En marche vers la loi APA….!!!!

 

 

Sourcing, Bioprospection, Gestion durable, réglementation, bonnes pratiques, tels étaient les thèmes consacrés à l’occasion de la réunion organisée les 1 et 2 Juin 2017 à Paris, à l’initiative de l’Union internationale pour le commerce bioéthique (Union Ethical biotrade-UEBT). Cette rencontre qui a rassemblé, les représentants des grandes firmes industrielles, les législateurs, les chercheurs et les Organisations Non Gouvernementales, avait pour objet « l’état d’avancement de la réglementation APA et des bonnes pratiques de conservation » des ressources génétiques utilisées dans l’industrie de la transformation.

 

 Elle s’inscrit dans les actions de gouvernance des bonnes pratiques de la gestion durable résultant de l’avènement de l’adoption de la « Convention sur la Diversité Biologique » suivi du « Protocole de NAGOYA » sur l’accès aux ressources génétiques, et aujourd’hui « l’Accès et le Partage des Avantages » découlant de leur utilisation, aux bénéfices de ceux qui les conservent ou qui en ont tiré des savoirs traditionnels exploitables et valorisables. L’intention principal étant de réglementer l’accès et le partage des bénéfices résultant de l’exploitation de la ressource entre tous les maillons de la chaîne des valeurs, depuis le fournisseur primaire de la matière brute jusqu’au producteur du produit fini élaboré.

 

Aux fins de l’exploitation des bio-ressources, d’une part, les applications technologiques régulièrement développées, lesquelles allient principes actifs, stimulants, thérapeutiques et organoleptiques des « molécules bio » pour la formulation des produits cosmétiques, pharmaceutiques, et agro-alimentaires, et d’autre part, le partage des « savoirs traditionnels » ancestraux, associés à l’utilisation pratique et valorisante de cette même ressource .

 

 

Aujourd’hui et de toute évidence, l’implication grandissante, à travers les médias, du consommateur dans la conservation de la ressource, par sa prise de conscience et son droit de regard sur la bioéthique des produits de consommations offerts sur les marchés, pointent le rôle fondamental du producteur sur deux aspects : (i) l’épuisement de la ressource, conséquence de son extraction intensive sans une politique de gestion durable rigoureuse et soutenue, et (ii) la carence de la culture de la pratique du commerce équitable entre les maillons de la chaîne des valeurs de l’élaboration du produit. De fait, et pour la pérennisation de la ressource, les grandes firmes adoptent progressivement une politique environnementale manifestée par des actions de réhabilitation et de restauration des terres cultivées au travers du reboisement et de la revégétalisation entre autres.

 

 

Bien qu’encore isolées, des actions éparses d’amorces au « partage des avantages » se font déjà enregistrer, à travers le financement des coopératives locales, la révision des cotations d’achats des matières premières et la contribution à l’éducation par le financement de formations académiques diplômantes et des actions de sensibilisation sur la préservation de la ressource, dans les communautés des pays fournisseurs. Par ailleurs, le financement des alternatives à l’érosion des ressources sont également développées par les biotechnologies, et cela à travers le développement des applications telles que le biomimetisme, la culture cellulaire, etc.

 

 

L’état de l’évolution de la traduction de l’APA en réglementation nationale par les gouvernements reste encore hétérogène. Des pionniers comme l’Afrique du Sud et récemment la France ont adopté, promulgué  et pratiquent leur loi APA, d’autres comme le Maroc, l’île de Madagascar, et le Bénin sont en cours d’adoption de cette loi, alors que d’autres comme le Gabon et le Cameroun sont respectivement en cours de validation et d’élaboration du projet de loi.

 

 

Conscients du potentiel prodigieux de leur biodiversité forestière et de la diversité de leurs recueils de savoirs et folklore traditionnels, la plus part des pays de la COMIFAC ont prévu élaborer, et à juste titre, sur le plan, social, économique et scientifique, la matérialisation significative et actée d’une « loi APA », règlementant l’accès et le partage juste et équitable » découlant de l’exploitation de leurs ressources génétiques à des fins commerciales ou de Bioprospection. 

 

 

En attendant que cette « loi APA » soit élaborée et mise en oeuvre, et à l’initiative des autorités gouvernementales en charge des forêts, de la protection de la nature et de la recherche scientifique de l’espace COMIFAC, des procédures effectives de contrôle de l’accès aux ressources génétiques (CPCC et CCCA) permettent d’ores et déjà de réguler et de tracer les modalités d’exploitation et d’exportation des ressources inspiratrices des applications de la Recherche et Développement, par les pays utilisateurs. Toutefois certaines questions restent à l’état fœtal, à savoir, quelles ressources pilotes doivent être autorisées d’accès? Sur quelles bases essentielles négocier les modalités des clauses contractuelles convenues d’un commun accord entre les parties, pour un partage juste et équitable des avantages découlant de l’exploitation de ces ressources ainsi que des savoirs traditionnels y associées, et conservées par les  communautés des forêts du bassin Guinéo-Congolais ? La réponse à ses préoccupations n’est pas sans importance dans le cadre de l’élaboration d’une stratégie APA, cela pourrait contribuer à accélérer davantage le rythme de la mise en œuvre du processus APA dans l’espace COMIFAC.

 

 

Dr. NDIADE BOUROBOU Dyana.  Chercheur à l’IRAF, CENAREST, GABON.

 

Pour d'amples informations, bien vouloir contacter:

Bernadette Chantal, Edoa Epse WANDJA

Projet GIZ d’appui à la COMIFAC

bernadette.wandja@giz.de

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Etude sur la valorisation durable de la faune dans le bassin du Congo occidental : avant qu’il ne soit trop tard !

Le bassin du Congo occidental se vide rapidement de sa faune. Le bassin du Congo occidental (défini ici comme regroupant le Cameroun, le Gabon, la République centrafricaine, et la République du Congo) perd rapidement une grande partie de ses animaux sauvages à cause du braconnage et de la chasse non durable. Cette tendance touche de nombreuses espèces qui subissent la pression de la chasse pour la viande de brousse et pour l’exportation commerciale, pour des produits animaliers de haute valeur, ainsi que la dégradation de l’habitat.

En savoir plus...

Enregistrer la date : 18ème Réunion des Parties du PFBC - Bruxelles, Royaume de Belgique, 27 au 28 novembre 2018

La 18ème Réunion des Parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) aura lieu les 27 et 28 novembre 2018 à Bruxelles en Belgique. Thème central : « Vers un avenir durable pour les forêts du bassin du Congo, leurs habitants, leur flore et leur faune »

En savoir plus...

ATIBT-Aux arbres : l’ATIBT intervient au 1er événement de sensibilisation grand public aux forêts

15.06.2018 C’est une première ! Vendredi et samedi derniers était organisé par la Fondation Maisons du Monde un événement grand public autour de la préservation des forêts, du climat et de la biodiversité, à Nantes.

En savoir plus...

ATIBT : Nouvelle édition du Racewood au sein du Gabon WoodShow

Les 21 et 22 juin, l’ATIBT a organisé le Racewood à Libreville, dans le cadre plus large du Gabon WoodShow, premier salon du bois dans le bassin du Congo. L’ATIBT a décidé de profiter du lancement du premier salon du bois et de la technologie au Gabon cette année, le Gabon WoodShow, pour s’associer à l’événement et y tenir une nouvelle édition du Racewood.

En savoir plus...

L’ATIBT et la COMIFAC signent une convention de collaboration lors du Racewood

 L’ATIBT et la COMIFAC ont signé une convention de collaboration lors du Racewood le 21 juin, à Libreville (Gabon). Le Racewood de l’ATIBT demeure l’un des évènements essentiels de la filière bois tropicaux. Il représente une occasion majeure sur le continent africain de mise en relation multi-partenaire. Pendant deux jours, les acteurs clefs de la filière se rencontrent et échangent : bailleurs, agences de développement, décideurs politiques, ONG, société civile, représentants des pays, chercheurs, scientifiques, organismes de formation, syndicats, producteurs, aménagistes, importateurs et industriels.

En savoir plus...

UICN: La France accueillera le Congrès mondial de la nature de l'UICN 2020

Marseille, France - Le ministère français de la Transition écologique et solidaire et l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) ont signé aujourd’hui un accord afin d’organiser conjointement le prochain Congrès mondial de la nature de l’UICN, qui se tiendra en 2020 à Marseille.

En savoir plus...

UICN : Dire « non » à l’huile de palme ne ferait que déplacer la perte des espèces, sans y mettre un terme - le rapport de l’UICN

Paris, 26 juin 2018 (UICN) - Interdire l’huile de palme augmenterait très certainement la production d’autres cultures oléagineuses pour répondre à la demande d’huile, et ne ferait ainsi que déplacer, sans arrêter, l’appauvrissement significatif de la biodiversité à l’échelle mondiale causé par l’huile de palme, met en garde un rapport de l’UICN publié aujourd’hui.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo au cœur de l'Assemblée générale du FEM - Secrétariat du FEM: Table-Ronde de Haut Niveau sur les Paysages du Bassin du Congo, 28 Juin 2018, Assemblée du FEM, Da Nang, Viet Nam

GEF - Secrétariat : Résumé de la Table ronde de haut niveau sur les Paysages du Bassin du Congo du 28 juin 2018, Salle de bal Ariyana, Assemblée GEF, Da Nang, Viet Nam - Environ 70 personnes ont participé à cette table ronde de haut niveau modérée par Mme Cyriaque Sendashonga, Directrice Globale des Programmes et Politiques à l’UICN. Les discussions ont porté sur la protection de la biodiversité mondiale importante dans les aires protégées, la gestion de la biodiversité hors des aires protégées à travers des approches paysages à grande échelle, l'importance des communautés dépendantes des forêts et des connaissances traditionnelles ...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018