FAO-Gabon: Atelier de validation de l'étude sur l’évaluation de la foresterie participative au Gabon

 

Bien vouloir télécharger le communiqué final: Atelier de validation du rapport d’évaluation de l’étendue et de l’efficacité de la foresterie participative

 

 

Dans le but de permettre à la foresterie participative au Gabon de réaliser son plein potentiel, le Ministère de la Forêt et de l’Environnement, avec l’assistance technique de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a conduit une étude sur l’évaluation de la foresterie participative. Le cadre d’évaluation de l’étendue et de l’efficacité de la foresterie participative élaboré par la FAO a été utilisé pour réaliser cette étude. Un atelier de validation de cette étude a été organisé du 21 au 22 février 2018. Sur la base des conclusions de l’étude, les participants ont été invités à réfléchir et à proposer des actions prioritaires à prendre à court et moyen terme, en vue d’améliorer l’efficacité de la foresterie participative au Gabon. Les participants ont recommandé à court terme, d’interdire l’exploitation industrielle du bois d’œuvre dans les forêts communautaires et prendre un arrêté  définissant les normes d’exploitation artisanale des produits forestiers dans les forêts communautaires. A moyen terme, des reformes devront être menées sur la base des orientations politiques consignées dans une stratégie nationale sur la foresterie participative.

 

Bien vouloir télécharger le communiqué final: Atelier de validation du rapport d’évaluation de l’étendue et de l’efficacité de la foresterie participative

 

 


Extrait du communiqué:

 

 L’atelier de validation du rapport d’évaluation de l’étendue et de l’efficacité de la foresterie participative, organisé par le Ministère de la Forêt et de l’Environnement, avec l’appui technique de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), s’est tenu à Libreville au Gabon du 20 au 21 février 2018. 

 

Ces assises avaient pour objectif principal d’examiner et de valider le rapport final d’évaluation de l’étendue et l’efficacité de la foresterie participative au Gabon. 

 

Y ont pris part, une cinquantaine de participants représentant l’administration en charge des forêts et ses démembrements, la FAO, les Entités Juridiques de Gestion des Forêts Communautaires, les Comités de Gestion et de Suivi des Projets des Cahiers des Charges Contractuelles dans les CFAD, les Comités de Concertation et de Gestion Locale des Parcs Nationaux, les opérateurs économiques du secteur forêt-bois, la Société Civile, les bureaux d’études et les partenaires au développement. 

 

Deux allocutions ont ponctué la cérémonie d’ouverture de l’atelier : celle du représentant du Représentant Résident de la FAO au Gabon et à Sao Tomé et Principe, et l’allocution d’ouverture du Ministre d’Etat, Ministre de la Forêt et de l’Environnement.

 

Prenant la parole au nom du Représentant Résident de la FAO au Gabon et à Sao Tomé et Principe, Monsieur Lionel KINADJIAN, a tout d’abord remercié le Gouvernement gabonais et très cordialement le Ministre d’Etat, Ministre de la Forêt et de l’Environnement, pour son engagement personnel pour les appuis ayant facilité l’organisation du présent atelier. Il a ensuite rappelé que l’étude dont le rapport est soumis à la validation, s’inscrit dans un contexte où l’amélioration de la foresterie participative est une préoccupation récurrente pour plusieurs pays dans le monde, ce qui a conduit la FAO à élaborer un cadre d’évaluation qui permet de vérifier si les conditions sont réunies pour que la foresterie participative réalise son plein potentiel. Il a relevé que cette étude renseigne sur les performances des trois (3) régimes de foresterie participative existant au Gabon, ainsi que les actions à entreprendre pour les améliorer.

 

Dans son discours, Monsieur Pacôme MOUBELET BOUBEYA, Ministre d’Etat, Ministre de la Forêt et de l’Environnement, a exprimé à la FAO la gratitude du Gouvernement gabonais pour ses appuis multiformes et principalement pour la réalisation de la présente étude qui vise l’amélioration des conditions de vie et la réduction de la pauvreté des populations en milieu rural, conformément à la vision des plus hautes autorités du pays déclinée dans le Pacte Social. Il a ensuite invité les participants à approfondir, échanger et rapprocher leurs points de vue autour des conclusions et des recommandations du rapport d’étude soumis pour validation afin d’identifier les verrous qui empêchent la foresterie participative de réaliser son plein potentiel ; de définir les mesures appropriées pour améliorer son efficacité et de formuler des recommandations concrètes aux décideurs politiques pour procéder à la levée de la mesure de suspension provisoire du processus de création des forêts communautaires.

 

La cérémonie d’ouverture a été suivie par l’adoption de l’agenda de l’atelier. Pour la conduite des travaux, la modération principale a été assurée par Monsieur Jean Claude NGUINGUIRI, expert à la FAO, Monsieur Delphin MAPAGA, Directeur Général Adjoint 2 des Forêts et Madame Marthe MAPANGOU, Directrice Nationale du Fonds Mondial pour la Nature (WWF). Le Secrétariat a été assuré conjointement par les experts du Ministère de la Forêt et de l’Environnement et de la Société civile (Conservation Justice). 

 

Après la session introductive qui a permis de situer le contexte de l’atelier et de présenter le cadre d’évaluation conçu par la FAO et le rapport de l’étude, les travaux se sont poursuivis par une série de communications. 

 

Celle-ci a porté entre autres sur les conclusions des missions sociales ALEFI (2014-2017), le processus d’implication des communautés riveraines dans la gestion des Parc Nationaux : Progrès et limites, et sur l’étude de cas du projet de développement de l’apiculture dans les forêts communautaires.

 

Par ailleurs, les participants ont procédé à un examen approfondi du rapport d’évaluation produit par le consultant national. Ils se sont repartis en trois (3) groupes de travail consacrés respectivement à l’examen des conclusions du rapport sur les régimes de foresterie participative suivants : 

- les séries à l’usage des populations délimitées dans les CFAD ; 

- la cogestion des zones périphériques et des zones tampons des aires protégées ; 

- les forêts communautaires. 

 

 

Les résultats des travaux en groupe ont été présentés en session plénière. Il en découle que l’étude reflète d’une manière générale la situation actuelle, en dépit de quelques informations à compléter ou à vérifier.

 

 

Pour plus d'information, bien vouloir télécharger ci-dessous le communiqué final: Atelier de validation du rapport d’évaluation de l’étendue et de l’efficacité de la foresterie participative

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Ofac-Brief: Faire du bois légal une obligation dans les marchés publics en Afrique Centrale

Des études, menées depuis une dizaine d’années dans plusieurs pays d’Afrique centrale, notamment au Cameroun, Gabon, Congo et en RDC, montrent que les marchés nationaux de bois d’œuvre croissent rapidement et sont devenus plus importants en termes de volumes consommés que les marchés d’exportation vers l’Europe ou l’Asie.

En savoir plus...

PARC NATIONAL DE NOUABALE-NDOKI Bulletin mensuel mai 2018

Le mois de Mai a été intense pour l'Unité de Gestion du Parc! Nous avons reçu la visite de nombreux collaborateurs qui ont intervenu sur des aspects divers de nos opérations tels que la formation des écogardes du Parc, l'amélioration de nos systèmes de communication, nos projets en matière de développement de l'écotourisme, un audit financier de nos activités ou encore la livraison de nouveaux générateurs pour nos installations de Bomassa et de Makao.

En savoir plus...

loggingoff.info : Déclaration des organisations de la société civile oeuvrant dans le domaine de la gouvernance forestière et climatique – Brazzaville, République du Congo, juin 2018

En dépit des acquis relatifs aux réformes législatives et de gouvernance qui ont permis la mise en place d’institutions de suivi des activités forestières notamment une transparence accrue des recettes générées par l’industrie du bois ainsi qu’une plus grande participation de la société civile aux processus de décisions, de nombreux défis persistent. La faible cohérence des lois et des politiques ayant un impact sur les forêts y compris une coordination intersectorielle insuffisante, l’ampleur de la corruption et de l’impunité et l’absence de reconnaissance effective des droits des communautés locales et populations autochtones, accentuent les problèmes de gouvernance.

En savoir plus...

Fern : le nouveau partenaire du PFBC. Bienvenue à notre nouveau membre !

Bruxelles, le 08 mai 2018. Fern a officiellement rejoint les membres du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Pour ce faire, Fern a soumis les documents requis et a accepté de respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour promouvoir la gestion durable des écosystèmes forestiers en Afrique Centrale.

En savoir plus...

La Réunion du Conseil du PFBC mobilise à Brazzaville (Congo) le 1er juin 2018

La feuille de route de la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC adoptée, la gouvernance du PFBC axée sur les résultats du PFBC en marche avec le rapport soutenu des leaders des collèges du PFBC, la 4e Réunion du Conseil du PFBC consolide les acquis, crédibilise la réforme de la gouvernance et prépare activement la 18e Réunion des Parties du PFBC qui aura lieu à Bruxelles les 27 et 28 novembre 2018.

En savoir plus...

Communiqué final : Atelier sous régional de validation de la Feuille de route pour une foresterie participative plus efficace en Afrique centrale

L’atelier de validation de la Feuille de route pour une foresterie participative plus efficace en Afrique centrale, organisé par le Ministère de l’Economie Forestière du Congo, avec l’appui technique de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et Nature +, s’est tenu du 30 au 31 mai 2018 dans la Salle des Conférences du Ministère de l’Economie Forestière, à Brazzaville au Congo.

En savoir plus...

AfriquEnvironement-plus édition avril-mai 2018 : La Commission Climat et le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo devenus opérationnels

Après la mise en place de la COMIFAC en mars 1999 à Yaoundé au Cameroun par les chefs d’ état d’Afrique centrale, le Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo qui s’est tenu à Brazzaville en fin avril 2018 ,et au sortir duquel, il a été ratifié l’accord d’institutionnalisation des deux instruments, représente une véritable victoire, mais aussi, un grand défi au regard de l’existence d’autres institutions sous régionales qui, malheureusement  peinent à fonctionner comme voulu.

En savoir plus...

Consoglobe : Les banques (vraiment) converties au développement durable ?

Les banques disent vouloir créer un référentiel mondial pour des services bancaires responsables et durables. De bonnes intentions encore à prouver, au lendemain de leurs assemblées générales…

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018