stories ».

 

Rome (Italie) -11 septembre 2013La FAO publie un nouveau rapport sur «l’Empreinte du Gaspillage Alimentaire : Impacts sur les Ressources Naturelles» («Food Wastage Footprint: Impacts on Natural Resources » d’où il ressort que le gaspillage effarant de 1,3 milliard de tonnes de nourriture par an ne cause pas seulement une gigantesque perte économique, mais il porte aussi un grave préjudice aux ressources naturelles dont l'humanité dépend pour se nourrir.

 

Cette étude sur «l’Empreinte du Gaspillage Alimentaire : Impacts sur les Ressources Naturelles» est la première du genre qui entreprend d’analyser les impacts du gaspillage alimentaire à l'échelle mondiale d’un point de vue écologique, en se penchant sur ses conséquences pour le climat, les utilisations de l'eau et de la terre, et la biodiversité.

 

Au nombre de ses principales conclusions: Chaque année, la nourriture produite sans être consommée engloutit un volume d'eau équivalant au débit annuel du fleuve Volga en Russie et est responsable du rejet dans l'atmosphère de 3,3 gigatonnes de gaz à effet de serre.

 

Outre ses impacts environnementaux, ses conséquences économiques directes pour les producteurs (à l'exclusion du poisson et des fruits de mer) sont de l'ordre de 750 milliards de dollars par an, estime le rapport de la FAO.

 

 En  complément de ce rapport, la FAO a également publié une « boite à outils » exhaustive contenant des recommandations sur comment réduire le gaspillage alimentaire à toutes les étapes de la filière. La boite à outils présente un certain nombre de projets qui montrent la façon dont les gouvernements nationaux et locaux, les agriculteurs, les entreprises, et les consommateurs individuels peuvent agir face à ce problème.

 

À lire dans le rapport:

 

(1) Où se produit le gaspillage alimentaire? Le gaspillage alimentaire à l'échelle mondiale a lieu, pour 54 pour cent, "en amont", c'est-à-dire durant les phases de production et de manutention et stockage après-récolte- Pour 46 pour cent , il a lieu "en aval", soit aux stades de la transformation, de la distribution et de la consommation.  De manière générale, les pays en développement souffrent plus de pertes alimentaires au cours de la production agricole, tandis que le gaspillage alimentaire au niveau des détaillants et des consommateurs tend à être plus élevé dans les régions à revenu intermédiaire et élevé - Plus tard un produit alimentaire est perdue le long de la chaîne, plus grandes sont les conséquences environnementales -

 

  

(2) Points chauds: Plusieurs « points chauds » du gaspillage alimentaire mondiale ressortent de l'étude: 
 
 (a)Les pertes de céréales en Asie - Bien que les volumes de gaspillage de viande dans toutes les régions du monde sont relativement faibles, le secteur de la viande produit un impact considérable - de grands volumes de gaspillage de légumes en Asie industrialisée, l'Europe, l’Asie du Sud et du Sud-Est se traduit par une grande empreinte de carbone pour ce secteur.

 

(3) Les causes des pertes alimentaires -et des options pour y faire face: Une haute priorité devrait être accordée à la réduction du gaspillage alimentaire en premier lieu - la réutilisation au sein de la chaîne humaine de recyclage et de récupération alimentaire -

 

 

 

Lire plus en détail les recommandations spéciales de la FAO sur la réduction du gaspillage alimentaire

 

Le rapport de la FAO sur l’Empreinte du Gaspillage Alimentaire et sa boite à outils ont été financés par le gouvernement Allemand.

 

 

Pour en savoir plus, bien vouloir consulter le texte intégrale : Le gaspillage alimentaire porte atteinte au climat, à l’eau, aux terres et à la biodiversité – nouveau rapport de la FAO

 

Image credit: http://www.fao.org/news/story/en/item/196220/icode/

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019