Bienvenue à notre nouveau partenaire "The Last Great Ape organisation (LAGA) & the Eco Activists for Governance and Law Enforcement ( EAGLE network)" !

 

The "Last Great Ape organisation (LAGA) & the Eco Activists for Governance and Law Enforcement ( EAGLE network)" adhère au Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo

 

Yaoundé (Cameroun), 05 septembre 2013 – The "Last Great Ape organisation (LAGA) & the Eco Activists for Governance and Law Enforcement ( EAGLE network)" a confirmé officiellement son adhésion au Partenariat des Forêts du Bassin du Congo (PFBC). "LAGA & EAGLE network" s’engage à cet effet à respecter les principes de gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale, à travailler en étroite collaboration suivant le cadre de coopération des partenaires du PFBC et à appuyer la mise en œuvre du Plan de Convergence de la COMIFAC.

 

En devenant membre du PFBC, "LAGA & EAGLE network" espère améliorer son efficacité et augmenter son impact dans le Bassin du Congo, ceci en collaboration avec ses partenaires locaux et internationaux.

 

 

"LAGA & EAGLE network" est focalisé sur l’application des lois fauniques et s’appui sur la lutte contre la corruption pour traquer les trafiquants des espèces sauvages. "LAGA & EAGLE network" a développé des méthodes de travail avec les gouvernements en matière d’enquêtes, d’opérations d’interpellation, d'encadrement juridique et d’activités médiatiques pour favoriser l’application de la loi.

 

Le modèle "LAGA & EAGLE network" a pris corps au Cameroun et est désormais reproduit dans six pays membres d’un réseau. Il a permis aux pays de passer de zéro poursuite à un taux d’un grand trafiquant arrêté, poursuivi et condamné par semaine. Ce réseau a permis l’emprisonnement d’environ 900 trafiquants à ce jour.

 

Certains de ces membres envisagent de devenir par ailleurs membres du PFBC.

 

Quelques informations disponibles sur le site web de "LAGA & EAGLE network"-  

 

LAGA membre de EAGLE networkLAGA est l’ONG leader en matière d’application des lois fauniques en Afrique. Elle est unique au monde de par son approche et ses activités et travaille en collaboration avec les gouvernements. LAGA s’est établi avec au départ zéro poursuite en application des lois fauniques dans presque tous les pays d’Afrique de l’Ouest et centrale. Zéro est une référence assez marquante qui est restée la même pendant une décennie avec pourtant en place des lois suffisantes.

 

Aujourd’hui LAGA a établi une légitimité pour un nouveau modèle d’interaction entre une ONG et le gouvernement. Sept mois après sa légalisation, LAGA a permis d’entreprendre les premières poursuites au Cameroun. Depuis 2006, chaque semaine, un grand trafiquant est arrêté ; 87 % des trafiquants poursuivis sont derrière les barreaux dès leur arrestation sans possibilité de libération sous caution. Les poursuites sont satisfaisantes et ont déjà abouti à la peine maximale de 3 ans. Les réparations imputées aux incriminés ont atteint plus de 100 000 USD dans une affaire relative à la faune. Des efforts au niveau des média ont abouti sur la production et la diffusion de 365 messages télé, radio et presse écrite, soit un par jour.

 

Le Gouvernement camerounais est l’une des parties de CITES (la Convention des Nations Unies relative au commerce des Espèces menacées) qui a inclus une ONG dans la délégation et a désigné LAGA pour le prix Bavin international Award. Un prix que LAGA a reçu des mains du Secrétaire général de la Convention.

 

LAGA a été félicité pour ses réalisations dans le domaine de l’application des lois fauniques et pour son impact de manière générale à travers diverses lettres de recommandation.

 

REPRODUCTION

 

L’expérience du Cameroun a prouvé que l’application des lois fauniques existantes et l’établissement de normes mesurables pour l’efficacité de l’application, c.-à-d. le nombre de grands contrevenants des lois fauniques condamnés à des peines, sont possibles. Malheureusement, la référence pour cet indicateur est toujours zéro dans les sous-régions Afrique centrale et de l’Ouest, mettant en exergue la nécessité d’étendre le modèle LAGA. Le modèle a déjà été établi dans le cadre du projet PALF u Congo-Brazzaville et en République centrafricaine avec des interpellations et des poursuites. Au Gabon, le projet AALF a pour objectif de reproduire le modèle à travers l’ONG Conservation Justice. En dehors de la Centrafrique, le modèle se poursuit au Togo dans le cadre du projet TALFF et en Guinée Conakry dans le cadre du projet GALF. Tandis que le Tchad et le Nigeria sont toujours dans le processus.

 

« Bienvenue » à notre nouveau membre The "Last Great Ape organisation (LAGA) & the Eco Activists for Governance and Law Enforcement ( EAGLE network)"

 

Pour d‘amples informations, bien vouloir consulter le site web de The "Last Great Ape organisation (LAGA) & the Eco Activists for Governance and Law Enforcement ( EAGLE network)" 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

FERN-Nos forêts, nos vies : Récits d’espoir et de résilience recueillis auprès de communautés forestières à travers le monde

Les récits portent la voix de femmes libériennes qui luttent pour le droit de posséder et de gérer des terres qui leur reviennent de droit, des populations autochtones guyaniennes qui résistent à des entreprises tentant de saisir leurs forêts, des communautés rurales laotiennes qui s’adaptent aux transformations profondes de leur mode de vie ancestral, ou encore des Ghanéens obtenant enfin justice face aux exploitants forestiers.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

greenrdc-Conflit forestier à la Tshopo : Greenpeace Afrique tire la sonnette d’alarme !

Depuis plus d’un mois, la tension s’est accentuée entre les communautés forestières basées à la Tshopo et la société canadienne des Plantations et Huileries du Congo SA (PHC) qui est une entreprise de la firme Feronia Inc.

En savoir plus...

Greenpeace-Cameroun-Les communautés locales et autochtones, sont progressivement privées de leurs droits fonciers

Il est important que les organismes internationaux de développement et le gouvernement camerounais puissent repenser leurs approches de développement. Ceci afin de s’assurer non seulement que leurs opérations n’amplifient pas les problèmes environnementaux et sociaux, mais aussi d’assumer leurs responsabilités lorsque ceux-ci surviennent.

En savoir plus...

Des progrès et innovations réalisés par les pays membres de l’espace COMIFAC dans la mise en œuvre du protocole de Nagoya

30 Septembre au 1er Octobre 2019, Douala Cameroun, forum sous- régional d’échange d’expériences en matière d’APA entre les chercheurs de l’espace COMIFAC et le secteur privé japonais.

En savoir plus...

Fern-Déclaration des Organisations de la Société Civile de Pays Forestiers Tropicaux

En septembre 2019, des défenseurs de l'environnement et des droits humains d'Afrique et d'Asie sont venus dans l'Union européenne pour tirer la sonnette d'alarme concernant l'accélération de la perte de forêts dans les régions du bassin du Congo et du Bas-Mékong. Leur message était clair: l'UE doit jouer un rôle clé dans la recherche de solutions mondiales si elle veut vraiment protéger la biodiversité et écologiser ses politiques.

En savoir plus...

Une pépinière des prochains négociateurs climat voit le jour à Yaoundé

 Du 08 au 10 Octobre 2019, s’est tenue dans la salle de conférence de la chambre d’Agriculture Yaoundé, l’Atelier sous régional de formation des jeunes et femmes leaders et négociateurs climats vers COP 25, Sous le thème : Temps pour l’Action – Genre et Finance Climat qui va se tenir à Santiago au Chili. Bien vouloir télécharger les documents de la formation...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019