FEM : Une action mondiale est requise

 

 

Il ne fait aucun doute que la science étend de plus en plus notre connaissance du problème de la dégradation de l'environnement (y compris notre rôle dans celle-ci) et la mesure dans laquelle elle affecte notre capacité à améliorer continuellement nos conditions de vie.

 

Les réponses ont varié en intensité et en portée. Elles ont commencé comme des réponses largement locales et nationales traitant de problèmes environnementaux spécifiques. Maintenant, notre connaissance du fait que notre environnement (et par conséquent ses problèmes, causes, effets et solutions) fonctionne comme un système complexe. Le système international a réagi pour faire face aux dimensions mondiales de la dégradation de l'environnement. Le rassemblement récent de la famille des nations, en un nombre et à un rythme record, pour adopter, signer et ratifier l'Accord de Paris est effectivement encourageant. Cela permet de se rappeler pourquoi la lutte contre la dégradation de l'environnement nécessite des actions globales.

 

Des actions environnementales globales sont nécessaires pour un certain nombre de raisons. Premièrement, l'humanité utilise certaines ressources vitales en commun. La couche d'ozone et l'atmosphère sont des exemples concrets. En particulier, l'atmosphère - avec sa capacité limitée à absorber en toute sécurité les gaz à effet de serre - est une ressource que nous utilisons en commun. Sans une coordination et une réglementation mondiales, les ressources communes risquent de se dégrader. Notre climat change. La température monte. Les modèles de précipitations deviennent erratiques et imprévisibles. Les phénomènes météorologiques extrêmes deviennent de plus en plus fréquents et graves.

 

Nous, en Éthiopie, subissons les conséquences d'un climat changeant. Il est vrai qu'avec le changement climatique, nous ne perdons pas tous en même temps. Certains d'entre nous ont subi des pertes en premier. Mais cela ne devrait pas nous faire perdre notre emprise sur le problème. Au bout du compte, nous perdrons tous. L'ignorance peut être un bonheur mais elle ne nous acquitte pas. Il est prudent de se tromper en faisant attention. Il n'y a pas d'ignorance fondamentale sur le changement climatique et d'autres formes de dégradation de l'environnement. Cependant, l'acquisition de connaissances n'est pas certaine d'aboutir à des réponses appropriées. Il devrait y avoir des mécanismes mondiaux de coordination et de régulation efficaces et équitables.

 

Deuxièmement, en ce qui concerne la dégradation de l'environnement qui peut être localisée et ressentie localement, il existe des causes qui dépassent les frontières administratives et politiques. La mondialisation exacerbe et atténue la dégradation de l'environnement. Des actions mondiales seront nécessaires pour s'attaquer de manière équitable et efficace à ces problèmes, même s'ils n'ont rien à voir avec des ressources communes. Un aspect connexe est que de nombreuses actions environnementales, bien que prises localement, ont des co-bénéfices transnationaux ou globaux, nécessitant des mécanismes globaux pour les inciter.

 

En savoir plus...

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Résolution d’Abidjan sur la REDD+ en Afrique : Le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC assure le Secrétariat du forum sur les investissements en matière de REDD+ en Afrique

 Les experts représentants les pays engagés dans la REDD+ en Afrique, réunis à Abidjan les 13 et 14 aout 2019, à l’occasion de l’atelier international de formulation de projets d’investissement REDD+ en Afrique... Les participants ont décidé d’établir des points focaux régionaux pour faciliter le travail du Secrétariat intérimaire...

En savoir plus...

Le PFBC au cœur de Malabo : La Sixième du Conseil Directeur du PFBC mobilise

Malabo (Guinée Équatoriale) le 13 juin 2019 - S’est tenue la Sixième réunion du Conseil Directeur du PFBC.  Elle a été présidée par Son Excellence Monsieur François-Xavier de Donnea, Ministre d’État, Facilitateur du Royaume de Belgique du PFBC. Elle a été rehaussée par la participation effective des politiques, ministres des forêts/environnement des pays d’Afrique centrale et des Haut Représentants de la CEEAC, la COMIFAC, de l’OCFSA et de GVTC

En savoir plus...

Plein succès du Dialogue Politique de haut niveau entre les membres du Collège Régional et les bailleurs des PFBC

Malabo, Guinée équatoriale - 12 juin 2019 :  s’est tenu un Dialogue Politique de Haut Niveau entre les membres du Collège Régional du PFBC (États membres, COMIFAC et CEEAC) et les partenaires techniques et financiers membres du Collège des bailleurs du PFBC.

En savoir plus...

1er Atelier Afrique-Chine sur : Gouvernance des terres forestières, investissements et durabilité 3 - 5 Septembre 2019, Yaoundé- Cameroun

L’atelier Afrique-Chine vise à faciliter un dialogue constructif science-politiques publiques entre les acteurs clés impliqués dans la gouvernance des investissements chinois dans le secteur forestier en Afrique.

En savoir plus...

sep2d-Symposium international "Biodiversité végétale et développement durable"

Ce symposium international se déroulera en plénière, du 18 au 20 mars 2020, à Cotonou (Bénin), autour de 8 sessions thématiques d’une heure et demi chacune (T1 à T8) ainsi que de 2 sessions de discussions / tables rondes autour des enjeux de la biodiversité végétale.  Inscription gratuite, en tant qu'intervenant ou auditeur : jusqu’au 10 mars 2020 au plus tard. Soumissions des résumés : à faire impérativement avant le 15 septembre 2019.

En savoir plus...

Les responsables en charge de l’application de la loi, mettent à jour leurs connaissances en matière d'enquêtes sur les crimes contre les espèces sauvages en Afrique

Brazzaville-République du Congo, 28 Juillet - 1er Août 2019. Deux ateliers multi-institutionnels sur le renforcement des capacités en matière d'enquêtes sur les crimes contre les espèces sauvages à l'intention des responsables chargés de l'application de la loi se sont tenus à l'hôtel Mikhael's.

En savoir plus...

L’OCFSA et l’Accord de Lusaka en rang serré pour la lutte contre la criminalité contre les espèces sauvages en Afrique centrale

Signature du MoU (Convention de collaboration) OCFSA-Accord de Lusaka en marge de deux ateliers multi-institutionnels sur le renforcement des capacités en matière d'enquêtes sur les crimes contre les espèces sauvages à l'intention des responsables chargés de l'application de la loi tenue du 28 juillet au 01er aout 2019 à Brazzaville (Congo).

En savoir plus...

Traffic - Nos recommandations CITES à la CdP18 sont maintenant disponibles

Le présent document traduit l’opinion de TRAFFIC et son avis sur certaines questions prioritaires et propositions inscrites à l’ordre du jour de la CoP18 de la CITES. TRAFFIC est convaincu que les décisions et recommandations sur les politiques doivent être informées et guidées par des preuves crédibles et une analyse impartiale et, pour de nombreuses questions traitées dans le présent document, nous signalons des rapports de TRAFFIC et d’autres travaux de recherche qui pourraient aider les Parties dans leurs délibérations.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019