lemonde : Dans le bassin du Congo, les Pygmées persécutés au nom de la protection de la nature

 

 

Deux grandes ONG environnementales sont visées par les accusations de Survival International.

Il ne s’agit pas de bavures isolées. Les témoignages de Pygmées rassemblés par l’ONG Survival International dans trois pays du bassin du Congo – Cameroun, Centrafrique et Congo-Brazzaville – font la lumière sur les violences infligées aux peuples des forêts pour les tenir à distance des aires naturelles protégées.

 

 

La lecture du rapport intitulé « Comment allons-nous survivre ? La destruction des tribus du bassin du Congo au nom de la conservation ? », auquel Le Monde a pu avoir accès en exclusivité, laisse un profond sentiment de malaise.

 

 

Près de trente ans après les grandes campagnes pour la défense des peuples autochtones contre le « colonialisme vert » des ONG environnementales, leurs droits, pourtant officiellement reconnus par ces organisations, ne seraient dans cette région du monde qu’une réalité de papier, et les agressions, parfois mortelles, n’auraient jamais cessé.

« Colonialisme vert »

 

Parmi les dizaines de témoignages, on peut lire ces mots d’un Baka du district de Souanké, au Cameroun :

 

    « Ils ont fouillé ma maison sans rien trouver. Puis ils ont pris la machette sous mon lit et m’ont menacé : nous allons te trancher la gorge parce que tu caches des braconniers. »

 

D’autres rapportent le cas d’une femme enceinte ayant fait une fausse couche en fuyant des rangers près du parc national de Nki, au Cameroun, d’un homme dont le tendon d’Achille a été sectionné à la machette, toujours au Cameroun, et, partout, de campements détruits, d’hommes battus, humiliés, punis pour avoir pénétré dans les zones interdites pour y chercher de la nourriture.

 

Lire aussi :   Le WWF accusé de « violation des droits de l’homme » au Cameroun

 

Survival International, qui travaille de longue date aux côtés de ces populations marginalisées, retrace l’histoire de ces relations conflictuelles en exhumant des témoignages remontant au début des années 1990. Les derniers ont été recueillis cette année dans le sud-ouest du Cameroun et au Congo et, en 2016, à l’extrême sud-est de la Centrafrique.

 

Au cours de la période, une dizaine de parcs nationaux ont été créés dans cette région dont la biodiversité est parmi les plus riches au monde. Certaines, comme la réserve d’Odzala-Kokoua, couvrent des superficies immenses de plus de 100 000 km² et ont été dessinées en absorbant les terres où vivaient des milliers de Baka et de Bayaka.

 

Deux ONG sont visées par les accusations de Survival : la suisse WWF (World Wildlife Fund, Fonds mondial pour la nature) et l’américaine WCS (Wildlife Conservation Society, société pour la conservation de la vie sauvage). Très implantées dans le bassin du Congo, elles jouent un rôle de premier plan dans la mise en œuvre des politiques de protection de la nature des gouvernements locaux et reçoivent pour cela d’importants financements des bailleurs étrangers. La gestion des aires protégées leur est ainsi souvent directement confiée et, avec elle, celle des milices antibraconnage, protagonistes des exactions commises à l’encontre des Pygmées. Elles conseillent aussi les entreprises forestières.

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Etude sur la valorisation durable de la faune dans le bassin du Congo occidental : avant qu’il ne soit trop tard !

Le bassin du Congo occidental se vide rapidement de sa faune. Le bassin du Congo occidental (défini ici comme regroupant le Cameroun, le Gabon, la République centrafricaine, et la République du Congo) perd rapidement une grande partie de ses animaux sauvages à cause du braconnage et de la chasse non durable. Cette tendance touche de nombreuses espèces qui subissent la pression de la chasse pour la viande de brousse et pour l’exportation commerciale, pour des produits animaliers de haute valeur, ainsi que la dégradation de l’habitat.

En savoir plus...

Enregistrer la date : 18ème Réunion des Parties du PFBC - Bruxelles, Royaume de Belgique, 27 au 28 novembre 2018

La 18ème Réunion des Parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) aura lieu les 27 et 28 novembre 2018 à Bruxelles en Belgique. Thème central : « Vers un avenir durable pour les forêts du bassin du Congo, leurs habitants, leur flore et leur faune »

En savoir plus...

ATIBT-Aux arbres : l’ATIBT intervient au 1er événement de sensibilisation grand public aux forêts

15.06.2018 C’est une première ! Vendredi et samedi derniers était organisé par la Fondation Maisons du Monde un événement grand public autour de la préservation des forêts, du climat et de la biodiversité, à Nantes.

En savoir plus...

ATIBT : Nouvelle édition du Racewood au sein du Gabon WoodShow

Les 21 et 22 juin, l’ATIBT a organisé le Racewood à Libreville, dans le cadre plus large du Gabon WoodShow, premier salon du bois dans le bassin du Congo. L’ATIBT a décidé de profiter du lancement du premier salon du bois et de la technologie au Gabon cette année, le Gabon WoodShow, pour s’associer à l’événement et y tenir une nouvelle édition du Racewood.

En savoir plus...

L’ATIBT et la COMIFAC signent une convention de collaboration lors du Racewood

 L’ATIBT et la COMIFAC ont signé une convention de collaboration lors du Racewood le 21 juin, à Libreville (Gabon). Le Racewood de l’ATIBT demeure l’un des évènements essentiels de la filière bois tropicaux. Il représente une occasion majeure sur le continent africain de mise en relation multi-partenaire. Pendant deux jours, les acteurs clefs de la filière se rencontrent et échangent : bailleurs, agences de développement, décideurs politiques, ONG, société civile, représentants des pays, chercheurs, scientifiques, organismes de formation, syndicats, producteurs, aménagistes, importateurs et industriels.

En savoir plus...

UICN: La France accueillera le Congrès mondial de la nature de l'UICN 2020

Marseille, France - Le ministère français de la Transition écologique et solidaire et l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) ont signé aujourd’hui un accord afin d’organiser conjointement le prochain Congrès mondial de la nature de l’UICN, qui se tiendra en 2020 à Marseille.

En savoir plus...

UICN : Dire « non » à l’huile de palme ne ferait que déplacer la perte des espèces, sans y mettre un terme - le rapport de l’UICN

Paris, 26 juin 2018 (UICN) - Interdire l’huile de palme augmenterait très certainement la production d’autres cultures oléagineuses pour répondre à la demande d’huile, et ne ferait ainsi que déplacer, sans arrêter, l’appauvrissement significatif de la biodiversité à l’échelle mondiale causé par l’huile de palme, met en garde un rapport de l’UICN publié aujourd’hui.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo au cœur de l'Assemblée générale du FEM - Secrétariat du FEM: Table-Ronde de Haut Niveau sur les Paysages du Bassin du Congo, 28 Juin 2018, Assemblée du FEM, Da Nang, Viet Nam

GEF - Secrétariat : Résumé de la Table ronde de haut niveau sur les Paysages du Bassin du Congo du 28 juin 2018, Salle de bal Ariyana, Assemblée GEF, Da Nang, Viet Nam - Environ 70 personnes ont participé à cette table ronde de haut niveau modérée par Mme Cyriaque Sendashonga, Directrice Globale des Programmes et Politiques à l’UICN. Les discussions ont porté sur la protection de la biodiversité mondiale importante dans les aires protégées, la gestion de la biodiversité hors des aires protégées à travers des approches paysages à grande échelle, l'importance des communautés dépendantes des forêts et des connaissances traditionnelles ...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018