FEM : Construire un monde où les éléphants ne sont pas les prochains dinosaures

 

 

Le 12 août, nous célèbrerons la Journée mondiale des éléphants afin de sensibiliser l’opinion publique à la situation critique de la population mondiale d’éléphants. Cette journée est importante pour moi, en tant que gestionnaire de programme du Programme mondial pour la vie sauvage (ou GWP selon son acronyme anglais), lancé il y a deux ans afin de combattre le commerce illégal d'espèces sauvages dans 19 pays d'Asie et d'Afrique. Financé par le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) par une subvention de 131 millions de dollars, le GWP est un partenariat mondial visant à promouvoir la conservation de la faune et de la flore sauvage et le développement durable en luttant contre la criminalité.


 
 
Plusieurs projets nationaux du GWP comptent les éléphants parmi leurs espèces prioritaires et font des interventions allant de la réduction du braconnage et du trafic d’éléphants à la réduction de la demande d’ivoire. En faisant front aux menaces spécifiques à chaque pays, le GWP veille à ce que les éléphants disposent d’espaces sûres pour se déplacer en toute sécurité, qu'ils soient éloignés des communautés avec lesquelles ils partagent des ressources pour éviter les conflits et que ceux qui font le commerce illégal d'espèces sauvages soient poursuivis, en améliorant la collecte des preuves et des renseignements.


Projets nationaux du GWP visant à sauver les éléphants : quelques faits saillants


Le Mozambique

 
Le projet GWP au Mozambique, doté d'une subvention du FEM de 15,8 millions de dollars, sera mis en œuvre par le PNUD et exécuté par l'Agence nationale des zones de conservation (ANAC) du ministère des Terres, de l'Environnement et du Développement rural (MITADER), le Gorongosa Restoration Project (GRP) et la Wildlife Conservation Society (WCS).


 
 
L’un des sites importants du projet du GWP au Mozambique, la réserve nationale de Niassa (NNR) est la plus grande aire protégée du pays, s’étendant sur une surface de plus de 42 000 kilomètres carrés. La NNR est l'aire de répartition de l'éléphant la plus importante du Mozambique, abritant 42% de la population d'éléphants (4 441 éléphants). Elle abrite également des populations de lions, de léopards, de chiens sauvages, de zibeline, de koudou, de gnous et de zèbres.


 
 
La population d’éléphants est adjacente à celle du sud de la Tanzanie. Ensemble, elles constituaient autrefois la deuxième plus grande population d’éléphants au monde, bien que le braconnage les ait probablement faits reculer à la troisième ou quatrième place. Depuis 2012, la NNR est gérée conjointement pat l'ANAC et le WCS afin de contenir la perte d'habitat, le braconnage et les activités illégales et faire en sorte que les 40 villages de la réserve disposent de moyens de subsistance alternatifs pour le développement local. Ces agences emploient également des écogardes forestiers pour patrouiller la réserve. Cependant, il manque des ressources financières pour soutenir ces derniers dans la guerre contre les braconniers.

 

 

Les éco-gardes forestiers risquent quotidiennement leur vie lors des patrouilles, parfois sans armes, pour affronter des membres de réseaux criminels, face auxquels leur efforts semblent futiles, comme vous pouvez le constater dans cette vidéo produite par Raul Gallego Abellan, spécialiste de la communication vidéo chez GWP. Il est un journaliste vidéo, ayant travaillé auparavant comme journaliste de guerre. Il y a deux ans il a décidé d’utiliser ses connaissances et ses compétences interpersonnelles pour raconter l’histoire des espèces menacées de notre planète afin de les sauver grâce au photojournalisme et à la vidéographie.

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019