Unep : Déclaration de l'ONU Environnement sur la décision des États-Unis de se retirer de l'Accord de Paris

 

 

Déclaration du chef de l'ONU Environnement, Erik Solheim, suite à la décision des États-Unis de se retirer de l'Accord de Paris sur les changements climatiques.

 

 

"La science relative au changement climatique est parfaitement claire : nous avons besoin de plus d'actions, pas moins. C'est un défi mondial. Chaque nation a la responsabilité d'agir et d'agir maintenant.

 


La décision des États-Unis de se retirer de l'Accord de Paris ne permet en aucun cas de mettre fin à cet effort imparable. La Chine, l'Inde, l'Union européenne et d'autres États ou groupe d'États ont déjà fait preuve d'un leadership fort. 190 nations manifestent une forte détermination à travailler ensemble pour protéger cette génération et les générations futures.

 

 

Les États, les villes, le secteur privé et les citoyens ont déjà démontré une dynamique incroyable en ce qui concerne l'action climatique. Une décision politique unique ne détruit pas cet effort inégalé. L'ONU Environnement invite toutes les parties à redoubler d'efforts. Nous travaillerons avec toutes les personnes prêtes à faire une différence.

 

 

L'action climatique n'est pas un fardeau, mais une opportunité sans précédent. La transition vers les énergies renouvelables crée plus d'emplois, mieux rémunérés et de meilleure qualité. Diminuer notre dépendance à l'égard des combustibles fossiles permettra de construire des économies plus ouvertes et plus solides. Cela permettra de sauver des millions de vies et de réduire les énormes coûts de santé liés à la pollution.

 

S'engager dans l'action climatique, c'est aider des pays comme l'Irak et la Somalie sur le front de l'extrémisme et du terrorisme. Cela signifie aider les communautés côtières de la Louisiane ou des îles Salomon. Cela signifie protéger la sécurité alimentaire et renforcer la stabilité afin d'éviter de continuer à faire croître le nombre de réfugiés, une crise humanitaire mondiale sans précédent.

 

 

L'accord de Paris est fondé sur des preuves claires, des connaissances solides et une collaboration internationale incroyable. Cet accord mettra de côté les différences pour s'attaquer à un défi commun et monumental. L'inversion des dommages causés à la couche d'ozone prouve qu'un tel effort mondial peut être couronné de réussite. En fin de compte, il s'agit d'un investissement dans notre propre survie que personne ne peut se permettre d'abandonner. "

 

En savoir plus...

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

afriquenvironnementplus: l’Hydrométéorologique bientôt au cœur d’un forum sous-régional

La ville de Libreville, au Gabon, va abriter du 14 au 16 novembre 2018, le 1er Forum Hydrométéorologique d’Afrique centrale, sous l’égide de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) en partenariat avec le Gouvernement du Gabon, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), la Banque Mondiale (BM) et la Banque Africaine de Développement (BAD).

En savoir plus...

Burkinademain : La gestion des catastrophes naturelles traitée à Libreville

À l’initiative de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) en partenariat avec le Gouvernement du Gabon, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), la Banque Mondiale (BM) et la Banque Africaine de Développement (BAD), les experts et… vont se retrouver à Libreville, du 14 au 16 novembre 2018, au 1er Forum Hydrométéorologique d’Afrique centrale.

En savoir plus...

CEEAC-BAD : signature de l’aide-mémoire sur la préparation du Programme PACEBco2

Libreville(Rép. Gabonaise), le 25 septembre 2018- Le Secrétaire général adjoint de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale(CEEAC), l’honorable Tabu Abdallah Manirakiza et le chef de la mission de la Banque Africaine de Développement (BAD) M.  DIOP Amadou Bamba, Environnementaliste à la BAD, ont procédé à la signature ce matin de l’aide-mémoire pour la préparation du Programme d’Appui à la Conservation des Ecosystèmes et à la Résilience aux changements climatiques en Afrique Centrale (PACEBCo2).

En savoir plus...

CHARTE SUR LES MANGROVES DU GABON

La Charte pour la conservation des mangroves du Gabon a été validée par les parties prenantes le 29 Juin 2018. Cette charte, résultant d'un processus participatif réussi, constitue une base de plaidoyer pour l'engagement de toutes les parties prenantes dans la gestion durable de ce précieux écosystème naturel.

En savoir plus...

OSFACO Lettre d'information Septembre/Octobre 2018

Le projet OSFACO "Observation Spatiale des Forêts d'Afrique Centrale et de l'Ouest" vise à améliorer la connaissance des dynamiques passées et actuelles en matière d’occupation des terres et de changement d’usage des sols dans plusieurs pays d’Afrique Centrale et de l’Ouest, grâce aux outils d’observation spatiale. Le projet vise à mettre à disposition des images satellitaires et promouvoir leur utilisation à travers des projets de recherche et des appuis aux pays.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus : Son Excellence François-Xavier de DONNEA, Facilitateur Belge pour la PFBC

Brazzaville a accueilli le 1er juin la 4e réunion des collèges du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo, PFBC. A cet occasion, AEP  a échangé avec  le Facilitateur Belge à la tête  de ce Partenariat, Son Excellence François-Xavier de DONNEA qui nous livre dans cette entretien sa vision globale sur le fonctionnement de cette institution et nous donne une idée de la feuille de route de la nouvelle sa Facilitation.

En savoir plus...

Biopama: Le programme BIOPAMA lancé en Afrique Centrale

26 septembre 2018, Douala, Cameoun. L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN),  le Centre Commun de recherche de la Commission européenne (CCR) et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) organisent conjointement l’atelier régional de lancement, pour l’Afrique Centrale, de la seconde phase du Programme pour la gestion des aires protégées et la biodiversité (BIOPAMA) du 26 au 28 septembre 2018 à Douala, en République du Cameroun.

En savoir plus...

Unenvironment : Mettre le commerce au service de l'environnement, de la prospérité et de la résilience

Selon la Commission du Commerce et du Développement durable, les nouvelles opportunités d’affaires découlant d’une économie mondiale plus durable pourraient représenter une valeur estimée à 12 milliards USD par année d’ici à 2030.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018