Journée internationale de la Terre nourricière

 

« Aujourd’hui, en cette Journée internationale de la Terre nourricière, je lance un appel à tous les peuples du monde pour qu’ils fassent entendre leurs voix. Exprimez-vous au nom de notre planète, car elle est notre unique foyer. Prenons soin de notre terre nourricière, afin qu’elle puisse continuer à prendre soin de nous, comme elle l’a fait pendant des millénaires» Ceci est une invitation à la protection de notre planète Terre lancée par le Secrétaire Général des Nations Unies  M. Ban Ki-moon, à l’ occasion de la célébration de la Journée internationale de la Terre célébrée ce 22 Avril.

 

Célébrée à travers les artères des villes de près de 180 pays par plus d’un milliard de personne, elle se tient dans un contexte où on assiste de plus en plus, à un Boum démographique en zone urbaine des différents pays. Les conséquences sont énormes sur la biodiversité et sur l’écosystème à cause des activités anthropiques vectrices d’émission des gaz à effet de serre, à savoir le développement industriel, les automobiles, construction des infrastructures routières, maritimes et habitat au détriment des forêts, ce contribue au réchauffement climatique.

 

En plaçant cette célébration sous le thème « Des villes vertes », les organisateurs ont voulu interpelé les habitants de notre planète à un changement de comportement et à plus de contribution pour aider les villes et les communautés à travers le monde, à accélérer la transition vers un avenir plus durable. Cet objectif concorde avec la vision du père fondateur de cette évènement, le Sénateur américain Gaylord Nelson, qui dès le 22 Avril 1970, encourageait déjà les étudiants à mettre sur pied des projets de sensibilisation à l'environnement dans leurs communautés.

 

Cette journée internationale de la terre a été une occasion de plus, de mettre l’Homme face à ces responsabilités et de l’amener à réfléchir défis de la préservation de l’environnement et le développement de l’énergie renouvelable.

 

L’espoir est porté vers les célébrations avenir, pour pousser l’homme à modifier son comportement vis-à-vis de notre terre, afin qu’un jour les populations puissent respirer l’air frais à plein poumon sans le risque de chopper une maladie respiratoire, d’entendre chantonner les oiseaux, de regarder éclore les bourgeons, de sentir le doux rayon du soleil sans le risque de se faire bruler, de boire l’eau douce de nos sous-sol sans le risque de se faire contaminer et de vivre en harmonie avec l’écosystème.

 

Dans la presse :

 

Thème 2014 : « Des villes vertes »

Journée Mondiale.Com

 

Campagne « Des villes vertes » -La campagne « Des villes vertes » aide les villes et les communautés à travers le monde à accélérer leur transition vers un avenir plus durable.

 

 

Images credits : http://www.journee-mondiale.com/112/journee-mondiale-de-la-terre.htm  et http://www.google.de/imgres?imgurl=http://cybermag.cybercartes.com/wp-content/uploads/2011/04/Carte-Journ%25C3%25A9e-Internationale-de-la-Terre.gif&imgrefurl=http://cybermag.cybercartes.com/le-22-avril-cest-la-journee-de-la-terre/&h=300&w=499&tbnid=0-ks0mM4mtIH0M:&zoom=1&tbnh=90&tbnw=150&usg=__HEA_KCC9GE6raSKzu9nb_TJs5pI=&docid=bJQ3oOM4yOZx6M&client=firefox-a&sa=X&ei=F9hXU-r8H8GvO5ymgSA&ved=0CFEQ9QEwAw&dur=544

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Cites : La protection des grands félins, thème de la prochaine Journée mondiale de la vie sauvage, 3 mars 2018

Les grands félins sont les animaux les plus populaires et les plus admirés dans le monde. Néanmoins, ces splendides prédateurs sont confrontés à bien des menaces, dues en majorité à des activités humaines. Leurs populations se réduisent à un rythme inquiétant en raison de la perte d’habitat et de proies, de conflits avec les humains, du braconnage et du commerce illégal. Ainsi, la population de tigres a chuté de 95% au cours des 100 dernières années et celle du lion d’Afrique de 40% en à peine 20 ans. Une série de mesures est entreprise pour enrayer ce déclin.

 

En savoir plus...

Afrique.TV5monde/RDC: réattribution de concessions forestières à des Chinois malgré un moratoire

Greenpeace et d'autres défenseurs de l'environnement ont déploré mardi à Kinshasa la réattribution par les autorités de la République démocratique du Congo de trois concessions forestières à des firmes chinoises malgré un moratoire en vigueur depuis 2002.

En savoir plus...

VRM/Pétition : Que cessent toutes sortes d’abus sur les femmes autour de grandes plantations de monoculture d’arbres

À l’occasion du 21 septembre, Journée internationale de lutte contre les plantations d’arbres, des femmes de plusieurs pays d’Afrique centrale et occidentale ont pris l’initiative de publier simultanément la pétition ci-jointe.

En savoir plus...

OIBT : Il faut s’attaquer à la dégradation des forêts pour faire avancer la REDD+, selon le Directeur exécutif de l’OIBT

En matière de REDD+, il conviendrait de davantage privilégier la lutte contre la dégradation des forêts, qui est aujourd’hui responsable au premier chef des émissions de gaz à effet de serre dans les forêts tropicales, selon le Directeur exécutif de l’OIBT, M. Gerhard Dieterle.

En savoir plus...

IFR : Les concessions forestières en Afrique Centrale : une introduction au numéro thématique

Actuellement, en Afrique, les concessions sont prises en tenaille entre l’augmentation de la densité de population dans les zones rurales et les investisseurs agro-industriels à la recherche de terres. Elles demeurent un instrument controversé de gestion des ressources forestières, bien que la certification ait joué un rôle déterminant dans l’amélioration des pratiques de gestion, en dépit de contextes de mauvaise gouvernance.

En savoir plus...

Ecologiste : Guilaume Pitron. La guerre des métaux rares

La face cachée de la transition énergétique et numérique : écologie, économie, géopolitique, voici une enquête saisissante sur les "métaux rares" devenus indispensables dans notre société actuelle.  Préface d'Hubert Védrine. Paru en janvier 2018.

En savoir plus...

Expertisefrance : Un groupe de travail pour mieux mesurer les progrès faits en matière d’ODD en Afrique

Les 5 et 6 janvier 2018, Expertise France, avec l’appui de l’INSEE et d’AFRISTAT a organisé la première réunion du groupe de travail sur les indicateurs de suivi des Objectifs de développement durable (ODD), dans le cadre du projet d’appui au suivi des ODD en Afrique (SODDA) financé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018