L’Afrique centrale parle aux parties du FNUF sur la mise en œuvre du Plan stratégique des Nations Unies sur les Forêts (2017-2030)

 

 

MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATÉGIQUE DES NATIONS UNIES SUR LES FORÊTS (2017-2030)

 

Déclaration avant adoption

L’Algérie a conseillé de retirer, du paragraphe 19 bis, l’expression « consistent with their mandates » (conformément à leur mandat), estimant que sa présence risque d’empêcher le Partenariat de collaboration sur les forêts (PCF) de mettre en œuvre le plan de travail.

 

 

La Suisse et la Fédération de Russie ont appelé à la suppression du paragraphe 22 bis, et l’Indonésie à sa modification, au motif que le point relatif au Comité des forêts n’a pas été débattu au cours de la session.  Le Nigéria a suggéré d’en débattre lors de la quatorzième session et les États-Unis ont proposé un nouveau libellé par lequel le Forum inviterait la FAO à lui présenter un rapport sur la vingt-troisième session dudit Comité.  Cette proposition de modification a été accueillie favorablement par les délégations et, suite aux préoccupations soulevées par l’Ukraine, la FAO a assuré que le Comité sera en mesure de répondre positivement à l’invitation du Forum qui figurerait dans la résolution.

 

 

Les États-Unis ont également proposé quelques modifications techniques au paragraphe 14 et appelé au maintien du libellé du paragraphe 19 bis, tandis que l’Inde a réclamé plus de temps pour pouvoir consulter sa capitale.

Le Forum a ensuite adopté par consensus, tel qu’oralement amendée, la résolution omnibus.

 

 

Déclaration après adoption

Les États-Unis ont fait part de leurs vives préoccupations au sujet des transferts non volontaires de technologie, avertissant qu’ils risquent de saper le droit de la propriété intellectuelle.

 

 

Le grand groupe des ONG a déclaré que le Plan stratégique doit insuffler un véritable élan à l’avancée du Programme de développement durable.  Il a appelé à la coopération sectorielle et souhaité un grand engagement au niveau politique, avant de suggérer que la sensibilisation et le plaidoyer ciblent des décideurs politiques travaillant dans d’autres domaines.  Le groupe a aussi appelé à réfléchir à la protection des dernières forêts primaires, et à ne pas perdre de vue la situation des communautés tributaires des forêts. 

 

 

Le Nigéria a appelé à l’élaboration d’un guide et d’un module pour le financement de la gestion durable des forêts pour mieux mobiliser les financements.

 

 

Discussion générale sur le point 6

Le grand groupe des enfants et des jeunes a indiqué qu’il présenterait prochainement son plan pour la célébration de la Journée mondiale des forêts.

 

 

Le Gabon a fait savoir que la Conférence des ministres en charge des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC) avait deux enjeux nouveaux à présenter: la recrudescence de la criminalité forestière et faunique et les défis de la protection et de la gestion des tourbières.  Ces enjeux sont d’une importance majeure pour les pays de la COMIFAC, a-t-il souligné.

 

 

La Malaisie a parlé des réglementations contraignantes imposées à la commercialisation du bois certifié.  Il a proposé au Forum de mettre en place un système de primes pour les bois et les produits ligneux certifiés.

 

 

Le Bangladesh a indiqué que la présence de plus d’un million de réfugiés rohingya sur son territoire avait des répercussions notables sur l’environnement forestier du pays, y compris les corridors pour éléphants.  Le bois des forêts d’une superficie équivalente à trois terrains de football est coupé chaque jour pour subvenir aux besoins de ces réfugiés, a-t-il dit.  Il a également averti du risque accru de coulée de boue que cela entraîne.  Le Gouvernement se mobilise pour pallier cette situation, mais à moins de trouver une solution à la crise des réfugiés rohingya, les plans de gestion des forêts seront mis à mal et l’impact sur le développement du pays sera notable.

 

 

Pour sa part, l’Iran a souligné les conséquences négatives des tempêtes de sable sur les forêts.  Il a proposé que cette question soit examinée par le Forum. 

 

 

Remarques de clôture

L’Équateur a indiqué que son pays accueillera dans quelques mois une réunion régionale au cours de laquelle sera présentée une initiative visant à promouvoir la gestion forestière durable en Amazonie.

 

 

La République du Congo a ensuite appelé au renforcement de la collaboration entre la COMIFAC et le Partenariat de collaboration sur les forêts au motif que cela permettrait d’améliorer la mise en œuvre du Plan stratégique par les pays de la région.  Elle a aussi attiré l’attention sur le problème de financement.

 

 

Le grand groupe pour les enfants et les jeunes a, pour sa part, appelé à impliquer les jeunes et à tenir compte de leur contribution à la gestion durable des forêts.

 

 

La Suisse et la Fédération de Russie sont également intervenues pour saluer l’engagement et le travail du Directeur du Forum.  « J’espère que vous vous souviendrez de nous lorsque vous vous promènerez dans les forêts au lieu d’être dans une salle de conférence », a lancé amicalement la Suisse.

 

 

L’Iran et les États-Unis, ainsi que le Brésil et la Chine ont également adressé un message de remerciement au Directeur.  « Notre reconnaissance est des plus profondes et vous allez véritablement nous manquer », a déclaré le Président du FNUF.

 

En savoir plus…

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le secteur de la pêche du Sénégal et la Guinée-Bissau désormais « Sécurisé »

Le protocole signé lundi à Bissau est la prorogation d’un accord d’avril 2016 prévoyant l’octroi de 300 licences aux pêcheurs artisanaux sénégalais et de 10 licences pour la pêche au thon industrielle, ont indiqué les responsables des deux pays.

En savoir plus...

afrique.lalibre «La gratuité empêche les pays africains de bien se développer»

Deogratias Niyonkuru est l’une des nombreuses personnalités qui dénoncent les effets pervers de l’aide humanitaire, notamment en Afrique. « L’aide humanitaire déconstruit les tissus sociaux, pousse à l’assistanat et, au final, détruit la dignité humaine. C’est ce que nous avons pu constater au Sud Kivu (RDC) et au Burundi. »

En savoir plus...

AICED Rapport-L ’Agroécologie au service de la lutte contre les changements climatiques dans le Parc National des Virunga

L’organisation AICED mène une activité dénommé «  l’Initiative locale à l’Agro-écologie par l’adaptation de l’agriculture familiale au Changement Climatique  pour la gestion du sol  et la protection des écosystèmes  du Parc National des Virunga ». Bien vouloir télécharger son rapport…

En savoir plus...

OSFACO Lettre d'information Janvier 2019

A lire : APPUI CARTOGRAPHIQUE Cameroun Suite à l’atelier de démarrage organisé en juin 2018 à Yaoundé, les opérateurs Camerounais du ST-REDD+ ont réalisé la photo-interprétation des échantillons, qui ont ensuite été utilisés pour l'analyse des changements du couvert forestier dans le sud du Cameroun (zone du Programme de Réduction des Emissions), plus spécifiquement pour l’estimation des données d’activité et leur incertitude….

En savoir plus...

Conférence OSFACO « Des images satellites pour la gestion durable des territoires en Afrique »

L’objectif général de la présente conférence du 11-15 mars 2019 - Hôtel Azalai - Cotonou - Bénin, est d’organiser une rencontre scientifique et technique entre experts, chercheurs, enseignants, acteurs d’ONG ou de bureaux d’études, et services techniques des institutions publiques ayant des intérêts dans l’utilisation des données satellitaires pour la cartographie, le suivi spatial des terres et du couvert forestier ainsi que le développement durable en Afrique Centrale et de l’Ouest.

En savoir plus...

Son Excellence François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année 2018 et vous présente ses meilleurs vœux pour l'année 2019 !

J’ai apprécié, au cours de cette année 2018, vos diverses contributions riches et variées qui ont enrichi notre Partenariat commun. Ensemble, nous avons encore avancé avec d’une part l'adhésion de plusieurs nouveaux membres, portant à 113 le nombre des membres du PFBC et d’autres part, nous disposons d’une « Déclaration de Bruxelles » adoptée au cours de la 18e Réunion des Parties du PFBC, laquelle culmine l’ensemble des efforts de la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC à favoriser le dialogue, impulser l’action pour un leadership politique plus fort et plus adéquat du Partenariat...

En savoir plus...

Les forêts d’Afrique centrale peuvent aider à atténuer la crise globale de l’eau qui pointe à l’horizon selon un rapport de plus de 50 scientifiques de 20 pays.

Une crise globale de l’eau pointe à l’horizon. Exacerbée par la croissance démographique mondiale et le changement climatique dans plusieurs endroits du monde, elle s’approche à grands pas. Plus de 50 scientifiques de 20 pays ont contribué à une étude mondiale des liens entre forêts, eau, climat et êtres humains.

En savoir plus...

UN: Le changement climatique pousse l’Afrique vers le point de non-retour

« L'Afrique est à un tournant. Les nations ont connu une croissance économique, politique et sociale impressionnante au cours des dernières décennies. Mais les disparités entre riches et pauvres sont toujours là. La pauvreté, même si réduite, demeure un problème sérieux pour certains pays. Les changements climatiques, les sécheresses, les inondations, les variations des précipitations et les conflits ont le potentiel de faire échouer les mesures prises pour réduire la faim et  atteindre les objectifs énoncés dans l’Accord de Paris et le Programme de développement durable à l'horizon 2030 » , a déclaré Ahunna Eziakonwa

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC