Le Monde-Lee White : « Personne n’est prêt à payer le juste prix pour sauver les forêts tropicales »

 

 

Le ministre gabonais des forêts se félicite de la décision de la Norvège, qui va rémunérer Libreville pour ses efforts contre la déforestation, et rappelle l’urgence d’agir aux pays industrialisés.

 

 

Le Gabon pourrait recevoir jusqu’à 150 millions de dollars (136 millions d’euros) de la Norvège d’ici à 2025 pour préserver ses forêts, qui couvrent près de 90 % de son territoire et représentent 10 % des forêts du bassin du Congo. L’accord a été annoncé dimanche 22 septembre à New York, à la veille du Sommet pour le climat convoqué par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Il s’agit du premier accord de financement récompensant un pays africain pour le carbone séquestré grâce aux mesures prises pour lutter contre la déforestation ou préserver des forêts naturelles. Il sera mis en œuvre à travers l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI), qui réunit les pays du bassin du Congo et dont Oslo est le principal bailleur de fonds.

 

 

La nomination en juin de Lee White à la tête du ministère gabonais des forêts, de la mer et de l’environnement n’est certainement pas étrangère à la décision de la Norvège. Ce Britannique naturalisé gabonais, auparavant directeur de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), est depuis dix ans l’architecte jugé intègre de la politique gabonaise de conservation, dans un environnement miné par la corruption. Sa promotion intervient à la suite du vaste scandale du « kevazingogate », du nom du bois précieux au cœur d’un trafic orchestré par des sociétés chinoises avec la complicité de fonctionnaires locaux. L’affaire, révélée par l’ONG américaine Environmental Investigation Agency, a valu son poste à son prédécesseur et au vice-président, Pierre Claver Maganga Moussavou.

 

Tout en se félicitant de ce partenariat avec la Norvège, Lee White appelle à une discussion sur la valeur des forêts tropicales.

 

 

Que signifie pour le Gabon cet accord qualifié d’« historique » par la CAFI, qui aura pour tâche de le mettre en œuvre ?

 

Cet accord représente avant tout la reconnaissance du travail accompli au cours de nombreuses années. Depuis le début des années 2000, nous avons progressivement réformé le secteur forestier en imposant aux entreprises l’adoption de plans d’aménagement prévoyant une durée de rotation des coupes de plus en plus longue. L’interdiction d’exporter les grumes [troncs des arbres abattus] sans les transformer a aussi fait chuter la production de bois. La certification FSC [Forest Stewardship Council, le label de gestion durable le plus exigeant dans le domaine forestier], qui sera exigible de toutes les concessions d’ici à 2022, est la prochaine étape. Nous avons dans le même temps créé treize parcs nationaux pour placer sous protection plus de 20 % de la superficie du pays. La déforestation est quasiment nulle au Gabon.

 

 

Le récent scandale du « kevazingogate » a pourtant mis au jour un secteur forestier miné par des réseaux de corruption très sophistiqués. Comment pouvez-vous garantir à la Norvège que vous êtes en mesure d’en venir à bout ?

 

Des sanctions ont été prises et je n’ai pas parlé avec la Norvège de corruption mais de tonnes de CO₂, que nous nous engageons à séquestrer pour contribuer à la stabilisation du climat. Nous avons des moyens de surveillance satellitaire et, sur le terrain, des services de renseignements et de sécurité que je vais mobiliser. La réforme du Code pénal, entrée en vigueur le mois dernier, durcit considérablement les peines dans les cas de crimes environnementaux, qu’il s’agisse de braconnage d’espèces protégées, comme les éléphants, ou de trafic de ressources naturelles. Nous étions sur ce point en retard par rapport à d’autres pays de la région, ce n’est plus le cas. J’ajoute que nous avons signé début septembre un accord avec le ministère chinois de l’environnement sur la gestion durable des forêts, qui va nous aider à faire respecter nos lois. Le gouvernement chinois est tout à fait conscient que les agissements de certaines de ses sociétés sont mauvais pour sa réputation...

 

 

Lire la suite...

 

Voir l'interview...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Afriquenvironnementplus- Adaptation aux changements climatiques : le Fonds d’Adaptation octroi le Congo une enveloppe de 5 milliards francs CFA

La République du Congo bénéficie du Fonds d’adaptation une enveloppe de 5 milliards de FCFA pour matérialiser le projet de renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique des communautés vulnérables du Bassin du fleuve Congo, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

En savoir plus...

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 octobre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Woodbois : 115ième membre du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo !

Bruxelles, Belgique, le 30 septembre 2019 : Woodbois Ltd. rejoint officiellement le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Dans le cadre du processus d'adhésion, Woodbois a présenté les documents requis et s'est engagée à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour la promotion de la gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale.

En savoir plus...

Communique final des travaux de la dixième réunion du SGTAPFS

Le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui technique et financier de la Coopération allemande à travers le projet GIZ d’appui régional à la COMIFAC, a organisé du 05 au 09 Novembre 2019 à Kigali au Rwanda, la dixième réunion du Sous- Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage (SGTAPFS). Bien vouloir télécharger le communiqué final de la réunion…

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019