Le rapport d’une étude plaide pour la mise en œuvre rapide du mécanisme de financement de la COMIFAC

 

Entre 2005 et 2010, près de 600 millions de dollars ont été engagés au total au Cameroun et au Burundi par les Etats partenaires et par des instruments de financement multi-bailleurs. Par ailleurs, le ratio "engagements des PTF/contribution égalitaire" se monte à près de 1200 pour le Cameroun et près de 450 pour le Burundi

 

La Facilitation du PFBC en collaboration avec le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC est heureuse d’annoncer que l’«Etude des contributions financières internationales en faveur de la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale découlant de l’alignement des programmes et projets sur les axes du Plan de Convergence de la COMIFAC. Cas du Cameroun et du Burundi de 2005 à 2010. » est maintenant disponible en téléchargement sous le lien ci-après :

 

Il s'agit là d'une avancée significative vers le mécanisme de financement autonome de la COMIFAC.

 

Pour une lecture synthétique de cette étude, bien vouloir télécharger les 2 fiches de synthèses sur les approches monétaires pour le Cameroun et le Burundi :

 

♦ Contributions desdocs/doc_intern/GT COMIFAC/PFBC - Etude contribution financiere - Page couverture.jpg partenaires nationaux et internationaux au secteur forestier du Cameroun entre 2005 et 2010 : De l’engagement au décaissement dans le cadre de l’alignement sur le plan de convergence de la COMIFAC et la planification nationale.

 

Contributions des partenaires nationaux et internationaux au secteur forestier du Burundi entre 2005 et 2010 : De l’engagement au décaissement dans le cadre de l’alignement sur le plan de convergence de la COMIFAC et la planification nationale.

 

En effet, c’est dans la perspective de la tenue du 9ème Comité Consultatif Régional du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) à Bujumbura, fin mai 2011, que cette étude a été commandée par la Facilitation du PFBC, représentée par l’ACDI.

 

En effet, d’importants dossiers sont sur la table, l’un des prioritaires étant sans doute la mise en œuvre effective du mécanisme autonome de la COMIFAC, à qui l’on tend à reprocher souvent sa faible capacité d’action par ses moyens limités. Loin d’avoir un mandat d’exécution directe d’activité de gestion durable des écosystèmes forestiers, la COMIFAC doit cependant pouvoir assurer son rôle de représentation au niveau international, développer sa communication institutionnelle et la pérennité de ses charges de fonctionnement dans la perspective d’une crédibilité accrue face à ses partenaires techniques et financiers. Ses Etats membres sont donc pleinement responsables de ses capacités de structure.

Les partenaires techniques et financiers, de plus en plus nombreux à accompagner la gestion durable des forêts du bassin du Congo, s’impliquent depuis plus de 10 ans dans la construction institutionnelle de la COMIFAC, structure régionale au mandat d’harmonisation des politiques sous-régionales et coordination de toute initiative déclinée en fonction de son plan de Convergence, outil de référence unique de planification stratégique depuis 2005.


Cette étude des contributions financières internationales en faveur de la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale découlant de l’alignement des programmes et projets sur les axes du Plan de Convergence de la COMIFAC a pour ambition de vérifier, voire démontré, l’effe

t levier de la contribution nationale face aux contributions externes. Le Cameroun et le Burundi ont fait l’objet d’une première investigation, sur la période de référence janvier 2005-décembre 2010, objet de cette étude. Ses conclusions peuvent être aisément adaptées aux autres pays de l’espace COMIFAC.

 

Sur ladite période, ce sont près de 600 millions de dollars qui ont été engagés au total au Cameroun et au Burundi par les Etats partenaires et par des instruments de financement multi-bailleurs, et ceci pour des initiatives tant nationales que régionales. En termes de ratio "contribution engagée des Partenaire

docs/doc_intern/GT COMIFAC/PFBC - Etude contribution-Image.jpg

s Techniques et Financiers /contribution nationale sur la période", on obtient pour le Cameroun presque 3 et le Burundi presque 7. Pour les volumes décaissés, ce ratio s’évalue à presque 2 pour le Cameroun et un peu plus de 3 pour le Burundi.

 

Ont également pu être mises en comparaison les différentes contributions des Etats COMIFAC suivant le mode de calcul du financement de la COMIFAC : du mode de contribution égalitaire d’aujourd’hui vers le mécanisme autonome de financement promu depuis 2006 et mis en place dans un pays de la sous-région. Le ratio "engagements des PTF/contribution égalitaire" se monte à près de 1200 pour le Cameroun et près de 450 pour le Burundi. Si le mécanisme de financement autonome était en place, les contributions extérieures s’établiraient alors à un ratio de 20 fois la contribution du Cameroun et près de 90 fois celle du Burundi.

 

Un deuxième angle d’approche, plus qualitatif, a consisté à analyser la valeur ajoutée de la COMIFAC en termes d’avantages non monétaires pour les acteurs du Cameroun et du Burundi. La conclusion semble simple: à différents niveaux, des progrès de type compréhension commune, amélioration de l’image et contribution de la sous-région à la dynamique mondiale, renforcement des capacités des acteurs nationaux (dans une dimension institutionnelle ou personnelle), etc. ont été directement renforcés de part l’existence même de la COMIFAC et de toutes les activités qui sont liées de près ou de loin à la conduite des activités de formation, négociation, représentation, sensibilisation, etc.. Le processus, malgré des imperfections, avance néanmoins positivement.

 

Télécharger l’étude complète ICI et les 2 fiches de synthèses sur les approches monétaires pour le Cameroun et le Burundi

 

Image credits: JMN Consulting, Cameroun

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

ATIBT -PFBC: Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC

L’ATIBT a co-facilité la mobilisation du secteur privé de la filière bois pour participer à la première réunion du collège du secteur privé du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo avec le nouveau facilitateur Dr Christian Ruck et son équipe de la Facilitation allemande.

En savoir plus...

Deuxième consultation publique relative à la norme de certification de gestion forestière de PAFC bassin du Congo 23 Mai 2020 – 22 Juin 2020

La seconde consultation publique sera ouverte pour une durée de 30 jours à partir du 23 mai 2020 et sera clôturée le lundi 22 juin 2020. La consultation publique est ouverte à toutes les parties prenantes de la gestion forestière dans le Bassin du Congo intéressées à participer au processus d’élaboration des normes de certification PAFC Bassin du Congo.

En savoir plus...

ATIBT Flash du 20/05/2020

A lire: Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) ; RIFFEAC - Une précieuse opportunité des formations forestière et environnementale dans le Bassin du Congo ;  FAO - Évaluation des ressources forestières mondiales 2020 – FRA 2020 ; Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC ; Timber Procurement Assessment Committee -TPAC- évalue PEFC…

En savoir plus...

22 Mai 2020 Journée internationale de la diversité biologique

Le thème de la Journée internationale de la diversité biologique 2020 est "Nos solutions sont dans la nature". Le thème de la journée montre que la biodiversité reste la réponse à un certain nombre de défis du développement durable auxquels nous sommes tous confrontés. Des solutions basées sur la nature au climat, en passant par la sécurité alimentaire et de l'eau, et les moyens de subsistance durables, la biodiversité reste la base d'un avenir durable.

En savoir plus...

Visionnez notre nouvelle vidéo -UICN

A l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité, cette nouvelle vidéo PPI, propose d’illustrer cette question de la conservation de la biodiversité et des liens avec le développement économique local. Elle montre deux témoignages, celui d’Alexis Kaboré (NATUDEV) qui développe des filières durables de miel et de beurre de karité dans le complexe du PONASI au Burkina Faso et celui de Caleb Ofori (Herp Ghana) qui met en place un projet d’écotourisme national dans les montagnes de l’est du Ghana.

En savoir plus...

COVID-19 et sécurité sanitaire des aliments : orientations pour les entreprises du secteur alimentaire - FAO

L’objet de ces orientations est de présenter ces mesures supplémentaires qui visent à préserver l’intégrité de la chaîne alimentaire et à garantir que les consommateurs ont accès à des denrées alimentaires qui répondent à leurs besoins et ne présentent pas de danger pour la santé.

En savoir plus...

Effets de la covid-19 sur les systèmes alimentaires halieutiques et aquacoles - FAO

La présente synthèse passe en revue les défis à relever actuellement et contient des propositions de mesures visant à protéger les secteurs de la pêche et de l’aquaculture et les plus vulnérables, à maintenir les activités et à soutenir la chaîne d’approvisionnement.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020