L’IPBES (Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques) désormais en place

 

Les travaux de la première réunion de l’IPBES a permis d’une part de finaliser la mise en place de l'IPBES (Élection des membres du Bureau et du Groupe d'Experts Multidisciplinaire et les liens avec le système des Nations Unies) et d’autre part d'avancer sur son programme de travail afin de la rendre opérationnelle le plus rapidement possible.

 

Bonn (Allemagne), 21-26 janvier 2013- S’est tenue la première réunion de la Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques ( en anglais Intergovernmental Science Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services).  


Organisée sous l’égide du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), par le Secrétariat de l’IPBES, la réunion de Bonn a rassemblé plus de 500 participants. Y ont  pris part les représentants des gouvernements membres et non membres de l’IPBES, des organisations et des conventions des Nations Unies, des organisations intergouvernementales, des organisations non gouvernementales, et divers groupes d’intervenants.

 

La session d’ouverture a connu quatre allocutions successivement faites par : Nick Nuttall du PNUE, Ursula Heinen-Esser, Secrétaire d’État Parlementaire au Ministère fédéral allemand de l'Environnement, de la Conservation de la nature et de la Sécurité nucléaire, le Maire de Bonn, et Achim Steiner, Directeur Exécutif du PNUE.

 

Outre l’élection de Zakri Abdul Hamid (Malaisie) comme Président de l’IPBES et Robert Watson (Royaume-Uni) comme Vice-Président, des décisions ont été prises durant la pleinière à savoir:

  • ♦ L’adoption du Règlement intérieur régissant la Plénière de la Plate-forme;
  • ♦ L‘adoption de la politique régissant l’admission des observateurs à l’IPBES ;
  • ♦ L’élection des 25 membres du Groupe d'Experts Multidisciplinaire (GEM);
  • ♦ La prise en compte de la proposition commune sur l’administration du Secrétariat de l’IPBES présentée par le PNUE, l’UNESCO, la FAO et le PNUD;
  • ♦ La poursuite de l’examen des liens entre l’IPBES et le système des Nations Unies;
  • ♦ L’adoption du projet de décision sur l’état des contributions et sur le budget initial de la Plate-forme pour 2013.

 

En termes de recommandations la plénière invite entre autres:


  • ♦le GEM et le Bureau d’IPBES à élaborer un projet de programme de travail pour la période 2014-2018, indiquant les demandes, contributions et suggestions pertinentes déjà faites;
  • ♦le Secrétariat de l’IPBES à soumettre aux membres, observateurs et intervenants un projet de programme de travail comprenant des estimations indicatives des coûts préparés en consultation avec le Bureau pour leurs observations, et à compiler les observations reçues pour examen par le GEM et le Bureau avant l’IPBES 2;
  • ♦le Secrétariat à apporter son soutien au GEM pour l’organisation d’un atelier d’experts et d’intervenants multidisciplinaire et équilibré sur le plan de la représentation régionale ;
  • ♦le GEM à recommander d’éventuelles procédures et approches pour examen par l’IPBES 2 permettant de travailler avec différents systèmes de connaissance ;
  • ♦le GEM à recommander, pour adoption par l’IPBES 2, un cadre conceptuel qui traite avec efficacité de l’objectif, des fonctions et des principes de fonctionnement pertinents de l’IPBES ainsi que des relations entre eux;
  • ♦le Secrétariat à engager un processus de large  consultation annoncé, impliquant les membres, les observateurs et les intervenants, sur le projet de stratégie pour la participation des intervenants, et à en présenter une version révisée pour examen à l’IPBES 2.

  

Sur IPBES :

L’IPBES (Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques) a été formellement mise en place, lors d’une Assemblée plénière qui s’est tenue à Panama du 16 au 21 avril 2012, sous l’égide du PNUE.  L’IPBES a pour objectif global d’établir un dialogue au plus haut niveau entre scientifiques et politiques pour relever les défis de la biodiversité. Il s’agit d’établir une organisation intergouvernementale indépendante qui s’efforcera de traduire dans les faits les informations scientifiques à destination des décideurs politiques dans l’optique d’un dialogue science-politique renforcé. À l’image du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), l’IPBES vise à rapprocher les scientifiques des décideurs politiques en donnant une réponse à la fois locale et globale à l'érosion de la biodiversité. Face à un domaine où les forces sont dispersées (multitudes de champs scientifiques et d’échelles d’observation), elle permettra de mobiliser l’expertise, de connecter les données et de synthétiser toutes les connaissances.

 

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir consulter  les sites web de la Fondation biodiversité et de l’IISD

 

 

Bien vouloir télécharger et/ou consulter :


 

  • 16-21 avril 2012 : Compte rendu de la deuxième session de la Réunion plénière sur la Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques : http://www.iisd.ca/vol16/enb16104f.html

 

  • ♦Vingt ans après le Sommet de la Terre de Rio et le lancement de la Convention sur la diversité biologique (CDB), 94 pays se sont engagés dans la construction d’une plate-forme intergouvernementale science-politique pour la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES). En savoir plus, Télécharger la fiche explicative sur l'IPBES

 

  • ♦Gap analysis - document d'information produit pour la 2ème réunion intergouvernementale et multipartite concernant la mise en place de l'IPBES (Nairobi, octobre 2009)
  • ♦Conférence internationale « Biodiversité : science et gouvernance » (janvier 2005)

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CIB-Olam est 100% Certifié FSC

Alors que nous sommes globalement préoccupés par la pandémie qui a ravagé nos vies et perturbé la normalité; nous essayons de comprendre comment naviguer, en nous préparant pour les temps à venir, voici une petite lumière brillante des forêts denses du Bassin du Congo. Nous sommes ravis de vous informer que nous avons officiellement reçu la certification FSC pour Mimbeli-Ibenga et CIB-Olam est maintenant 100% certifié FSC.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel | Février 2020

L’Humanité tout entière fait face à un défi inédit tandis qu’un tiers de la population mondiale est confinée chez soi en raison de la pandémie du Covid-19. La République du Congo, quant à elle, vient d'annoncer la mise en application de l’état d'urgence sanitaire et le confinement à domicile de l'ensemble de la population jusqu'au 30 avril.

En savoir plus...

PATPA série de webinaires - 31 mars, 1 avril, 2 avril - Développement des scénarios d’émissions de GES dans le cadre de la révision des NDC dans les pays africains

Un point technique:  Il y a deux possibilités de participer au webinaire via le logiciel zoom : Vous pouvez soit télécharger l’application de zoom gratuitement (et vous réunir au webinaire en cliquant sur le premier lien) soit vous ouvrez le webinaire dans votre browser (en cliquant sur le deuxième lien)...

En savoir plus...

Mise à jour sur la maladie à coronavirus (COVID-19) - iucncongress2020

À la lumière des récents développements en France liés à la maladie à coronavirus (COVID-19), l'UICN et le gouvernement français sont en étroite discussion sur les possibles impacts que cette situation aura sur le Congrès mondial de la nature 2020 de l'UICN. Ensemble, nous examinons attentivement les décisions qui pourraient être prises.

En savoir plus...

Modification de la loi forestière chinoise : des changements pour le bassin du Congo ? PAPIER OCCASIONNEL

S’il est vrai que l’on peut se réjouir de cet amendement législatif qui entrera en vigueur le 1er juillet 2020, l’on peut également s’interroger sur son impact dans l’exploitation forestière du bassin du Congo étant donné que la Chine est devenue la principale destination des bois de cette sous-région depuis plusieurs années.

En savoir plus...

Commodafrica-Evolution différenciée du commerce du bois tropical en 2019

Premier bilan de l’année 2019 sur les importations de bois tropical au Vietnam, en Chine et dans l’Union européenne. Si les importations de grumes diminuent en Chine, celles des sciages de l’Union européenne progressent pour la deuxième année consécutive. Du côté du Vietnam, l’Afrique est l'un des premiers fournisseurs du pays avec une forte présence du Cameroun, souligne l'Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO).

En savoir plus...

Atibt-Filière bois de la RDC : Etude sur l’état des lieux des acteurs

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets FLEGT-REDD CERTIFICATION mis en œuvre par l’ATIBT et financés par l’Union Européenne, le FFEM et la KfW, la Fédération des Industriels du Bois, en sigle FIB, a mené une étude portant sur l’état des lieux des acteurs de la filière forêts-bois de la RDC.

En savoir plus...

Analyse du traitement de l'infraction forestière par le judiciaire au Cameroun

Cette analyse ressort des maux de l’exploitation forestière qui restent d’actualité aujourd’hui et met en lumière le rôle que joue l’appareil judiciaire dans la lutte contre la mauvaise gouvernance dans la gestion des ressources naturelles au Cameroun. Le document a été rédigé grâce à la participation financière de l’Union européenne dans le cadre du projet « Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le Bassin du Congo ». Les opinions qui y sont exprimées ne peuvent en aucun cas être considérées comme reflétant la position officielle de l’Union européenne.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020