ONU-REDD publie une série de cinq études menées sur les causes de la déforestation et de la dégradation des forêts de la République démocratique du Congo (RDC)

 

Le rapport conclut sur les principaux moteurs de la déforestation qui sont le développement de l'agriculture commerciale (à grande échelle), représentant environ 40 pour cent de toute déforestation,  l'agriculture de subsistance , représentant environ 20 pour cent et la collecte de bois de feu, également représentant environ 20 pour cent. En ce qui concerne la dégradation des forêts, le rapport cite les principales causes comme la collecte du bois de feu, qui représente environ 55 pour cent de toute dégradation, l'exploitation forestière industrielle et artisanale, qui représente environ 15 pour cent et l'exploitation forestière illégale, soit autant 14 pour cent


 

Rome (Italie) - 8 Février 2013: Le Programme de collaboration des Nations Unies sur la réduction des émissions liées au déboisement et à la dégradation des forêts dans les pays en développement (ONU-REDD) a publié cinq rapports sur les causes de la déforestation et de la dégradation des forêts de la République démocratique du Congo (RDC), dans le cadre du processus de préparation de REDD+ de la RDC.

 

Ces rapports ont été préparés avec la collaboration de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations Unies (FAO), le Programme Environnemental des Nations Unies (PNUE) et d'autres. Ils (les rapports) sont une composante de la REDD+  de la  RDC, ceci dans le cadre  du processus de préparation et inclus une analyse des facteurs basés sur des études de terrain, la télédétection,  et les analyses statistiques de la déforestation et de la dégradation des forêts en RDC, pays post-conflit.

 


Ces études, menées entre 2011-2012, ont permis à la RDC d'atteindre un consensus national sur les principaux moteurs de la déforestation. Avant cela, les différents intervenants avaient une compréhension très différente de ce qu’étaient ces moteurs. Ces études sont donc une étape très importante dans l'avancement des efforts du pays dans le processus REDD +. Ces études ont été menées  par différents acteurs, notamment la société civile de la RDC,  la FAO, l’université catholique de Louvain et le PNUE.  Une combinaison de plusieurs outils et méthodologies ont été utilisées pour réaliser ces études, y compris des groupes de discussion, la télédétection et l'analyse statistique. Les résultats ont été comparés afin d'assurer la fiabilité des conclusions définitives.



Dans l'ensemble, les rapports contiennent des informations sur les forêts tropicales humides, les forêts de montagne, forêts de Miombo et la mosaïque forêt-savane. Dans ces types de forêts, les publications concluent que les principaux moteurs de la déforestation sont le développement de l'agriculture commerciale (à grande échelle), représentant environ 40 pour cent de toute déforestation,  l'agriculture de subsistance , représente environ 20 pour cent et la collecte de bois de feu, également représentant environ 20 pour cent. En ce qui concerne la dégradation des forêts, le rapport cite les principales causes comme la collecte du bois de feu, qui représente environ 55 pour cent de toute dégradation, l'exploitation forestière industrielle et artisanale, qui représente environ 15 pour cent et l'exploitation forestière illégale, soit autant 14 pour cent.

 

 

♦ Study 1: Rapport de synthèse présentant et comparant les résultats des différentes études menées sur les causes de la déforestation et de la dégradation des forêts en RDC Dirigé par le Programme ONU-REDD / FAO

Dirigé par: Programme ONU-REDD /FAO  

 


♦ Study 2:  Étude quantitative sur les causes de la Déforestations et de la dégradation des forêts en RDC
Dirigé par: Les Organisations de la Société Civile de RDC, Programme ONU-REDD /FAO

 

♦  Study 3: Etude quantitative des variables explicatives de la déforestation et la dégradation des forêts en RDC: les données issues de la télédétection et de l'analyse historique et statistique
Dirigé par: Université Catholique de Louvain, Programme ONU REDD/FAO 

 

♦ Study 4: Etude quantitative des variables explicatives de la déforestation et la dégradation des forêts en RDC: données sur le terrain

Dirigé par: Les Organisations de la Société Civile de RDC, Programme ONU-REDD /FAO

 

♦ Study 5: Étude qualitative sur les causes et les agents de la déforestation et de la dégradation des forêts en RDC post-conflit


Dirigé par: le PNUE



Source : Climate Change policies and practices: http://climate-l.iisd.org/news/un-redd-outlines-main-drivers-of-deforestation-and-forest-degradation-in-drc/ et UN REDD : Report and Analysis: http://www.un-redd.org/Newsletter35/DRC_Drivers_of_Deforestation/tabid/105802/Default.aspx

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Proposition de plan d’action pour l’amélioration de la transparence dans les processus APV FLEGT et REDD+

Dans l’optique de contribuer à l’amélioration de la transparence dans les processus APV FLEGT et REDD+, un plan d’action triennal (2018-2020) a été proposé par les acteurs du secteur forêt et environnement, réunis à un atelier pour l'évaluation de la transparence dans les deux processus (APV et REDD+).

En savoir plus...

Conférence Internationale « La recherche pour la conservation de la Biodiversité et des Services Ecosystémiques (CIBES 18)

Aux lendemains de la publication des résultats de la première évaluation Afrique de l’IPBES, s’est tenue à Kinshasa du 24 au 26 juillet 2018, une conférence internationale sur le thème : « la recherche pour la conservation de la biodiversité et des services écosystémiques. Etat des lieux, enjeux et solutions pour la RDC », CIBES 18 en sigle. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

COMMUNIQUE FINAL : Atelier d’évaluation participative de la transparence dans le secteur forestier et environnemental au Cameroun

Du 03 au 04 juillet 2018, s'est tenu dans la salle de conférence Chalet Bantu de l’hôtel Le Paradis à Kribi, un atelier d’évaluation participative de la transparence dans le secteur forestier et environnemental au Cameroun.

En savoir plus...

Rapport annuel 2017 de la Fondation pour le Trinational de la Sangha-FTNS

Du 1er janvier au 31 décembre 2017, le bilan risque d’être long à dresser, tellement les actions menées sont nombreuses et variées ! Que retenir donc parmi la multitude de projets mis en œuvre dans le complexe transfrontalier du TNS ?

En savoir plus...

Radiookapi-Haut-Uele : la délégation chargée d’identification des Mbororo est dépourvue des moyens à Dungu

La délégation déployée lundi 23 juillet dans le territoire de Dungu pour le lancement de l’opération d’identification des Mbororo est dépourvue des moyens et éprouve d’énormes difficultés pour remplir sa mission.

En savoir plus...

Gembloux Agro-Bio Tech de l'Université de Liège – Gembloux, Belgique devient le 108e membre du PFBC

C’est avec beaucoup de plaisir que la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC et l'ensemble des partenaires du PFBC accueillent chaleureusement l’adhésion de Gembloux Agro-Bio Tech de l'Université de Liège – Gembloux qui s’engage à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC.

En savoir plus...

REDD+ au Cameroun : 850 millions de Fcfa pour cinq projets développés au sein des Communes/Groupements de communes par Le PNDP

Dans le cadre de l’implémentation du processus REDD+ et de la lutte contre les changements climatiques au Cameroun, le Programme National de Développement Participatif (PNDP) participe comme acteur majeur, au niveau national avec la mise en œuvre des projets pilotes REDD+ et accompagne le gouvernement à travers le Secrétariat Technique REDD+ à la réalisation des études et réflexions, à l’élaboration des outils et documents de stratégie pour l’implémentation du processus REDD+ au Cameroun.

En savoir plus...

Communiqué Final : Atelier national de lancement de la Composante CAMEROUN du projet régional CBSP-Partenariats pour la conservation de la biodiversité : financement durable des systèmes d’aires protégées dans le Bassin du Congo-PIMS 3447

L’atelier national de lancement de la composante Cameroun du Projet Régional s’est tenu le 5 juillet 2018 à l’Hôtel Djeuga Palace à Yaoundé. Au terme des présentations et des échanges, les participants ont formulé les recommandations suivantes :A l’endroit du PNUD: Prendre le « lead » en vue de coordonner le plaidoyer en vue de la signature et la mise en place de l’agence de gestion des aires protégées...A l’endroit du MINFOF: Relancer le projet de création de l’agence de gestion des aires protégées...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018