FEM : Une action mondiale est requise

 

 

Il ne fait aucun doute que la science étend de plus en plus notre connaissance du problème de la dégradation de l'environnement (y compris notre rôle dans celle-ci) et la mesure dans laquelle elle affecte notre capacité à améliorer continuellement nos conditions de vie.

 

Les réponses ont varié en intensité et en portée. Elles ont commencé comme des réponses largement locales et nationales traitant de problèmes environnementaux spécifiques. Maintenant, notre connaissance du fait que notre environnement (et par conséquent ses problèmes, causes, effets et solutions) fonctionne comme un système complexe. Le système international a réagi pour faire face aux dimensions mondiales de la dégradation de l'environnement. Le rassemblement récent de la famille des nations, en un nombre et à un rythme record, pour adopter, signer et ratifier l'Accord de Paris est effectivement encourageant. Cela permet de se rappeler pourquoi la lutte contre la dégradation de l'environnement nécessite des actions globales.

 

Des actions environnementales globales sont nécessaires pour un certain nombre de raisons. Premièrement, l'humanité utilise certaines ressources vitales en commun. La couche d'ozone et l'atmosphère sont des exemples concrets. En particulier, l'atmosphère - avec sa capacité limitée à absorber en toute sécurité les gaz à effet de serre - est une ressource que nous utilisons en commun. Sans une coordination et une réglementation mondiales, les ressources communes risquent de se dégrader. Notre climat change. La température monte. Les modèles de précipitations deviennent erratiques et imprévisibles. Les phénomènes météorologiques extrêmes deviennent de plus en plus fréquents et graves.

 

Nous, en Éthiopie, subissons les conséquences d'un climat changeant. Il est vrai qu'avec le changement climatique, nous ne perdons pas tous en même temps. Certains d'entre nous ont subi des pertes en premier. Mais cela ne devrait pas nous faire perdre notre emprise sur le problème. Au bout du compte, nous perdrons tous. L'ignorance peut être un bonheur mais elle ne nous acquitte pas. Il est prudent de se tromper en faisant attention. Il n'y a pas d'ignorance fondamentale sur le changement climatique et d'autres formes de dégradation de l'environnement. Cependant, l'acquisition de connaissances n'est pas certaine d'aboutir à des réponses appropriées. Il devrait y avoir des mécanismes mondiaux de coordination et de régulation efficaces et équitables.

 

Deuxièmement, en ce qui concerne la dégradation de l'environnement qui peut être localisée et ressentie localement, il existe des causes qui dépassent les frontières administratives et politiques. La mondialisation exacerbe et atténue la dégradation de l'environnement. Des actions mondiales seront nécessaires pour s'attaquer de manière équitable et efficace à ces problèmes, même s'ils n'ont rien à voir avec des ressources communes. Un aspect connexe est que de nombreuses actions environnementales, bien que prises localement, ont des co-bénéfices transnationaux ou globaux, nécessitant des mécanismes globaux pour les inciter.

 

En savoir plus...

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Rapport annuel 2017 de la Fondation pour le Trinational de la Sangha-FTNS

Du 1er janvier au 31 décembre 2017, le bilan risque d’être long à dresser, tellement les actions menées sont nombreuses et variées ! Que retenir donc parmi la multitude de projets mis en œuvre dans le complexe transfrontalier du TNS ?

En savoir plus...

Radiookapi-Haut-Uele : la délégation chargée d’identification des Mbororo est dépourvue des moyens à Dungu

La délégation déployée lundi 23 juillet dans le territoire de Dungu pour le lancement de l’opération d’identification des Mbororo est dépourvue des moyens et éprouve d’énormes difficultés pour remplir sa mission.

En savoir plus...

Gembloux Agro-Bio Tech de l'Université de Liège – Gembloux, Belgique devient le 108e membre du PFBC

C’est avec beaucoup de plaisir que la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC et l'ensemble des partenaires du PFBC accueillent chaleureusement l’adhésion de Gembloux Agro-Bio Tech de l'Université de Liège – Gembloux qui s’engage à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC.

En savoir plus...

REDD+ au Cameroun : 850 millions de Fcfa pour cinq projets développés au sein des Communes/Groupements de communes par Le PNDP

Dans le cadre de l’implémentation du processus REDD+ et de la lutte contre les changements climatiques au Cameroun, le Programme National de Développement Participatif (PNDP) participe comme acteur majeur, au niveau national avec la mise en œuvre des projets pilotes REDD+ et accompagne le gouvernement à travers le Secrétariat Technique REDD+ à la réalisation des études et réflexions, à l’élaboration des outils et documents de stratégie pour l’implémentation du processus REDD+ au Cameroun.

En savoir plus...

Communiqué Final : Atelier national de lancement de la Composante CAMEROUN du projet régional CBSP-Partenariats pour la conservation de la biodiversité : financement durable des systèmes d’aires protégées dans le Bassin du Congo-PIMS 3447

L’atelier national de lancement de la composante Cameroun du Projet Régional s’est tenu le 5 juillet 2018 à l’Hôtel Djeuga Palace à Yaoundé. Au terme des présentations et des échanges, les participants ont formulé les recommandations suivantes :A l’endroit du PNUD: Prendre le « lead » en vue de coordonner le plaidoyer en vue de la signature et la mise en place de l’agence de gestion des aires protégées...A l’endroit du MINFOF: Relancer le projet de création de l’agence de gestion des aires protégées...

En savoir plus...

18ème Réunion des Parties du PFBC : Note d’information et Projet de programme officiel

La 18ème Réunion des Parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) aura lieu les 27 et 28 novembre 2018 à Bruxelles en Belgique. Le programme de la réunion s’articule autour de : La réunion des collèges du PFBC – 27 novembre de 9h00 à 12h00 ; Un segment technique de la RdP 18 du PFBC ; une cérémonie de bienvenue des participants…

En savoir plus...

Fern-Des forêts à l'UE : Vlog tournée européenne des représentants de la société civile de pays tropicaux forestiers en Europe

Des représentants de la société civile du Ghana, Libéria, Cameroun, Congo et Vietnam ont fait le voyage jusqu'en Europe pour relater leurs expériences, succès, défis et leçons tirées de FLEGT et des Accords de Partenariat Volontaire (APV) afin de lutter contre le commerce de bois illégal.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel JUIN 2018

Je suis heureux de vous annoncer le lancement officiel de la phase de démarrage du Programme de Gestion de la Faune Sauvage (Sustainable Wildlife Management ou SWiM) en République du Congo, lequel est financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par un consortium incluant la FAO, le CIRAD, le CIFOR et la WCS. Ce projet prévoit de développer un modèle reproductible de gestion communautaire durable de la chasse dans des concessions forestières.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018