Conférence de presse de la Fondation Tri-nationale de la Sangha : préservation et conservation de la biodiversité dans le bassin du Congo.

 

Le 09 Novembre 2011, à l’hôtel Franco de Yaoundé, au Cameroun, s’est tenue une conférence de presse sur l’évaluation des activités de la Fondation tri-nationale de la sangha pour la préservation et la conservation de la biodiversité.

 

docs/news/Octobre-decembre 2011/FTNS-CP-Participants-C.jpgAvec le soutien et la collaboration de la coopération Allemande via la  Banque Allemande de reconstruction  (KFW) , l’agence française pour le développement (AFD) et le ministère de la forêt et la faune du Cameroun, cette conférence a connu la participation des représentants des organisations et institutions nationales et internationales, des représentants des médias membres du Réseau des journalistes pour la gestion durable des forêts rattachés au MINFOF et de quelques acteurs de la société civile Camerounaise. Les objectifs de cette conférence portaient entre autres sur : (1) Faire le point sur l’avancement du programme de travail et des financements de la Fondation TNS au terme de son Conseil d’Administration ; (2) Echanger sur les interventions des différents partenaires au niveau national et sous régional pour une gestion durable de nos ressources forestières et fauniques.

 

Les principaux axes de cette rencontre ont été développés en deux parties : une partie d’allocutions faites par les différents panélistes de cette conférence, et une partie  de discussions animées par les médias. Les allocutions ont été faites respectivement par : le PCA de la FTNS, son Directeur exécutif, le représentant de la KFW, le directeur de l’AFD et le secrétaire d’Etat auprès du MINFOF. Le point saillant de ces différentes allocutions portait sur la participation financière remarquable des différents partenaires de la fondation, et l’engagement à pérenniser ces financements de façon durable.

 

« L’importance du bassin du Congo réside dans le fait que sa forêt abrite la plus importante biodiversité en Afrique, et il  représente le dernier massif équatorial préservé dans le monde contrairement à ceux de l’Amazonie  et de l’inde. » Soulignait le Directeur de l’AFD.  C’est ce constat qui marque  la  détermination des partenaires à participer ainsi à la préservation la biodiversité, et à renforcer la surveillance des aires protégées dans le bassin du Congo et stimule leur engagement à augmenter le taux de leur  contribution financière.

 

Le Représentant de la KFW concernant les revenues de l’investissement des fonds apportés par l’AFD et la KFW et complétés par ceux de la « Regenwaldstiftung », a rappelé que ces fonds ne suffiront cependant pas à couvrir la totalité des coûts nécessaires à une gestion durable de ces aires protégées, d’autant plus que les marchés financiers sont actuellement très volatiles et que les placements en cours ne peuvent garantir des rentrées substantielles. A cet effet, il a recommandé d’entrevoir d’autres mécanismes (taxes touristiques, paiements pour services environnementaux, parrainage du secteur privé, etc.) à développer pour générer des revenus additionnels.  Poursuivant son propos, il a souligné la nécessité d’un engagement fort des pays partenaires. Lequel effort est  absolument indispensable pour augmenter l’effectif des agents de surveillance sur le terrain et faire face aux charges récurrentes, garantir la crédibilité de leur volonté politique et ainsi donner un gage de confiance pour une mobilisation de l’aide extérieure. Pour terminer, il a fait ressortir les défis majeurs liés au changement climatique, à l’exploitation des ressources naturelles non renouvelables (mines) et à l’agriculture industrielle.


docs/news/Octobre-decembre 2011/FTNS-CP-SE-CAM.jpgLe secrétaire d’Etat auprès du MINFOF a pour sa part rappelé dans son discours de circonstance les efforts importants qui ont été réalisés par les parties prenantes du TNS pour garantir la gestion durable de cette zone transfrontalière dotée d’une richesse biologique exceptionnelle. Il a cité entre autre efforts au plan institutionnel :  (1) La signature du Protocole d’Accord sur la lutte anti-braconnage en juin 2002 ; (2) La signature du Protocole d’Accord sur la libre circulation du personnel TNS février 2005 ; (3) La signature en novembre 2010 du Protocole d’Accord sur l’organisation et le fonctionnement de la Brigade Tri-nationale de Lutte Anti braconnage du TNS (BLAB-TNS). Enfin,  Il a rassuré les participants de l’engagement et de la détermination du Ministère des Forêts et de la Faune à ne ménager aucun effort pour poursuivre la mise en œuvre des mécanismes de financements novateurs.

A l’issue de cette cérémonie d’ouverture avec  conférence de presse, le Directeur Exécutif de la FTNS, Dr. Timothée Fomété, présentant la Fondation comme étant un Mécanisme de financement durable, a rappelé le Contexte du TNS et est revenu sur les principes  qui soutiennent la Fondation, l’état d’avancement avant de relever à l’attention des participants les quelques réalisations et Progrès réalisés par la Fondation à ce jour. Pour ce dernier point, il a souligné :  (1) le plan d’affection des terres du TNS; (2) la signature par les Ministres en Charge des Forêts des protocoles d’accord : Lutte Anti-braconnage ; Mise en place de la Brigade Tri-Nationale de Lutte Anti-Braconnage (BLAB TNS), Libre circulation du personnel TNS ; 3) la signature par les Préfets des trois départements du TNS des badges du personnel (4) la brigade  de Lutte  Anti-Braconnage  TNS à  Nyangouté - RCA, inaugurée le 30 juillet 2011 (5) les infrastructures et équipements de gestion[nbspdocs/news/Octobre-decembre 2011/FTNS-Cleto-CP.jpg] et d’éco-tourisme ; (6) l’évaluation de la dynamique de la végétation et enrichissement des troués forestières-anciens parcs à bois (7) le renforcement de la surveillance et contrôle.

 

La Crise financière Européenne et l’engagement des contribuables à doubler le taux de leurs contributions.


A la question d’un journaliste de savoir si la situation économique Européenne critique à l’heure actuelle ne constituerait pas un frein à ces promesses de financement continu des programmes de la FTNS, le panel a tenu à signaler que ces contributions des partenaires sont des dons individuels de personnes physiques ou morales soutenant l’action de la conservation de la biodiversité dans le bassin du Congo. Ces financements ne sauraient s’arrêter, car ils ne viennent pas des fonds d’un Etat, mais des dons. C’est donc un appel lancé aux acteurs de conservation de la biodiversité à soumettre des projets de grandes importances, pouvant être financés par la TNS.

 

Créée en 2007, la FTNS est un fonds fiduciaire pour l’environnement dont l’objectif est de contribuer au financement durable d’activités de conservation et d’écodéveloppement au sein du complexe transfrontalier appelé Tri-National de la Sangha ( s’étendant sur une superficie de 44000km² )  qui comprend trois parcs nationaux contigus de Lobeke au Cameroun, Dzanga Sangha en République Centrafricaine et Nouabale-Ndoki en République du Congo.

 

 

docs/news/Octobre-decembre 2011/FTNS-CP-Question-G.jpgLa FTNS a finalisé en 2010 la capitalisation effective des premiers apports mobilisés par la coopération allemande à travers la Kreditanstalt für Wiederaufbau (KFW-Banque allemande pour la reconstruction) à hauteur de 5 millions d’Euros, et par l’Agence Française de Développement (AFD) à hauteur de 3 millions d’Euros.

 

 Le 5 juillet 2011, le Gouvernement de la République Fédérale d’Allemagne et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) ont conclu un Accord de coopération financière de 20 million d’Euros pour le Programme «  Gestion durable des forêts du Bassin du Congo, Fondation Tri-National de la Sangha (FTNS) ».

 

Bien vouloir télécharger :

Allocution du DG d’AFD

Allocution du Représentant de la KFW

Allocution du Secrétaire d’Etat du MINFOF

Présentation du Directeur Exécutif de la FTNS

 

Photo: Source: kenledoux@yahoo.fr, FTNS

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

RdP 17 – FLAG Side Event : Comment faire de l’Observation Indépendante des forêts un outil de dialogue entre le secteur privé et la société civile .

En marge de la 17e rencontre des parties du Partenariat pour les forêts du bassin du Congo tenue en octobre 2017 à Douala, Field Legality Advisory Group a organisé une réflexion dont le thème était « Comment faire de l’Observation Indépendante des forêts un outil de dialogue entre le secteur privé et la société civile ». A cette occasion, les principales parties prenantes invitées ont présenté des communications PowerPoint, qui ont servi de base pour les discussions animées qui s’en sont suivies.

En savoir plus...

UE - Afrique centrale: Un appui de l'UE pour préserver la biodiversité et renforcer la gestion des écosystèmes forestiers

Le volet Cameroun du "Programme d’Appui à la Préservation de la biodiversité et aux Ecosystèmes Fragiles (ECOFAC)" a été officiellement lancé le 25 octobre 2017 à Douala en marge de la 17ième Réunion des Parties du PFBC. En plus de 25 ans, à travers les programmes ECOFAC, l’Union européenne appuie les efforts de l'Afrique centrale en matière de préservation de leur biodiversité exceptionnelle et de gestion de leurs écosystèmes forestiers. Ainsi, depuis 1992, l’UE a investi plus de 90 milliards de Francs CFA (138 millions d'euro) dans la région à travers les 5 premières phases de ce programme phare.

En savoir plus...

GIZ - Bureau d'appui à la COMIFAC « Bilan de dix ans de partenariat entre la République Fédérale d’Allemagne et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) 2005 – 2015 »

Depuis sa création en 2005, la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) a connu des évolutions de plusieurs ordres, ceci entre autres avec l’appui des partenaires techniques et financiers, au rang desquels la coopération allemande à travers la GIZ. Cette alliance scellée tout au début du processus en 2005, est aujourd’hui vieille de plus de 10 ans.

En savoir plus...

UE : L'UE reste le marché le plus important et le plus ouvert aux produits alimentaires et manufacturés africains

Les exportations de l'Afrique vers l'Union européenne (UE) se sont élevées à plus de 116 milliards d'euros en 2016. L'Europe est de loin le plus grand marché d'exportation de l'Afrique (35% des exportations africaines), suivie de l'Afrique (18%), de la Chine (11%), des États-Unis (8%) et de l'Inde (7%).

En savoir plus...

COP23 : L’Italie et l’ONU lancent un programme de bourse pour Pays vulnérables aux changements climatiques

ONU Changements Climatiques Infos, Bonn, 16 nov – Le Gouvernement italien et l’ONU Changements Climatiques ont signé un nouveau protocole d'accord pour le lancement d’un nouveau programme de bourses visant le renforcement des capacités institutionnelles des petits États insulaires en développement (PEID) et des pays les moins avancés (PMA) à répondre aux défis du changement climatique.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel Octobre 2017

Le mois dernier, une centaine de pêcheurs sur la rivière Sangha ont reçu une formation par les équipes du Parc sur la construction et l’utilisation des fours Chorkor, faisant ainsi la promotion d'une technique de fumage du poisson optimisant sa conservation et contribuant à la réduction du prélèvement sur les ressources halieutiques. En savoir plus...

En savoir plus...

FSC : Retour sur l'Assemblée Générale du FSC 2017

Faire le lien entre FSC et les Objectifs de Développement Durable. Les Objectifs de Développement Durable (ODD) offrent aux entreprises une excellente occasion de s'engager à imprimer un changement positif pour les hommes et la planète, de façon claire et structurée. Mais en quoi ces objectifs concernent-ils les entreprises ? Et pourquoi FSC devrait-il jouer un rôle dans l'atteinte de ces objectifs ?...

En savoir plus...

EU : Bassin du Congo : Vers une mutualisation des efforts de lutte contre le commerce illicite du bois l’exploitation illégale des forêts

La ville de Yaoundé a abrité, mi-novembre 2017, une conférence régionale sur l’exploitation illégale du bois. L'événement était soutenu par l’Union européenne, dans le cadre du projet "Voix des Citoyens pour le Changement : Observation Forestière dans le Bassin du Congo", une initiative d’observation indépendante de l'exploitation forestière. Pour la 1ere fois, les autorités chargées de l’application de la loi et des acteurs non étatiques se sont ainsi retrouvés, dans le but de créer une synergie d'action contre l'illégalité qui plombe le développement de ce secteur.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030