Bienvenue à notre nouveau partenaire "The Last Great Ape organisation (LAGA) & the Eco Activists for Governance and Law Enforcement ( EAGLE network)" !

 

The "Last Great Ape organisation (LAGA) & the Eco Activists for Governance and Law Enforcement ( EAGLE network)" adhère au Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo

 

Yaoundé (Cameroun), 05 septembre 2013 – The "Last Great Ape organisation (LAGA) & the Eco Activists for Governance and Law Enforcement ( EAGLE network)" a confirmé officiellement son adhésion au Partenariat des Forêts du Bassin du Congo (PFBC). "LAGA & EAGLE network" s’engage à cet effet à respecter les principes de gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale, à travailler en étroite collaboration suivant le cadre de coopération des partenaires du PFBC et à appuyer la mise en œuvre du Plan de Convergence de la COMIFAC.

 

En devenant membre du PFBC, "LAGA & EAGLE network" espère améliorer son efficacité et augmenter son impact dans le Bassin du Congo, ceci en collaboration avec ses partenaires locaux et internationaux.

 

 

"LAGA & EAGLE network" est focalisé sur l’application des lois fauniques et s’appui sur la lutte contre la corruption pour traquer les trafiquants des espèces sauvages. "LAGA & EAGLE network" a développé des méthodes de travail avec les gouvernements en matière d’enquêtes, d’opérations d’interpellation, d'encadrement juridique et d’activités médiatiques pour favoriser l’application de la loi.

 

Le modèle "LAGA & EAGLE network" a pris corps au Cameroun et est désormais reproduit dans six pays membres d’un réseau. Il a permis aux pays de passer de zéro poursuite à un taux d’un grand trafiquant arrêté, poursuivi et condamné par semaine. Ce réseau a permis l’emprisonnement d’environ 900 trafiquants à ce jour.

 

Certains de ces membres envisagent de devenir par ailleurs membres du PFBC.

 

Quelques informations disponibles sur le site web de "LAGA & EAGLE network"-  

 

LAGA membre de EAGLE networkLAGA est l’ONG leader en matière d’application des lois fauniques en Afrique. Elle est unique au monde de par son approche et ses activités et travaille en collaboration avec les gouvernements. LAGA s’est établi avec au départ zéro poursuite en application des lois fauniques dans presque tous les pays d’Afrique de l’Ouest et centrale. Zéro est une référence assez marquante qui est restée la même pendant une décennie avec pourtant en place des lois suffisantes.

 

Aujourd’hui LAGA a établi une légitimité pour un nouveau modèle d’interaction entre une ONG et le gouvernement. Sept mois après sa légalisation, LAGA a permis d’entreprendre les premières poursuites au Cameroun. Depuis 2006, chaque semaine, un grand trafiquant est arrêté ; 87 % des trafiquants poursuivis sont derrière les barreaux dès leur arrestation sans possibilité de libération sous caution. Les poursuites sont satisfaisantes et ont déjà abouti à la peine maximale de 3 ans. Les réparations imputées aux incriminés ont atteint plus de 100 000 USD dans une affaire relative à la faune. Des efforts au niveau des média ont abouti sur la production et la diffusion de 365 messages télé, radio et presse écrite, soit un par jour.

 

Le Gouvernement camerounais est l’une des parties de CITES (la Convention des Nations Unies relative au commerce des Espèces menacées) qui a inclus une ONG dans la délégation et a désigné LAGA pour le prix Bavin international Award. Un prix que LAGA a reçu des mains du Secrétaire général de la Convention.

 

LAGA a été félicité pour ses réalisations dans le domaine de l’application des lois fauniques et pour son impact de manière générale à travers diverses lettres de recommandation.

 

REPRODUCTION

 

L’expérience du Cameroun a prouvé que l’application des lois fauniques existantes et l’établissement de normes mesurables pour l’efficacité de l’application, c.-à-d. le nombre de grands contrevenants des lois fauniques condamnés à des peines, sont possibles. Malheureusement, la référence pour cet indicateur est toujours zéro dans les sous-régions Afrique centrale et de l’Ouest, mettant en exergue la nécessité d’étendre le modèle LAGA. Le modèle a déjà été établi dans le cadre du projet PALF u Congo-Brazzaville et en République centrafricaine avec des interpellations et des poursuites. Au Gabon, le projet AALF a pour objectif de reproduire le modèle à travers l’ONG Conservation Justice. En dehors de la Centrafrique, le modèle se poursuit au Togo dans le cadre du projet TALFF et en Guinée Conakry dans le cadre du projet GALF. Tandis que le Tchad et le Nigeria sont toujours dans le processus.

 

« Bienvenue » à notre nouveau membre The "Last Great Ape organisation (LAGA) & the Eco Activists for Governance and Law Enforcement ( EAGLE network)"

 

Pour d‘amples informations, bien vouloir consulter le site web de The "Last Great Ape organisation (LAGA) & the Eco Activists for Governance and Law Enforcement ( EAGLE network)" 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

fern-Les acteurs de la société civile victimes d’intimidations en République du Congo

L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH), le partenaire local de Fern en République du Congo, a fait l’objet de nombreuses intimidations en raison de son action en faveur des droits humains et de la gouvernance dans le secteur forestier du pays. Il s’agissait notamment de menaces verbales, de convocations abusives de la part d’agents publics et de l’intrusion intempestive d’agents des services de sécurité dans les locaux de l’organisation.

En savoir plus...

GLF : Les inscriptions pour GLF Accra sont déjà ouvertes

Joignez-vous aux dirigeants et aux décideurs de toute l'Afrique, aux scientifiques, aux représentants des entreprises et des secteurs financiers, aux communautés autochtones, aux groupes de jeunes et de femmes, aux médias mondiaux et aux dizaines de milliers de personnes dans le monde qui participent à l'édition numérique du GLF.

En savoir plus...

UN-Surexploitées, les terres doivent être mieux gérées pour ne pas amplifier le changement climatique (GIEC)

Le rapport, dont la majorité des auteurs viennent de pays en développement, montre qu'une meilleure gestion des terres peut contribuer à lutter contre le changement climatique, mais n'est pas la seule solution. Les experts soulignent qu’il est essentiel de réduire les émissions de gaz à effet de serre de tous les secteurs si l’humanité veut maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 degrés Celsius, voire de 1,5 degré Celsius, comme le demande l’Accord de Paris sur le climat conclu en 2015.

En savoir plus...

Traffic - Nos recommandations CITES à la CdP18 sont maintenant disponibles

Le présent document traduit l’opinion de TRAFFIC et son avis sur certaines questions prioritaires et propositions inscrites à l’ordre du jour de la CoP18 de la CITES. TRAFFIC est convaincu que les décisions et recommandations sur les politiques doivent être informées et guidées par des preuves crédibles et une analyse impartiale et, pour de nombreuses questions traitées dans le présent document, nous signalons des rapports de TRAFFIC et d’autres travaux de recherche qui pourraient aider les Parties dans leurs délibérations.

En savoir plus...

1er Atelier Afrique-Chine sur : Gouvernance des terres forestières, investissements et durabilité 3 - 5 Septembre 2019, Yaoundé- Cameroun

L’atelier Afrique-Chine vise à faciliter un dialogue constructif science-politiques publiques entre les acteurs clés impliqués dans la gouvernance des investissements chinois dans le secteur forestier en Afrique.

En savoir plus...

sep2d-Symposium international "Biodiversité végétale et développement durable"

Ce symposium international se déroulera en plénière, du 18 au 20 mars 2020, à Cotonou (Bénin), autour de 8 sessions thématiques d’une heure et demi chacune (T1 à T8) ainsi que de 2 sessions de discussions / tables rondes autour des enjeux de la biodiversité végétale.  Inscription gratuite, en tant qu'intervenant ou auditeur : jusqu’au 10 mars 2020 au plus tard. Soumissions des résumés : à faire impérativement avant le 15 septembre 2019.

En savoir plus...

Les responsables en charge de l’application de la loi, mettent à jour leurs connaissances en matière d'enquêtes sur les crimes contre les espèces sauvages en Afrique

Brazzaville-République du Congo, 28 Juillet - 1er Août 2019. Deux ateliers multi-institutionnels sur le renforcement des capacités en matière d'enquêtes sur les crimes contre les espèces sauvages à l'intention des responsables chargés de l'application de la loi se sont tenus à l'hôtel Mikhael's.

En savoir plus...

L’OCFSA et l’Accord de Lusaka en rang serré pour la lutte contre la criminalité contre les espèces sauvages en Afrique centrale

Signature du MoU (Convention de collaboration) OCFSA-Accord de Lusaka en marge de deux ateliers multi-institutionnels sur le renforcement des capacités en matière d'enquêtes sur les crimes contre les espèces sauvages à l'intention des responsables chargés de l'application de la loi tenue du 28 juillet au 01er aout 2019 à Brazzaville (Congo).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019