Conférence de presse de la Fondation Tri-nationale de la Sangha : préservation et conservation de la biodiversité dans le bassin du Congo.

 

Le 09 Novembre 2011, à l’hôtel Franco de Yaoundé, au Cameroun, s’est tenue une conférence de presse sur l’évaluation des activités de la Fondation tri-nationale de la sangha pour la préservation et la conservation de la biodiversité.

 

docs/news/Octobre-decembre 2011/FTNS-CP-Participants-C.jpgAvec le soutien et la collaboration de la coopération Allemande via la  Banque Allemande de reconstruction  (KFW) , l’agence française pour le développement (AFD) et le ministère de la forêt et la faune du Cameroun, cette conférence a connu la participation des représentants des organisations et institutions nationales et internationales, des représentants des médias membres du Réseau des journalistes pour la gestion durable des forêts rattachés au MINFOF et de quelques acteurs de la société civile Camerounaise. Les objectifs de cette conférence portaient entre autres sur : (1) Faire le point sur l’avancement du programme de travail et des financements de la Fondation TNS au terme de son Conseil d’Administration ; (2) Echanger sur les interventions des différents partenaires au niveau national et sous régional pour une gestion durable de nos ressources forestières et fauniques.

 

Les principaux axes de cette rencontre ont été développés en deux parties : une partie d’allocutions faites par les différents panélistes de cette conférence, et une partie  de discussions animées par les médias. Les allocutions ont été faites respectivement par : le PCA de la FTNS, son Directeur exécutif, le représentant de la KFW, le directeur de l’AFD et le secrétaire d’Etat auprès du MINFOF. Le point saillant de ces différentes allocutions portait sur la participation financière remarquable des différents partenaires de la fondation, et l’engagement à pérenniser ces financements de façon durable.

 

« L’importance du bassin du Congo réside dans le fait que sa forêt abrite la plus importante biodiversité en Afrique, et il  représente le dernier massif équatorial préservé dans le monde contrairement à ceux de l’Amazonie  et de l’inde. » Soulignait le Directeur de l’AFD.  C’est ce constat qui marque  la  détermination des partenaires à participer ainsi à la préservation la biodiversité, et à renforcer la surveillance des aires protégées dans le bassin du Congo et stimule leur engagement à augmenter le taux de leur  contribution financière.

 

Le Représentant de la KFW concernant les revenues de l’investissement des fonds apportés par l’AFD et la KFW et complétés par ceux de la « Regenwaldstiftung », a rappelé que ces fonds ne suffiront cependant pas à couvrir la totalité des coûts nécessaires à une gestion durable de ces aires protégées, d’autant plus que les marchés financiers sont actuellement très volatiles et que les placements en cours ne peuvent garantir des rentrées substantielles. A cet effet, il a recommandé d’entrevoir d’autres mécanismes (taxes touristiques, paiements pour services environnementaux, parrainage du secteur privé, etc.) à développer pour générer des revenus additionnels.  Poursuivant son propos, il a souligné la nécessité d’un engagement fort des pays partenaires. Lequel effort est  absolument indispensable pour augmenter l’effectif des agents de surveillance sur le terrain et faire face aux charges récurrentes, garantir la crédibilité de leur volonté politique et ainsi donner un gage de confiance pour une mobilisation de l’aide extérieure. Pour terminer, il a fait ressortir les défis majeurs liés au changement climatique, à l’exploitation des ressources naturelles non renouvelables (mines) et à l’agriculture industrielle.


docs/news/Octobre-decembre 2011/FTNS-CP-SE-CAM.jpgLe secrétaire d’Etat auprès du MINFOF a pour sa part rappelé dans son discours de circonstance les efforts importants qui ont été réalisés par les parties prenantes du TNS pour garantir la gestion durable de cette zone transfrontalière dotée d’une richesse biologique exceptionnelle. Il a cité entre autre efforts au plan institutionnel :  (1) La signature du Protocole d’Accord sur la lutte anti-braconnage en juin 2002 ; (2) La signature du Protocole d’Accord sur la libre circulation du personnel TNS février 2005 ; (3) La signature en novembre 2010 du Protocole d’Accord sur l’organisation et le fonctionnement de la Brigade Tri-nationale de Lutte Anti braconnage du TNS (BLAB-TNS). Enfin,  Il a rassuré les participants de l’engagement et de la détermination du Ministère des Forêts et de la Faune à ne ménager aucun effort pour poursuivre la mise en œuvre des mécanismes de financements novateurs.

A l’issue de cette cérémonie d’ouverture avec  conférence de presse, le Directeur Exécutif de la FTNS, Dr. Timothée Fomété, présentant la Fondation comme étant un Mécanisme de financement durable, a rappelé le Contexte du TNS et est revenu sur les principes  qui soutiennent la Fondation, l’état d’avancement avant de relever à l’attention des participants les quelques réalisations et Progrès réalisés par la Fondation à ce jour. Pour ce dernier point, il a souligné :  (1) le plan d’affection des terres du TNS; (2) la signature par les Ministres en Charge des Forêts des protocoles d’accord : Lutte Anti-braconnage ; Mise en place de la Brigade Tri-Nationale de Lutte Anti-Braconnage (BLAB TNS), Libre circulation du personnel TNS ; 3) la signature par les Préfets des trois départements du TNS des badges du personnel (4) la brigade  de Lutte  Anti-Braconnage  TNS à  Nyangouté - RCA, inaugurée le 30 juillet 2011 (5) les infrastructures et équipements de gestion[nbspdocs/news/Octobre-decembre 2011/FTNS-Cleto-CP.jpg] et d’éco-tourisme ; (6) l’évaluation de la dynamique de la végétation et enrichissement des troués forestières-anciens parcs à bois (7) le renforcement de la surveillance et contrôle.

 

La Crise financière Européenne et l’engagement des contribuables à doubler le taux de leurs contributions.


A la question d’un journaliste de savoir si la situation économique Européenne critique à l’heure actuelle ne constituerait pas un frein à ces promesses de financement continu des programmes de la FTNS, le panel a tenu à signaler que ces contributions des partenaires sont des dons individuels de personnes physiques ou morales soutenant l’action de la conservation de la biodiversité dans le bassin du Congo. Ces financements ne sauraient s’arrêter, car ils ne viennent pas des fonds d’un Etat, mais des dons. C’est donc un appel lancé aux acteurs de conservation de la biodiversité à soumettre des projets de grandes importances, pouvant être financés par la TNS.

 

Créée en 2007, la FTNS est un fonds fiduciaire pour l’environnement dont l’objectif est de contribuer au financement durable d’activités de conservation et d’écodéveloppement au sein du complexe transfrontalier appelé Tri-National de la Sangha ( s’étendant sur une superficie de 44000km² )  qui comprend trois parcs nationaux contigus de Lobeke au Cameroun, Dzanga Sangha en République Centrafricaine et Nouabale-Ndoki en République du Congo.

 

 

docs/news/Octobre-decembre 2011/FTNS-CP-Question-G.jpgLa FTNS a finalisé en 2010 la capitalisation effective des premiers apports mobilisés par la coopération allemande à travers la Kreditanstalt für Wiederaufbau (KFW-Banque allemande pour la reconstruction) à hauteur de 5 millions d’Euros, et par l’Agence Française de Développement (AFD) à hauteur de 3 millions d’Euros.

 

 Le 5 juillet 2011, le Gouvernement de la République Fédérale d’Allemagne et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) ont conclu un Accord de coopération financière de 20 million d’Euros pour le Programme «  Gestion durable des forêts du Bassin du Congo, Fondation Tri-National de la Sangha (FTNS) ».

 

Bien vouloir télécharger :

Allocution du DG d’AFD

Allocution du Représentant de la KFW

Allocution du Secrétaire d’Etat du MINFOF

Présentation du Directeur Exécutif de la FTNS

 

Photo: Source: kenledoux@yahoo.fr, FTNS

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019