Kinshasa ; Forum de Haut niveau sur la forêt et le changement climatique pour le développement durable : La RDC , l’Afrique Centrale et la communauté internationale mobilisés

 

Les participants échangent sur d’une part sur les changements climatiques et rôle des forêts, les négociations climatiques et architecture financière,  d’autres part  suivent les Déclarations de 9 partenaires sur les négociations autour des changements climatiques et le Dialogue politique entre les Ministres de la RDC modéré par le Représentant du PNUD.

 

 docs/fotos/newsletter/100_Elefants.jpgKinshasa (République Démocratique du Congo), 10  octobre 2011. S’est tenu un Forum de Haut niveau sur la forêt et le changement climatique pour le développement durable. Organisé par le Ministère de l'Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme de RDC, le PNUD, le PNUE, l’UE et la Banque Mondial, le Forum a regroupé plus de 400 participants. Cinq des objectifs spécifiques du Forum consistaient à: (1)Témoigner l’engagement de la RDC en matière de gestion  durable et son leadership en matière de REDD+ ; (2) Echanger  sur les  enjeux de la COP17 et confirmer le rôle de la RDC comme chef de file ; (3) Echanger sur les initiatives novatrices en matière de changement climatique ; (4) Promouvoir le dialogue entre les décideurs de haut niveau en RDC et (5) Mobiliser les partenaires techniques et financiers pour le soutien de la RDC et des autres pays de  la COMIFAC.

 

docs/fotos/newsletter/plants2.jpgIntervenant à la cérémonie d'ouverture ponctuée de 5 allocutions, Monsieur le ministre José Endundo Bononge Endundo hôte du Forum a fait observer une minute de silence en l’honneur du Prix Nobel de la paix Wangari Mathai. Il a relève le contexte  actuel de crise alimentaire, financière, économique  et environnementale et mis en exergue les défis du changement climatique, de la conservation de la biodiversité et de la lutte contre la pauvreté. Il a  insisté sur les objectifs du forum avec la vision de la RDC axée sur «un Congo vert, développé, promouvant l’économie verte, responsable et leader  dans le monde de demain». Avant de clore son allocution de bienvenue,  il a conclu sur la valeur ajoutée du dialogue entre les différents Ministres de l’espace COMIFAC et la nécessité de dégager une feuille de route. Le Représentant du PNUD et coordonnateur du système des Nations Unies en RDC a dans son mot souligné l’importance  des forêts de la RDC qui est en même temps d’un enjeu national et mondial. Quoique  le  taux de déforestation de la RDC soit  de 0,2% par an,  de loin inférieur à la moyenne mondiale, les pertes en en valeur absolue la RDC ne sont pas négligeables car elles s’élèvent à plus de 240 000 ha par an. Il a encouragé la RDC  à poursuivre la mise en ouvre de la stratégie  de croissance de la 2ème génération qui tienne compte des questions environnementales, avant d’annoncer que le PNUD compte mettre en place  un réseau de communication proche de Twitter pour améliorer les échanges sur les questions de forêts et de changements  climatiques  en RDC.

 

Monsieur Hans Brattskar, Ambassadeur Climat de la Norvège, a dans son message fait remarquer que la REDD+ est le domaine qui a enregistré le plus de progrès dans le cadre de la lutte contre les changements  et saluer les efforts des autres partenaires (Fonds Carbone, UNREDD, BAD…). Soulignant que la REDD+ devra apporter une valeur ajoutée qui va améliorer la gestion durable, Monsieur Hans Brattskar a encouragé les  autres pays à appuyer la mise en place  des stratégies promouvant les stocks de carbone.  Il a félicité la RDC  pour son engagement dans le FLEGT et reconnaît  son leadership  dans la sous-région sur les questions de REDD+. Monsieur Hans Brattskar a relevé que son pays appui les initiatives du FFBC qui jouent un rôle crucial  dans l’appui aux projets REDD+ en RDC. En conclusion, il a porté à l’attention des participants qu’il reste beaucoup de choses à faire dans la sous-région et qu’il est nécessaire de renforcer la coordination de toutes les initiatives avec des partenaires engagés et neutres. Dans son intervention, Mr Achim  Steiner  DG du PNUE et Secrétaire Général adjoint des Nations Unies s’est demandé Comment le monde pourra nourrir plus de 9  milliards de  personnes en 2050. Il a proposé de trouver des voies plus intelligentes basées  sur l’économie verte, la création des emplois et promouvant l’empreinte écologique. « Nous avons besoin d’une police d’assurance sur le changement climatique interne à la sous-région, externe et globale pour assurer  l’avenir des générations futures » a-t-il soutenu. Il  se réjoui  de l’existence des partenariats  divers dans  la sous-région dont le PFBC pour promouvoir l’économie verte et a souligné qu’il existe les moteurs qui catalysent les changements  climatiques et pour le PNUE, l’UNREDD est une réponse.  Mr Steiner a rappelé que la RDC est le premier pays qui a bénéficié des fonds FIP pour un montant de 60 millions de dollars, ce qui prouve  combien la communauté internationale y attache une grande importance. Ainsi, la RDC a montré son engagement dans la gestion durable et devrait inspirer toute l’Afrique et servir de lieu d’apprentissage et de centre d’excellence pour les autres pays  et l’Afrique. Cette dernière est donc  mieux placée pour défendre l’économie verte et son modèle devrait prendre en compte les autres aspects de la gestion durable comme la certification, les PFNL, l’écotourisme, les aires protégées.

 

Le Discours d’ouverture du Chef de l’Etat a été prononcé par le Vice Premier Ministre en charge des Postes et Nouvelles technologies de la communication, Monsieur Louis Alphonse KOYAGIALO NGBASE, représentant le Chef de l’Etat de la RDC « Nous travaillons sur une économie verte et cette voie est celle choisie par la RDC » a-t-il rappelé d’entrer de jeu avant de relever que les forêts congolaises doivent être préservées et valorisées au profit de l’Afrique et de l’humanité. « Notre rôle dans les négociations climatiques  doit être reconnu  dans le cadre de la COP17 à Durban, nous participerons  à l’effort mondial ». a tenu de signaler Monsieur KOYAGIALO NGBASE. Son pays est sujet à une pauvreté des populations  soumises à des conflits et meurtries  par une longue guerre.  A cet effet, les besoins en infrastructures de la RDC sont d’une grande importance.  Parlant des ressources minières et énergétiques devant servir de levier pour leur développement,  le Vice premier ministre a fortement souligné que son pays a besoin  des moyens colossaux pour son développement : « les appuis promis par  ceux qui portent une dette écologique ne sont pas là »  et de souligner que la RDC est au côté des autres pays de la sous-région  et qu’il était temps de passer à l’action car les efforts devraient être réciproques.  Il renchérit « Nous avons besoin d’une REDD+ efficace, simple et performant ». Il a remercié les partenaires qui les aident comme le PNUD, le PNUE, la BM, l’UE, la GIZ aussi bien que les autres partenaires et annoncée que la RDC est actuellement pacifiée et unie. 

 

 

Suite à cette cérémonie d’ouverture et durant deux jours les participants ont écouté de nombreuses communications plénières articulées autour de quatre axes à savoir:

 

 

(A) changements climatiques et rôle des forêts : (1) Problématique de la Déforestation par Alain Karsenty du CIRAD Forêt (2) Alternatives et solutions  pour lutter  contre la déforestation  au Brésil. Gabriel Ribenboim du Brésil (3) Système National de la surveillance des forêts en RDC par Vincent Kasulu, point focal Climat, point focal REDD (4) Regards croisés de la société civile congolaise et internationale sur le processus REDD+ par Adrien Sinafasi REPALEF RDC et Anne Mertinussen : Rainforest Foundation Norvège.

 

(B) Session sur les négociations climatiques et architecture financière : (1) Etat des négociations : Seth Osafo, juriste  de la CCNUCC (2) Perspective africaine sur  les négociations climatiques par Tosi Mpula Mpanu : Président du Groupe Afrique sous la CCNUC (3) Architecture financière internationale financière pour le climat et Fonds Verts climat : Veerle Vanderweed, Directrice   Environnement et Energie du PNUD (4) Obstacles aux Financements précoces Graham Wynee ; Conseiller au Projet Rainforest (5) Initiative du Fonds pour l’Economie Verte en Afrique Centrale : Michel Adandé : Président de la BDEAC (6)  Le financement privé dans la lutte contre le changement climatique. Sylvain Goupille : directeur du Fonds climatiques  Athelia

 

(C) Déclarations de 9 partenaires sur les négociations autour des changements climatiques : UE, FAO, UNREDD, Fonds Fiduciaires Multibailleurs (MTTF), Royaume Uni ;  France, Canada, UICN, Banque Mondiale 

 

(D) Dialogue politique entre les Ministres de la RDC modéré par le Représentant du PNUD : (1)Le Ministre du plan : intégrer les enjeux liés à l’environnement dans la stratégie de développement (2)  Ministre de l’Energie (3) Ministre de l’agriculture (4) Ministre de l’enseignement  supérieur et de la recherche (5) Ministre  de l’Environnement

 

 

A l'issue des travaux intenses le rendez–vous a été pris pour la concertation informelle de Berlin en République Fédérale d’Allemagne  afin de poursuivre le dialogue vers une position/déclaration commune dans le cadre de la préparation de l’Afrique Centrale pour Durban, Afrique du Sud (CDP 17 de la CCNUCC).

 

 

Bien vouloir télécharger :

 

Le Rapport de participation du Facilitateur Délégué du PFBC au Forum de Haut niveau à Kinshasa

 

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Afriquenvironnementplus- Adaptation aux changements climatiques : le Fonds d’Adaptation octroi le Congo une enveloppe de 5 milliards francs CFA

La République du Congo bénéficie du Fonds d’adaptation une enveloppe de 5 milliards de FCFA pour matérialiser le projet de renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique des communautés vulnérables du Bassin du fleuve Congo, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

En savoir plus...

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 octobre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Woodbois : 115ième membre du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo !

Bruxelles, Belgique, le 30 septembre 2019 : Woodbois Ltd. rejoint officiellement le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Dans le cadre du processus d'adhésion, Woodbois a présenté les documents requis et s'est engagée à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour la promotion de la gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale.

En savoir plus...

Communique final des travaux de la dixième réunion du SGTAPFS

Le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui technique et financier de la Coopération allemande à travers le projet GIZ d’appui régional à la COMIFAC, a organisé du 05 au 09 Novembre 2019 à Kigali au Rwanda, la dixième réunion du Sous- Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage (SGTAPFS). Bien vouloir télécharger le communiqué final de la réunion…

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019