Eco-sécurité, conflit homme/faune et utilisation des terres au cœur des débats : Tous les chemins mènent à N’Djamena !

 

 

Les  Ministres chargés de la Protection de la Faune, des questions de Défense et de Sécurité, de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Administration du Territoire, des Etats membres de la Communauté  Economique  des  Etats  de  l’Afrique  Centrale (CEEAC) se sont retrouvés à N’Djamena pour donner des orientations politico- juridico-diplomatiques et socio-économiques aux questions relatives à l’éco-sécurité, conflit homme/faune et autres conflits liés à l’utilisation des terres en Afrique centrale.

 

 

Réunis à N’Djamena le 27 juillet 2017 à l’occasion de la Conférence des Ministres de la CEEAC sur l’éco-sécurité, le conflit homme/faune et les autres conflits liés à l’utilisation des terres en Afrique centrale, les Ministres se sont engagés à veiller à la mise en application de la Déclaration de N’Djamena de Juillet 2017 dans l’exécution des actions régionales. Cette conférence de haut niveau avait pour objectif principal: d’adopter les outils stratégiques, juridico-institutionnels, techniques et opérationnels et de promouvoir l’éco-sécurité et la gestion efficace du conflit homme/faune et autres conflits liés à l’utilisation des terres.

 

 

Au terme du Huit clos des Ministres précédé par deux jours des travaux des experts, auxquels a participé la GIZ à travers le Programme d’Appui à la COMIFAC et le Projet d’Appui au BSB Yamoussa, les Ministres ont demandé au Secrétariat Général de la CEEAC:

  • d’initier des démarches auprès des partenaires techniques et financiers afin de développer et promouvoir l’économie verte ;
  • de réaliser des études de faisabilité des Programmes de Développement sur la Sécurité des Ressources Naturelles en Afrique Centrale ;
  • d’appuyer la Gestion du Conflit Homme/Faune et Conflits liés à l’Utilisation des Terres ; et
  • de développer l’Eco-Agriculture et l’Economie des Parcs Zoologiques destinées à accueillir les espèces fauniques en appui à la conservation in situ.

 

Ces recommandations convergent vers celles faites par la GIZ lors du segment des experts, tenu du 25 au 26 juillet 2017 en prélude à la Conférence des Ministres. En effet, le Dr Paul Scholte dans sa présentation liminaire sur les conflits liés à l’utilisation de l’espace, a relevé la nécessité d’avoir une approche multidisciplinaire pour une gestion efficace des ressources naturelles et la sauvegarde de la faune. Par ailleurs, il a mis l’accent sur le déclin des Zones de chasses en Afrique Centrale et sur l’importance de la promotion de l’économie des ressources naturelles en lien avec l’aménagement durable des territoires.

 

 

En outre cela, Me Bertille Mayen a présidé le groupe de travail chargé d’examiner le principe de la création du Consortium sur la sécurité des ressources naturelles, le conflit homme/faune et les autres conflits liés à l’utilisation des terres en Afrique centrale. A la suite  des échanges qui ont suivi la restitution en plénière des résultats des travaux, elle a souligné que ce projet de texte répond bien à la problématique de coordination et de cohérence entre les différents partenaires impliqués dans le concept éco-sécurité. Considérant la nature volontaire du Consortium et la complexité des membres, elle a recommandé que le projet de texte portant création dudit Consortium soit confié aux Juristes en collaboration avec les Etats pour un enrichissement autant bien sur le fond que la forme.

 

 

Une conférence des Ministres peut en cacher une autre.

A la suite de la Conférence sur l’Eco sécurité, s’est tenue le 28 juillet 2017, la Conférence des Ministres de l’Organisation pour la Conservation de la Faune Sauvage en Afrique (OCFSA) dont l’objet majeur était la redynamisation de ladite Organisation. Cette seconde Conférence a clôturé ces travaux de haut niveau en terre tchadienne. Les extrants obtenus démontrent l’engagement commun des Etats de l’Afrique Central à relever les défis de la conservation de la biodiversité qui s’inscrivent en première ligne de leur agenda. Une fois plus, N’Djamena, a servi de plateforme aux débats sur les questions environnementales et sécuritaires. A cela, nous disons : Chokrane Kabir  N’Djamena !

 

 

Bertille MAYEN

Pour plus de détails veuillez contacter : bernadette.wandja@giz.de

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Traffic: Prévalence du braconnage et du trafic des espèces sauvages dans le paysage Garamba-Bili-Chinko en Afrique centrale

Selon un nouveau rapport de TRAFFIC, des groupes armés étrangers, notamment l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), les Janjaweeds (une milice soudanaise) et d’autres milices non-étatiques, sont les principaux auteurs du braconnage et du trafic des espèces sauvages dans le paysage Garamba-Bili-Chinko en Afrique centrale, une région allant de la frontière nord-ouest de la République démocratique du Congo à la frontière sud-ouest de la République centrafricaine.

En savoir plus...

Projet APA GIZ COMIFAC : Formation sur la Gestion du Centre d’Echanges sur le mécanisme APA au Cameroun

22 Chefs de Services en charge d’information environnementale des Délégations Régionales du MINEPDED ont été formés sur les techniques de collecte et de publication sur le Centre d’Echange APA au Cameroun.

En savoir plus...

Projet GIZ APA-COMIFAC : Les premiers accords d’accès aux ressources génétiques d’APA au Cameroun évalués

Les premières expériences des Conditions Convenues d’un Commun Accord (CCCA) sur l’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des plantes Echinops giganteus et Mondia whitei ont été évalués.  Il est ressorti que d’une manière générale, que les clauses des accords entre les parties signataires dans les deux CCCA sont bien respectées.

 

En savoir plus...

Le Projet GIZ COMIFAC appuie les réseaux de la CEFDHAC dans l’élaboration de leurs stratégies !

Pour une participation multi-acteurs efficace aux prises de décision. Deux documents de stratégie des réseaux de la CEFDHAC ont été élaborés et validés à travers un processus participatif et inclusif au sein de chaque réseau concerné grâce aux différents appuis du Projet régional GIZ COMIFAC.

En savoir plus...

Les chercheurs et les juristes se mettent à l’école de l’APA

Pour une meilleure implication effective de toutes les parties prenantes au mécanisme d’Accès et de Partage des Avantages (APA) du Protocole de Nagoya. 13 chercheurs et 15 juristes des pays de l’espace COMIFAC ont été sensibilisés et formés sur le Protocole de Nagoya et la Convention sur la biodiversité Biologique. Des cahiers de charges ont été élaborés par ces acteurs en vue de leur participation à la mise en place des processus nationaux dans leurs pays respectifs.

En savoir plus...

La sonnette d’alarme est tirée !

Mme la Secrétaire Adjointe du MEP, représentant le Ministre de l’Elevage et des Pêches (MEP), a ouvert l’atelier de restitution des résultats de l’évaluation de la mise en œuvre du plan d’aménagement (PA) du PNSO. La Mission d’évaluation confiée au Dr Dolmia Malachie (consultant), avait pour objectif global d’évaluer la mise en œuvre du PA du parc suscité dans ses aspects techniques et financiers pour la période allant de 2010 à 2016, afin de proposer des mesures correctives transitoires et de formuler des orientations à soumettre à l’appréciation des parties prenantes pour leur prise en compte lors de sa révision.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo mobilise au cœur de la COP 23 à Bonn…

Bonn (Allemagne) -14 novembre 2017 – s’est tenu dans la salle de Réunion Brum -  BULA ZONE 3,  un événement parallèle de haut niveau organisé par la COMIFAC. La session a été rehaussée par la participation de plusieurs ministres des pays membres de la COMIFAC et des autres pays partis, la CEEAC et les représentants des organisations internationales.  

En savoir plus...

Note additionelle: Formation accréditée Lead Auditeur FSC en GF et CoC- Rainforest Alliance

Suite à de nombreux questionnements au sujet de la dite formation, Rainforest Alliance souhaite apporter clarifications sur les points suivants : ASI ayant renforcé ses procédures de qualification d’auditeurs FSC, toute personne ayant suivi précédemment une formation d’auditeur FSC FM-CoC mais SANS s’être qualifiée lors du FSC TRANSITION EXAM de Juillet 2017, se voit perdre son statut d’auditeur...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030