OFAC COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Les flux financiers internationaux pour le bassin du Congo sont inférieurs à leur potentiel, montre une nouvelle étude

 

 

Bien vouloir télécharger le document ci-dessous :

 

Communiqué de presse_flux financiers internationaux_final_AG.pdf

 

 

 

Yaoundé, 15 juillet 2019 - Le bassin du Congo est la deuxième plus grande forêt du monde, mais elle est loin derrière l'Asie du Sud-Est et l'Amazonie dans la capture des flux financiers internationaux destinés à la protection de la nature et à la gestion durable des forêts tropicales, montre une nouvelle note de synthèse publiée par l’Observatoire des forêts d’Afrique centrale (OFAC), cellule spécialisée de la Commission des forêts d’Afrique centraIe (COMIFAC).

 

 

Pendant les 10 ans s’étalant de 2008 à 2017, l’Afrique centrale n’a pu capter que 11,5 % des financements internationaux, loin derrière l’Asie du Sud-Est et l’Amazonie qui ont reçu respectivement 34 % et 54,5 %, expliquent les auteurs du document, qui a été présenté le mardi le 9 juillet 2019 au cours de la 10ème session ordinaire du Conseil des Ministres de la COMIFAC.

 

 

La note de synthèse révèle également d’autres données importantes : au cours de la même période, les partenaires financiers internationaux ont déboursé près de 2 milliards de USD pour appuyer la gestion durable des forêts en Afrique centrale, l’Allemagne et l’Union européenne occupant le peloton de tête. En revanche, au rang des premiers pays bénéficiaires de ces financements, figurent la République démocratique du Congo (40%), le Tchad (17%) et le Cameroun (14%).

 

 

« Notre équipe a analysé toutes les données disponibles sur les flux financiers internationaux pour le bassin du Congo, ce qui nous donne un aperçu des principaux bailleurs, et les domaines et pays ciblés. Nous avons trouvé que la région a une faible attractivité, » déclare Richard Eba'a. Atyi, directeur pour l’Afrique centrale du Centre de recherche forestière internationale (CIFOR) et auteur principal de l’étude.

 

 

Pour améliorer l’attractivité des financements dans le bassin du Congo, les scientifiques font les recommandations suivantes : intensifier l’activité diplomatique en direction des bailleurs de fonds les moins actifs en Afrique centrale ; améliorer la gouvernance dans la gestion de l’aide publique au développement ; renforcer les capacités des acteurs du secteur forêt-environnement de la sous-région dans le domaine de l’élaboration des propositions de projets de haute qualité ; et proposer une coordination des efforts des bailleurs de fonds pour des financements ordonnés et plus efficaces.

 

 

« Les bassins d’Amazonie et d’Asie du Sud-Est sont plus attractifs parce que les pays ont une plus grande capacité d’endettement, des relations diplomatiques plus fortes, et une meilleure gouvernance, » ajoute Liboum Mbonayem, co-auteur de la note. « Cependant, nous espérons que nos recherches permettront d’ouvrir le débat dans les pays d’Afrique centrale pour proposer des solutions à ces obstacles ».

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le document ci-dessous :

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

FERN-Nos forêts, nos vies : Récits d’espoir et de résilience recueillis auprès de communautés forestières à travers le monde

Les récits portent la voix de femmes libériennes qui luttent pour le droit de posséder et de gérer des terres qui leur reviennent de droit, des populations autochtones guyaniennes qui résistent à des entreprises tentant de saisir leurs forêts, des communautés rurales laotiennes qui s’adaptent aux transformations profondes de leur mode de vie ancestral, ou encore des Ghanéens obtenant enfin justice face aux exploitants forestiers.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

greenrdc-Conflit forestier à la Tshopo : Greenpeace Afrique tire la sonnette d’alarme !

Depuis plus d’un mois, la tension s’est accentuée entre les communautés forestières basées à la Tshopo et la société canadienne des Plantations et Huileries du Congo SA (PHC) qui est une entreprise de la firme Feronia Inc.

En savoir plus...

Greenpeace-Cameroun-Les communautés locales et autochtones, sont progressivement privées de leurs droits fonciers

Il est important que les organismes internationaux de développement et le gouvernement camerounais puissent repenser leurs approches de développement. Ceci afin de s’assurer non seulement que leurs opérations n’amplifient pas les problèmes environnementaux et sociaux, mais aussi d’assumer leurs responsabilités lorsque ceux-ci surviennent.

En savoir plus...

Des progrès et innovations réalisés par les pays membres de l’espace COMIFAC dans la mise en œuvre du protocole de Nagoya

30 Septembre au 1er Octobre 2019, Douala Cameroun, forum sous- régional d’échange d’expériences en matière d’APA entre les chercheurs de l’espace COMIFAC et le secteur privé japonais.

En savoir plus...

Fern-Déclaration des Organisations de la Société Civile de Pays Forestiers Tropicaux

En septembre 2019, des défenseurs de l'environnement et des droits humains d'Afrique et d'Asie sont venus dans l'Union européenne pour tirer la sonnette d'alarme concernant l'accélération de la perte de forêts dans les régions du bassin du Congo et du Bas-Mékong. Leur message était clair: l'UE doit jouer un rôle clé dans la recherche de solutions mondiales si elle veut vraiment protéger la biodiversité et écologiser ses politiques.

En savoir plus...

Une pépinière des prochains négociateurs climat voit le jour à Yaoundé

 Du 08 au 10 Octobre 2019, s’est tenue dans la salle de conférence de la chambre d’Agriculture Yaoundé, l’Atelier sous régional de formation des jeunes et femmes leaders et négociateurs climats vers COP 25, Sous le thème : Temps pour l’Action – Genre et Finance Climat qui va se tenir à Santiago au Chili. Bien vouloir télécharger les documents de la formation...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019