L’Afrique centrale parle aux parties du FNUF sur la mise en œuvre du Plan stratégique des Nations Unies sur les Forêts (2017-2030)

 

 

MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATÉGIQUE DES NATIONS UNIES SUR LES FORÊTS (2017-2030)

 

Déclaration avant adoption

L’Algérie a conseillé de retirer, du paragraphe 19 bis, l’expression « consistent with their mandates » (conformément à leur mandat), estimant que sa présence risque d’empêcher le Partenariat de collaboration sur les forêts (PCF) de mettre en œuvre le plan de travail.

 

 

La Suisse et la Fédération de Russie ont appelé à la suppression du paragraphe 22 bis, et l’Indonésie à sa modification, au motif que le point relatif au Comité des forêts n’a pas été débattu au cours de la session.  Le Nigéria a suggéré d’en débattre lors de la quatorzième session et les États-Unis ont proposé un nouveau libellé par lequel le Forum inviterait la FAO à lui présenter un rapport sur la vingt-troisième session dudit Comité.  Cette proposition de modification a été accueillie favorablement par les délégations et, suite aux préoccupations soulevées par l’Ukraine, la FAO a assuré que le Comité sera en mesure de répondre positivement à l’invitation du Forum qui figurerait dans la résolution.

 

 

Les États-Unis ont également proposé quelques modifications techniques au paragraphe 14 et appelé au maintien du libellé du paragraphe 19 bis, tandis que l’Inde a réclamé plus de temps pour pouvoir consulter sa capitale.

Le Forum a ensuite adopté par consensus, tel qu’oralement amendée, la résolution omnibus.

 

 

Déclaration après adoption

Les États-Unis ont fait part de leurs vives préoccupations au sujet des transferts non volontaires de technologie, avertissant qu’ils risquent de saper le droit de la propriété intellectuelle.

 

 

Le grand groupe des ONG a déclaré que le Plan stratégique doit insuffler un véritable élan à l’avancée du Programme de développement durable.  Il a appelé à la coopération sectorielle et souhaité un grand engagement au niveau politique, avant de suggérer que la sensibilisation et le plaidoyer ciblent des décideurs politiques travaillant dans d’autres domaines.  Le groupe a aussi appelé à réfléchir à la protection des dernières forêts primaires, et à ne pas perdre de vue la situation des communautés tributaires des forêts. 

 

 

Le Nigéria a appelé à l’élaboration d’un guide et d’un module pour le financement de la gestion durable des forêts pour mieux mobiliser les financements.

 

 

Discussion générale sur le point 6

Le grand groupe des enfants et des jeunes a indiqué qu’il présenterait prochainement son plan pour la célébration de la Journée mondiale des forêts.

 

 

Le Gabon a fait savoir que la Conférence des ministres en charge des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC) avait deux enjeux nouveaux à présenter: la recrudescence de la criminalité forestière et faunique et les défis de la protection et de la gestion des tourbières.  Ces enjeux sont d’une importance majeure pour les pays de la COMIFAC, a-t-il souligné.

 

 

La Malaisie a parlé des réglementations contraignantes imposées à la commercialisation du bois certifié.  Il a proposé au Forum de mettre en place un système de primes pour les bois et les produits ligneux certifiés.

 

 

Le Bangladesh a indiqué que la présence de plus d’un million de réfugiés rohingya sur son territoire avait des répercussions notables sur l’environnement forestier du pays, y compris les corridors pour éléphants.  Le bois des forêts d’une superficie équivalente à trois terrains de football est coupé chaque jour pour subvenir aux besoins de ces réfugiés, a-t-il dit.  Il a également averti du risque accru de coulée de boue que cela entraîne.  Le Gouvernement se mobilise pour pallier cette situation, mais à moins de trouver une solution à la crise des réfugiés rohingya, les plans de gestion des forêts seront mis à mal et l’impact sur le développement du pays sera notable.

 

 

Pour sa part, l’Iran a souligné les conséquences négatives des tempêtes de sable sur les forêts.  Il a proposé que cette question soit examinée par le Forum. 

 

 

Remarques de clôture

L’Équateur a indiqué que son pays accueillera dans quelques mois une réunion régionale au cours de laquelle sera présentée une initiative visant à promouvoir la gestion forestière durable en Amazonie.

 

 

La République du Congo a ensuite appelé au renforcement de la collaboration entre la COMIFAC et le Partenariat de collaboration sur les forêts au motif que cela permettrait d’améliorer la mise en œuvre du Plan stratégique par les pays de la région.  Elle a aussi attiré l’attention sur le problème de financement.

 

 

Le grand groupe pour les enfants et les jeunes a, pour sa part, appelé à impliquer les jeunes et à tenir compte de leur contribution à la gestion durable des forêts.

 

 

La Suisse et la Fédération de Russie sont également intervenues pour saluer l’engagement et le travail du Directeur du Forum.  « J’espère que vous vous souviendrez de nous lorsque vous vous promènerez dans les forêts au lieu d’être dans une salle de conférence », a lancé amicalement la Suisse.

 

 

L’Iran et les États-Unis, ainsi que le Brésil et la Chine ont également adressé un message de remerciement au Directeur.  « Notre reconnaissance est des plus profondes et vous allez véritablement nous manquer », a déclaré le Président du FNUF.

 

En savoir plus…

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

observers.france24 : Dans le nord du Congo-Brazzaville, conflit autour de l’exploitation de l’or et du titanium

Près d'Elogo, village reculé de la région de la Sangha, dans le nord du Congo Brazzaville, une mine d'or et de titanium est exploitée illégalement selon nos Observateurs. Une vidéo, tournée en 2017 par une ONG, l'Observatoire congolais des droits de l'Homme, montre des machines en train de creuser dans la zone forestière proche du village. Aux commandes, des hommes visiblement asiatiques. Selon nos Observateurs, cette exploitation a des répercussions sur l'environnement et les populations locales, et d’autres cas similaires ont été identifiés dans le nord du pays .

En savoir plus...

SEP2D : Lancement de la seconde revue de l'évaluation mondiale de l'IPBES par les gouvernements et les experts

L’IPBES (Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques) lance une revue externe de l’évaluation mondiale de la biodiversité jusqu’au 29 juin 2018 (documents disponibles depuis le 14 mai). Le souhait de l’IPBES est que cette démarche concerne le plus large panel de réviseurs : « experts intéressés et qualifiés, y compris scientifiques, décideurs, praticiens et autres détenteurs de connaissances ».

En savoir plus...

FNUF : Le Forum sur les forêts achève ses travaux en adoptant une stratégie de communication sur la mise en œuvre du Plan stratégique de l’ONU sur les forêts

Pendant une semaine, le Forum a examiné, à titre prioritaire, la mise en œuvre du Plan stratégique sur les forêts qui offre un cadre global d’action pour assurer une gestion durable de tous les types de forêts et d’arbres en général, et pour mettre un terme à la déforestation et à la dégradation des forêts.  La planète perd en moyenne 13 millions d’hectares de couvert forestier par an.

En savoir plus...

Mise en œuvre du Protocole de Nagoya. Les juristes et experts chargés de politiques publiques de l’espace COMIFAC outillés pour l’élaboration des mesures APA

15 juristes et experts chargés de politiques publiques ont été formés sur les connaissances en matière de formulation et d’élaboration de mesures législatives, administratives et de politique générale relative à l’APA.

En savoir plus...

Harmattan : La gouvernance climatique au Cameroun

La multiplication des événements climatiques extrêmes (sécheresses, inondations) du fait de la hausse de la température mondiale a conduit les États de la planète à mettre la question du changement climatique sur leur agenda politique. Le Cameroun n’en fait pas exception. Traiter de la gouvernance climatique au Cameroun conduit nécessairement à analyser comment se construit l’action publique de lutte contre le changement climatique au Cameroun. Elle apparaît comme une configuration d’action publique multi-niveaux. Ainsi, la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique en constitue l’arène climatique globale.

En savoir plus...

L’Afrique centrale parle aux parties du FNUF sur la mise en œuvre du Plan stratégique des Nations Unies sur les Forêts (2017-2030)

Le Gabon et la République du Congo font des déclarations forte sur le point concernant les discussions générales (point 6) et sur les remarques de clôtures… la COMIFAC rehaussée dans le plaidoyer des Ministres au FNUF 13...

En savoir plus...

Afdb : Afrique de l’Ouest : le 3 ème Forum sur le financement climatique et des énergies propres s’achève à Abidjan sur un succès

La troisième édition du Forum sur le financement climatique et des énergies propres en Afrique de l’Ouest (WAFCCEF-3, sigle en anglais) a eu lieu jeudi 12 avril 2018 à l’auditorium Babacar Ndiaye de la Banque africaine de développement à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en présence de représentants d’institutions internationales, de promoteurs privés, d’experts en énergie ainsi que de nombreux enseignants-chercheurs et étudiants.

En savoir plus...

Entrée diplomatique et politique réussie du Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de la Belgique du PFBC

Du 19 au 20 avril 2018, le Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC a effectué une mission à Yaoundé la capitale politique du Cameroun. Entre autres au programme de cette importante mission, une table ronde des Chefs de Missions des partenaires du PFBC, une visite du Facilitateur au Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, des réunions avec les partenaires techniques et les représentants des différents collèges du PFBC au tour de la nouvelle vision et orientation stratégique de la Feuille de route de la Facilitation du Royaume de la Belgique du PFBC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018