FEM : Une action mondiale est requise

 

 

Il ne fait aucun doute que la science étend de plus en plus notre connaissance du problème de la dégradation de l'environnement (y compris notre rôle dans celle-ci) et la mesure dans laquelle elle affecte notre capacité à améliorer continuellement nos conditions de vie.

 

Les réponses ont varié en intensité et en portée. Elles ont commencé comme des réponses largement locales et nationales traitant de problèmes environnementaux spécifiques. Maintenant, notre connaissance du fait que notre environnement (et par conséquent ses problèmes, causes, effets et solutions) fonctionne comme un système complexe. Le système international a réagi pour faire face aux dimensions mondiales de la dégradation de l'environnement. Le rassemblement récent de la famille des nations, en un nombre et à un rythme record, pour adopter, signer et ratifier l'Accord de Paris est effectivement encourageant. Cela permet de se rappeler pourquoi la lutte contre la dégradation de l'environnement nécessite des actions globales.

 

Des actions environnementales globales sont nécessaires pour un certain nombre de raisons. Premièrement, l'humanité utilise certaines ressources vitales en commun. La couche d'ozone et l'atmosphère sont des exemples concrets. En particulier, l'atmosphère - avec sa capacité limitée à absorber en toute sécurité les gaz à effet de serre - est une ressource que nous utilisons en commun. Sans une coordination et une réglementation mondiales, les ressources communes risquent de se dégrader. Notre climat change. La température monte. Les modèles de précipitations deviennent erratiques et imprévisibles. Les phénomènes météorologiques extrêmes deviennent de plus en plus fréquents et graves.

 

Nous, en Éthiopie, subissons les conséquences d'un climat changeant. Il est vrai qu'avec le changement climatique, nous ne perdons pas tous en même temps. Certains d'entre nous ont subi des pertes en premier. Mais cela ne devrait pas nous faire perdre notre emprise sur le problème. Au bout du compte, nous perdrons tous. L'ignorance peut être un bonheur mais elle ne nous acquitte pas. Il est prudent de se tromper en faisant attention. Il n'y a pas d'ignorance fondamentale sur le changement climatique et d'autres formes de dégradation de l'environnement. Cependant, l'acquisition de connaissances n'est pas certaine d'aboutir à des réponses appropriées. Il devrait y avoir des mécanismes mondiaux de coordination et de régulation efficaces et équitables.

 

Deuxièmement, en ce qui concerne la dégradation de l'environnement qui peut être localisée et ressentie localement, il existe des causes qui dépassent les frontières administratives et politiques. La mondialisation exacerbe et atténue la dégradation de l'environnement. Des actions mondiales seront nécessaires pour s'attaquer de manière équitable et efficace à ces problèmes, même s'ils n'ont rien à voir avec des ressources communes. Un aspect connexe est que de nombreuses actions environnementales, bien que prises localement, ont des co-bénéfices transnationaux ou globaux, nécessitant des mécanismes globaux pour les inciter.

 

En savoir plus...

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

observers.france24 : Dans le nord du Congo-Brazzaville, conflit autour de l’exploitation de l’or et du titanium

Près d'Elogo, village reculé de la région de la Sangha, dans le nord du Congo Brazzaville, une mine d'or et de titanium est exploitée illégalement selon nos Observateurs. Une vidéo, tournée en 2017 par une ONG, l'Observatoire congolais des droits de l'Homme, montre des machines en train de creuser dans la zone forestière proche du village. Aux commandes, des hommes visiblement asiatiques. Selon nos Observateurs, cette exploitation a des répercussions sur l'environnement et les populations locales, et d’autres cas similaires ont été identifiés dans le nord du pays .

En savoir plus...

SEP2D : Lancement de la seconde revue de l'évaluation mondiale de l'IPBES par les gouvernements et les experts

L’IPBES (Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques) lance une revue externe de l’évaluation mondiale de la biodiversité jusqu’au 29 juin 2018 (documents disponibles depuis le 14 mai). Le souhait de l’IPBES est que cette démarche concerne le plus large panel de réviseurs : « experts intéressés et qualifiés, y compris scientifiques, décideurs, praticiens et autres détenteurs de connaissances ».

En savoir plus...

FNUF : Le Forum sur les forêts achève ses travaux en adoptant une stratégie de communication sur la mise en œuvre du Plan stratégique de l’ONU sur les forêts

Pendant une semaine, le Forum a examiné, à titre prioritaire, la mise en œuvre du Plan stratégique sur les forêts qui offre un cadre global d’action pour assurer une gestion durable de tous les types de forêts et d’arbres en général, et pour mettre un terme à la déforestation et à la dégradation des forêts.  La planète perd en moyenne 13 millions d’hectares de couvert forestier par an.

En savoir plus...

Mise en œuvre du Protocole de Nagoya. Les juristes et experts chargés de politiques publiques de l’espace COMIFAC outillés pour l’élaboration des mesures APA

15 juristes et experts chargés de politiques publiques ont été formés sur les connaissances en matière de formulation et d’élaboration de mesures législatives, administratives et de politique générale relative à l’APA.

En savoir plus...

Harmattan : La gouvernance climatique au Cameroun

La multiplication des événements climatiques extrêmes (sécheresses, inondations) du fait de la hausse de la température mondiale a conduit les États de la planète à mettre la question du changement climatique sur leur agenda politique. Le Cameroun n’en fait pas exception. Traiter de la gouvernance climatique au Cameroun conduit nécessairement à analyser comment se construit l’action publique de lutte contre le changement climatique au Cameroun. Elle apparaît comme une configuration d’action publique multi-niveaux. Ainsi, la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique en constitue l’arène climatique globale.

En savoir plus...

L’Afrique centrale parle aux parties du FNUF sur la mise en œuvre du Plan stratégique des Nations Unies sur les Forêts (2017-2030)

Le Gabon et la République du Congo font des déclarations forte sur le point concernant les discussions générales (point 6) et sur les remarques de clôtures… la COMIFAC rehaussée dans le plaidoyer des Ministres au FNUF 13...

En savoir plus...

Afdb : Afrique de l’Ouest : le 3 ème Forum sur le financement climatique et des énergies propres s’achève à Abidjan sur un succès

La troisième édition du Forum sur le financement climatique et des énergies propres en Afrique de l’Ouest (WAFCCEF-3, sigle en anglais) a eu lieu jeudi 12 avril 2018 à l’auditorium Babacar Ndiaye de la Banque africaine de développement à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en présence de représentants d’institutions internationales, de promoteurs privés, d’experts en énergie ainsi que de nombreux enseignants-chercheurs et étudiants.

En savoir plus...

Entrée diplomatique et politique réussie du Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de la Belgique du PFBC

Du 19 au 20 avril 2018, le Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC a effectué une mission à Yaoundé la capitale politique du Cameroun. Entre autres au programme de cette importante mission, une table ronde des Chefs de Missions des partenaires du PFBC, une visite du Facilitateur au Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, des réunions avec les partenaires techniques et les représentants des différents collèges du PFBC au tour de la nouvelle vision et orientation stratégique de la Feuille de route de la Facilitation du Royaume de la Belgique du PFBC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018