FEM : Une action mondiale est requise

 

 

Il ne fait aucun doute que la science étend de plus en plus notre connaissance du problème de la dégradation de l'environnement (y compris notre rôle dans celle-ci) et la mesure dans laquelle elle affecte notre capacité à améliorer continuellement nos conditions de vie.

 

Les réponses ont varié en intensité et en portée. Elles ont commencé comme des réponses largement locales et nationales traitant de problèmes environnementaux spécifiques. Maintenant, notre connaissance du fait que notre environnement (et par conséquent ses problèmes, causes, effets et solutions) fonctionne comme un système complexe. Le système international a réagi pour faire face aux dimensions mondiales de la dégradation de l'environnement. Le rassemblement récent de la famille des nations, en un nombre et à un rythme record, pour adopter, signer et ratifier l'Accord de Paris est effectivement encourageant. Cela permet de se rappeler pourquoi la lutte contre la dégradation de l'environnement nécessite des actions globales.

 

Des actions environnementales globales sont nécessaires pour un certain nombre de raisons. Premièrement, l'humanité utilise certaines ressources vitales en commun. La couche d'ozone et l'atmosphère sont des exemples concrets. En particulier, l'atmosphère - avec sa capacité limitée à absorber en toute sécurité les gaz à effet de serre - est une ressource que nous utilisons en commun. Sans une coordination et une réglementation mondiales, les ressources communes risquent de se dégrader. Notre climat change. La température monte. Les modèles de précipitations deviennent erratiques et imprévisibles. Les phénomènes météorologiques extrêmes deviennent de plus en plus fréquents et graves.

 

Nous, en Éthiopie, subissons les conséquences d'un climat changeant. Il est vrai qu'avec le changement climatique, nous ne perdons pas tous en même temps. Certains d'entre nous ont subi des pertes en premier. Mais cela ne devrait pas nous faire perdre notre emprise sur le problème. Au bout du compte, nous perdrons tous. L'ignorance peut être un bonheur mais elle ne nous acquitte pas. Il est prudent de se tromper en faisant attention. Il n'y a pas d'ignorance fondamentale sur le changement climatique et d'autres formes de dégradation de l'environnement. Cependant, l'acquisition de connaissances n'est pas certaine d'aboutir à des réponses appropriées. Il devrait y avoir des mécanismes mondiaux de coordination et de régulation efficaces et équitables.

 

Deuxièmement, en ce qui concerne la dégradation de l'environnement qui peut être localisée et ressentie localement, il existe des causes qui dépassent les frontières administratives et politiques. La mondialisation exacerbe et atténue la dégradation de l'environnement. Des actions mondiales seront nécessaires pour s'attaquer de manière équitable et efficace à ces problèmes, même s'ils n'ont rien à voir avec des ressources communes. Un aspect connexe est que de nombreuses actions environnementales, bien que prises localement, ont des co-bénéfices transnationaux ou globaux, nécessitant des mécanismes globaux pour les inciter.

 

En savoir plus...

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

RDP18: Déclaration de Bruxelles - Nouvelle version consolidée

La Facilitation belge du PFBC a reçu une série d’amendements sur la première mouture du projet de Déclaration de Bruxelles.  Elle les a intégré et vous prie de bien vouloir trouver ci-jointe la nouvelle version du projet de « Déclaration de Bruxelles ».

En savoir plus...

Cidt- 1,4 million de livres sterling pour renforcer le projet CV4C

Un financement de 1,4 million de livres sterling a été accordé à un projet innovant qui vise à transformer la vie des populations dans la forêt tropicale du Congo. L’Université de Wolverhampton travaillera dans les cinq pays du Bassin du Congo avec l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol), dans le cadre du projet.

En savoir plus...

FGF Brazzaville 2018

Le 11ème Forum sur la gouvernance forestière aura lieu du 30 au 31 octobre 2018 à Brazzaville. C’est le premier forum organisé dans le cadre du projet CV4C financé par l’UE. Calqué sur le modèle des réunions semestrielles de mise à jour sur l’exploitation illégale à Chatham House, le FGF vise à contribuer aux buts plus étendus du projet CV4C à travers le partage d’expériences et la sensibilisation, et en promouvant le profil des processus APV-FLEGT et REDD +.

En savoir plus...

Transformation agricole, le défi africain, 10, 11 Décembre 2018. Radisson Blu Okoumé Palace Hotel, Libreville, Gabon

Cette édition est marquée par la programmation de conférences dédiées à la promotion de l’investissement, à l’innovation et la modernisation du secteur agricole en Afrique francophone. AAF 2018 exposera les potentialités d’investissement dans un secteur hautement stratégique dans les pays de la sous-région, devant un parterre de plus de 400 participants de près de 30 pays, représentant : délégations ministérielles, agroindustriels, fonds d’investissement, organisations internationales...

En savoir plus...

FVC : le Fonds Vert pour le Climat annonce des plans ambitieux pour la prochaine réunion du Conseil : 1,1 milliard USD de propositions de projet, dont le premier financement climatique du FVC pour la Chine.

New York, 28 septembre 2018 Le Fonds Vert pour le Climat a annoncé aujourd’hui que son Conseil examinera des projets d’une valeur de 1,148 million USD en vue d’approbation lors de sa réunion le mois prochain. S’exprimant en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New York, Javier Mazanares, Directeur Exécutif Adjoint du FVC, a déclaré, « Aujourd’hui nous présentons au Conseil 20 projets à examiner lors de sa réunion le mois prochain.

En savoir plus...

ScienceDirect : Une allométrie régionale pour les forêts du Bassin du Congo basée sur le plus grand échantillonnage destructif de tous les temps

L’estimation et le suivi d’un volume important de carbone contenu dans les forêts tropicales, notamment dans la biomasse aérienne des arbres, sont importants pour la mise en œuvre efficace des stratégies d’atténuation des changements climatiques. Son exactitude est tributaire de la disponibilité d’équations allométriques fiables permettant de convertir les données d’inventaire forestier en estimations BA.

En savoir plus...

Bref rapport de la première conférence des sciences sociales de l’IUFRO sur « les stratégies et politiques africaines en matière de forêts » (Conférence AFORPOLIS 2018)

Du 24 au 27 septembre 2018, environ 150 participants venus de 27 pays, dont les pays africains (Bénin, Ethiopie, République Démocratique du Congo, Cote d’Ivoire, République du Congo, Kenya, Mozambique, Madagascar, Nigeria, Tunisie), le Japon, l’Indonésie, les Etats-Unis, la Chine, le Canada et des pays européens (Finlande, France, Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni) se sont retrouvés à Yaoundé, au Cameroun, pour prendre part à la première conférence des sciences sociales de l’IUFRO sur les Stratégies et politiques africaines en matière de forêts (Conférence AFORPOLIS 2018)

En savoir plus...

Declaration: London Conference on the Illegal Wildlife Trade 2018

Nous, les représentants des Gouvernements, réunis à Londres les 11 et 12 octobre 2018, reconnaissant l’ampleur des effets néfastes sur l’économie, l’environnement, la sécurité et la société du commerce illicite d’espèces sauvages, prenons l’engagement politique suivant et appelons la communauté internationale à se mobiliser pour soutenir et mettre en place des mesures collectives urgentes pour combattre le commerce illicite d’espèces sauvages comme un crime grave commis par des criminels organisés, et fermer les marchés des espèces de faune et de flore victimes de ce commerce illicite....

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018

FGF Brazzaville 2018