FAO-Gabon: Atelier de validation de l'étude sur l’évaluation de la foresterie participative au Gabon

 

Bien vouloir télécharger le communiqué final: Atelier de validation du rapport d’évaluation de l’étendue et de l’efficacité de la foresterie participative

 

 

Dans le but de permettre à la foresterie participative au Gabon de réaliser son plein potentiel, le Ministère de la Forêt et de l’Environnement, avec l’assistance technique de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a conduit une étude sur l’évaluation de la foresterie participative. Le cadre d’évaluation de l’étendue et de l’efficacité de la foresterie participative élaboré par la FAO a été utilisé pour réaliser cette étude. Un atelier de validation de cette étude a été organisé du 21 au 22 février 2018. Sur la base des conclusions de l’étude, les participants ont été invités à réfléchir et à proposer des actions prioritaires à prendre à court et moyen terme, en vue d’améliorer l’efficacité de la foresterie participative au Gabon. Les participants ont recommandé à court terme, d’interdire l’exploitation industrielle du bois d’œuvre dans les forêts communautaires et prendre un arrêté  définissant les normes d’exploitation artisanale des produits forestiers dans les forêts communautaires. A moyen terme, des reformes devront être menées sur la base des orientations politiques consignées dans une stratégie nationale sur la foresterie participative.

 

Bien vouloir télécharger le communiqué final: Atelier de validation du rapport d’évaluation de l’étendue et de l’efficacité de la foresterie participative

 

 


Extrait du communiqué:

 

 L’atelier de validation du rapport d’évaluation de l’étendue et de l’efficacité de la foresterie participative, organisé par le Ministère de la Forêt et de l’Environnement, avec l’appui technique de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), s’est tenu à Libreville au Gabon du 20 au 21 février 2018. 

 

Ces assises avaient pour objectif principal d’examiner et de valider le rapport final d’évaluation de l’étendue et l’efficacité de la foresterie participative au Gabon. 

 

Y ont pris part, une cinquantaine de participants représentant l’administration en charge des forêts et ses démembrements, la FAO, les Entités Juridiques de Gestion des Forêts Communautaires, les Comités de Gestion et de Suivi des Projets des Cahiers des Charges Contractuelles dans les CFAD, les Comités de Concertation et de Gestion Locale des Parcs Nationaux, les opérateurs économiques du secteur forêt-bois, la Société Civile, les bureaux d’études et les partenaires au développement. 

 

Deux allocutions ont ponctué la cérémonie d’ouverture de l’atelier : celle du représentant du Représentant Résident de la FAO au Gabon et à Sao Tomé et Principe, et l’allocution d’ouverture du Ministre d’Etat, Ministre de la Forêt et de l’Environnement.

 

Prenant la parole au nom du Représentant Résident de la FAO au Gabon et à Sao Tomé et Principe, Monsieur Lionel KINADJIAN, a tout d’abord remercié le Gouvernement gabonais et très cordialement le Ministre d’Etat, Ministre de la Forêt et de l’Environnement, pour son engagement personnel pour les appuis ayant facilité l’organisation du présent atelier. Il a ensuite rappelé que l’étude dont le rapport est soumis à la validation, s’inscrit dans un contexte où l’amélioration de la foresterie participative est une préoccupation récurrente pour plusieurs pays dans le monde, ce qui a conduit la FAO à élaborer un cadre d’évaluation qui permet de vérifier si les conditions sont réunies pour que la foresterie participative réalise son plein potentiel. Il a relevé que cette étude renseigne sur les performances des trois (3) régimes de foresterie participative existant au Gabon, ainsi que les actions à entreprendre pour les améliorer.

 

Dans son discours, Monsieur Pacôme MOUBELET BOUBEYA, Ministre d’Etat, Ministre de la Forêt et de l’Environnement, a exprimé à la FAO la gratitude du Gouvernement gabonais pour ses appuis multiformes et principalement pour la réalisation de la présente étude qui vise l’amélioration des conditions de vie et la réduction de la pauvreté des populations en milieu rural, conformément à la vision des plus hautes autorités du pays déclinée dans le Pacte Social. Il a ensuite invité les participants à approfondir, échanger et rapprocher leurs points de vue autour des conclusions et des recommandations du rapport d’étude soumis pour validation afin d’identifier les verrous qui empêchent la foresterie participative de réaliser son plein potentiel ; de définir les mesures appropriées pour améliorer son efficacité et de formuler des recommandations concrètes aux décideurs politiques pour procéder à la levée de la mesure de suspension provisoire du processus de création des forêts communautaires.

 

La cérémonie d’ouverture a été suivie par l’adoption de l’agenda de l’atelier. Pour la conduite des travaux, la modération principale a été assurée par Monsieur Jean Claude NGUINGUIRI, expert à la FAO, Monsieur Delphin MAPAGA, Directeur Général Adjoint 2 des Forêts et Madame Marthe MAPANGOU, Directrice Nationale du Fonds Mondial pour la Nature (WWF). Le Secrétariat a été assuré conjointement par les experts du Ministère de la Forêt et de l’Environnement et de la Société civile (Conservation Justice). 

 

Après la session introductive qui a permis de situer le contexte de l’atelier et de présenter le cadre d’évaluation conçu par la FAO et le rapport de l’étude, les travaux se sont poursuivis par une série de communications. 

 

Celle-ci a porté entre autres sur les conclusions des missions sociales ALEFI (2014-2017), le processus d’implication des communautés riveraines dans la gestion des Parc Nationaux : Progrès et limites, et sur l’étude de cas du projet de développement de l’apiculture dans les forêts communautaires.

 

Par ailleurs, les participants ont procédé à un examen approfondi du rapport d’évaluation produit par le consultant national. Ils se sont repartis en trois (3) groupes de travail consacrés respectivement à l’examen des conclusions du rapport sur les régimes de foresterie participative suivants : 

- les séries à l’usage des populations délimitées dans les CFAD ; 

- la cogestion des zones périphériques et des zones tampons des aires protégées ; 

- les forêts communautaires. 

 

 

Les résultats des travaux en groupe ont été présentés en session plénière. Il en découle que l’étude reflète d’une manière générale la situation actuelle, en dépit de quelques informations à compléter ou à vérifier.

 

 

Pour plus d'information, bien vouloir télécharger ci-dessous le communiqué final: Atelier de validation du rapport d’évaluation de l’étendue et de l’efficacité de la foresterie participative

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Afrique centrale : Ndjamena accueille la 47e réunion du Comité sur les questions de sécurité du 3 au 7 décembre

Libreville (Gabon), 30 novembre 2018 – La 47e réunion du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) aura lieu du 3 au 7 décembre 2018 à Ndjamena, la capitale du Tchad. Comme lors des précédentes sessions, elle permettra de faire le point de la situation géopolitique et sécuritaire dans les onze pays membres, notamment l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine (RCA), le Congo, la République démocratique du Congo (RDC), le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tomé et Principe, et le Tchad.

En savoir plus...

RFUK- Aires protégées et droits communautaires : utiliser les cartes participatives pour soutenir la conservation durable dans le bassin du Congo

Les meilleurs projets de conservation commencent avec les Hommes. Cependant, des aires protégées continuent à être établies et gérées dans le Bassin du Congo avec peu de considération envers les droits fonciers et les droits aux ressources des communautés locales, ce qui favorise les conflits et les violations des droits de l’homme.

En savoir plus...

Environews-Bruxelles : Début de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo

C’est le Musée Royal de l’Afrique Centrale (Tervurin) qui accueille la première journée de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Les travaux lancés ce mardi doivent déboucher sur de nouveaux engagements afin de préserver ces forêts partagées par une dizaine des pays d’Afrique centrale, et considérés comme un patrimoine de l’humanité.

En savoir plus...

RDP18-Rapport-Stream 1. Gouvernance forestière et aménagement du territoire

Notre stream porte sur les questions toujours d’actualité de la gouvernance forestière et de l’aménagement du territoire. Plus que jamais, ces deux thématiques sont des thématiques clés pour les perspectives d’avenir des forêts du Bassin du Congo. Cependant, la nature vaste des questions de comment aménager l’espace forestier et comment le pouvoir s’exerce dans ces zones nous exigent de prioriser, au sein du stream, nos discussions et interventions.

En savoir plus...

RdP 18 du PFBC - Journée scientifique et académique du PFBC - 27 novembre 2018

L’organisation de la journée scientifique s’inscrit pleinement dans la feuille de route de la Facilitation belge du PFBC. La recherche sur les forêts du bassin du Congo doit servir à définir les priorités d'action et de tirer quand il le faut les sonnettes d'alarme pour que les décideurs politiques prennent conscience de la situation et agissent en conséquence. En outre la recherche doit pouvoir orienter ; de façon responsables et durables, les investissements liés au secteur forêts /biodiversité et aux autres secteurs économiques dont les impacts non contrôlés peuvent affecter considérablement les ressources naturelles dans le Bassin du Congo.

En savoir plus...

RFUK-facteurs de déforestation : sommes-nous sur la bonne voie ?

Ce débat sera l’occasion d’explorer ce que ces nouvelles études révèlent sur les dynamiques de déforestation, d’identifier les zones d’ombres qui persistent, et discuter de ce que cela implique pour les programmes et politiques à mettre en œuvre en RDC.

En savoir plus...

RdP 18 – UNESCO : La convention du patrimoine mondial et la protection de la biodiversité du bassin du Congo, 28 novembre 2018, 14HOO -15H30, Palais d'Egmont-Salle Bleue- Bruxelles

Programme...Facilitateur : Guy Debonnet, Centre du patrimoine mondial; Mot de bienvenue : Dr. Mechtild Rôssler, Directrice du Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO; Présentation sur le patrimoine mondial dans le Bassin du Congo par Guy Debonnet; Mot du Dr Pasteur Cosma Wilungula, Directeur Général de I’ICCN Discussion avec le panel : Filippo  Saracco, Commission Européenne...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018

CAWHFI NEWS N° 002
FGF Brazzaville 2018