FEM : Une action mondiale est requise

 

 

Il ne fait aucun doute que la science étend de plus en plus notre connaissance du problème de la dégradation de l'environnement (y compris notre rôle dans celle-ci) et la mesure dans laquelle elle affecte notre capacité à améliorer continuellement nos conditions de vie.

 

Les réponses ont varié en intensité et en portée. Elles ont commencé comme des réponses largement locales et nationales traitant de problèmes environnementaux spécifiques. Maintenant, notre connaissance du fait que notre environnement (et par conséquent ses problèmes, causes, effets et solutions) fonctionne comme un système complexe. Le système international a réagi pour faire face aux dimensions mondiales de la dégradation de l'environnement. Le rassemblement récent de la famille des nations, en un nombre et à un rythme record, pour adopter, signer et ratifier l'Accord de Paris est effectivement encourageant. Cela permet de se rappeler pourquoi la lutte contre la dégradation de l'environnement nécessite des actions globales.

 

Des actions environnementales globales sont nécessaires pour un certain nombre de raisons. Premièrement, l'humanité utilise certaines ressources vitales en commun. La couche d'ozone et l'atmosphère sont des exemples concrets. En particulier, l'atmosphère - avec sa capacité limitée à absorber en toute sécurité les gaz à effet de serre - est une ressource que nous utilisons en commun. Sans une coordination et une réglementation mondiales, les ressources communes risquent de se dégrader. Notre climat change. La température monte. Les modèles de précipitations deviennent erratiques et imprévisibles. Les phénomènes météorologiques extrêmes deviennent de plus en plus fréquents et graves.

 

Nous, en Éthiopie, subissons les conséquences d'un climat changeant. Il est vrai qu'avec le changement climatique, nous ne perdons pas tous en même temps. Certains d'entre nous ont subi des pertes en premier. Mais cela ne devrait pas nous faire perdre notre emprise sur le problème. Au bout du compte, nous perdrons tous. L'ignorance peut être un bonheur mais elle ne nous acquitte pas. Il est prudent de se tromper en faisant attention. Il n'y a pas d'ignorance fondamentale sur le changement climatique et d'autres formes de dégradation de l'environnement. Cependant, l'acquisition de connaissances n'est pas certaine d'aboutir à des réponses appropriées. Il devrait y avoir des mécanismes mondiaux de coordination et de régulation efficaces et équitables.

 

Deuxièmement, en ce qui concerne la dégradation de l'environnement qui peut être localisée et ressentie localement, il existe des causes qui dépassent les frontières administratives et politiques. La mondialisation exacerbe et atténue la dégradation de l'environnement. Des actions mondiales seront nécessaires pour s'attaquer de manière équitable et efficace à ces problèmes, même s'ils n'ont rien à voir avec des ressources communes. Un aspect connexe est que de nombreuses actions environnementales, bien que prises localement, ont des co-bénéfices transnationaux ou globaux, nécessitant des mécanismes globaux pour les inciter.

 

En savoir plus...

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Cites : La protection des grands félins, thème de la prochaine Journée mondiale de la vie sauvage, 3 mars 2018

Les grands félins sont les animaux les plus populaires et les plus admirés dans le monde. Néanmoins, ces splendides prédateurs sont confrontés à bien des menaces, dues en majorité à des activités humaines. Leurs populations se réduisent à un rythme inquiétant en raison de la perte d’habitat et de proies, de conflits avec les humains, du braconnage et du commerce illégal. Ainsi, la population de tigres a chuté de 95% au cours des 100 dernières années et celle du lion d’Afrique de 40% en à peine 20 ans. Une série de mesures est entreprise pour enrayer ce déclin.

 

En savoir plus...

Afrique.TV5monde/RDC: réattribution de concessions forestières à des Chinois malgré un moratoire

Greenpeace et d'autres défenseurs de l'environnement ont déploré mardi à Kinshasa la réattribution par les autorités de la République démocratique du Congo de trois concessions forestières à des firmes chinoises malgré un moratoire en vigueur depuis 2002.

En savoir plus...

VRM/Pétition : Que cessent toutes sortes d’abus sur les femmes autour de grandes plantations de monoculture d’arbres

À l’occasion du 21 septembre, Journée internationale de lutte contre les plantations d’arbres, des femmes de plusieurs pays d’Afrique centrale et occidentale ont pris l’initiative de publier simultanément la pétition ci-jointe.

En savoir plus...

OIBT : Il faut s’attaquer à la dégradation des forêts pour faire avancer la REDD+, selon le Directeur exécutif de l’OIBT

En matière de REDD+, il conviendrait de davantage privilégier la lutte contre la dégradation des forêts, qui est aujourd’hui responsable au premier chef des émissions de gaz à effet de serre dans les forêts tropicales, selon le Directeur exécutif de l’OIBT, M. Gerhard Dieterle.

En savoir plus...

IFR : Les concessions forestières en Afrique Centrale : une introduction au numéro thématique

Actuellement, en Afrique, les concessions sont prises en tenaille entre l’augmentation de la densité de population dans les zones rurales et les investisseurs agro-industriels à la recherche de terres. Elles demeurent un instrument controversé de gestion des ressources forestières, bien que la certification ait joué un rôle déterminant dans l’amélioration des pratiques de gestion, en dépit de contextes de mauvaise gouvernance.

En savoir plus...

Ecologiste : Guilaume Pitron. La guerre des métaux rares

La face cachée de la transition énergétique et numérique : écologie, économie, géopolitique, voici une enquête saisissante sur les "métaux rares" devenus indispensables dans notre société actuelle.  Préface d'Hubert Védrine. Paru en janvier 2018.

En savoir plus...

Expertisefrance : Un groupe de travail pour mieux mesurer les progrès faits en matière d’ODD en Afrique

Les 5 et 6 janvier 2018, Expertise France, avec l’appui de l’INSEE et d’AFRISTAT a organisé la première réunion du groupe de travail sur les indicateurs de suivi des Objectifs de développement durable (ODD), dans le cadre du projet d’appui au suivi des ODD en Afrique (SODDA) financé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018