Rapport annuel 2017 de la Fondation pour le Trinational de la Sangha-FTNS

 

 

Bien vouloir télécharger le rapport 2017 de la FTNS ci-dessous:

RAPPORT ANNUEL FTNS 2017 FR LD_vf.pdf (3.9 Mo)

 

 

Du 1er janvier au 31 décembre 2017, le bilan risque d’être long à dresser, tellement les actions menées sont nombreuses et variées ! Que retenir donc parmi la multitude de projets mis en œuvre dans le complexe transfrontalier du TNS ?

 

 

La FTNS peut légitimement être fière des combats menés à travers ces projets, seule ou de concert avec d’autres acteurs de la société civile. Elle pense ainsi avoir contribué à la conservation de la biodiversité des forêts du Cameroun, de la République centrafricaine et du Congo, en essayant d’améliorer le sort des éléphants et des grands singes parmi la très riche faune du Tri-national de la Sangha menacée par des actions anthropiques.

 

 

Nous garderons en mémoire l’importante mobilisation faite pour la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers du bassin du Congo, la lutte contre le grand braconnage et l’exploitation inconsidérée des ressources ligneuses, mais aussi les efforts considérables de la communauté internationale en faveur de la FTNS, notamment ceux de la coopération allemande qui, à travers la KFW, a mis à la disposition de notre fondation une enveloppe de 30 millions d’euros à la fin de l’année 2017 dont 25 millions comme contribution additionnelle au capital de la FTNS et 5 millions pour le financement direct des activités de terrain des segments RCA et Congo du TNS.

 

 

Toutefois, la FTNS est également consciente du fait que plus de 50 % des grands mammifères ont disparu dans le TNS en l’espace de 20 ans, que le sort actuel des éléphants est critique, que le complexe forestier d’environ 4.4 millions d’hectares, patrimoine de l’UNESCO, est menacé, que les populations d’éléphants et de grands singes font l’objet d’un braconnage intense, que les peuples autochtones du TNS expriment un immense besoin de notre encadrement pour leur développement, bref qu’il y a encore beaucoup à faire devant nous.

 

 

Nous restons donc mobilisés, à la rescousse des milieux naturels et des espèces qui les peuplent, auprès des pouvoirs publics, afin que la transition écologique dont on parle tant, ne soit pas une vaine expression ; auprès des entreprises afin que leurs approvisionnements, leurs processus de production soient plus respectueux de la nature ; avec les populations qui vivent dans et autour de ces aires protégées afin que nous manifestions toujours notre refus de la destruction de notre planète.

 

 

C’est pourquoi, la FTNS reste pleine d’espoirs, car l’avenir qu’elle voudrait dessiner avec les autres parties prenantes, n’est pas celui de la peur et du renoncement mais celui de la responsabilité et de l’harmonie avec la nature, de l’innovation et de la mobilisation des ressources. Si les défis à relever sont immenses et peuvent inquiéter, il y a lieu de regarder aussi du côté des progrès qui sont accomplis. La transformation écologique de nos sociétés est une opportunité, une chance pour déployer de nouveaux talents, développer de nouvelles activités compatibles avec une utilisation plus rationnelle des terres forestières... Car prendre soin de la nature, c’est aussi prendre soin des êtres humains et s’offrir un avenir plus désirable.

 

 

Ce rapport d’activités m’emplit une fois de plus d’un sentiment d’urgence pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être, mais il suscite aussi de l’espoir de voir les mutations advenir et vivre le bonheur de construire ensemble.

Allons de l’avant !

 

Samuel MAKON

Président du Conseil d’Administration de la FTNS

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le rapport 2017 de la FTNS ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Declaration: London Conference on the Illegal Wildlife Trade 2018

Nous, les représentants des Gouvernements, réunis à Londres les 11 et 12 octobre 2018, reconnaissant l’ampleur des effets néfastes sur l’économie, l’environnement, la sécurité et la société du commerce illicite d’espèces sauvages, prenons l’engagement politique suivant et appelons la communauté internationale à se mobiliser pour soutenir et mettre en place des mesures collectives urgentes pour combattre le commerce illicite d’espèces sauvages comme un crime grave commis par des criminels organisés, et fermer les marchés des espèces de faune et de flore victimes de ce commerce illicite....

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel Septembre 2018

En septembre, l'équipe du Parc National de Nouabalé-Ndoki a fait ses adieux à Mr Nicholas Radford, qui a servi comme Chef du Service Administratif et Financier durant ces deux dernières années, et a accueilli Mme Camille Raynaud, qui arrivera bientôt à Bomassa pour assumer ce rôle important. La tâche est ingrate car souvent l'œuvre des services d'appui comme le Service administratif ou le Service logistique du parc n'est visible que dans les coulisses. Pourtant, ces services d'appui sont essentiels pour garantir le bon fonctionnement des opérations du parc.

En savoir plus...

afriquenvironnementplus: l’Hydrométéorologique bientôt au cœur d’un forum sous-régional

La ville de Libreville, au Gabon, va abriter du 14 au 16 novembre 2018, le 1er Forum Hydrométéorologique d’Afrique centrale, sous l’égide de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) en partenariat avec le Gouvernement du Gabon, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), la Banque Mondiale (BM) et la Banque Africaine de Développement (BAD).

En savoir plus...

Burkinademain : La gestion des catastrophes naturelles traitée à Libreville

À l’initiative de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) en partenariat avec le Gouvernement du Gabon, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), la Banque Mondiale (BM) et la Banque Africaine de Développement (BAD), les experts et… vont se retrouver à Libreville, du 14 au 16 novembre 2018, au 1er Forum Hydrométéorologique d’Afrique centrale.

En savoir plus...

CEEAC-BAD : signature de l’aide-mémoire sur la préparation du Programme PACEBco2

Libreville(Rép. Gabonaise), le 25 septembre 2018- Le Secrétaire général adjoint de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale(CEEAC), l’honorable Tabu Abdallah Manirakiza et le chef de la mission de la Banque Africaine de Développement (BAD) M.  DIOP Amadou Bamba, Environnementaliste à la BAD, ont procédé à la signature ce matin de l’aide-mémoire pour la préparation du Programme d’Appui à la Conservation des Ecosystèmes et à la Résilience aux changements climatiques en Afrique Centrale (PACEBCo2).

En savoir plus...

CHARTE SUR LES MANGROVES DU GABON

La Charte pour la conservation des mangroves du Gabon a été validée par les parties prenantes le 29 Juin 2018. Cette charte, résultant d'un processus participatif réussi, constitue une base de plaidoyer pour l'engagement de toutes les parties prenantes dans la gestion durable de ce précieux écosystème naturel.

En savoir plus...

OSFACO Lettre d'information Septembre/Octobre 2018

Le projet OSFACO "Observation Spatiale des Forêts d'Afrique Centrale et de l'Ouest" vise à améliorer la connaissance des dynamiques passées et actuelles en matière d’occupation des terres et de changement d’usage des sols dans plusieurs pays d’Afrique Centrale et de l’Ouest, grâce aux outils d’observation spatiale. Le projet vise à mettre à disposition des images satellitaires et promouvoir leur utilisation à travers des projets de recherche et des appuis aux pays.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus : Son Excellence François-Xavier de DONNEA, Facilitateur Belge pour la PFBC

Brazzaville a accueilli le 1er juin la 4e réunion des collèges du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo, PFBC. A cet occasion, AEP  a échangé avec  le Facilitateur Belge à la tête  de ce Partenariat, Son Excellence François-Xavier de DONNEA qui nous livre dans cette entretien sa vision globale sur le fonctionnement de cette institution et nous donne une idée de la feuille de route de la nouvelle sa Facilitation.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018