Conférence de presse de la Fondation Tri-nationale de la Sangha : préservation et conservation de la biodiversité dans le bassin du Congo.

 

Le 09 Novembre 2011, à l’hôtel Franco de Yaoundé, au Cameroun, s’est tenue une conférence de presse sur l’évaluation des activités de la Fondation tri-nationale de la sangha pour la préservation et la conservation de la biodiversité.

 

docs/news/Octobre-decembre 2011/FTNS-CP-Participants-C.jpgAvec le soutien et la collaboration de la coopération Allemande via la  Banque Allemande de reconstruction  (KFW) , l’agence française pour le développement (AFD) et le ministère de la forêt et la faune du Cameroun, cette conférence a connu la participation des représentants des organisations et institutions nationales et internationales, des représentants des médias membres du Réseau des journalistes pour la gestion durable des forêts rattachés au MINFOF et de quelques acteurs de la société civile Camerounaise. Les objectifs de cette conférence portaient entre autres sur : (1) Faire le point sur l’avancement du programme de travail et des financements de la Fondation TNS au terme de son Conseil d’Administration ; (2) Echanger sur les interventions des différents partenaires au niveau national et sous régional pour une gestion durable de nos ressources forestières et fauniques.

 

Les principaux axes de cette rencontre ont été développés en deux parties : une partie d’allocutions faites par les différents panélistes de cette conférence, et une partie  de discussions animées par les médias. Les allocutions ont été faites respectivement par : le PCA de la FTNS, son Directeur exécutif, le représentant de la KFW, le directeur de l’AFD et le secrétaire d’Etat auprès du MINFOF. Le point saillant de ces différentes allocutions portait sur la participation financière remarquable des différents partenaires de la fondation, et l’engagement à pérenniser ces financements de façon durable.

 

« L’importance du bassin du Congo réside dans le fait que sa forêt abrite la plus importante biodiversité en Afrique, et il  représente le dernier massif équatorial préservé dans le monde contrairement à ceux de l’Amazonie  et de l’inde. » Soulignait le Directeur de l’AFD.  C’est ce constat qui marque  la  détermination des partenaires à participer ainsi à la préservation la biodiversité, et à renforcer la surveillance des aires protégées dans le bassin du Congo et stimule leur engagement à augmenter le taux de leur  contribution financière.

 

Le Représentant de la KFW concernant les revenues de l’investissement des fonds apportés par l’AFD et la KFW et complétés par ceux de la « Regenwaldstiftung », a rappelé que ces fonds ne suffiront cependant pas à couvrir la totalité des coûts nécessaires à une gestion durable de ces aires protégées, d’autant plus que les marchés financiers sont actuellement très volatiles et que les placements en cours ne peuvent garantir des rentrées substantielles. A cet effet, il a recommandé d’entrevoir d’autres mécanismes (taxes touristiques, paiements pour services environnementaux, parrainage du secteur privé, etc.) à développer pour générer des revenus additionnels.  Poursuivant son propos, il a souligné la nécessité d’un engagement fort des pays partenaires. Lequel effort est  absolument indispensable pour augmenter l’effectif des agents de surveillance sur le terrain et faire face aux charges récurrentes, garantir la crédibilité de leur volonté politique et ainsi donner un gage de confiance pour une mobilisation de l’aide extérieure. Pour terminer, il a fait ressortir les défis majeurs liés au changement climatique, à l’exploitation des ressources naturelles non renouvelables (mines) et à l’agriculture industrielle.


docs/news/Octobre-decembre 2011/FTNS-CP-SE-CAM.jpgLe secrétaire d’Etat auprès du MINFOF a pour sa part rappelé dans son discours de circonstance les efforts importants qui ont été réalisés par les parties prenantes du TNS pour garantir la gestion durable de cette zone transfrontalière dotée d’une richesse biologique exceptionnelle. Il a cité entre autre efforts au plan institutionnel :  (1) La signature du Protocole d’Accord sur la lutte anti-braconnage en juin 2002 ; (2) La signature du Protocole d’Accord sur la libre circulation du personnel TNS février 2005 ; (3) La signature en novembre 2010 du Protocole d’Accord sur l’organisation et le fonctionnement de la Brigade Tri-nationale de Lutte Anti braconnage du TNS (BLAB-TNS). Enfin,  Il a rassuré les participants de l’engagement et de la détermination du Ministère des Forêts et de la Faune à ne ménager aucun effort pour poursuivre la mise en œuvre des mécanismes de financements novateurs.

A l’issue de cette cérémonie d’ouverture avec  conférence de presse, le Directeur Exécutif de la FTNS, Dr. Timothée Fomété, présentant la Fondation comme étant un Mécanisme de financement durable, a rappelé le Contexte du TNS et est revenu sur les principes  qui soutiennent la Fondation, l’état d’avancement avant de relever à l’attention des participants les quelques réalisations et Progrès réalisés par la Fondation à ce jour. Pour ce dernier point, il a souligné :  (1) le plan d’affection des terres du TNS; (2) la signature par les Ministres en Charge des Forêts des protocoles d’accord : Lutte Anti-braconnage ; Mise en place de la Brigade Tri-Nationale de Lutte Anti-Braconnage (BLAB TNS), Libre circulation du personnel TNS ; 3) la signature par les Préfets des trois départements du TNS des badges du personnel (4) la brigade  de Lutte  Anti-Braconnage  TNS à  Nyangouté - RCA, inaugurée le 30 juillet 2011 (5) les infrastructures et équipements de gestion[nbspdocs/news/Octobre-decembre 2011/FTNS-Cleto-CP.jpg] et d’éco-tourisme ; (6) l’évaluation de la dynamique de la végétation et enrichissement des troués forestières-anciens parcs à bois (7) le renforcement de la surveillance et contrôle.

 

La Crise financière Européenne et l’engagement des contribuables à doubler le taux de leurs contributions.


A la question d’un journaliste de savoir si la situation économique Européenne critique à l’heure actuelle ne constituerait pas un frein à ces promesses de financement continu des programmes de la FTNS, le panel a tenu à signaler que ces contributions des partenaires sont des dons individuels de personnes physiques ou morales soutenant l’action de la conservation de la biodiversité dans le bassin du Congo. Ces financements ne sauraient s’arrêter, car ils ne viennent pas des fonds d’un Etat, mais des dons. C’est donc un appel lancé aux acteurs de conservation de la biodiversité à soumettre des projets de grandes importances, pouvant être financés par la TNS.

 

Créée en 2007, la FTNS est un fonds fiduciaire pour l’environnement dont l’objectif est de contribuer au financement durable d’activités de conservation et d’écodéveloppement au sein du complexe transfrontalier appelé Tri-National de la Sangha ( s’étendant sur une superficie de 44000km² )  qui comprend trois parcs nationaux contigus de Lobeke au Cameroun, Dzanga Sangha en République Centrafricaine et Nouabale-Ndoki en République du Congo.

 

 

docs/news/Octobre-decembre 2011/FTNS-CP-Question-G.jpgLa FTNS a finalisé en 2010 la capitalisation effective des premiers apports mobilisés par la coopération allemande à travers la Kreditanstalt für Wiederaufbau (KFW-Banque allemande pour la reconstruction) à hauteur de 5 millions d’Euros, et par l’Agence Française de Développement (AFD) à hauteur de 3 millions d’Euros.

 

 Le 5 juillet 2011, le Gouvernement de la République Fédérale d’Allemagne et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) ont conclu un Accord de coopération financière de 20 million d’Euros pour le Programme «  Gestion durable des forêts du Bassin du Congo, Fondation Tri-National de la Sangha (FTNS) ».

 

Bien vouloir télécharger :

Allocution du DG d’AFD

Allocution du Représentant de la KFW

Allocution du Secrétaire d’Etat du MINFOF

Présentation du Directeur Exécutif de la FTNS

 

Photo: Source: kenledoux@yahoo.fr, FTNS

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SYNTHESES DES RAPPORTS D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - CAMEROUN - [Rapports produits en Septembre-Novembre 2019] via les procédures du SNOIE (SYSTEME NORMALISE D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - SNOIE)

Le Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), et ses délégations régionales de l’Est et du Centre ont depuis le 10 décembre 2019, sur leur table quatre rapports de dénonciations des cas d’exploitation forestière illégale dans les régions du Centre et de l’Est. Dans ces rapports produits par les OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015, plusieurs infractions présumées ont été relevées.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC